« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

D. 09. 2e Epiphanie : MEIN SEUFZER, MEINE TRÄNEN

                        2 ème DIMANCHE APRES L’EPIPHANIE
                        2. Sonntag nach Epiphanias  (Wustmann)

                     MEINE SEUFZER, MEINE TRÄNEN    BWV 13

                           Mes soupirs, toutes mes larmes

NOTES quant à la cantate

Auteur du livret : inconnu                                  Date: vers 1738, Leipzig tardif

Ce dimanche disparaît certaines années
Epître : Romains 12/7-16   Recommandations de vie chrétienne
Evangile : Jean 2/1-11   Noces les Cana

 Thème de la cantate:  Le thème du 2ème dimanche après l'Epiphanie est : Les noces de Cana, le Christ maître de la joie. Ce thème des noces de Cana, donné par l'évangile du jour, n’est pas exploité par Bach. Ni celui des règles de la vie chrétienne de l’épître. Il développe ici le thème de la souffrance, et reprend celui de la joie du Christ qui efface la souffrance.

Voir : « les thèmes des cantates de l’Epiphanie », 
             sous A. 01. Les textes des Cantates de Bach

Sources :   3. Choral,   Zion klagt mit Angst und Schmerzen
                                      Johann Heermann, 1636 (1587 –1636)
                                      Mélodie : Wie nach einer Wasserquelle , Ps 42 ?
                  6. Choral,   In allen meine Taten, str 9,
                                      Paul Fleming 1642 posthume ( 1609-1640)
                                      RA 441 str 9, EG 368 str 7

Bible : pas de verset biblique dans cette cantate

Voix :   ( S) Soprano, (A) Alto, (T) Tenor, ( B ) Basse

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :    Wustmann,   page 62
                         Neumann,    page 21
                         Schmieder,  page

 

TEXTE de la cantate

 

              1.  1er ARIA  ( T )             ( VI régulier )

Meine Seufzer, meine Tränen                    8f      2 vers en „je“
Können nicht zu zählen sein;                     7 /
   Wenn sich täglich Wehmut findet             8f     4 vers en „nous“
   Und der Jammer nicht verschwindet,       8f
   Ach! So muss uns* diese Pein                 7
   Schon den Weg zum Tode bahnen.          8f

         * changement de personne, du « je » au « nous »

    Me soupirs, toutes mes larmes,
    Ne sauraient être comptés.
       Si nous touche l’amertume,
       Chaque jour, qui nous consume,
       La souffrance a préparé
       Au chemin de mort notre âme.

              2.  1er RECITATIF  ( A )                          ( V régulier )

Mein liebster Gott lässt mich annoch vergebens rufen       13f
    und mir in meinem Weinen                                         7f
noch keinen Trost erscheinen.                                        7f
Die Stunde lässet sich zwar wohl von ferne sehen,           13f
allein ich muss doch noch vergebens flehen.                    11f

     Mon Dieu que j’aime veut donc qu’en vain je l’appelle
     et ne fait rien qui me console,
     aucun mot ni parole.
     Je vois venir, loin, l’heure de ma délivrance,
     Et gémissant j’attends qu’elle s’avance.

               3.  1er CHORAL            ( VIII régulier )

Der Gott, der mir hat versprochen         8f
Seinen Beistand jederzeit,                      7
Der lässt sich vergebens suchen             8f
Jetzt in meiner Traurigkeit.                     7 /
Ach! Will er denn für und für                 7
Grausam zürnen über mir,                      7
Kann und will er sich des Armen           8f
Jetzt nicht wie vorhin erbarmen?            8f

    Le Dieu qui m’a fait promesse
    D’être une aide en tous les temps,
    De moi se cache sans cesse,
    Alors que je souffre tant.
    Ah ! veut-il donc à toujours
    Me montrer son désamour,
    N’a-t-il pas pitié d’un pauvre
    Pour qu’enfin son bon cœur s’ouvre ?
   

               4.  2ème RECITATIF  ( S )         ( vers irréguliers )

Mein Kummer nimmet zu                                          6
und raubt mir alle Ruh,                                             6
mein Jammerkrug ist ganz mit Tränen angefüllet,      13f
und diese Not wird nicht gestillet,                              9f
so mich ganz unempfindlich macht.                            8 
Der Sorgen Kummernacht                                         6
Drückt mein beklemmtes Herz darnieder,                  9f
drum sing ich lauter Jammerlieder.                            9f
Doch, Seele, nein,                                                    4
sei nur getrost in deiner Pein:                                    8
Gott kann den Wermutsaft gar leicht in Freudenwein verkehren  15f
Und dir alsdann viel tausend Lust gewähren.              11f

    Mon souci devient gros,
    m’enlève tout repos,
    ma cruche de douleurs est remplie de mes larmes,
    et rien ne calme mes alarmes :
    j’en deviens tout indifférent.
    La nuit de mon tourment
    écrase mon cœur et l’enserre,
    je chante abattu de misère.
    Mon âme, non, 
    toujours sois ferme en l’affliction :
    Dieu peut changer la coupe d’amertume en vin de fête
    et rendre la joie après la tempête.

               5.  2ème ARIA  ( B )         ( VI régulier )

Ächzen und erbärmlich Weinen                8f
Hilft der Sorgen Krankheit nicht;              7
   Aber wer gen Himmel siehet                 8f
   Und sich da um Trost bemühet,             7
   Dem kann leicht ein Freudigkeit            7 
   In der Trauerbrust erscheinen.             8f 

    Pleurer, geindre de tristesse
    N’aide pas dans les soucis ;
      Mais qui vers le ciel regarde
      Et à son salut prend garde,
      Celui-là découvre ici
      Que la peine a une cesse.

               6.  2ème CHORAL      ( VI régulier )

So sei nun, Seele, deine                    7f
Und traue dem alleine,                      7f
Der dich erschaffen hat;                    6
Es gehe wie es gehe,                         7f
Dein Vater in der Höhe,                     7f
Der weiss zu allen Sachen Rat.           6

     Ressaisis-toi, mon âme,
    De Dieu seul te réclame :
    C’est lui qui t’a créé ;
    Les choses vont et viennent,
    A Dieu seul appartiennent
    Savoir, conseil en tout, bonté.

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 62
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 3.7.2008

 

 

Visiteurs en ligne

881393
Aujourd'huiAujourd'hui232
HierHier1054
Cette semaineCette semaine3313
Ce moisCe mois13675
Tous les joursTous les jours881393