D. 04. 1er Epiphanie : MEIN LIEBSTER JESUS IST VERLOREN

          D. 04.   1er DIMANCHE APRES L’EPIPHANIE
                       1. Sonntag nach Epiphanias  (Wustmann)

        MEIN LIEBSTER JESUS IST VERLOREN   BWV 154
                   Mon cher Jésus est introuvable

NOTES quant à la cantate



Auteur du livret : inconnu                      Date: daté par Bach « anno 1724                                      
      (Christian Weiss l'aîné ? )

Epître :          Romains 12/1-6  Vie chrétienne : sacrifice vivant,
                      vie sainte , modestie
Evangile :      Luc 2/41-52   Jésus au Temple à 12 ans

Thème de la cantate :  Jésus perdu et retrouvé. Ce thème, qui domine aussi les cantates suivantes pour le 1er dimanche de l’Epiphanie, en particulier les 3  BWV 32, BWV 124 et BWV 217, est ici explicitement donné dès le titre. Le cantique « Meinen Jesum lass ich nicht », qui est la réponse à cette perte, est employé dans sa strophe 6 pour le choral final, comme dans la cantate BWV 124 Meinen Jesum lass ich nicht.

Voir : « les thèmes des cantates de l’Epiphanie », 
             sous A. 01. Les textes des Cantates de Bach

Sources : 1. Jesu, meiner Seele Wonne,
                     Martin Jahn 1661 (1620-1682)
                     Mel: Werde munter, mein Gemüte
                 2. Meinen Jesum lass ich nicht  1658,
                     Christian Keimann ( 1607-1662)
                     str 6, dans le choral final

Bible :  citation directe de Luc 2/49 : « Ne savez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? », dans l’Arioso, la 5ème pièce, selon traduction de Luther. Contrairement aux cantates suivantes, qui n’ont pas de citation directe de la Bible.

Voix :   ( S) Soprano, (A) Alto, (T) Tenor, ( B ) Basse

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :    Wustmann,   page 54
                         Neumann,    page 128
                         Schmieder,  page

 

TEXTE de la cantate

 

               1.  1er ARIA         ( T )         (IV régulier )

Mein liebster Jesus ist verloren :                    9f
    O Wort, das mir Verzweiflung bringt,          8
    O Schwert, das durch die Seele dringt,       8
    O Donnerwort in meinen Ohren.                9f

        Mon cher Jésus est introuvable:
            Parole dure et sans espoir,
             Epée dans l’âme, voile noir,
             Tonnerre et parole effroyables. 

               2.  1er RECITATIF         ( T )         ( VI irrégulier )

Wo treff ich meinen Jesum an,                                   8
wer zeiget mir die Bahn,                                            6
wo meiner Seele brünstiges Verlangen,                     11f
mein Heiland, hingegangen?                                      7f
Kein Unglück kann mich so empfindlich rühren,          11f
als wenn ich soll Jesum verlieren.                              9f

    Où trouverai-je mon Jésus?
    Qui au chemin l’a vu,
    Où le recherche éperdument mon âme,
    Lui, mon Sauveur, ma flamme ?
    Aucun malheur autant, non, ne m’éprouve
    Que Jésus qu’aucun ne retrouve.

                3.  1er CHORAL        ( VIII régulier )

Jesu, mein Hort und Erretter,                7f
Jesu, meine Zuversicht,                        7
Jesu, starker Schlangentreter,              7f
Jesu, meines Lichtes Licht!                     7
Wie verlanget meinem Herzen,             8f
Jesulein, nach dir mit Schmerzen!         8f
Komm, ach komm, ich warte dein,         7
Komm, o liebes Jesulein!                       7

    Jésus, mon Sauveur, mon Maître,
    Jésus, qui fais mon espoir,
    Jésus, qui détruis le traître,
    Jésus, ma vie, mon miroir !
    C’est toi que mon cœur demande,
    Mon Jésus, dans la souffrance !
    Viens, car je t’attends, oui viens,
    Doux Jésus, que j’aime, viens !

                4.  2e ARIA         ( A )         ( VI régulier )

Jesu, lass dich finden,                            5f
Lass doch meine Sünden                        5f
Keine dicke Wolke sein,                          7
Wo du dich zum Schrecken                     6f
Willst für (vor) mich verstecken,             6f
Stelle dich bald wieder ein!                     7

    Jésus, qu’on te trouve !
    Mes péchés m’éprouvent :
    Qu’ils s’effacent, mon Sauveur !
    Mais si tu te caches,
    Où est mon attache ?
    Viens, reviens vers moi, Seigneur !

               5.  ARIOSO                ( B )      (verset biblique)

« Wisset ihr nicht, dass ich muss sein in dem,
was meines Vaters ist ? »

    Ignorez-vous que c’est de mon Père
    qu’il faut que je m’occupe,

               6.  2e RECITATIF         ( T )         (        régulier )

Dies ist die Stimme meines Freundes,                  9f   vers libre
Gott Lob und Dank!                                             4
Mein Jesus, mein getreuer Hort,                           8
lässt durch sein Wort                                           4
sich wieder tröstlich hören,                                  7f
ich war vor Schmerzen krank,                              6
der Jammer wollte mir das Mark
                           in Beinen fast verzehren;          15f

nun aber wird mein Glaube wieder stark,              10  
nun bin ich höchst erfreut,                                    6   vers libre
denn ich erblicke meiner Seelen Wonne,              12f
den Heiland, meine Sonne,                                   7
der nach betrübter Trauernacht                            8
durch seinen Glanz mein Herze fröhlich macht.     10

Auf, Seele, mache dich bereit!                              8   vers libre
Du musst zu ihn *                                               4
In seines Vaters Haus, hin in den Tempel ziehn,   12
da lässt er sich in seinem Wort erblicken,            11f
da will er dich im Sakrament erquicken;              11f
doch, willst du würdiglich sein Fleisch
                           und sein Blut geniessen,          14f
so musst du Jesum auch in Buss
                           und Glauben küssen.               13f

*   il faudrait « ihm ». « Ihn » est l’attraction
     de la rime de « ziehn » à la ligne suivante.

    La voix de mon ami m’appelle,                     vers libre
    Dieu soit loué !
    mon Jésus, mon fidèle abri,
    par ce qu’il dit
    se fait donc réentendre !
    de douleur écrasée,
    la moelle de mes os brûlait en moi par la souffrance ;
   
    Je deviens, dans ma foi, de nouveau fort,      vers libre
    j’en suis tout réjoui,
    car je retrouve la joie de mon âme,
    mon Sauveur et ma flamme,
    qui, après cette triste nuit,
    par son éclat m’a de nouveau ravi.

    Debout, et va vers lui, mon cœur,                    vers libre
    et te réjouis
    dans la maison de son Père, le Temple, qui
    nous le laisse entrevoir dans sa Parole
    et dans le Sacrement qui nous console.
    Veux-tu goûter son corps, son sang dans la justice ?
    Repens-toi, reçois Jésus et son sacrifice.

                7.  3e ARIA     (duo)    ( A, T )         ( VI régulier )

Wohl mir, Jesus ist gefunden,                                      8f
Nun bin ich nicht mehr betrübt.                                    7
    Der, den meine Seele liebt,                                     7
    Zeigt sich mir zu frohen Stunden.                             8f
    Ich will dich, mein Jesu, nun nimmermehr lassen,     12f
    Ich will dich im Glauben beständig umfassen.           12f

    Vois donc Jésus qu’on retrouve !
    Je ne suis plus attristé.
        Lui qui est mon bien-aimé,
        Le délice que j’éprouve.
        Que jamais, ô mon Jésus, je ne te laisse,
        Et que, dans la foi, je t’embrasse sans cesse.

               8.  2e CHORAL       ( VI régulier )

Meinen Jesum lass ich nicht,            7
Geh ihm ewig an der Seiten;           8f
Christus lässt mich für und für          7
Zu den Lebensbächlein leiten.          8f
Selig, der mit mir so spricht:            7
Meinen Jesum lass ich nicht.             7

    Je ne laisse pas Jésus,
    A côté de lui je marche ;
    Il me mène sur les prés,
    Près du cours de ses eaux fraîches.
    Je dirai pour mon salut :
    Je ne laisse pas Jésus. 
   

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 54
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 30.6.2008

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

704332
Aujourd'huiAujourd'hui301
HierHier778
Cette semaineCette semaine301
Ce moisCe mois21367
Tous les joursTous les jours704332