D. 02. Epiphanie : WEINACHSTORATORIUM VI. Teil

                  D. 02. Fête de l’EPIPHANIE, le 6 janvier
                   Epiphaniasfeier 6 Januar   (Wustmann)

    HERR, WENN DIE STOLZEN FEINDE SCHNAUBEN : BWV 
                      Si les fiers ennemis renâclent

                    WEIHNACHTSORATORIUM,  6. Teil
                      Oratorio de Noël , 6ème partie

NOTES quant à la cantate 

Auteur du livret :                                          Date: 1736, Leipzig IIa

Epître :           Esaïe 60/1-6  Les païens marcheront dans ta lumière
Evangile :      Matthieu 2/1-12  Les mages d’Orient

Thème de la cantate : l’adoration des mages et la fourberie d’Hérode :  

        Le récit de l’évangile de Matthieu 2/7-12, c’est à dire la deuxième moitié de l’histoire des mages, commande toute la 6e partie. La 1ère partie de l’évangile est affectée à la 5e partie de l’oratorio. Ici le récit est découpé en trois parties, qu’une 4ème achève comme une conclusion.

        A. 1er Récitatif, Matthieu 2/7-8 : la fourberie d’Hérode. Ce dernier est appelé « Du Falscher – toi le fourbe », au début du 2ème récitatif. Hérode est aussi appelé l’ennemi, « du Feind Herodes – toi Hérode ennemi ». Dans la cantate « Liebster Immanuel, Herzog der Frommen », dans le 2ème récitatf, il est appelé « Höllenfeind – ennemi infernal ». Le 3e Récitatif et le 1er Air développent ce thème, ainsi que celui de l’impuissance d’Hérode.

        B. 3ème Récitatif, Matthieu 2/9-11 : le voyage des mages vers Bethléhem et leur adoration.  Ici le ton est joyeux, conformément à l’évangile : « Ils furent saisis d’une grande joie », v. 10. Ici se place le célèbre choral de Gerhardt « Ich steh an deiner Krippe hier », mis en musique par Bach. La mélodie de Bach deviendra la mélodie de base de ce chant, qui se chantait initialement sur « Nun freut euch, lieben Christen gmein », de Luther, que Ebeling signale. J’ai essayé de traduire le texte de Gerhardt aussi près que possible de l’original, pour en conserver le sens et respecter l’intention de Bach quand il a inséré le chant ici.

        C. 4ème Récitatif, Matthieu 2/12 : le retour des mages. Les mages s’en retournent, laissant Jésus à Bethléhem. Quel soulagement ! Il reste donc là, pour être mon trésor : « So geht ! genug, mein Schatz heht nicht von hier, Er bleibet da bei mir – Allez ! suffit, mon trésor ne s’en va pas d’ici, Il reste là auprès de moi ».  Cette partie rappelle le thème de Jésus perdu et retrouvé, qu’on rencontre dans les cantates des dimanches après lEpiphanie.

        D.  Conclusion générale :
              2ème Air : les ennemis peuvent bien menacer
              6ème  Récitatif : que veulent faire l’enfer, le monde et le péché ?
              Choral : tous les ennemis sont brisés par le Christ. « Tod, Teufel, Sünd und Hölle –
                            Mort, Diable, Péché, Enfer », en une énumération typique des chants
                            allemands.

Voir : « les thèmes des cantates de l’Epiphanie », 
             sous A. 01. Les textes des Cantates de Bach

Sources :  6. 1er Choral : Ich steh an deiner Krippe hier, str 1
                                         Paul Gerhardt 1653-1656 (1607-1676)

Bible :  citation directe de Matthieu 2/7-12, selon le texte de Luther

Voix :   ( S) Soprano, (A) Alto, (T) Tenor, ( B ) Basse

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :    Wustmann,   page 50
                         Neumann,    page 
                         Schmieder,  page

TEXTE de la cantate

               1.  CHOEUR        ( VI régulier )

Herr, wenn die stolzen Feinde schnauben,      9f
So gib, dass wir im festen Glauben                9f
Nach deiner Macht und Hilfe sehn.                 8
    Wir wollen dir allein vertrauen,                  9f
    So können wir den scharfen Klauen           9f
    Des Feindes unversehrt entgehn.               8

    Quand les fiers ennemis renâclent,
    Que notre foi, à ce spectacle,
    Cherche courage et force en toi.
       A toi seul nous faisons confiance,
       Pour échapper à cette engeance
       Et fuir ces ennemis sournois.

               2.  1er RECITATIF         ( T, B )         ( Matthieu 2/7-8,
                                                                           Texte de Luther )
 
T: Evangelist :   „Da berief Herodes die Weisen heimlich /  und erlernet mit Fleiss von ihnen, /  wenn der Stern erschienen wäre. /  Und weist sie gen Bethlehem und sprach :

B: Herodes :       Ziehet hin und forschet fleissig nach dem Kindlein, /  und wenn ihrs findet, sagts mir wieder, /  dass ich auch komme und es anbete.“

T : Evangéliste:    « Hérode appela en secret les mages, /  après quoi il s’enquit auprès d’eux /  quand avait paru l’étoile, /  les envoya vers Bethlehem et dit :

B : Hérode :             Allez et recherchez soigneusement l’enfant, /  revenez vite me le dire, /  afin que j’aille et que je l’adore »

               3.  2ème  RECITATIF         ( S )         ( VIII irrégulier )

Du Falscher, suche nur den Herrn zu fällen,    11f
Nimm alle falsche List,                                   6
Dem Heiland nachzustellen;                           7f
Der, dessen Kraft kein Mensch ermisst,           8
Bleibt doch in sichrer Hand.                            6
Dein Herz, dein falsches Herz ist schon,           8
Nebst aller deiner List, des Höchsten Sohn,      10
Den du zu stürzen suchst, sehr wohl bekannt.  10

    O fourbe, tu veux donc tuer le Maître :
    Use des pires tours ,
    Pour le prendre, peut-être !
    Lui, dont la force est à toujours,
    Demeure en sûre main.
    Perfide et rusé, ton cœur est,
    Malgré toute rouerie, déjà au fait
    Que te connaît ce Roi, Fils de Dieu.

               4. 1er ARIA         ( S )         ( VII régulier )

Nur ein Wink von seinen Händen                        8f
Stürzt ohnmächtger Menschen Macht.                 7
Hier wird alle Kraft verlacht!                              7
Spricht der Höchste nur ein Wort,                       7
Seiner Feinde Stolz zu enden,                             8f
O, so müssen sich sofort                                    7
Sterblicher Gedanken wenden.                           8f

    Par sa main et d’un seul geste
    Tombe à terre tout pouvoir.
    Ridicule est tout savoir !
    Que le Très-haut dise un mot,
    Déjà chute qui s’élève,
    Alors changent aussitôt
    Les projets humains, les rêves.

                5.  3ème RECITATIF            ( T )         ( Matthieu 2/9-11,
                                                                               Texte de Luther )

Evangelist :  „Als sie nun den König gehöret hatten, zogen sie hin. /  Und siehe, der Stern, den sie im Morgenlande gesehen hatten, /  ging für (vor) ihnen hin, bis dass er kam und stund oben über, da das Kind war. /  Da sie den Stern sahen, wurden sie hoch erfreut /  und gingen in das Haus /  und fanden das Kindlein mit Maria, seiner Mutter, /  und fielen nieder und beteten es an /  und täten ihre Schätze auf /  und schenkten ihm Gold, Weihrauch und Myrrhe.“

Evangéliste : « Ayant entendu Hérode, les mages partirent donc. /  L’étoile, voici, que vers l’Orient ils avaient vue, brillante, /  marchait devant eux, jusqu’à se tenir au dessus du lieu où était l’enfant. /  Ayant vu l’étoile, ils se réjouirent fort. /  Entrés dans la maison, /  ils trouvèrent l’enfant avec Marie, sa mère ; /  ils se prosternèrent et l’adorèrent, /  puis ils ouvrirent leurs trésors /  et offrirent or, encens et myrrhe.

                6.  1er CHORAL         ( VII régulier )

Ich steh an deiner Krippe hier,                     8
O Jesulein, mein Leben.                              7f
Ich komme, bring und schenke dir,               8
Was du mir hast gegeben.                           7f
 Nimm hin, es ist mein Geist und Sinn,          8
Herz, Seel und Mut, nimm alles hin               8
Und lass dirs wohlgefallen.                          7f     vers libre

    Devant ta crèche je me tiens,
    Jésus petit que j’aime.
    Je t’offre tout ce qui est mien
    Et qui vient de toi-même.
    Prends-le, c’est mon cœur, mon esprit,
    Mon âme : je t’ai tout remis.
    Prends-les et qu’ils te plaisent !

               7.  4ème 2e RECITATIF         ( T )         ( Matthieu 2/12,
                                                                                Texte de Luther )

Evangelist :  „Und Gott befahl ihnen im Traum, /  dass sie nicht sollten wieder zu Herodes lenken, /  und zogen durch einen andern Weg wieder in ihr Land. „

Evangéliste:   « En rêve Dieu leur ordonna /  de ne plus reprendre la route vers le roi Hérode ; /  ils partirent par un autre chemin vers leur pays. »

               8.  5ème RECITATIF         ( T )         ( VIII = VIII régulier )

So geht ! genug, mein Schatz geht nicht von hier,     10    
Er bleibet da bei mir,                                               6
Ich will ihn auch nicht von mir lassen.                       9f
Sein Arm wird mich aus Lieb                                    6
Mit sanftmutsvollem Trieb                                        6
Und grösster Zärtlichkeit umfassen;                         9f
Er soll mein Bräutigam verbleiben,                           9f
Ich will ihm Brust und Herz verschreiben.                  9f
Ich weiss gewiss, er liebet mich,                               8
Mein Herz liebt ihn auch inniglich                               8
Uns wird ihn ewig ehren.                                         7f
Was könnte mich nun für ein Feind                            8
Bei solchem Glück versehren!                                  7f
Du, Jesus, bist und bleibst mein Freund;                    8
Und werd ich ängstlich zu dir flehn:                           8
Herr hilf! So lass mich Hilfe sehn.         
                     8

    Allez! Suffit, mon trésor ne part pas,
    Il est là, près de moi,
    Et jamais je ne le délaisse.
    Son bras, avec amour
    Et douceur, chaque jour,
    Veut m’entourer dans la détresse.
    Qu’il reste mon époux sans cesse,
    Je lui remets mon cœur, ma faiblesse.      
    J’en suis certain, il m’aime fort,
    Mon cœur aussi vit en accord
    Avec lui pour sa gloire.
    Que pourrait donc un ennemi,
    Dans ce bonheur, me faire !
    Jésus, tu restes mon ami,
    Et je t’appelle de tout cœur,
    Viens à mon aide, mon Sauveur.

                9.  2e ARIA         ( T )         ( VI régulier )

Nun mögt ihr stolzen Feinde schrecken ;            9f
Was könnt ihr mir für Furcht erwecken?             9f
Mein Schatz, mein Hort ist hier bei mir.               8
    Ihr mögt euch noch so grimmig stellen,          9f
    Droht nur, mich ganz und gar zu fällen,          9f
    Doch seht! mein Heiland wohnet hier.             8

    Prenez donc peur, fiers adversaires ;
    Quel effroi sauriez-vous me faire ?
    Mon trésor, mon ami, est là.
        Vous pouvez vous montrer féroces,
        De vos menaces je me gausse :
        Voyez mon Sauveur près de moi.

              10.  6ème RECITATIF         ( S, A, T, B )         ( III régulier )

Was will der Hölle Schrecken nun,            8
Was will uns Welt und Sünde tun,             8
Da wir in Jesu Händen ruhn?                    8

Que veut l’enfer, que veut Satan,
Que veut le monde maintenant ?
Ton bras, Jésus, est tout-puissant !

               11.  2ème CHORAL       ( VIII régulier )

Nun seid ihr wohl gerochen  (gerächet),    7f
An eurer Feinde Schar,                             6     
Denn Christus hat zerbrochen                   7f   
Was euch zuwider war.                             6
Tod, Teufel, Sünd und Hölle                      7f
Sind ganz und gar geschwächt                   6
Bei Gott hat seine Stelle                            7f
Das menschliche Geschlecht.                     6

    A vous donc la victoire,
    Sur tous vos ennemis,
    Christ a montré sa gloire,
    Il les a tous démis.
    L’enfer, la mort le diable,
    Maintenant affaiblis,
    Dieu rend l’humain capable
    D’entrer au paradis.

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 50
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 1.7.2008

 

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

779013
Aujourd'huiAujourd'hui685
HierHier794
Cette semaineCette semaine4493
Ce moisCe mois15979
Tous les joursTous les jours779013