« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

C. 22 : Noël, 2e Dim : SCHAU, LIEBER GOTT, WIE MEINE FEIND

C. 22.     2ème dimanche après NOËL =
               Dimanche après le Nouvel an
               2. Sonntag nach Weihnachten =
               Sonntag nach Neujahr  (Wustmann)

         SCHAU, LIEBER GOTT, WIE MEINE FEIND     BWV 153

                     Vois Dieu, combien mes ennemis

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : inconnu (Bach ?)     Date:probablement 1724 ( Leipzig I )

Lectures bibliques du dimanche :

Epître :      I Pierre 4/12-19      les souffrances du chrétien,
                     à l’instar du Christ, obligé de fuir en Egypte
Evangile :  Matthieu 2/13-23  la fuite en Egypte

Thème de la cantate :  

        Cette cantate dépend entièrement de l’évangile du jour, la Fuite en Egypte, complété par l’épître. Le thème des ennemis persécuteurs est récurrent. Il apparaît dès le début, dans le 1er Choral, dont le texte est est tiré du Psaume 3/2-4. le même passage est cité dans le 2ème Récitatif : « Denn meine Feinde sind so viel –car mes ennemis sont si nombreux. » Ces méchants sont appelés « Teufel-diable, Löwen-lions, Drachen-dragons », et prennent figure dans le personnage du « Wüterich Hérodes – Hérode le colérique », au 3ème Récitatif.

        Le texte se divise en deux grandes parties : 1. la plainte à Dieu du fidèle attaqué.  Cette partie, introduite par une choral de Denicke, va jusqu’à la fin du 2ème Récitatif.  2. l’espoir est en Dieu le Sauveur. Cette partie est introduite par un nouveau choral, de Paul Gerhardt. La cheville de passage est dans la le mot  ob –même si  : « Und ob gleich alle Teufel  Hie wollten widerstehn – Et si même tous les diables Voulaient ici s’opposer » On entend l’écho de la phrase de Luther allant à Worms : « Et s’il y avait autant de diables sur les toits que de tuiles, j’irais ! ». L’ensemble de la cantate est clos par un 3ème choral, de Martin Moller, exprimant la confiance de l’âme apaisée, prête à porter la croix et à suivre Jésus.

        La cantate se réfère sans cesse à Dieu, et non à Jésus comme d’autres. Jésus apparaît seulement dans le 3ème récitatif, où le librettiste cite la thèse du Christ premier martyr chrétien, à peine né et déjà fugitif : « Kaum kommt er auf die Erden, so muss er schon ein Flüchtling werden – à peine vient-il sur terre qu’il doit déjà devenir un réfugié. »  Jésus est cité une deuxième fois à l’avant dernier vers final, dans la prière. 

        Le « Christ », titre rarement employé par Bach qui privilégie « Jésus », comme les piétistes le font, est cité dans le 3ème récitatif, mais comme citation de l’épître I Pierre 4/13 : « freut euch, dass ihr mit Christo leidet, etc… – réjouissez-vous de ce que vous souffrez avec Chist, etc… ». Dans la cantate, ce verset est repris en entier, développé littérairement et devient : « Wohlan, mit Jesu tröste dich,… : denjenigen, die hier mit Jesu  leiden,… - Va, console toi avec Jésus… : à ceuxqui souffrent avec Christ .»

        Le 1er Récitatif et la 1ère Aria se suivent, à la manière de  la confession des péchés et la parole de grâce dans le culte luthérien, selon la liturgie strasbourgeoise adoptée presque partout en Allemagne à l’époque de Bach. « Mein liebster Gott, ach lass dichs doch erbarmen, ach hilf doch, hilf mir Armen ! –mon Dieu bien-aimé, aie donc pitié, viens à mon aide, viens à l’aide du malheureux! » C’est une des formulations classiques de la confession des péchés, la finale de la phrase étant « hilf mir armen Sünder – viens à mon aide, moi qui suis un pauvre pécheur ». Ici le mot « Sünder » a disparu et l’aide demandée est contre les ennemis, lesquels représentent le mal qui veut me dévorer, comme le péché le ferait. Suite à cette prière, est prononcée la parole de grâce, qui est un verset biblique exprimant la grâce et le pardon de Dieu. Ce verset est Esaïe 41/10, qui est une parole de grâce classique de la liturgie.

        La 3ème Aria commence par 4 vers qui forment un quatrain régulier en IV 7.8f : 7.8f, qui a la forme d’un choral et ressemble aux strophes finales de certains de ces chants, visant la fin de la vie terrestre et la vie éternelle. A-t-on ici une citation d’une strophe ou d’un fragment de strophe d’un choral ? Aucun livre donnant les sources des chorals employés par Bach ne le dit. un choral, 

        Les trois chorals forment la charpente de la cantate : ils introduisent les deux parties et achèvent l’ensemble. On a ici le plan suivant :

1ère partie :           2ème partie :         final :

1er Choral           2ème Choral        3ème Choral
1er Récitatif         2ème Aria
1ère Aria             3ème Récitatif
2ème Récitatif      3ème Aria

        Dans les deux parties l’ordre et le nombre des Récitatifs et des Arias sont inversés.

Sources :  1. 1er Choral : Schau, lieber Gott, wie meine Feind 
                                         David Denicke 1641 (1603-1680)
                                         d’après le Psaume 3/2-4
                                         Mélodie : Ach, Gott, vom Himmel sieh darein
                                                         de Martin Luther 1524 pour le Ps 12
                  5. 2ème Choral : Befiehl du deine Wege, str 5
                                         Paul Gerhardt 1653 (1607-1676)
                                         EKG 294, RA 429, EG 361
                  9. 3ème Choral : Ach Gott, wie manches Herzeleid
                                         Martin Moller 15876 ( 1547-1606),
                                         D’après « Jesu dulcis memoria », vers 1200
                      Ici sont employées les strophes 8 et 9, selon la forme
                      pourvue de la mélodie de Luther : « Vater unser im
                      Himmelreich », qui donne des strophes de 6 vers,
                      et un total de 9 strophes.
                           Bach emploie une autre mélodie : « O Jesu Christ, meins
                      Lebens Licht », qui donne des strophes de 4 vers, et un total
                      de 13 strophes, dont celles qu’il emploie seraient les 11,12
                      et 13.
                                         

Bible :  3. 1ère Aria : citation directe de Esaïe 41/10, selon le texte de Luther
            7. 3ème Récitatif : citation légèrement modifiée de I Pierre 4/13

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951 Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische Kirche
                  Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952 Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                  et de Lorraine
EG 1995  Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                  Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :   Wustmann,   page  42
                     Neumann,     page  127
                     Schmieder,   page

 

TEXTE de la Cantate

                                               Structure poétique
               1.  CHORAL                  (VII régulier )

Schau, lieber Gott, wie meine Feind,        8
Damit ich stets muss kämpfen,               7f
So listig und so mächtig seind,                8  
Dass sie mich leichtlich dämpfen.            7f
Herr, wo mich deine Gnad nicht hält,        8
So kann der Teufel, Fleisch und Welt        8
Mich leicht in Unglück stürzen.                 7f      vers libre

    Vois, Dieu, combien mes ennemis,
    Qu’il me faut tant combattre,
    Sont si puissants et si hardis
    Qu’ils pourraient bien m’abattre.
    Si ta grâce, ô Dieu, ne me tient,
    Satan, le monde et ces gredins
    Me jetteront à terre.

               2.  1er RECITATIF         ( A )         (VI irrégulier )

Mein lieber Gott, ach lass dichs doch erbarmen,         11f
ach hilf doch, hilf mir Armen!                                    7f
Ich wohne hier bei lauter Löwen und bei Drachen,      13f
und diese wollen mir durch Wut und Grimmigkeit        8
in kurzer Zeit                                                           4
den Garaus völlig machen.                                       7f

    Dieu bien-aimé, regarde ma misère
    Et aide au pauvre hère !
    Parmi les lions, les dragons, ici j’habite :
    Ils veulent tous, par leur colère et de leurs dents ,
    En peu de temps,
    Me contraindre à la fuite.

               3.  1er ARIA         ( B )      ( verset biblique : Esaïe 41/10)

« Fürchte dich nicht, ich bin mit dir. /  Weiche nicht, ich bin dein Gott;  /  ich stärke dich, ich helfe dir auch durch die rechte Hand meiner Gerechtigkeit. »

« Ne crains donc pas, tu es à moi. /  Ne pars pas, je suis ton Dieu ; /  Moi, ta force, je t’aide par mon bras, par la main droite de ma justice. »

               4.  2e RECITATIF         ( T )            ( XII irrégulier )

Du sprichst zwar, lieber Gott, zu meiner Seele Ruh     12
Mir einen Trost in meinen Leiden zu.                         10
Ach, aber meine Plage                                             7f
Vergrössert sich von Tag zu Tage,                            9f
denn meiner Feinden sind so viel,                              8
mein Leben ist ihr Ziel,                                             6
ihr Bogen wird auf mich gespannt,                             8
sie richten ihre Pfeile zum Verderben,                       11f
ich soll von ihren Händen sterben;                             9f
Gott! Meine Not ist mir bekannt,                                8
die ganze Welt wird mir zur Marterhöhle;                   10f
hilf, Helfer hilf! Errette meine Seele!                          11f

    Tu promets, ô mon Dieu, à l’âme du repos,
    dans ma souffrance un jour meilleur et beau.
    Seigneur, ma triste plainte
    devient plus grande avec ma crainte ;
    mes ennemis sont si nombreux,
    ma vie n’est rien pour eux,
    leur arc est tendu contre moi,
    ils décochent leurs flèches pour me perdre,
    de leurs mains ils veulent me tordre ;
    Dieu, tu vois quel est mon émoi,
    le monde entier devient une torture :
    Dieu, sauve-moi, l’épreuve m’est trop dure !

               5.  2e CHORAL     ( VIII régulier )

Und ob gleich alle Teufel                 7f
Hie wollten widerstehn,                    6
So wird doch ohne Zweifel               7f
Gott nicht zurücke gehen;                6
Was er ihm fürgenommen *             7f
Und was er haben will,                     6
Das muss doch endlich kommen      7f
Zu seinem Zweck und Ziel.              6
           * er sich vorgenommen

    Et même si le Diable
    Veut s’opposer à moi,
    Dieu reste inébranlable,
    Il ne recule pas.
    Ce qu’il dit qu’il va faire,
    Qu’il veut mener à bien,
    Surgit à la lumière,
    Arrive à bonne fin.

               6.  2e ARIA         ( T )         ( VII régulier )

Stürmt nur, stürmt, ihr Trübsalswetter,        8f
Wallt, ihr Fluten, auf mich los.                     7       vers libre
    Schlagt, ihr Unglücksflammen,                6f
    Über mich zusammen,                           6f
    Stört, ihr Feinde, meine Ruh,                  7
    Spricht mir doch Gott tröstlich zu:           7
    Ich bin dein Hort und Erretter.                8f

    Déchaînée, tempête, souffle,
    Flots, bondissez contre moi,
    Brûle, haute flamme,
    Autour de mon âme,
    Trouble-fête et ennemi !
    Consolant, mon Dieu me dit :
    Tu es sauvé, toi qui souffres.
 
               7.  3e RECITATIF         ( B )            ( XV irrégulier )

Getrost ! mein Herz,                                                  4
erdulde deinen Schmerz,                                            6
lass dich nicht unterdrücken,                                      9f
Gott wird dich schon zu rechter Zeit erquicken;           11f
Muss doch sein lieber Sohn, dein Jesus,                   
               in noch zarten Jahren                                15f
viel grössre Not erfahren,                                          7f
da ihm der Wüterich Herodes                                     9f
die äusserste Gefahr des Todes                                  9f
mit mörderischen Fäusten droht.                                 8        vers libre
Kaum kommt er auf die Erden,                                   7f
so muss er schon ein Flüchtling werden!                      9f
Wohlan, mit Jesu tröste dich,                                      8
und glaube festiglich:                                                 6
denjenigen, die hier mit Christo leiden,                       11f
will er das Himmelreich bescheiden.                            9f

    Patient, mon cœur,
    supporte ta douleur,
    refuse que ta croix t’écrase
    en temps voulu Dieu montrera sa grâce ;
    car son Fils bien-aimé, dans ses jours d’enfance,
    porta pire souffrance
    par ce colérique d’Hérode
    qui ouvre un tragique épisode,
    un terrible élan meurtrier.
    A peine est-il sur terre
    qu’il doit s’enfuir au loin, qu’il erre !
    Console-toi en Jésus-Christ,
    et crois, uni à lui :
    à ceux qui avec le Christ souffrent
    sera le Royaume qu’il ouvre.

               8.  3e ARIA         ( A )                        ( VII régulier )

Soll ich meinen Lebenslauf                                          7
Unter Kreuz und Trübsal führen,                                 8f
Hört es doch im Himmel auf.                                       7
    Da ist lauter Jubilieren,                                          8f
    Daselbsten verwechselt mein Jesus das Leiden        12f
    Mit seliger Wonne, mit ewigen Freuden.                  12f

    Me faut-il mener ma vie
    Sous la croix, dans la souffrance,
    Au ciel ce sera fini,
        Là tout est réjouissance.
        Là-bas, mon Jésus, échangera ma peine
        Avec l’allégresse, avec sa joie pleine.

               5.  3e CHORAL           ( VIII régulier )

Drum will ich, weil ich lebe noch,           8
das Kreuz dir fröhlich tragen nach;        8
mein Gott, mach mich dazu bereit         8
Es dient zum besten allezeit.                 8

Hilf mir mein Sach recht greifen an,
Dass ich mein Lauf vollenden kann,
Hilf mir auch zwingen Fleisch und Blut,
Vor Sünd und Schanden mich behüt.

Erhalt mein Herz im Glauben rein,
So leb und sterb ich dir allein;
Jesu, mein Trost, hör mein Begier,
O mein Heiland, wär ich bei dir!

    Je veux encor, puisque je vis,
    Porter la croix de Jésus-Christ ;
    Mon Dieu, fais qu’en tout je sois prêt,
    Pour mon seul bien, Dieu, tu le sais.

    Fais-moi mener ce que je fais
    A bonne fin et dans la paix,
    Et que je bride chair et sang :
    Défends-moi du mal, des méchants.

    Maintiens mon cœur dans la vraie foi,
    Pour que je vive et meure en toi.
    Jésus, mon Maître, écoute-moi :
    Ce que je veux c’est d’être en toi.
   

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 42
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 24.6.2008

 

Visiteurs en ligne

881338
Aujourd'huiAujourd'hui177
HierHier1054
Cette semaineCette semaine3258
Ce moisCe mois13620
Tous les joursTous les jours881338