C. 21 : Noël, 1er Janvier : JESU NUN SEI GEPREISET

C. 21    NOUVEL AN, 1er JANVIER
             NEUJAHR, 1. JANUAR  (Wustmann)

             JESU, NUN SEI GEPREISET     BWV 41

                    A Jésus disons gloire

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : inconnu                             Date: probt 1740 (Leipzig II)

Lectures bibliques du 1er janvier :

A.  Circoncision et don du nom de « Jésus », Luc 2/21, octave de Noël

Epître     :  Galates 3/23-29   La loi est le pédagogue qui mène au Christ,
                                           par la foi nous sommes enfants de Dieu
Evangile :  Luc 2/21, Circoncision et don du nom de Jésus. Cet évangile
                               est la plus courte lecture d’évangile de l’année de
                               l’Eglise, puisque constituée d’un seul verset.  

B.  Nouvel an
Epître     : Jacques 4/13-15, l’avenir du chrétien
Evangile : Luc 4/16-21, l’an nouveau de la grâce de Dieu

Thème de la cantate : 

         Cette cantate pour le Nouvel an est consacrée au double thème du nom de Jésus, qui préside toute l’année, et au Nouvel an lui-même, l’an de grâce annoncé dans Luc 4/16-21.

        Les deux premières lignes du chœur d’entrée donnent immédiatement ces deux thèmes. Le dernier vers du choral final, qui est aussi le dernier de la cantate, reprend le thème du Nouvel. L’an passé est juste évoqué dans les deux dernières lignes du chœur. Dans tout le reste de la cantate, la vue est dirigée vers l’année nouvelle et l’avenir.

        Le cantique « Jesu, nun sei gepreiset », en 3 strophes, forme le cadre de la cantate : la première strophe donne le Chœur d’entrée, la 3e et dernière strophe donne le Choral final. Mais la strophe 2 est rappelée, d’abord dans la 1ère  Aria : « Lass uns das Jahr vollbringen – Fais-nous terminer l’année » du chant devient « Lass uns, o höchster Gott, das Jahr vollbringen – Fais-nous, ô Dieu très-haut, terminer l’année ». Le cantique est christologique de bout en bout. Ici, le librettiste a inséré Dieu, à moins qu’il ne donne ce titre au Christ. Une deuxième citation de cette strophe 2 se trouve dans la 2ème Aria : « Dein seligmachend Wort – Ta parole qui sauve ». Enfin, les mots « Hand – main » et « Segen – bénédiction » proviennent du cantique, et sont cités dans le même ordre de succession dans la 1ère Aria, et le mot « Fried – paix », qui suit les deux précédents se retrouve dans la 2ème Aria, avant celui de « Wort – parole ».

        La 1ère Aria est une prière pour l’année nouvelle, rappelant la collecte de ce jour.

        Le 1er Récitatif contient plusieurs références bibliques. Il cite « l’A et l’O, le commencement et la fin », depuis l’Apocalypse 1/8, et le Psaume 139/16 : « (alle) Unsre (meine) Tage sind bei dir geschrieben – (tous) nos (mes) jours sont inscrits chez toi. » Proverbes 30/7-9 est rappelé, où le fidèle demande à Dieu deux choses : de ne pas le rendre trop riche ou trop pauvre, mais un peu de chaque. Ici l’idée est appliquée à la souffrance. L’Ecclésiaste 7/16 contient la même idée de mesure : « Ne sois pas juste à l’excès,…, ne sois pas trop injuste. »

        La 2ème Aria demande la Parole de Dieu pour l’année à venir, afin que celle-ci ne vienne pas à manquer, ce qui serait dommageable pour l’Eglise. Pour le 2ème Récitatif et l’emploi de la Litanie, voir plus bas : Sources.

        Le Choral final est la 3ème et dernière strophe du chant qui forme le Chœur d’entrée. La glorification est adressée à Jésus, dont le nom n’apparaît que dans l’incipit du chant.
 

Sources :  1 et 6 : Chœur et Choral :  Jesu, nun sei gepreiset, str 1 et 3
                                                            Dans RA 50 et EKG 39
                            Johannes Hermann 1591-93 (né vers 1550 –
                                                                      mort à la fin du 16e S. ?)
                            (Note de EKG : Le chant de Nouvel an « Jesu, nun sei gepreiset » a paru en 1593 à Wittenberg. En 1636 seulement est donné pour auteur un « Johannes Hermann », à propos duquel aucune indication fondée n’a pu être faite.
                  A ne pas confondre avec Johannes Heermann, qui vécut de 1585 à 1647.)

                  5. 2ème Récitatif :  un extrait de la « Litanie allemande » de Martin Luther, couramment employée dans les cultes à l’époque, est cité littéralement : « Den Satan unter unsre Füsse treten ». Cette formule provient de Romains 16/20, où nous la retrouvons dans la traduction de Luther avec la même formulation : « Der Gott des Friedens aber wird den Satan unter eure Füsse treten - Le Dieu de grâce écrasera bientôt Satan sous vos pieds ». Le texte complet de la litanie de Luther se trouve dans RA rot 77, EKG 138 et EG 192.  

Bible :  pas de citation directe de la Bible au début de la cantate.

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951 Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische Kirche
               Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952   Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
               et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
               Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine. La mention « régulier » signale que les vers sont de coupe égale et de même longueur selon leurs rimes, la mention « irrégulier » indique que les vers ont des longueurs inégales, malgré leurs rimes.

Références :   Wustmann,   page   40
                       Neumann,     page   47
                       Schmieder,   page

TEXTE de la Cantate

                                           Structure poétique
               1. CHOEUR        ( XIV régulier )

Jesu, nun sei gepreiset                 7f
Zu diesem neuen Jahr                  6
Für dein Güt, uns beweiset            7f
In aller Not und Gfahr,                  6  /
Dass wir haben erlebet                  7f
Die neu fröhliche Zeit                    6
Die voller Gnade schwebet            7f
Und ewger Seligkeit;                     6  //
Dass wir in guter Stille                  7f
Das alt Jahr han erfüllet.               7f  /
Wir wolln uns dir ergeben             7f
Jetzund und immerdar,                 6
Behüt Leib, Seel und Leben           7f
Hinfort durchs ganze Jahr.             6

    A Jésus rendons gloire
    Pour ce tout nouvel an,
    Pour l’aide et la victoire
    Dans les dangers du temps.
    Nous avons vu ensemble
    Ce jour nouveau, joyeux,
    Qui pour l’amour rassemble
    Dans la grâce et en Dieu.
    L’âme est en paix, tranquille,
    L’ancienne année défile.
    Nous voulons nous soumettre
    Aujourd’hui et toujours ;
    Garde nos cœurs, ô Maître,
    Tout l’an et tous les jours.

               2.  1er ARIA         ( S )         ( VI régulier )

Lass uns, o höchster Gott, das Jahr vollbringen       11f
Damit das Ende so, wie dessen Anfang sei.             12
    Es stehe deine Hand uns bei,                              8 
    Dass künftig bei des Jahres Schluss                     8
    Wir bei des Segens Überfluss                              8
    Wie jetzt ein Halleluia singen                              9f

    Fais-nous, ô Dieu, finir l’année nouvell,
    Pour que sa fin soit comme a été son début.
       Ta main nous donne le salut ;
       Qu’au terme de ce nouvel an
       Nous te chantions, pour tes présents,
       L’alléluia qui les rappelle.

               3.  1er RECITATIF         ( A )         ( X irrégulier )

Ach ! deine Hand, dein Segen muss allein             10
das A und O, der Anfang und das Ende sein.         12
Das Leben trägest du in deiner Hand,                   10
und unsre Tage sind bei dir geschrieben;              11f
dein Auge sieht auf Stadt und Land;                      8
du zählest unser Wohl                                          6
und kennest unser Leiden,                                   7f

ach, gib von beiden                                             5f
was deine Weisheit will,                                       6
wozu dich dein Erbarmen angetrieben.                 11f

    Ta grâce, ô Dieu, peut seule, avec ta main,
    Etre A et O, le commencement et la fin.
    Entre tes mains tu portes notre vie
    Et nos jours sont inscrits dans ta mémoire.
    Tu vois la ville et le pa-ys ;
    Tu cherches notre bien, tu connais nos souffrances.
    Donc, donne-nous, Dieu, de chacun de ces deux
    Dans ta pitié, ta sagesse et ta gloire.
   

               4.  2e ARIA         ( T ) 
        ( VI irrégulier )

Woferne du den edlen Frieden                                 9f
Für unsern Leib und Stand beschieden,                    9f
So lass der Seele doch dein seligmachend Wort.      12
    Wenn uns dies Heil begegnet,                             7f
    So sind wir hier gesegnet                                   7f
    Und Auserwählte dort.                                        6

    Aussi loin que la paix nous porte
    Dans un corps sain, une âme forte,
    Que ta parole vive atteigne nos esprits.
    Que ton salut se fasse,
    Que ta main nous bénisse
    Autant là-bas qu’ici


               5.  2e RECITATIF         ( B )  
       ( X irrégulier )

Doch weil der Feind bei Tag und Nacht               8
zu unserm Schaden wacht                                6
und unsre Ruhe will zerstören,                          9f
so wollest du, o Herre Gott, erhören,                11f
wenn wir in heiliger Gemeine beten:                11f
„den Satan unter unsre Füsse treten“.              11f
So bleiben wir zu deinem Ruhm                        8
dein auserwähltes Eigentum                             8
und können auch nach Kreuz und Leiden          9f
zur Herrlichkeit von hinnen scheiden.               9f

    Si l’ennemi, le jour, la nuit,
    Nous guette et qu’il nous nuit,
    Pour rompre la paix, la détruire,
    Veuille, ô Seigneur, nous conduire.
    Exauce ton Eglise et sa prière :
    « Jeter Satan et le fouler à terre ».
    Nous resterons, pour ton honneur,
    Ton peuple saint, Dieu rédempteur,
    Qui va, après croix et souffrance,
    Rejoindre au ciel son espérance.

               6.  CHORAL              ( XIV régulier )

Dein ist allein die Ehre,                        7f
Dein ist allein der Ruhm.                      6
Geduld in Kreuz uns lehre,                   7f
Regier all unser Tun,                           6  /
Bis wir getrost abscheiden                   7f
Ins ewge Himmelreich,                        6 
Zu wahren Fried und Freuden,              7f
Den Heigen Gottes gleich.                    6  //
Indes machs mit uns allen                   7f
Nach deinem Wohlgefallen.                  7f  /
Solchs singet heut ohn Scherzen           7f
Die Christgläubige Schar,                     6
Und wünscht mit Mund und Herzen       7f
Ein selges neues Jahr.                          6

    A toi seul est la gloire,
    A toi seul est l’honneur.
    Enseigne-nous à croire,
    A porter la douleur,
    Et à quitter la terre
    Pour entrer dans les cieux,
    Dans notre paix dernière
    Chez les élus de Dieu.
    Seigneur, fais qu’il te plaise
    D’écouter à ta guise
    Les chants et les cantiques
    Que le peuple chrétien
    Te chante, et leurs musiques
    Dans l’an nouveau qui vient.
 

                             Texte allemand : Wustmann, page
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 23.6.2008

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

613577
Aujourd'huiAujourd'hui648
HierHier1198
Cette semaineCette semaine648
Ce moisCe mois19597
Tous les joursTous les jours613577