« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

C. 14 : Noël, 1er Dim : TRITT AUF DIE GLAUBENSBAHN

C. 14. 1er Dimanche après NOËL
           1. Sionntag nach Weihnachten  (Wustmann)

         TRITT AUF DIE GLAUBENSBAHN,   BWV  152

                    MARCHE AU CHEMIN DE FOI

 

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : Salomo Franck 1715        Date: probt 1715

Lectures bibliques du dimanche / de la fête :

Epître :       Galates 4/1-7 , le Christ nous délivre de la Loi
Evangile :   Luc 2/33-40 , Présentation de Jésus au Temple
                       le vieux Siméon et la prophétesse Anne
                    Ce dimanche tombe certaines années,
                       si le 25 ou le 26/12 sont un dimanche.

Thème de la cantate :   

        Cette cantate ne comporte pas de choral final, ni de chœur d’entrée. Elle est composée de deux Arias+Récitatif, achevés par une Aria en duo. Ce qui donne les trois parties habituelles des cantates.

        Le verset biblique qui forme son leit-motiv est donné dans la 1ère Aria : un verset d’Esaïe 28/16 : « Siehe, ich lege in Zion einen Grundstein, einen bewährten Stein, einen kostbaren Eckstein, der fest gegründet ist. Wer glaubt, der flieht nicht – Voici, je place en Sion une pierre angulaire, une pierre éprouvée, une pierre de valeur, qui est solidement fondée. Qui croit ne prendra pas la fuite. » Cette dernière phrase est tournée positivement dans la cantate, et lui donne son titre : « Tritt auf die Glaubensbahn – Marche sur le chemin de la foi », au lieu de t’enfuir ! La pierre angulaire est le Christ, image qu’on retrouve dans le Ps 118/22, lequel est devenu le Psaume de Pâques à cause de cela : « La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs est devenue la principale de l’angle », c’est-à-dire la pierre angulaire.

        Le 2ème Récitatif combine cette parole d’Esaïe avec celle de Siméon, dans Luc 2/34 : « Siehe, dieser wird gesetzt zum Fall und Aufstehen vieler in Israel, und zu einem Zeichen, dem widersprochen wird – Voici, celui-ci est placé pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël, et comme un signe de contestation. » Et si des gens s’y achoppent, ce n’est pas la faute de la pierre, mais celle des gens du monde qui ne reconnaissent pas la grâce de Dieu, sous-entendu dans cet enfant.

        Dans le 2ème groupe Aria-Récitatif, le thème de la pierre, de négatif qu’il était, devient positif dans une prière adressée au « Christ-pierre », dans laquelle le croyant demande que sa foi soit fondée sur lui. Mais le Récitatif reprend le thème négatif, tiré de la fin de Luc 2/34 : « Ein Zeichen, dem widersprochen wird – un signe qui sera contesté. » : « Es ärgre sich die kluge Welt- Que le monde sage s’irrite » de voir le Christ venir sur terre, dans une faible chair. La sagesse du monde ne comprend pas cela, écho de Saint-Paul dans I Corinthiens 3/19 : « La sagesse de ce monde est folie devant Dieu ». L’image de l’aveugle qui conduit un aveugle et le conduit à sa perte, prise dans Luc 6/39, est appliquée à la sagesse humaine : « Die blinde Leiterin verführt die geistlich Blinden – La conductrice aveugle égare les aveugles spirituels ! »

        L’Aria finale en duo est un dialogue de l’âme avec Jésus. Celle-ci fait part de son désarroi, par une question répétée : « Wie soll ich ? – Comment puis-je ? » Chaque réponse du Christ reprend les termes de la question : « Wie soll ich ? – Du musst ;  Wie soll ich erkennen ? – Erkenne mich ;  Komm, Heiland – Komm, Seele ;  Ach, ziehe mich – Dir schenke ich. » Cela donne un dialogue serré et rapide, en 4 questions-réponses.

         La boucle est bouclée: le « Tritt auf die Glaubensbahn – Marche sur le chemin de la foi » du début conduit à « Dir schenke ich die Kron - Je te donne la couronne. » 

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        2ème partie         3ème partie

1ère Aria          2ème Aria            Aria en duo
1er Récitatif      2ème Récitatif

Bible :  sources bibliques des pièces

             1. 1ère Aria :  Esaïe 28/16 :
                              Dieu a placé une pierre à Sion
             2. 1er Récitatif : Luc 2/34 : le
                              Christ sera une pierre d’achoppement
             4. 2ème Récitatif : Luc 2/35 : 
                              « afin que les pensées de beaucoup soient dévoilées. »
                                         I Corinthiens 3/19 :
                              « la sagesse de ce monde est folie devant Dieu
                                         Luc 6/39 :
                              «  un aveugle peut-il conduire un aveugle ? »
             5. 3ème Aria : Apocalypse 2/10 :
                              « je te donnerai la couronne de la vie. »

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :    Wustmann 1982,   page 29
                        Neumann   1947,   page 126 ; 1970, page 134   
                        Schmieder        ,   page

TEXTE de la Cantate

                                               Structure poétique
               1.  1ère   ARIA                 ( IV régulier )

Tritt auf die Glaubensbahn,               6
    Gott hat den Stein geleget,           7f
    Der Zion hält und träget,              7f
    Mensch, stosse dich nicht dran.     6

    Marche au chemin de foi
       Dieu a posé la pierre
       En Sion, l’angulaire :
       Toi, ne t’y heurte pas !
      
               2.  1er RECITATIF         ( B )             ( XIII irrégulier )

Der Heiland ist gesetzt                                                 6
in Israel zum Fall und Auferstehen!      vers libre           11f
Der edle Stein ist sonder Schuld;                                   8 
wenn sich die böse Welt                                                6
so hart an ihm
verletzt,                                               6
ja über ihn zur Hölle fällt,                                              8
weil sie so boshaftig an ihn rennet                                10f
und Gottes Huld                                                          4
und Gnade nicht erkennet!                                           7f
Doch selig ist                                                               4
ein auserwählter Christ,                                                6
der seinen Glaubensgrund auf diesen Eckstein leget,      13f
weil er dadurch Heil und Erlösung findet.                       11f

    Le Sauveur est placé
    afin qu’Israël tombe et se relève !        vers libre
    La noble pierre n’y peut rien,
    si le monde méchant,
    qui s’y sera blessé,
    tombe en enfer bien lourdement,
    car, dédaignant la grâce, il heurte
    du pied, soudain,
    le seuil du pas de porte !
    Heureux chrétien,
    Celui qui choisit bien,
    Qui prend pour fondement cette pierre angulaire :
    Il trouvera le salut qu’il espère.

               3.  2ème   ARIA         ( S )     ( V régulier )

Stein, der über alle Schätze,                    8f
Hilf, dass ich zu aller Zeit                         7
Durch den Glauben auf dich setze            8f
Meinen Grund der Seligkeit                      7
    Und mich nicht an dir verletze.            8f

    Pierre, toi qui tout surpasses,
    Accorde-moi, en tout temps,
    Qu’avec foi sur toi je place
    Mon salut, mon fondement,
       Et qu’à toi je ne me blesse.

               4.  2ème  RECITATIF         ( B )         ( X irrégulier )

Es ärgre sich die kluge Welt, dass Gottes Sohn          12
verlässt den hohen Ehrenthron,                                8
dass er in Fleisch und Blut sich kleidet                       9f
und in der Menschheit leidet.                                    7f
Die grösste Weisheit dieser Erden                             9f
Muss vor des Höchsten Rat                                       6
Zur grössten Torheit werden.                                   7f
Was Gott beschlossen hat,                                        6
kann die Vernunft doch nicht ergründen;                   9f
die blinde Leiterin verführt die geistlich Blinden.        13f

    Le monde est irrité que Lui, Le Fils de Dieu
    délaisse un trône glo-ri-eux,
    de chair, de sang, qu’il se revête,
    qu’à souffrir il s’apprête.
    Toute sagesse de ce monde,
    devant l’édit de Dieu,
    n’est que folie profonde.
    Ce que Dieu a fixé,
    la raison ne peut le comprendre ;
    l’aveulge par cette aveugle se laisse prendre.
   

               5.  3ème  ARIA  (duo)        ( S, B )         ( VIII régulier )

Seele :  Wie soll ich dich, Liebster der Seelen, umfassen ?      12f
Jesus :  Du musst dich verleugnen und alles verlassen.          12f
Seele :  Wie soll ich erkennen das ewige Licht?                      11
Jesus :  Erkenne mich gläubig und ärgre dich nicht.               11
Seele :  Komm, lehre mich, Heiland, die Erde verschmähe!    12f
Jesus :  Komm, Seele, durch Leiden zur Freude zu gehen.      12f
Seele :  Ach, ziehe mich, Liebster, so folg ich dir nach.           11
Jesus :  Dir schenk ich die Krone nach Trübsal und Schmach.  11

    L’âme :  Comment puis-je t’embrasser, ami de l’âme ?
    Jésus   :  Tu dois renoncer, laisser toute autre flamme.
    L’âme :  Comment reconnaître ton divin éclat ?
    Jésus   :  Connais-moi par la foi, ne t’irrite pas.
    L’âme :  Viens, apprends-moi, Seigneur, le mépris du monde !
    Jésus   :  Viens, âme qui souffre, que la joie t’inonde.
    L’âme :  Attire-moi, Maître, / et je te suivrai.
    Jésus   :  A toi la couronne, après le rejet.

                             Texte allemand : Wustmann, page
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 21.6.2008

 

 

Visiteurs en ligne

827428
Aujourd'huiAujourd'hui213
HierHier1008
Cette semaineCette semaine2526
Ce moisCe mois15657
Tous les joursTous les jours827428