C. 10 : Noël, 27/12 : SEHET, WELCH EINE LIEBE HAT UNS DER VATER ERZEIGET, BWV 64

C. 10.   27 décembre, Troisième jour de fête de NOËL 
            27. Dezember, 3. Weihnachtsfesttag  (Wustmann)

                       SEHET, WELCH EINE LIEBE 
                   HAT UNS DER VATER ERZEIGET ,   BWV  64

               VOYEZ QUEL EST L'AMOUR QUE DIEU,
                     NOTRE PERE NOUS MONTRE

 

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : inconnu                    Date: probt 27.12.1723, Leipzig I

Lectures bibliques de la fête :

Epître :       Hébreux 1/1-12 ; Christ plus grand que les anges
                   ou : 1ère Epître de Jean en entier
                           (Fête de St Jean l’évangéliste , qui tombe le 27/12,
                             appelée St Jean d’hiver, ou St Jean Porte Latine)
Evangile :   Jean 1/1-14, le Prologue de Jean
                  (Luc 2/15-20, après le Gloria in excelsis des anges)
                   ou : Jean 21/20-24 Paroles de Pierre sur Jean,
                          (pour la fête de St Jean).

Thème de la cantate :  

        Cette cantate part de la lecture entière de la 1ère épître de Jean, prévue pour cette fête, le verset 3/1 : « Voyez de quel amour le Père nous a aimés, puisque nous sommes appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il ne l’a pas connu. ». « N’a pas connu le Père », qui a envoyé le Fils. Cela est dit expressément en 4/8-9 : « Voici comment l’amour a été manifesté envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que nous vivions par lui. » Cela est dit aussi dans le Prologue de l’évangile de Jean 1/1 –14, qui est l’évangile de cette fête, au verset 10: « Le monde ne l’a pas connu ». Le verset de I Jean 3/1, et son extension dans les versets cités et dans le reste de l’épître et dans l’évangile, sont le fondement des deux thèmes développés par Bach : 1° L’envoi du Fils, dans le cantique de Luther « Gelobet seist du, Jesu Christ », qu’il résume par la citation de sa dernière strophe : Das hat er alles uns getan, Sein gross Lieb zu zeigen an -  .    Cela, pour nous tous il le fit, Pour montrer l’amour en lui. ».  2°  le « désaveu du monde », qui n’a pas reconnu le Fils.

        De fait, le premier thème reste très réduit : le chœur et le 1er Choral y sont consacrés, et ne représentent que 2 pièces sur 8, soit le quart de l’œuvre.

        En revanche, le deuxième thème se développe fortement, en deux grandes parties commençant chacune par un Récitatif, et comprenant chacune trois morceaux. La première partie est introduite par l’injonction « Geh, Welt ! – Pars, monde ! », et se développe par un 2ème Choral, qui contient le mot « Welt », et par une 1ère Aria qui commence par « die Welt ». La deuxième partie commence par le 2ème Récitatif, dont le premier mot est le contraire de « Welt » : «  der Himmel – le ciel », qui y figure deux fois et se trouve dans la 2ème Aria qui suit. Le mot « Welt » continue d’être employé, à travers toute cette deuxième partie, dans chacun des trois morceaux : 2ème Récitatif, 2ème Aria (qui a quasiment la même structure poétique que la 1ère Aria) et Choral final.

        Le plan est très clair. La première partie composée de I Jean 3/1 dans le Chœur et du 1er Choral de Luther, ne comprend que deux pièces. La deuxième et la troisième partie sont consacrées au désaveu du monde, développé en deux parties, comprenant chacune trois morceaux.

        Cette insistance sur le désaveu du monde surprend nos contemporains, qui ont vidé la fête de Noël du gros de sa substance, pour n’en faire plus qu’une fête de l’enfant Jésus parmi nous. Au temps de Bach, la fête de Noël occupait tout le temps entre le 24 décembre et le 6 janvier. On peut le voir à l’Oratorio de Noël, qui comporte 6 jours de fête. De ce fait, les différentes cantates de Noël de Bach, au nombre de 24 conserves, couvrent tous ces jours différents avec leurs thèmes variés.

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        2ème partie        3ème partie

Chœur              1er Récitatif        2ème Récitatif    
1er Choral         2ème Choral      2ème Aria
                        1ère Aria            Choral

Sources :  2. Gelobet seist du, Jesu Christ, str 7
                      Martin Luther 1524(1483 Eisleben – 1546 idem)
                      Moine augustin , commença la Réforme en 1517,
                      Professeur à Wittenberg,
                      organisateur de la nouvelle Eglise protestante naissante
                      Mélodie : Gelobet seist du, Jesu Christ
                      EKG 15, RA 32, EG 23                        

                  4. Was frag ich nach der Welt, str 1
                      Balthazar Kindermann 1664
                      (1636 Zittau – 1706 Magdeburg)
                      mélodie : O Gott, du frommer Gott III
                      Etudia la théologie à Wittenberg, professseur de théologie en 1657, poetus larateus en 1657, Diacre à Magdeburg en 1667, puis premier pasteur en 1672, successeur de Christian Scriver au Rectorat de cette ville. Auteur de nombreuses œuvres poétiques et d’un fameux manuel de Rhétorique : « Der Deutsche Redner », 1660.
                      Pas dans les livres usuels actuels

                  8. Jesu, meine Freude, str 5,
                      Johann Franck 1653 (1618 Guben/Niederlausitz – 1677 idem)
                      Juriste, membre du Conseil puis Bourgmestre de sa ville
                      Mélodie : Johann Crüger 1653
                      EKG 293, RA 351, EG 396
 
Bible :   1. citation directe de I Jean 3/1,
                 extrait de la lecture d’épître entière de I Jean

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :   Wustmann  1982,   page 22
                       Neumann    1947,   page 62 ; 1970, page 66  
                       Schmieder         ,   page
                       James Lyon 2005,   page 94

TEXTE de la Cantate

                                         Structure poétique
               1.   CHOEUR        ( verset biblique )

« Sehet, welch eine Liebe hat uns der Vater erzeiget,
/  dass wir Kinder Gottes heissen. »

    « Voyez quel est l’amour que Dieu, notre Père, nous montre,
    /  qu'enfants de Dieu on nous nomme ».

               2.   1er CHORAL      ( V régulier )

Das hat er alles uns getan,              8
Sein gross Lieb zu zeigen an.           7
Des freu sich alle Christenheit          8
Und dankt ihm des in Ewigkeit.        8
Kyrieleis.                                       4

    Cela, pour nous il le fit,
    Pour montrer l'amour en lui. 
    Réjouissons-nous en ce jour :     
    Jésus soit béni pour toujours.      
    Kyrieleis.                                    

               3.   1er RECITATIF         ( A )   ( VIII irrégulier )

Geh, Welt ! behalte nur das deine,                         9f
ich will und mag nichts von dir haben,                    9f
der Himmel ist nun meine,                                    7f
an diesem soll sich meine Seele laben.                 11f
Dein Gold ist ein vergänglich Gut,                           8
dein Reichtum ist geborget,                                  7f
wer dies besitzt, der ist gar schlecht versorget.     11f
Drum sag ich mit getrostem Mut:                           8

    Va, monde, car ce que tu gardes,
    je n’en veux pas, je te le laisse :
    le ciel que je regarde,
    voilà qui me remplit d’une allégresse !
    Ton or n’est que passager,
    un prêt que ta richesse :
    qui les détient retombe en la détresse.
    Aussi je dis, le cœur léger :

               4.   2ème CHORAL                              ( IV régulier )

Was frag ich nach der Welt und allen ihren Schätzen,     13f
Wenn ich mich nur an dir, mein Jesu, kann ergötzen?    13f
Dich hab ich einzig mir zur Wollust vorgestellt:              12
Du, du bist meine Lust; was frag ich nach der Welt!       12

    Pourquoi donc rechercher tous les trésors du monde,
    Si près de toi, Jésus, j’ai cette joie profonde ?
    Vers toi seul mon esprit dirige mon désir :
    Que puis-je encor vouloir ? En toi est mon plaisir !

               5.   1er ARIA         ( S )         ( V régulier )

Was die Welt   in sich hält,               3 + 3 = 6
Muss als wie ein Rauch vergehen.                8f
Aber was mir Jesus gibt,                             7
Und was meine Seele liebt,                          7
Bleibet fest und ewig stehen.                       8f

    Monde vain,    tu contiens
    La poussière qui s’envole.
    Ce qui me vient de Jésus,
    Et ce qu’aime mon esprit,
    Reste ferme et me console.

               6.   2e RECITATIF         ( B )               ( VII + VI irrégulier )

Der Himmel bleibet mir gewiss,                                      8
und den besitz ich schon im Glauben.                             9f
Der Tod, die Welt und die Sünde,                                   8f
ja selbst das ganze Höllenheer,                                      8
kann mir, als einem Gotteskinde,                                   9f
denselben nun und nimmermehr                                    8
aus meiner Seele rauben.                                             7f   /

Nur dies, nur einzig dies,                                               6
macht mir noch Kümmernis,                                          6
dass ich noch länger soll auf dieser Welt verweilen:       13f
denn Jesus will den Himmel mit mir teilen,                    11f
und dazu hat er mich erkoren,                                      9f
deswegen ist er Mensch geboren.                                  9f

    Le ciel me demeure assuré,
    et par la foi je le possède.
    Que pourraient mort, monde et faute
    l’enfer et toute son armée,
    bien faire pour qu’on me l’ôte ?
    Je suis l’enfant de Dieu aimé :
    à le garder Dieu m’aide.
 
    Cela, cela tout seul, vient me préoccuper :
    que je doive être encor longtemps sur cette terre.
    Jésus me fait entrer tout près du Père ;
    Il m’a choisi pour le Royaume,
    c’est pour cela que naquit l’homme.

               7.   2e ARIA   ( A )    ( V régulier )

Von der Welt verlang ich nichts,          7
Wenn ich nur den Himmel erbe.          8f
    Alles, alles geb ich hin,                   7
    Weil ich gut versichert bin,              7
    Dass ich ewig nicht verderbe.          8f

    Je n’attends du monde rien :
    Le ciel est mon héritage.
       J’abandonne tout ici ;
       Je suis assuré ainsi
       Que je vivrai d’age en âge.

               8.   3ème CHORAL       ( IX régulier )

Gute Nacht, o Wesen,                          6f
Das die Welt erlesen!                           6f
Mir gefällst du nicht.                             5
Gute Nacht, ihr Sünden,                       6f
Bleibet weit dahinten,                           6f
Kommt mir nicht ans Licht!                   5
Gute Nacht,   du Stolz und Pracht,         7
Die sei ganz, o Lasterleben,                  8
Gute Nacht gegeben.                           6f

    Bonne nuit, sombre être,
    Monde du paraître !
    Tu ne me plais pas.
    Bonne nuit, mes fautes,
    Partez, mauvais hôtes
    Ôtez-vous de là !
    Bonne nuit, faste et ennui,
    Je vous dis, ô gloires vaines,
    Bonne nuit ! sans peine.

 

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 22
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 20.6.2008

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

704332
Aujourd'huiAujourd'hui301
HierHier778
Cette semaineCette semaine301
Ce moisCe mois21367
Tous les joursTous les jours704332