« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

C. 07 : Noël, 26/12 : WEIHNACHTSORATORIUM, II. Teil : UND ES WAREN HIRTEN IN DER SELBEN GEGEND 

C. 07. 26/12,  2ème Jour de NOËL
           26/12, 2. Weihnachtstag  (Wustmann)

         UND ES WAREN HIRTEN IN DER SELBEN GEGEND,   BWV 
                                 Weihnachstsoratorium, Zweiter Teil

          DES BERGERS ETAIENT DANS CETTE MEME CONTREE
                                   Oratorio de Noël, 2ème partie

 

NOTES quant à la Cantate

 
Auteur du livret : supposé en partie de Christian Friedrich Heinrici Picander
Date : 1735


Lectures bibliques du dimanche / de la fête :

        Le 26 décembre est fêté comme fête du Christ et comme fête de St Etienne, le premier martyr chrétien, dont la mort rappelle celle à laquelle le Christ est destiné, au lendemain de la fête de sa naissance.

Epître :      2e Noël : Paul à Tite 3 / 4-7  : 
                               la miséricorde de Dieu s’est révélée en Christ
                   St Etienne : Actes 6/8ss et 7/51-59 :
                               le martyre d’Etienne, le diacre
Evangile :  2e Noël : Jean 1/1-14 L’incarnation du Verbe 
                   ou : Evangile du 25/12 : Luc 2/15-20 : 
                               les bergers à la crèche
                   St Etienne :  Matthieu 23/34-39 :
                               Jérusalem qui tue les prophètes

        Ici, Bach reprend la deuxième moitié de l’évangile de la nuit de Noël, 24/12, soit Luc 2/8-14. Le 2ème évangile propre du jour, Luc 2/15-20, est reporté par Bach dans la troisième partie de l’Oratorio, au 27/12, 3ème jour de Noël .


Le texte de Picander (?)

        Le livert de cette partie est attribué, sinon entièrement, au moins partiellement, à Picander. Certains estiment ce texte médiocre, ce qui demande quelques nuances. Par exemple, le texte de la 1re Aria est très savamment composé et montre une grande connaissance de la prosodie et de l’expression de la phrase :

Frohe Hirten, eilt, ach eilet,
Eh ihr euch zu lang verweilet,
Eilt, das holde Kind zu sehn!
Geht, die Freude heisst zu schön,
Sucht die Anmut zu gewinnen,
Geht und labet Herz und Sinnen!

        Les mots « eil, eilet, eilt, weilet » se répondent comme en un chiasme, figure qu’on retrouve dans la 2e  Aria de la 3e partie. De plus, la forme courte « eilt » joue avec la forme longue « eilet ». Le mot « Geht » est répété en début de vers, encadrant « Sucht », de même que les deux rimes « zu sehn » et « zu schön », en fin de vers. « zu gewinnen » est parallèle à « und Sinnen », donnant les sons « ou – e – i - e ». De même les sons de « Frohe Hirten »  et « holde Kind » se répètent : « o – e – i ». Enfin, les sons de « Eh ihr euch » et « Geht, die Freu(de) » se répètent : « é – i – ö ï ». Le mot « zu » se trouve quatre fois, encadrant les deux « zu sehn – zu schön ». Enfin, le son « ou » du dernier « zu » et de « und » se renvoient, portant à cinq fois l’emploi de ce son. Ces quatre « zu » et ce « und » sont dynamiques, ils introduisent du mouvement dans le texte.

        Il est évident qu’un fort travail prosodique a été accompli là, sans nuire à la clarté du texte.

Thème de la cantate :  

        Comme pour toutes les autres parties de l’Oratorio, le récit de Noël, selon le texte de Martin Luher, est le fil conducteur de l’œuvre. Ici le texte de Luc 2/8-9 ouvre immédiatement la cantate, alors que dans les autres 5 parties un Chœur ouvre l’œuvre et précède le verset biblique. La suite de la cantate développe le texte biblique, réparti en 4 Récitatifs par groupes de versets. Chaque Récitatif biblique est commenté selon la méthode habituelle de Bach par les trois types de pièces que sont le Choral, le Récitatif versifié et l’Aria. De fait il n’y a qu’une seule Aria contre 3 Récitatifs versifiés et 3 chorals.

        Les 4 Récitatifs bibliques sont confiés au ténor, avec ajout du soprano dans le deuxième, et du Chœur dans le 4ème. En revanche, les 3 Récitatifs versifiés sont confiés à la basse. L’unique Aria est confiée à l’alto. Bach oppose ainsi les voixx claires et les voix sombres.

        On obtient ainsi le plan donné en bas du commentaire.

        Les trois chorals sont pris d’un chant de Johannes Rist (1607-1667) et de deux de Paul Gerhardt ( 1607-1776), deux auteurs contemporains donc. Le premier est « Ermuntre dich, mein schwacher Geist », strophe 2.

 

Le texte de Picander (?)

        Le livert de cette partie est attribué, sinon entièrement, au moins partiellement, à Picander. Certains estiment ce texte médiocre, ce qui demande quelques nuances. D’abord, l’ensemble de la poésie est de bonne facture et les idées théologiques bien rédigées, claires et bien compréhensibles. Si on n’entre pas dans cette poésie baroque et cett théologie luthéro-piétiste, on a du mal à comprendre de tels rextes.
 
       Ensuite, certaines pièces sont remarquablemen travaillées : par exemple la 2e Aria, pour l’Alto, dont la construction est très savante : 

Schliesse, mein Herze, dies selige Wunder     11f    vers libre
Fest in deinem Glauben ein!                             7
    Lasse die Wunder der göttlichen Werke     11f
    Immer zur Stärke                                         5f
    Deines schwachen Glaubens sein.               7
 
        Les 3 mots « Herze, Werke, Stärke » se renvoient, et croisent les 2 mots « Wunder, Wunder », formant un chiasme. Les sons « -è –e », triples, croisent les son «  -u – e », doubles.

        A l’intérieur du chiasme, et après celui-ci, à la fin, la ligne « deinem Glauben ein » fait parallèle à « Deines … Glaubens sein ». Les sons « aï – e – aou – e – aï », en symétrie autour du « aou » central, se répondent.

        Il me paraît difficile de qualifier cette composition de médiocre. La même remarque vaut pour la 1re Aria de la 2e partie de l’Oratorio : « Frohe Hirten, eilt, ach eilet », à laquelle je renvie.

 

        Le plan de la cantate est :

1ère partie                  2ème partie                 3ème partie                 

1er Récitatif  bibl.    2ème Récitatif bibl.    3ème Récitatif bibl.   
1er Choral                  1er   Récitatif vers.        2ème Choral                 
                                                                     2ème Récitatif vers.      
                                                                     Aria
          

4ème partie

4ème Récitatf bibl. + Choeur
3ème Récitatif vers.
3ème Choral
 

Sources :  2.  Ermuntre dich, mein schacher Geist, str 5
                       Johannes Rist
                       (1607 Ottensen / Hambourg –1667 Wedel / Hambourg)
                       Pasteur à Wedel, fut un des meilleurs poètes de son temps. Fondateur d’un cercle de poètes du nom de « Elbschwanorden – Ordre du cygne de l’Elbe » , l’Elbe passant à à la fois par Wittenberg, lieu de l’action de Luther, et Hambourg, prés de laquelle résidait Rist. 

                  7. Schaut, schaut, was ist für Wunder dar, str 8, 1666
                      Mélodie : Vom Himmel hoch da komm ich her, Luther 1539
                      Paul Gerhardt (1607-1676)

                  12. Wir singen dir, Immanuel, str 2, 1653
                      Mélodie : Vom Himmel hoch da komm ich her, Luther 1539
                      Paul Gerhardt (1607-1676)

        Le plan de la cantate est :

Bible :  citation directe de la Bible tout au long de la cantate :
             1.  Luc 2/8-9 ;    3.  Luc 2/10-11 ; 
             6.  Luc 2/ 12 ;   10.  Luc 2/13-14.            

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :   Wustmann, J.S. Bachs Kantaten-texte  1982,   page 17
                        Neumann, Handbuch der Kantaten J.S. Bach  
                                         1947,                   page    ; 1970, page  
                        Schmieder         ,   page
                        James Lyon, J.S. Bach, Chorals 2005,            page
                        Yves Kéler, Martin Luther 42 chants 2009,      page

 

TEXTE de la Cantate

                                                              Structure poétique
               1.   1er RECITATIF    ( T )       (Verset biblique )
                                       
Evangelist :  « Und es waren Hirten in der selben Gegend auf dem Felde bei den Hürden, /  die hüteten des Nachts ihre Herde. /  Und siehe, des Herren Engel trat zu ihnen, /  und die Klarheit des Herrn leuchtete um sie, /  und sie fürchtetetn sich sehr. »

Evangéliste : « Des bergers étaient dans cette même contrée dans les champs près de leurs troupeaux, /  qui, dans la nuit, gardaient leurs bêtes. /  Et voici que l’ange du Seigneur vint vers eux, /  et l’éclat du Seigneur brilla sur eux, /  et ils eurent très peur. » 

               2.   1er CHORAL        ( VIII régulier )

Brich an, du schönes Morgenlicht,        8
Und lass den Himmel tagen!               7f
Du Hirtenvolk, erschrecke nicht,           8
Weil dir die Engel sagen:                    7f
Dass dieses schache Knäbelein            8
Soll unser Trost und Freude sein,         8
Dazu den Satan zwingen                     7f
Und letzlich Frieden Bringen.               7f
 
    Brille en la nuit sur nous et viens,
    Qu’enfin le jour se lève.
    Bergers, ne vous effrayez point
    Des voix des anges qui s’élèvent,
    Disant qu’un faible et doucx enfant
    Nous rend joyeux et tout contents.
    Il veut briser le diable,
    Donner la paix aux humbles.

               3.   2e RECITATIF         ( T,S )         ( verset biblique )

Evangelist : « Und der Engel sprach zu ihnen :
Der Engel :   Fürchtet euch nicht, /  siehe, ich verkündige euch grosse Freude, /  die allem Volk widerfahren wird. /  Denn euch ist heute der Heiland geboren, /  welcher ist Christus, der Herr, in der Stadt Davids. »

L’Evangéliste :  « Alors l’ange dit aux bergers :
L’ange :  Ne craignez pas, /  voici, je vous annonce une nouvelle /  qui pour le peuple sera une joie. /  Car aujourd’hui le Sauveur est né pour vous, /  le Christ, votre Maître, dans la ville de David. »

    
               4.   3ème  RECITATIF     ( B )   ( VIII régulier )

Was Gott dem Abraham verheissen,                 9f
Das lässt er nun dem Hirten-Chor                     8
Erfüllt erweisen.                                              5f
Ein Hirt hat alles das zuvor                               8
Von Gott erfahren müssen.                              7f
Und nun muss auch ein Hirt die Tat,                  8        
Was er damals versprochen hat,                       8
Zuerst erfüllet wissen.                                     7f

    Ce qu’à Abraham Dieu annonce,
    C’est par l’Ange, au chœur des bergers,
    Qu’il le prononce.
    Avant déjà, un grand berger
    Eut de Dieu la promesse.
    Donc un berger doit maintenant
    Savoir que l’annoncé d’antan
    Est là, avec richesse.

              5.   1er ARIA         ( T )         ( VI régulier )

Frohe Hirte, eilt, ach eilet,                      8f
Eh ihr euch zu lang verweilet,                 8f
Eilt, das holde Kind zu sehn!                   7    /
Geht, die Freude heisst zu schön,            7
Sucht die Anmut zu gewinnen,                8f
Geht und labet Herz und Sinnen.             8f

    Ah! Bergers, vite, allez vite,
    Hâtez-vous, qu’aucun n’hésite,
    Allez voir ce bel enfant !
    Belle est cette joie, vraiment,
    Recherchez ce feu, ces flammes,
    Nourrissez vos cœurs, vos âmes !

               6.   4ème  RECITATIF     ( T )   ( verset biblique )

Evangelist : « Und das habt zum Zeichen : /  ihr werdet finden das Kind in Windeln gewickelt /  und in einer Krippe liegen. »

Evangéliste :  « Et ceci pour signe :  /  vous trouverez un enfant habillé de langes /  et couché dans une crèche. »  

               7.   2ème CHORAL       ( IV régulier )

Schaut hin, dort liegt im finstern Stall,      8
Des Herrschaft gehet über all.                 8
Da Speise vormals sucht’ ein Rind,           8
Da ruhet jetzt der Jungfrau’n Kind.           8

    Là, dans l’étable et dans le noir,
    Celui gît, dont le grand pouvoir
    S’étend partout, sur du foin neuf,
    Dont on nourrit l’âne et le boeuf.


  
               8.   5ème  RECITATIF     ( B )   (VIII régulier )

So geht denn hin, ihr Hirten geht,              8
Dass ihr das Wunder seht;                        6
Und findet ihr des Höchsten Sohn              8
In einer harten Krippe liegen,                  9f
So singet ihm bei seiner Wiegen               9f
Aus einem süssen Ton                              6
Und mit gesamten Chor                            6
Dies Lied zur Ruhe vor!                            6

    Allez donc voir, bergers, allez,
    Car le prodige nous est né ;
    Si vous trouvez le Fils de Dieu
    Couché dans une dure crèche,
    Chantez–lui une chanson fraiche
    Du ton qui sonne au mieux,
    Et en un large chœur
    Un chant pour le Sauveur.

               9.   2e ARIA         ( A )          ( V irrégulier )

Schlafe, mein Liebster, geniesse die Ruh,     10
Wache nach diesem vor aller Gedeihen!       11f
    Labe die Brust,                                        4
    Empfinde die Lust,                                   5
    Wo wir unser Herz erfreuen!                    8f

    Dors, mon aimé, jouis de la paix,
    Eveille-toi après ce doux silence.
       Que le bonheur
       Inonde nos cœurs,
       Pour que vers toi ils s’élancent. !

               10.   6ème RECITATIF ( T ) ET CHŒUR 
                                                     ( verset biblique )

Evangelist : « Und alsobald war da bei dem Engel /  die Menge der himmlischen Heerscharen, /  die lobten Gott und sprachen :
Die Engel:  Ehre sei Gott in der Höhe, und Friede auf Erden, und den Menschen ein Wohlgefallen. »

Evangéliste : «  Et tout à coup était avec l’ange  /  en grande foule l’armée céleste, /  qui louait Dieu pour dire :
Les anges :  Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, / et paix sur la terre, /  et aux hommes sa bienveillance. »

              11.  7ème  RECITATIF     ( B )   ( IV régulier )

So recht, ihr Engel, jauchzt und singet,      9f
Dass es uns heut so schön gelinget!          9f
Auf denn! Wir stimmen mit euch ein,         8
Uns kann es, so wie euch, erfreun.            8

    Chantez, les anges, d’allégresse,
    Que tout va bien pour nous, sans cesse !
    Allons ! nous chantons avec vous
    Cette joie pour vous et pour nous.  

              12.   3ème CHORAL      ( IV régulier )

Wir singen dir in deinem Heer               8
Aus aller Kraft Lob, Preis und Ehr,         8
Dass du, o laggewünschter Gast,           8
Dich nunmehr eingestellet hast.             8

    Parmi tes anges nous chantons
    Ta gloire et de tout cœur ton nom,
    L’étonnement de ta venue,
    Ton arrivée tant attendue.

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 17
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 17.6.2008

 

           

                           

 

Visiteurs en ligne

827425
Aujourd'huiAujourd'hui210
HierHier1008
Cette semaineCette semaine2523
Ce moisCe mois15654
Tous les joursTous les jours827425