« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

C. 03 : Noël 25/12 : WEIHNACHTSORATORIUM I. Teil : JAUCHZET, FROHLOCKET! AUF, PREISET DIE TAGE

C. 03. 1er jour de NOËL
           1. Weihnachtstag (Wustmann)

             JOURS D’ALLEGRESSE, PROCLAMEZ LA GLOIRE !

  JAUCHZET, FROHLOCKET ! AUF, PREISET DIE TAGE,   BWV 248

                   ORATORIO DE NOËL, 1ère partie, 25/12

 

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret :                             Date: 25, 26,27décembre 1734
                                                        et 1er, 2 et 6 janvier 1735, Leipzig

Lectures bibliques du dimanche / de la fête :

Epître :       Tite 2/11-14 : la grâce salutaire de Dieu a paru
            ou   Esaïe 9/2-7 : un enfant nous est né
Evangile :    Luc 2/ 1-14 : la naissance du Christ et l’annonce aux bergers

 

Thème de la cantate :  

L’évangile et les deux grandes parties

        Comme dans toutes les parties de l’Oratorio qui vont suivre, la trame est donnée par l’évangile de Noël, ici celui du 25 décembre, qui est Luc 2/ 1-14. En fait, la première partie de la lecture, les versets 1 à 7, qui donne la naissance du Christ. La 2ème partie, avec les beergers et le Gloria in excelsis, est reportée au 2ème jour de Noël, le 26 décembre.

        Cet évangile est réparti en deux Récitatifs bibliques, le 1er allant des versets 1 à 6, et décrivant la préparation de la naissance, le 2ème Récitatif donnant l’événement de la naissance même au verset 7. La voix de l’évangéliste est attribuée au ténor, ce qui sera systématique dans toutes les parties de l’Oratorio (sauf dans les 2ème et 3ème parties, où le chœur intervient pour les bergers et le Gloria in excelsis). Cette répartition en deux de l’évangile donne les deux grandes parties de la cantate, après le Chœur d’entrée.

        Chaque Récitatif biblique est développé par les moyens habituels du Récitatif rimé, de l’Aria rimée et du Choral qui est toujours rimé, puisque provenant d’un cantique antérieur. Dans la première partie, le Récitatif rimé et l’Aria sont pris en charge par l’alto, alors que dans la deuxième, le Récitatif et le Choral sont réunis en un duo compsé du soprano, qui chante la strophe de Luther, et de la basse qui la commente. Une Aria suit, confiée également à la basse, puisque deuxième commentaire de la strophe de Luther. On voit que Bach développe les deux parties en parallèle, mais varie par cette combinaison Choral-Récitatif, pour éviter une répétition sétéréotype. On obtient ainsi une opposition et un contraste entre Ténor-Alto, voix haute d’homme et basse de femme, dans la première partie, et Ténor-Soprano-Basse, voix hautes d’homme et de femme et basse d’homme, dans la deuxième.

Les trois Chorals

        La cantate contient trois Chorals, le premier de Paul Gerhardt, les deux suivants de Luther.

        « Wie soll ich dich empfangen », de Gerhardt, est en fait un chant de l’Avent. Bach l’emploie ici pour faire le passage entre l’Avent, où l’on attend le Christ, et Noël, où il arrive. La belle image de la « Fackel – la torche » rappelle les lumières de Noël, mais elle est surtout la foi qui éclaire le lieu où je reçois l’époux qui vient, elle rappelle les lampes des dix vierges attendant celui-ci. Le texte de Gerhardt contient une succession de trois « O » exclamatifs, qu’il est impossible de traduire : les deux premiers achèvent le premier quatrain. Le troisième ouvre le second quatrain par une magnifique envolée montante, un poignant et joyeux appel au Christ.

        « Er ist auf Erden kommen arm » est la 6ème strophe du « Gelobet seist du, Jesu Christ, dass du Mensch geboren bist – Loué sois-tu, Seigneur Jésus: Dans la chair tu es venu », de Martin Luther. Ce chant se concentre sur l’abaissement du Christ qui devient homme. La strophe est le commentaire direct de l’évangile de la naissance du Christ au verset 7. Ce cantique est le cantique propre de la fête de Noël. C’est certainnement en tant que proprium de la fête que le librettiste et Bach ont choisi cette strophe.

        « Ach ! mein herzliebes Jesulein » est la 13e strophe de « Vom Himmel hoch » de Martin Luther. Elle contient le titre de « Jesulein – petit Jésus » pour le Christ, mot affectueux rare chez Luther. Il est vrai que ce chant avait au départ été composé par Luther pour ses enfants, et n’est devenu que plus tard un choral du culte. Il exprime la mystique du Christ qui entre en mon cœur et en fait littéralement son lit : « Bettelein – petit lit », plus exactement un berceau, qui sera aussi un écrin pour conserver définitivement ce Christ.

        Les trois chorals forment une suite : l’attente du Messie, son abaissement et son accueil, et composent unec trame supplémentaire dans la cantate.

 

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        2ème partie                   3ème partie

Chœur             1er Récitatif biblique        2ème Récitatif biblique 
                       2ème Récitatif rimé         Choral et Récitatif
                       1ère Aria                        2ème Aria
                       Choral                            Choral

Sources :  Wie soll ich dich empfangen
                  Paul Gerhardt 1653 (1607-1677)
                  RA 17, EG 11, CrSi 31/1                            
                  Mélodie:  Wie soll ich dich empfangen
                                  Crüger Johann 1653 (1598-1662
                                   RA 17, EG 11
                                       frs : Comment te reconnaître
                                       NCTC 161, ARC 311, ALL 31/09

                  Gelobet seist du Jesu Christ    
                  Str 1 Medingen vers 1380,
                  str 2-7 Martin Luther 1524
                  EKG 15, RA 32, EG 23
                  Mélodie : Medingen 1460, Wittenberg 1524
                                  EKG 15, RA 32, EG 23
                                  frs: NCTC 179, Alléluia 2005, 32/01

                  Vom Himmel hoch da komm ich her
                  Martin Luther 1535
                  EKG 16, RA 40, EG 24
                  Mélodie:    Vom Himmel hoch
                                    Matin Luther, 1535
                                    RA 40, EG 24
                                    frs: Dieu le tout-puissant Créateur LP 92
                                           O Dieu, tout-puissant créateur
                                           NCTC 180, ARC 358, ALL 32/05

Bible :  citation directe de la Bible dans le 1er et le 3ème Récitatif :
             Luc 2/1-6 et 7.

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :  

Wustmann, J.S. Bachs Kantaten-texte  1982,   page  10
Neumann, Handbuch der Kantaten J.S. Bach   
                                   1947,  page    ; 1970, page   
Schmieder         ,                    page
James Lyon, J.S. Bach, Chorals 2005,              page 7 et ss
Yves Kéler, Martin Luther 42 chants 2009,        page 104 et 106

 

TEXTE de la Cantate

                                                                     Structure poétique
               1.  CHOEUR                                       (VI régulier )

Jauchzet, frohlocket ! auf, preiset die Tage,              11f
Rühmet, was heute der Höchste getan!                      10
Lasset das Zagen, verbannet die Klage,                     11f
Stimmet voll Jauchzen und Fröhlichkeit an !                10
    Dienet dem Höchsten mit herrlichen Chören,           11f
    Lasst uns den Namen des Herrschers verehren!      11f

    Jours d’allégresse, proclamez la gloire,
    Dites tout ce que le Très-haut a fait !
    Laissez les plaintes, chantez sa victoire,
    Entonnez hymnes et chants, soyez prêts !
       Servez le Maître par chants et cantiques,
       Rendez la gloire à son nom magnifique !

               2.  1er RECITATIF         ( T )         ( verset biblique )

Evangelist : «  Es begab aber zu der Zeit, dass ein Gebot von dem Kaiser Augusto ausging, /  dass alle Welt geschätzt würde, /  und jedermann ging, dass er sich schätzen liesse, /  ein jeglicher in seine Stadt. /  Da machte sich auch auf Joseph aus Galiläa, /  aus der Stadt Nazareth, in das jüdische Land zur Stadt Davids, die da heisst Bethlehem; /  darum, dass er von dem Hause und Geschlecht Davids war, /  auf dass er sich schätzen liesse mit Maria, seinem vertrauten Weibe, die war schwanger. /  Und als sie daselbst waren, kam die Zeit, dass sie gebären sollte. »

    Evangéliste :  « Il arriva alors en ce temps, qu’un édit fait par l’empereur Auguste parut, /   
    que soit recensé tout le monde, /  et chacun alla pour qu’il se fasse inscrire, /  ceci dans sa 
    ville chacun. /  Et se leva aussi Joseph de Galilée, /  qui quitta Nazareth, pour la ville de
    David en Judée, qu’on appelle Bethléhem. /  Car il était de la famille et maison de David, / 
    afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée promise, et enceinte. /  Et lorque là ils furent,
    vint le temps, pour son enfant, de naître. »

               3.  2e RECITATIF         ( A )         ( VIII régulier )

Nun wird mein liebster Bräutigam,                      8
Nun wird der Held aus Davids Satmm,                 8
Zum Trost, zum Heil der Erden                           7f
Einmal geboren werden.                                    7f
Nun wird der Stern aus Jakob scheinen,              9f
Sein Strahl bricht schon hervor.                          6
Auf Zion, und verlasse nun das Weinen,             11f
DeinWohl steigt hoch empor!                              6

    Mon tendre époux vient maintenant,
    Né de David, héros puissant,
    Pour consoler la terre,
    Chez nous en ce jour naître.
    L’étoile de Jacob va luire,
    Son rayon se lever.
    Sion, pourquoi de plaintes bruire ?
    Ton bien va se montrer !

               4.  1er ARIA         ( A )                        ( V irrégulier )

Bereite dich, Zion, mit zärtlichen Treiben,                       12f
Den schönsten, den Liebsten bald bei dir zu sehn!           11
Deine Wangen                                                              4f
Müssen heut viel schöner prangen,                                 8f
Eile, den Bräutigam sehnlich zu lieben!                           11f

    Prépare-toi, Sion, en douce tendresse,
    A voir le très beau, le bien-aimé, chez toi.
    Ton visage
    Brille et lui rende l’hommage :
    Hâte-toi d’aimer l’époux, n’aie de cesse !

               5.  CHORAL        ( VIII régulier )

Wie soll ich dich empfangen,         7f
Und wie begegn ich dir?                6
O aller Welt verlangen,                 7f
O meiner Seele Zier.                     6
O Jesu, Jesu setze                        7f
Mir selbst die Fackel bei,                6
Damit, was dich ergötze,               7f 
Mir kund und wissend sei.              6

    Comment te recevrai-je,
    Comment irai-je à toi,
    Toi que le monde espère,
    Et mon âme, avec foi ?
    Jésus, ô Jésus place
    La torche dans ma main,
    Et fais qu’ainsi je fasse
    Ce qui seul te convient.

               6.  3e RECITATIF         ( T )         ( verset biblique )

Evangelist : « Und sie gebar ihren ersten Sohn /  und wickelte ihn in Windeln /  und legte ihn in eine Krippe, /  denn sie hatten sonst keinen Platz in der Herberge. »

Evangéliste :  « Et elle enfanta son premier fils /  et l’enveloppa de langes /  et le coucha dans une crèche, /  car ils n’avaient pas d’autre place dans l’auberge. »

               7.  CHORAL et RECITATIF        ( S, B )   

                                                                       ( V + VII régulier ) 

S.    Er ist auf Erden kommen arm,                    8
B.  Wer kann die Liebe recht erhöhn                       8
      Die unser Heiland vor uns hegt?                       8
S.    Dass er unser sich erbarm,                        8
B.  Ja, wer vermag es einzusehen,                         9f
      Wie ihn der Menschen Leid bewegt?                  8
S.    Und in dem Himmel mache reich,               8
B.  Des Höchsten Sohn kömmt in die Welt,              8
     Weil ihm ihr Heil so wohl gefällt,                        8
S.    Und seinen lieben Engeln gleich.                8
B.  So will er selbst als Mensch geboren werden.     11f
S.    Kyrieleis !                                                      4

    S.    Parmi nous faible et méprisé,
    B.  Qui donc peut glorifier l’amour
          Dont a fait preuve le Seigneur ?
    S.    Du plus pauvre il prend pitié,
    B.  Oui, qui pourra comprendre un jour
          Qu’il est ému par nos douleurs ?
    S.    Il l’enrichit des biens du ciel
    B.   Le Fils de Dieu vient parmi nous,
          Car il voudrait nous sauver tous.
    S.    Et l’introduit chez l’Eterenel.
    B.  Il veut donc comme un homme chez nous naître.
    S.     Kyrieleis !

               8.  2e ARIA      ( B )   ( VI régulier )

Grosser Gott, o starker König,              8
Liebster Heiland, o wie wenig                8
Achtest du der Erden Pracht!                7
    Der die ganze Welt erhält,                7
    Ihre Pracht und Zier erschaffen,       8f
    Muss in harten Krippen schlafen.       8f

    Grand Seigneur, ô Roi de gloire,
    Tendre Maître, qu’accessoire
    Est pour toi toute splendeur !
       Lui qui tient le monde entier,
       Lui qui tout règle et dépèche,
       Doit dormir dans une crèche !

               9.  CHORAL              ( IV régulier )

Ach, mein herzliebstes Jesulein !         8
Mach dir ein recht sanft Bettelein,        8
Zu ruhn in meines Herzns Schrein,      8
Dass ich nimmer vergesse dein.          8

    Jésus, je t’aime dans mon coeur!
    Viens-y, fais-en, mon doux Seigneur,
    Comme un écrin à ton honneur,
    Où régneront paix et bonheur.

 

                             Texte allemand : Wustmann, page 10
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 2.7.2008

 

 

 

Visiteurs en ligne

827425
Aujourd'huiAujourd'hui210
HierHier1008
Cette semaineCette semaine2523
Ce moisCe mois15654
Tous les joursTous les jours827425