C. 01 : Noël, 25/12 : CHRISTEN, ÄTZET DIESEN TAG

C. 01  1er jour de NOËL, 25/12
           1. Weihnachtstag,  25/12  (Wustmann)

            CHRISTEN, ÄTZET DIESEN TAG,   BWV  63

                   O CHRETIENS, GRAVEZ CE JOUR

 

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : Johann Michaem Heineccius ?   Date: 1723-27

Lectures bibliques de la fête :

Epître :        Tite 2/11-14 : la grâce salutaire de Dieu a paru
            ou   Esaïe 9/2-7 : un enfant nous est né
Evangile :    Luc 1-14 : la naissance du Christ et l’annonce aux bergers

 

THEME de la cantate :  

« Diesen Tag, Heute – ce jour, aujourd’hui »
     
        Le thème qui traverse toute la cantate est l’adverbe de temps « Heute – aujourd’hui », associé à « Tag –le jour »

        Le « jour » de la naissance de Jésus est un jour mémorable, à graver « in Metall und Marmorsteine – dans le bronze et dans la pierre ». L’allusion à ce jour est déjà dans le titre et premier vers du chœur, repris au début du 1er Récitatif, qui est un commentaire du chœur. Ce jour de la naissance du Christ dans le passé est actuzlisé et se place par la foi dans l’aujourd’hui du croyant et de l’Eglise et de la paroisse qui le célèbre, selon le vieil appel de Noël : « Hodie ennatus est Christus – aujourd’hui le Christ est né. » D’où les mots « Heute, anheute - aujourd’hui, ce jourd’hui » et « jetzo – maintenant ». Dès le 1er Récitatif, « Heute » prend le relais de « Tag », dans la succession des deux mots à l’intérieur du premier vers : « O selger Tag ! o ungemeines Heute – jour bienheureux, aujourd’hui insolite. » Ensuite, on ne trouve plus le mot « Tag », qui fait référence à la naissance du passé, mais les adverbes « Jetzo, heut, anheut», qui exlicitent l’actualisation. Le poète a a cherché la variété des expressions pour éviter la plate répétition de « Heute ».     

Les deux parties de la cantate

        La cantate se divise en deux parties :

1. Le rappel de l’œuvre passée de Dieu : la naissance du Fils, préparée déjà dans le paradis et dans la volonté de Dieu dans l’Ancien Testament de sauver Israël, son peuple. Cet Israël devient aujourd’hui l’Eglise, issue de ce salut apporté par le Christ. La 1ère Aria appelle à reconnaître que c’est bien l’œuvre passée de Dieu qui vaut pour aujourd’hui, et à faire confiance à Dieu maintenant.

        Le 2ème Récitatif, placé au centre de la cantate, fait la transition avec la deuxième partie. Il reprend l’évocation d’Israël, mais maintenant le Lion de Juda est arrivé et « l’ancienne liberté » nous est rendue.

2. L’appel à la joie et à l’action de grâce, aujourd’hui

        La 2ème Aria exprime cet appel, entre autres par le mot « anheut », appel repris par le 3ème Récitatif. Le chœur final est une prière d’action de grâces et une demande de bénédiction, et de protection cotre Satan.

Symétie du plan, disposition des Récitatifs et des Arias, emploi des voix

        Le plan de la cantate donné ci-dessous montre la symétrie du plan, le 2ème Récitatif étant au centre. Entre les deux chœurs d’entrée et de fin, qui forment une parenthèse, se placent 3 Récitatifs, entre lesquels 2 Arias sont intercalés. Les trois Récitatifs rythment le texte : le premier rappelle le passé, le second fait la transition entre entre le passé et aujourd’hui, le troisième forme la louange d’aujourd’hui.

        Les deux chœurs extrêmes et les deux Arias intercalées sont des poèmes rimés de structure similaire, avec des différences minimes. Le rythme général de ces 4 pièces est semblable. Les deux chœurs ont la même structure, alors que les deux Arias ont des structures un peu différentes. En voici le tableau :

Choeur d’entrée                  VII   7.8f /  8f.8f,   7.7,    8f         A
1ère Aria                              VI   8f.7 /  8f.8f,   7.8f                B
2ème Aria                           VII   7.8f ,  8f.7 /   8f.8f, 7           C
Chœur final                         VII   7.8f /  8f.8f,  7.7,    8f         A

        De ce fait, on obtient une autre structure encore dans la cantate, qui fait qu’entre ces 4 poèmes les 3 Récitatifs sont intercalés. Cela donne le plan suivant :

1:   poème                  structure A        Choeur
2.   1er  Récitatif
3.   poème                  structure B        1ère Aria
4.   2ème Récitatif
5.   poème                  structure B        2ème Aria
6.   3ème Récitatif
7.   poème                  structure A        Choeur

        L’emploi des voix est triple : le chœur, deux fois par la chorale
                                                       Les Récitatifs : successivement A, T  et B
                                                       Les Arias en Duo : S+B et A+T.

        De là naît une nouvelle structure :

Chœur                  chorale        
1er Récitatif              A
1ère Aria     Duo      S+B             
1er Récitatif              T
2ème Aria                A+T
1er Récitatif               B
Chœur                  chorale

        La superposition de ces différentes structures donne une grand varété à cette cantate.

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        Centre                2ème partie       
Chœur
1er Récitatif      2ème Récitatif     2ème Aria
1ère Aria                                      3ème Récitatif
                                                   Chœur

Sources : 

Hymnologiques :

      La cantate ne comporte aucun choral pris dans le répertoire des chants du culte luthérien. Elle fait partie des 22 cantates apppelées « Chorallose Cantaten – Cantates sans Choral ». Elle fait partie aussi du groupe appelé « Freien Chorsätzen Cantaten – Cantates avec des xchoeurs libres », c’est-à-dire des poèmes composés en forme de chorals, mais qui ne sont pas des chorals pris dans les chants luthériens.

Bibliques :

        La cantatate ne contient pas de texte biblique cité directement. En revanche, on y trouve plusieurs références bibliques.

        Le Schilo : dans le 1er Récitatif, le Schilo est un personnage énigmatique, qui a été interprété comme une préfiguration du Christ. Genèse 49/10, dans les bénédictions de Jacob, l’associe à Juda : « Le sceptre de Juda ne bronchera pas,…, jusqu’à ce que vienne le Schilo et que les peuples lui obéissent ». Ezéchiel 21/32 y fait allusion : « jusqu’à ce que viennecelui à qui appartient le jugement et à qui je (Dieu) le remettrai. » Ce personnage, chez Bach, fait sortir le peuple de la « Gefangenschaft und Sklavenkette », images de l’Egypte et de Babylone, appliquées à Satan. Ceci est un développement chrétien du thème, basé sur la prédication des prophètes au peuple juif, appelant à quitter le péché et à revenir à Dieu. Le texte de Bach dit que ce Schilo était déjà promis dans le paradis. C’est la thèse de la volonté éternelle de Dieu de sauver l’homme. Celui-ci, par la Chute dans le jardin, avait ouvert le péché héréditaire. De là, Dieu prévoit qu’un nouvel Adam sauvera l’homme. Le Christ est ce nouvel Adam. Cette thèse est rédsumée dans Romains 5/12 et 18 : «  De même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, …, de même la grâce de Dieu vient d’un seul homme, …Jésus-Christ. »
 
        Le lion de Juda : dans le 2ème Récitatif, la préfiguration du Christ, qui est devenue un titre dans Apocalypse 5/5, provient de Genèse 49/8 : « Juda est comme un lion », et de Zacharie 9/13 : « Je bande Juda comme un arc, je te rendrai semblable à une épée. »

       

Bible :  pas de citation directe de la Bible au début de la cantate,
             ni dans son corps.

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :  

Wustmann, J.S. Bachs Kantaten-texte  1982,   page 7
Neumann, Handbuch der Kantaten J.S. Bach  
                                        1947, page 61; 1970, page 66 
Schmieder         ,   page
James Lyon, J.S. Bach, Chorals 2005,              page   ?

 

TEXTE de la Cantate

                                                   Structure poétique
               1.  CHOEUR                     ( VII régulier )

Christen, ätzet  diesen Tag                        7   (vers libre)
In Metall und Marmorsteine.                        8f
    Kommt und eilt mit mir zur Krippen         8f
    Und erweist mit frohen Lippen                 8f
    Euren Dank und eure Pflicht.                    7
    Denn der Strahl, so da einbricht,              7
    Zeigt sich euch zum Gnadenscheine.        8f

    O chrétiens, gravez  ce jour          (vers libre)
    Dans le bronze et dans la pierre.
       Hâtez-vous jusqu’à la crèche
       Et rendez du cœur, des lèvres,
       Grâces, c’est votre devoir.
       Car l’éclat qui se fait voir
       Est de grâce et de lumière.
 

               2.  1er RECITATIF         ( A )    ( IX + VI irrégulier )

 O selger Tag !  o ungemeines  Heute,                    7f  (vers libre)
an dem das Heil der Welt, der Schilo,
                        den Gott schon im Paradies            16
dem menschlichen Geschlecht verhiess,                   8
nunmero sich vollkommen dargestellt                      10  (vers libre)
und suchet Israel von der Gefangenschaft
                        und Sklavenketten                         17f
des Satans zu erretten.                                           7
Du liebster Gott! Was sind wir Armen doch?             10   (vers libre)
Ein abgefallnes Volk, so dich verlassen.                   11f
Und dennoch willst du uns nicht hassen!                   9f

Denn eh wir sollen noch
        nach dem Verdienst zu Boden liegen,              15f
eh muss die Gottheit sich bequemen,                        9f  
die menschliche Natur an sich zu nehmen                10f
und auf der Erden,                                                  5f
im Hirtenstall, zu einem Kind zu werden.                  11f
O unbegreifliches, doch seliges Verfügen!                12f

     Jour bienheureux !  aujourd’hui  insolite,        (vers libre)
    où le salut de tous,le Schilo,
                                 que Dieu dans le Paradis
    au genre humain avait promis,
    s’est maintenant, si parfait, présenté                  (vers libre)
    et vient pour qu’Israël sorte de prison,
                                  de l’esclavage
    de Satan, du servage.
    Dieu bien-aimé, que sommes-nous en fait ?        (vers libre)
    Un peuple tombé bas, qui t’abandonne.
    Mais tu ne hais pas, tu pardonnes !

    Car plus nous méritons de Dieu une fin malheureuse,
    plus la divinité doit faire,
    revêtir la nature humaine entière,
   être sur terre
    l’enfant dans l’étable et dans la misère.
    Oh ! qui peut comprendre ? Mais que l’œuvre est heureuse ! 

               3.  1er ARIA     Duo ( S,B )     ( VI régulier )

Gott, du hast es wohlgefüget,                   8f
Was uns
  jetzo  widerfährt.                     7
    Drum lasst uns auf ihn stets trauen       8f
    Und auf seine Gnade bauen,                 8f
    Denn er hat uns dies beschert,             7
    Was uns ewig nun vergnüget.
               8f

    Ce qui  maintenant  arrive,
    C’est toi, Dieu, qui l’as voulu.
       C’est pourquoi faisons confiance
       En sa grâce et sa patience,
       Car il nous a dévolu
       D’être d’éternels convives.

               4.  2e RECITATIF         ( T )   ( VII irrégulier )

So kehre sich nun heut                                     6
das bange Leid,                                                 4
mit welchem Israel geängstet und beladen,        13f 
in lauter Heil und Gnaden.                                  7f
Der Löw aus Davids Stamme ist erschienen,       11f
sein Bogen ist gespannt,                                     6
das Schwert ist schon gewetzt,                            6
womit er uns in vorge Freiheit setzt.                  10

    Que se change  aujourd’hui
    le triste deuil
    qui inquiète Israël, qui l’oppresse et l’écrase,
    en pur salut et grâce.
    Lion de David, à tous il se montre,
    Avec son arc tendu,
    Et sa tranchante épée,
    Qui nous rendront l’ancienne liberté.

               5.  2e ARIA   Duo     ( A,T )     ( VII régulier )

Ruft und fleht den Himmel an,                             7
Kommt, ihr Christen, kommt zum Reihen,           8f
    Ihr sollt euch ob dem erfreuen,                      8f
    Was Gott hat  anheut  getan!                          7
    Das uns seine Huld gepfleget                          8f
    Und mit so viel Heil beleget,                           8f
    Dass man nicht gnug danken kann.                 7

    Invoquez, chrétiens, le ciel
    Dans la ronde prenez place,
    Tout heureux de cette grâce,
     Aujourd’hui,  don éternel !
    La douceur dont Dieu nous soigne,
    La bonté qu’il nous témoigne,
    Montrent son cœur paternel.
   

               6.  3e RECITATIF      ( T )         ( IV régulier )
 
Verdoppelt euch demnach,
                        ihr heissen Andachtsflammen     14f
und schlagt in Demut brünstiglich zusammen.      10f
Steigt fröhlich himmelan                                      6
und danket Gott für dies, was er getan.               10

    Redoublez maintenant,
                        vous les puissantes flammes
    de la prière, qui attisent l’âme.
    Montez droit vers les cieux
    et pour tout ce qu’il fit, remerciez Dieu.

               7.  CHŒUR        ( VI régulier )

Höchster, schau in Gnaden an                      7    (vers libre)
Diese Glut gebückter Seelen!                      8f
    Lass den Dank, den wir dir bringen,         8f
    Angenehme vor dir klingen,                    8f
    Lass uns stets in Segen gehn,                  7
    Aber niemals nicht geschehn,                   7
    Dass uns Satan möge quälen.                  8f

    Dieu très haut, regarde ici                             (vers libre)
    Cette ardeur qui tient nos âmes !
    Nous venons te rendre grâces :
    Agrée-nous devant ta face,
    Sur la route bénis-nous,
    Fais qu’au grand jamais surtout
    Le Satan ne nous réclame.

   

                             Texte allemand : Wustmann, page 7
                             Trad. Française : Yves Kéler, Allevard, 16.6.2008

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

613580
Aujourd'huiAujourd'hui651
HierHier1198
Cette semaineCette semaine651
Ce moisCe mois19600
Tous les joursTous les jours613580