D. 12.  HERR, WIE DU WILLT, SO SCHICKS MIT MIR, BWV 73

                       
D.12.  3ème dimanche après l’EPIPHANIE
           3. Sonntag nach Epiphanias  (Wustmann)

        HERR, WIE DU WILLT, SO SCHICKS MIT MIR,   BWV  73

                       DIEU, FAIS DE MOI, SI TU LE VEUX

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret :inconnu                             Date: 1723-1727

Lectures bibliques du dimanche :

Epître :       Romains 12/17-21 :    Règles de vie chrétienne
Evangile :  Matthieu 8/1-13     :    Guérison du lépreux et du fils du centenier de Capernaüm

THEME de la cantate :  

        Cette cantate est un commentaire de la première strophe d’un cantique de Kaspar Biermann de 1582. Le cantique lui a donné son nom : « Herr, wie du willt, so schicks mit mir ». Remarquez l’absence du « s », dans ce qui est « willst » aujourd’hui : àu 16ème Siècle cette forme était courante. Le chant et la cantate développent le thème de la volonté de Dieu, entre autres par un emploi nombreux du mos « Will ou Wille – volonté »

Le mot « Will – Wille »

        Ce mot, pour Dieu, apparaît 2 fois dans le cantique de base : « du will(s)t, dein Wille », et 4 fois dans le 1er Récitatif qui s’y intercale. Dans le 2ème Récitatif : « Gottes Wille », dans la 2ème Aria, trois fois « Herr, du willt », dans le Choral « Vaters Wille ». Ce qui fait un total de dix emplois pour Dieu. A quoi s’ajoutent 2 emplois pour l’homme, dans le 2ème Récitatif.

        En plus de ces 12 emplois du mot, s’ajoute la répétition du leit-motiv « Herr, so/wie du willt », pris de l’incipit du chant. On le trouve à la fin du 1er Récitatif, et 3 fois dans la 2ème Aria spécialement composée sur cette phrase.

        Ce thème de la volonté découle de l’épître aux Romains 12/17-21, qui parle de la volonté de Dieu, mais surtout du récit de la Guérison du lépreux et du serviteur de centenier de Capernaüm, dans l’évangile du jour : Matthieu 8/1-13. Le lépreux dit : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir. Jésus dit : Je le veux, sois purifié. » Le centenier se remet à la volonté de Dieu et du Christ « Dis un mot, et mon serviteur sera guéri. » Dans le texte de la Bible de Martin Luther, le « Seigneur, si tu le veux » est exactement traduit par : « Herr, so du willst », parole qui a conduit au cantique et à la cantate. Celle-ci est donc fondamentalement construite sur le thème de l’évangile, devenu le leit-motiv du cantique, d’où Bach le reprend.   

        On retrouvera ce même thème de l’acceptation de la volonté de Dieu, dans la prochaine cantate pour le 3ème de l’Epiphanie : « Was mein Gott will, das gscheh allzeit », qui commence par le choral de ce nom. Dans ce choral, le deuxième vers dit : « Sein Will, der ist der beste. » Quasiment la même phrase est dans le premier choral de notre cantate, au dernier vers : « Denn dein Will ist der beste. » 

Les deux parties de la cantate

        Deux parties se dégagent du texte.

        La 1ère développe la volonté de Dieu et lui rend grâces, dans les deux premières pièces, le Chœur-Récitatif et la 1ère Aria. Les 4 emplois du mot « Wille » visent tous Dieu.

        La deuxième partie développe la volonté de l’homme impuissant, dans la 1ère Aria et le  2ème Réctatif. Ce dernier conduit à une prière sous la forme d’une 2ème Aria, prière funèbre de fait, car elle parle de l’acquiescement à la mort. On rejoint la guérison du serviteur du centenier, mais dans sa variante de Jean 4/47-54, où le père de l’enfant dit : « Seigneur, descends, avant que mon petit enfant ne meure. »

        La troisième partie est faite du Choral final. Celui-ci, qui est la 8ème strophe du cantique de Ludwig Helmbold de 1569 « Von Gott will ich nicht lassen », reprend l’ensemble, à partir de son incipit : « Das ist des Vaters Wille – C’est la volonté du Père », et passe à une louange trinitaire finale. 

Le style et la structure poétique de la cantate

Récitatifs irréguliers et réguliers

        Il y a deux Récitatifs, le 1er intriqué dans le Chœur–Récitaf du début, le 2ème indépendant comme 3ème pîèce.

        Dans le Chœur-Récitatif, ce dernier est réparti en trois parties, dont chacune a une structure différente :

        1.  Ach ! aber ach !        :  V vers réguliers
        2.  Du bist mein Helfer :  V vers irréguliers
        3.  Dein Wille zwar       :    3 a :  V vers réguliers
                                              :  +3 b :  V vers irréguliers

vers libres dans les Récitatifs       

        Dans les parties 1, 2 et 3b, se trouve un vers libre, mais dans la partie 3 il n’y en a pas.

        Dans la partie 1,  le vers livre est au 2ème vers, sur 5
                               2,                                4ème        , sur 5
                               3a,                              2ème        , sur 5

Arias irrégulières et régulières

        La 1ère Aria, au ténor, a 5 Vers irréguliers. En revanche, la 2ème, à la basse, a trois strophes régulières.

        Toutes ces finesses montrent que les librettistes de Bach et les poètes baroques maîtrisaient la poétique, ainsi que la musique.

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        2ème partie         3ème partie

1ère Aria          2ème Aria
1er Récitatif      2ème Récitatif      Choral

Sources :  1. Herr, wie du willst 1582, str 1
                      Kaspar Bienemann ( Melissander)
                      Nuremberg 1540 – Altenburg 1591
                  5. Von Gott will ich nicht lassen 1563 Erfurt, str 5
                      Ludwig Helmbold Mühlhausen 1532-1598
                      EKG 283, RA 448, EG 365

Bible :  pas de citation directe de la Bible au début de la cantate,
             ni dans son corps.
             Allusion à Romains 12/17-21, l’épître du dimanche
                               Matthieu 8/1-13, l’évangile du jour, et son paralèle Jean 4/47-54

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références : 
 

Wustmann, J.S. Bachs Kantaten-texte  1982,   page 67
Neumann, Handbuch der Kantaten J.S. Bach  
                                        1947, page 69; 1970, page 75
Schmieder         ,   page
James Lyon, J.S. Bach, Chorals 2005,              page 67 et 68

TEXTE de la Cantate

                                                                                 
     1.  CHOEUR  et RECITATIF   (T, B, S )            Structure poétique
                                                                         ( Chœur : VII régulier,
                                                                            V  régulier, V irrégulier,
                                                                            X irrégulier )

        Herr, wie du willst, so schicks mit mir                      8
        Im Leben und im Sterben!                                     7f

Ach! aber ach! wieviel lässt mich dein Wille leiden!          13f
Mein Leben ist des Unglücks Ziel,            
( vers libre)       8
da Jammer und Verdruss                                                6
mich lebend folgen muss,                                               6
und kaum will meine Not im Sterben von mir scheiden;    13f

        Allein zu dir steht mein Begier,                                8
        Herr, lass mich nicht verderben!                             7f

Du bist mein Helfer, Trost und Hort,                                  8
so der Betrübten Tränen zählet und ihre Zuversicht,         15
das schwache Rohr,nicht gar zerbricht;                             8
und weil du mich erwählet,                       
( vers libre)     7f
so sprich ein Trost- und Freudenwort.                               8
 
        Erhalt mich nur in deiner Huld,                                 8

        Sonst wie du willst, gib mir Geduld,                           8
        Denn dein Will ist der beste.              (vers libre)      7f

Dein Wille zwar ist ein versiegelt Buch,                            10
da Menschenweisheit nichts vernimmt;                             8
der Segen scheint uns oft ein Fluch,                                  8
die Züchtigung ergrimmte Strafe,                                    9f
die Ruhe, so du in dem Todesschlafe                              11f
uns einst bestimmt,                                                        4
ein Eingang zu der Hölle.                      
( vers libre)        7f
Doch macht dein Geist uns dieses Irrtums frei.                10
und zeigt, dass uns dein Wille heilsam sei.                       10
Herr, wie du willt!                                                           4

            Dieu, fais de moi, si tu le veux,
            Que je vive ou je meure !

    Mon Dieu, mon Dieu, combien pour ton vouloir je souffre !
    Ma vie est pleine de malheurs               (vers libre)
    les plaintes, les regrets
    me blessent à l’excès ;
    que ma détresse cesse avec mon dernier souffle.

            Vers toi seul montent tous mes vœux,
            Fais qu’en toi je demeure !
           
    Tu es mon aide, mon recours,
    Tu vois les les malheureux, leurs larmes,
    Ce qu’ils ont espéré,
    Faibles roseaux, mais pas brisés ;
    Tu m’as pris, mis au large                      (vers libre)
    Ne dis qu’un mot, sois mon secours.

            Garde-moi sauf en ta bonté,
            Patient selon ta volonté :
            Est bon ce qur tu désires.

    Ta volonté est un livre fermé,
    Dont l’homme vain rien ne comprend.
    Malédiction que la bonté,
    Et punition que chaque épreuve !
    Le calme, la mort, au bout de notre œuvre,
    Qui nous attend ?
    L’enfer seul et sa gueule !                      (vers libre)   
    L’Esprit nous sauve de cette erreur,
    Et dit que tu veux être le Sauveur ;
    Si tu le veux !
   

               2.  1er ARIA         ( T )            ( V régulier )

Ach senke doch den Geist der Freuden             9f
Dem Herzen ein.                                             4
    Es will oft bei mir geistlich Kranken              9f
    Die Freudigkeit und Hoffnung wanken           9f
    Und zaghaft sein.                                        4

    Ah! Fais que ton Esprit pénètre
    Dans tout mon cœur.
       En moi je sens l’esprit malade,
       Ma joie, ma vie, l’espoir, sont fades,
       Pleins de douleur ;

               3. 1er RECITATIF         ( B )       ( VI ir régulier )

Ach unser Wille bleibt verkehrt,                          8
bald trotzig, bald verzagt,                                  6
des Sterbens will er nie gedenken;                     9f    
(vers libre)
allein ein Christ, in Gottes Geist gelehrt,            10
lernt sich in Gottes Willen senken und sagt:        9f

    Notre vouloir est altéré,
    désespéré, aigri ;
    l’idée de la mort, il la rejette ;                                (vers libre)
    seul un chrétien, par l’Esprit éclairé,
    apprend de Dieu qu’il faut l’accepter, et dit :

               2e ARIA         ( B )         ( IV  régulier )

Herr, so du willt,                                    4
So presst, ihr Todesschmerzen,              7f
Die Seufzer aus dem Herzen                  7f
Wenn mein Gebet nur vor dir gilt.           8

Herr, so du willt,                                    4
So lege meine Glieder                           7f
In Staub und Asche nieder,                    7f
Dies höchst verderbte Sündenbild.          8

Herr, so du willt,                                    4
So schlagt, ihr Leichenglocken,               7f
Ich folge unerschrocken,                       7f
Mein Jammer ist nunmehr gestillt.           8

    Si tu le veux,
    Sortez, quand tant je souffre,
    O soupirs, de ma bouche,
    Si ma prière plait à Dieu.

    Si tu le veux,
    Alors étends mes membres
    En terre et dans la cendre
    L’image du péché, ô Dieu.

    Si tu le veux,
    Sonnez le glas, les cloches ;
    Je suivrai sans reproche :
    Ma plainte s’est maintenant tue.

               CHORAL       ( VIII régulier )

Das ist des Vaters Wille,              7f
Der uns geschaffen hat;               6
Sein Sohn hat Guts die Fülle         7f
Erworben uns aus Gnad;              6
Auch Gott der heilge Geist            6
Im Glauben uns regieret,             7
Zum Reich des Himmels führet.   7f
Ihm sei Lob, Ehr und Preis!          6

    C’est ce que veut le Père,
    Qui nous a tous créés ;
    La grâce nous libère,
    Que son Fils a donnée.
    Le Saint-Esprit aussi
    Dans la vraie foi nous mène
    Jusqu’au Royaume même.
    Loué soit Dieu, béni !

                             Texte allemand : Wustmann, page 67
                             Trad. Française : Yves Kéler, Bischwiller, 15.12.2009

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

779027
Aujourd'huiAujourd'hui699
HierHier794
Cette semaineCette semaine4507
Ce moisCe mois15993
Tous les joursTous les jours779027