D. 13. 3e Epiphanie : ICH STEH MIT EINEM FUSS IM GRABE, BWV 156

D.13.  3ème dimanche après l’EPIPHANIE
           3. Sonntag nach Epiphanias  (Wustmann)

           ICH STEH MIT EINEM FUSS IM GRABE,   BWV  156

                       UN PIED DEJA EST DANS LA TOMBE

NOTES quant à la Cantate

Auteur du livret : Picander III           Date: 23 janvier 1729, Leipzig I

Lectures bibliques du dimanche :

Epître :       Romains 12/17-21 :    Règles de vie chrétienne
Evangile :   Matthieu 8/1-13     :    Guérison du lépreux  et du serviteur
                                                              du centenier de Capernaüm

THEME de la cantate :  

« Die Güte – la bonté » et « der Wille – la volonté »  de Dieu

        Cette cantate est prise entre un Choral d’entrée et un Choral final, placés sous le thème d’abord de la bonté de Dieu, puis de l’acceptation de la volonté de Dieu et de la confiance en lui. Le premier choral « Mach’s mit mir, Gott, nach deiner Güt » est en fait un chant d’enterrement et d’acceptation de la mort. Le deuxième est « Herr, wie du willt, so schicks mit mir », que Bach emploie dans la cantate précédente, BWV 73, comme Choeur d’entrée.

        Ces thèmes proviennent de l’évangile du jour, Matthieu 8/1-11, qui se divise en deux péricopes, la 48 : guérison d’un lépreux, et la 49 : guérison du serviteur du centurion de Capernaüm, selon le canon d’Eusèbe. Du premier récit, le librettiste a sorti la parole du lépreux : « Si tu le veux, tu peux me guérir ». Du deuxième, il a sorti la parole du centenier : « Dis un mot, et mon serviteur sera guéri. » Les deux hommes se remettent totalement à la volonté du Christ.     

        Cela nous conduit au 1er Récitatif : « Mein Leben und mein Tod  Steht, liebster Gott, in deinen Händen – ma vie et ma mort,  Mon Dieu très bon,  sont eentre tes mains. » De là aussi l’insistance sur la maladie, dans les deux Récitatifs : « Willst du mich …  ins Krankenbett legen – veux-tu me coucher sur le lit du malade », et à l’inverse : « Willst du, dass ich nicht soll kranken – veux-tu que je ne tombe pas malade. » Insistance aussi sur une âme saine dans un corps sain, qui rappelle l’expression latin « mens sana in corpore sano ».

        Le 1er Récitatif forme le commentaire du Choral d’entrée, le mot clé commun entre les deux étant « Güte - la bonté. »

« Herr, wie du will(s)t – Seigneur, comme tu le veux »

        La 2ème Aria, le 2ème Récitatif et le Choral final reprennent le thème du chant « Herr, wie du willt, so schcks mit mir », dans une sorte de chiasme :

1ère Aria :    1er vers : Herr, was du willt,   7ème vers :  Herr, wie du willt
2ème Récitatif :                     1er vers : Und willst du
Choral :        1er vers : Herr, wie du willt,    7ème vers : Dein Will,
                                                                                   der ist der beste.

       Ici le commentaire formé par l’Aria et le Récitatif est placé en avant du Choral, et on y retrouve le mot clé de « Will(s)t - tu veux. »

       On obtient ainsi un plan en deux parties :

1ère partie :  le choral d’entrée,
                          commenté par une 1ère Aria intercalée et le 1er Récitatif,
                                                 qui suivent le Choral
2ème partie : le choral final
                           commenté par la 2ème Aria et le 2ème Récitartif,
                                                 qui précèdent le choral.

« Herzlich lieb hab ich dich, o Herr – De tout cœur je t’aime, ô Seigneur“

        Dans le 2ème Récitatif, on trouve une citation inattendue de la 1ère strophe du magnifique cantique de ce nom, du strasbourgeois Martin Schalling, de 1577, qui fit carrière à Regensburg (Ratisbonne) et Bamberg, et Nurelmberg, où il mourut en 1608. Bach a utilisé cinq fois ce cantique. Le texte de la cantate est légèrement changé.

         Schalling           Bach

«  Und wenn mir gleich mein Herz zerbricht,
            Und wenn mir Leib und Seel zerbricht
So bist du doch mein Zuversicht, 
             So bist du, Gott,
Mein Teil und meines HerzensTrost
             Mein Trost und meines Herzens Teil.
 
Et si même mon coeur se brise,
            Et si mon corps et mon âme se brisent,
Tu es néanmoins mon espérance, 
            Tu es toi, Dieu,
Ma part et la consolation de mon coeur“
             Ma consolation et la part de mon cœur.

        Le plan de la cantate est :

1ère partie        2ème partie       

Chœur +
1ère Aria           2ème Aria
1er Récitatif      2ème Récitatif    
                        Choral

Sources :  1. Ich steh mit einem Fuss im Grabe,1628 Leipzig, str 1
                      Johann Hermann Schein
                      (Grünheim, Saxe 1586 – Leipzig 1630)

                  5. Herr, wie du willt 1582, str 1
                      Kaspar Bienemann ( Melissander)
                      Nuremberg 1540 – Altenburg 1591
                      Mélodie : Aus tiefer Not II Dachstein, Strasbourg
                      EKG 285, RA 437, EG 367

                  3. Citation de „Herzlich lieb hab ich dich, o Herr“, str 1
                      1577 Strasbourg
                      Martin Schalling 1532 Strasbourg -1608 Nuremberg
                      Mélodie : Srasbourg  1571, 1577
                      EKG 247, RA 349, EG 397

Bible :  pas de citation directe de la Bible au début de la cantate,
             ni dans son corps.

Voix :   ( S ) Soprano, ( A ) Alto, ( T ) Ténor, ( B ) Basse

Livres de cantiques cités : 

EKG 1951  Evangelisches KirchenGesangbuch Ekd Evangelische
                    Kirche Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne
RA 1952    Recueil de cantiques de la Confession d’Augsbourg d’Alsace
                    et de Lorraine
EG 1995   Evangelisches Gesangbuch, EKD Evangelische Kirche
                    Deutschlands, Eglise Protestante d’Allemagne

Structure poétique : la mention figurant entre parenthèse et en italique, après le titre des différentes pièces, indique : 1°  par le chiffre romain, le nombre de vers dans le poème : VI par exemple signifie 6vers. 2° les chiffres arabes indiquent le nombre de syllabes dans le vers. Par exemple : 8 signifie vers de huit syllabes, avec fin masculine ; 9f signifie vers de neuf syllabes, avec fin féminine

Références :  

Wustmann, J.S. Bachs Kantaten-texte  1982,   page 68
Neumann, Handbuch der Kantaten J.S. Bach  
                                     1947, page 129 ; 1970, page  136
Schmieder         ,   page
James Lyon, J.S. Bach, Chorals 2005,              page 8, 88


TEXTE de la Cantate

                                                                               Structure poétique
               1.  1ère ARIA ( T ) avec CHORAL  ( S )     (V+ VI régulier )

Ich steh mit einem Fuss im Grabe,           (vers libre)     9f
                   
Machs mit mir, Gott, nach deiner Güt,               8
Bald fällt der kranke Leib hinein,                                    8
                   
Hilf mir in meinen Leiden,                                7f
Komm, lieber Gott, wenns dir gefällt,                             8
                   
Was ich dich bitt, versag mir nicht.                   8
Ich habe schon mein Haus bestellt,                                8
                   
Wenn sich mein Seel soll scheiden,                  7f
Nur lass mein Ende selig sein!                                       8
                    
So nimm sie, Herr, in deine Händ.                   8
                    
Ist alles gut wenn gut das End.                        8

Un pied déjà est dans la tombe,                (vers libre)
                     Aide-moi, Dieu, dans ta bonté,
Bientôt s’y couche mon corps las,
                     Viens à moi quand je souffre
Viens, ô mon Dieu, quand il te plaît
                     Je t’en supplie, ne t’en va pas
J’ai ma maison, et tout est prêt,
                     Quand vient mon dernier souffle.
Donne-moi un heureux trépas !
                     Je remets, Dieu, l’âme en tes mains.
                     Tout est bien, quand bonne est la fin.

               2.  1er RECITATIF       ( B )    ( XVI irrégulier )

Mein Angst und Not                                              4
mein Leben und mein Tod                                     6
steht, liebster Gott, in deinen Händen;                  9f
so wirst du auch auf mich                                     6
dein gnädig Auge wenden.                                   7f
Willst du mich meiner Sünden wegen                    9f
ins Krankenbette legen,                                       7f
mein Gott, so bitt ich dich,                                   6
lass deine Güte grösser sein als deine Gerechtigkeit;    14
doch hast du mich dazu versehn,                          8
dass mich mein Leiden soll verzehren,                  9f

ich bin bereit,                                                      4
dein Wille soll an mir geschehn,                            8
verschone nicht und fahre fort,                             8
lass meine Not nicht lange währen;                      9f
je länger hier, je später dort.                                8

    Ma peur, mon sort,
    toute ma vie, ma mort,
    sont, Dieu très bon, en ta puissance ;
    tu jetteras sur moi
    tes yeux pleins de grâce.
    Si tu me mets, pour mes offenses,
    sur un lit de souffrance,
    ô Dieu, je crie à toi :
    que ta bonté soit plus grande que ton juste décret ;
    mais si pourtant tu as prévu
    que la souffrance me soit dure,
    je suis tout prêt
    à tout ce que tu as voulu,
    n’épargne pas et n’attends pas
    que ma douleur trop longtemps dure :
    plus tard ici, plus tard là-bas.

               3.  2ème ARIA      ( A )   ( VI irrégulier )

Herr, was du willt, soll mir gefallen,          9f      (vers libre)
Weil doch dein Rat am besten gilt.             8
    In der Freude,                                    4f
    In dem Leide,                                     4f
    Im Sterben, in Bitten und Flehn             8
    Lass mir allemal geschehn,                   7
    Herr, wie du willt.                                 4

    Ce que tu veux devra me plaire,                      (vers libre) 
    Car ton décret est pour le mieux.
       Allégresse
       Ou détresse,
       Prière, les larmes, la mort,
       Que tout cela soit mon sort,
       Si tu le veux.

               4.  2e RECITATIF         ( B )                  ( X régulier )

Und willst du, dass ich nicht soll kranken,                       9f
so werd ich dir von Herze danken;                                 9f
doch aber gib mir auch dabei,                                        8
dass auch in meinem frischen Leibe                               9f
die Seele ohne Krankheit sei                                          8
und allezeit gesund verbleibe.                                       9f
Nimm sie durch Geist und Wort in acht,                           8
denn dieses ist mein Heil,                                              6
und wenn mir Leib und Seel verschmacht,                       8
so bist du, Gott, mein Trost und meines Herzens Teil!     12

    Si je dois n’être pas malade,
    je t’en serai, Dieu, redevable ;
    mais donne moi en plus ceci
    que dans mon cœur guéri se tienne
    une âme aussi sans maladie,
    qui chaque instant restera saine ;
    Prends-en soin par ton bon Esprit,
    car tu es mon Sauveur :
    quand corps et âme sont meurtris,
    tu restes, Dieu, le force et la part de mon cœur.


               5.  CHORAL 
                                          ( VII régulier )

Herr, wie du will, so schicks mit mir                                  8
Im Leben und im Sterben!                                               7f
Allein zu dir steht mein Begier,                                         8
Herr, lass mich nicht verderben!                                       7f
Erhalt mich nur in deiner Huld,                                          8
Sonst wie du willt, gib mir Geduld,                                     8
Dein Will, der ist der beste.               
(vers libre)              7f

    Dieu, fais pour moi, si tu le veux,
    Que je vive ou je meure !
    Vers toi seul montent tous mes vœux,
    Fais qu’en toi je demeure !
    Garde-moi sauf en ta bonté,
    Patient selon ta volonté :
    Est bon ce que tu désires.               (vers libre)

                             Texte allemand : Wustmann, page 68
                             Trad. française : Yves Kéler, Bischwiller, 16.12.2009

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

704327
Aujourd'huiAujourd'hui296
HierHier778
Cette semaineCette semaine296
Ce moisCe mois21362
Tous les joursTous les jours704327