BEICHTE
Vorbereitung zum Abendmahl
Kranken, Sterbende
Bestattung

 

             ACH GOTT, DU LIEBSTER VATER MEIN
     ( Aus Kirchenordnung 1656 Bouxwiller im Elsass )

           Mélodie : Herr Jesu Christ, divh zu uns wend
                         Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort

1. Ach Gott, du liebster Vater mein,
    Dass du mich jetzt auch suchest heim,
    Noch greifst mit Leibesschwachheit an,
    Ist alles recht und wohl getan.

2. So soll ich, armer Sünder, lehrn,
    Dass ich dich, meinen Gott und Herrn,
    Erzürnet hab und dein Gebot
    Gebrochen, und damit den Tod

3. Zeitlich verdient, und ewiglich,
    Wenn Du nach Recht willst richten mich !
    Ich tröst mich aber allezeit
    Der Gnad und der Bamherzigkeit,

4. Die grösser doch gewesen sind
    Denn meine Bosheit und mein Sünd,
    Die ich bekenn von Herzensgrund,
    Damit mein Gwissen ist verwundt.

5. Ich sie bewein von ganzem Herz,
    Und trag darüber Leid und Schmerz.
    Drum bitt ich dich, o Gott und Herr:
    Mit deiner Gnad sei mir nicht fern !

6. Verzeih mir all mein Missetat,
    Die dich also erzürnet hat;
    Den Schaden meiner Seel nimm hin,
    Damit ich schwer beladen bin.
                        
                        *    *    *

7. So nimm dich meiner Schwachheit an,
    Wie du auch andern hast getan.
    Wenn ich leid Schmerzen, Angst und Not,
    So helf mir Chisti Wunden rot !

8. Wenn meines Leibes Kraft verschwindt,
    So hilf, dass ich dein Kraft empfind ;
    Wenn meine Augen sehen nicht,
    So wend zu mir dein Angesicht.

9. Wenn meine Ohren nicht mehr hörn,
    So lass dein Geist mich wohl belehrn ;
    Wenn meine Zung nichts sagen kann,
    Lass dir im Herz mein Not vertraun.

10. Wenn mir vergehn will der Verstand,
      So greif nach mir mit deiner Hand ;
      Erhalt mich durch dein Macht und Wort,
      Damit mein Seel komm an den Ort,

11. Da Fried, Freud, Leben, Seligkeit
      Von Gott dem Vater ist bereit
      Den Frommen und den Egeln dein.
      Ach Herr, wann werd ich bei dir sein ?

12. Damit ein End hab all Trübsal,
      Die mich hier plagt im Jammertal !
      Dich bitt ich durch die Gnade dein,
      Mein Gott,du liebster Vater mein !  Amen.

 

             Text             Ach Gott, du liebster Vater mein
                                 Verfasser nicht angegeben
                                 „ Schönes Reim-Gebet“
                                 Hanauische Kirchenordnung 1656
                                 Buchsweiller (Bouxwiller), Seite 318-320
                                 Revidierung und Formung zum Singen:
                                 Yves Kéler, 15.8.08, Léchiagat

              Melodie       Herr Jesu Chrisdt, dich zu uns wend
                                  1628, Görlitz 1648
                                  RA 205, EG 155

                ou             Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort
                                  Eglise ancienne, Martin Luther, 1543
                                  RA 170, EG 193
                                      Frs: Par ta parole, Dieu Sauveur, ABD 528
                                              Seigneur, c’est toi notre secours
                                              NCTC 237, ARC 544
                                              Affermis-nous par ton Esprit
                                              NCTC 390, ARC 884, ALL 62/74

 

Le texte

 Sainte Cène des maladies et des mourants

 Le texte est placé à la suite des instructions pour les pasteurs du Hanau-Lichtenberg, pour la Sainte Cène à domicile des malades et des mourants, ou à l’hôpital éventuellement.

 Le texte d’introduction dit : «  Als auch / so nun das Abendmahl bey Krancken wircklich gehalten wird / dass sich die Gesunden / bevorab die Freundschafft und Nachbarschafft / auch darzu verfügen sollen / auss diesem sonderlichen bedenken / dass / ob sie schon selbst das Nachtmahl nichmit empfahen / doch helffen betten / und iher künftigen Noth hiemet erinnert würden. Deshalben wol angeornet ist / dass man zuvor mit der Kirchenglocken ein gewisses Zeichen gibt / wann krancke Personen zu comuniciren* seyn; welches Zeichen-leuten aber billich eingestellet wir / wann Sterbensläuffe grassieren und überhand nehmen. Privatim* nun kan / vor empfahung des heiligen Abendmahls / oder auch wol an statt der Beicht im vorlesen das nachfolgende Reim-Gebett / gar bequemlich gesprochen werden – Egalement, quand la Sainte Cène est réellemzent célébrée chez les malades / que les bien-portants / en premier la parenté et les voisins / soient également oprésents / en cette pensée particulière / que / même s’ils ne reçoivent pas eux-mêmes la Cèn e / néanmoins aident à prier / et soient rappelés à leur détresse à venir. C’est pourquoi il est bien indiqué / qu’auparavant on donne un signe précis avec les cloches de l’église / lorsque des personnes malades sont en train de communier* / , laquelle sonnerie bien entendu ne se fera pas / si des épidémies mortelles se répandent et débordent. En privé on peut / avant de recevoir la Sainte Cène / ou volontiers à la place de la pénitence, par la lecture de cette prière rimée / s’exprimer simplement ainsi. »  Suit le texte de la prière, rédigé en vers. 

 Le texte n’a pas été prévu pour être chanté, mais dit par un officiant

 En effet, dans ce poème de 48 vers, les rimes sont toutes masculines, sauf 6 doubles vers à finale féminine, soit 12 rimes féminines (ce qui fait le quart) . Ces 6 doubles vers, à intervalle irrégulier mais étudié, coupent la monotonie du poème : le plan du poème est le suivant :

     12 vers masculins  2 vers féminins
      2                         2  
      2                         2
      4                         2
      4                         2
      4                         2
     10                        0

 Cette répartition est intéressante : au début et à la fin un grand groupe de 12 et de 10 vers, et intercalés : deux ensembles de 2 vers masculins + 2 vers féminin, puis 3 ensembles de 4 vers masculins + 2 vers féminins.

  Cette structure ne permet pas le chant strophique. J’ai transformé toutes les féminines en masculines. Les vers masculins comportant 8 syllabes, tout le poème se retrouve en cette forme. Le découpage en strophes le plus approprié d’après le sens est en quatrains. Le rytme des vers, la syntaxe et les rimes deux par deux vont dans ce sens. J’ai donc choisi pour ce chant la coupe IV 8.8, 8.8 . 

La mélodie

 Dans le groupe des hymnes de cette coupe, on peut prendre plus particulièrement deux mélodies, dont le message est proche de ce texte :

a. « Herr Jesu Christ, dich zu uns wend », de Görlitz 1648, mélodie placé sur ce chant de Guillaume II de Saxe-Weimar en la même année finale de la Guerre de Trente ans. Ce chant développe le calme de la foi dans les épreuves de cette terrible guerre. Or le texte de Bouxwiller est de 1656, (il peut éventuellement être plus ancien), soit 8 ans après la guerre, qui a ravagé l’Alsace. Il entre dans la même théologie forte et calme.   : 

b. « Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort », de Luther, de 1543, qui s’appuie sur celle du « Dies irae », en rapport avec la mort et la fin des temps, et la guerre avec les Turcs et le Pape. Une mélodie forte de sens.

 Si on chante le texte intégralement, en deux parties A : str 1 à 6, et B : str 7 à 12, on peut employer successivement les deux mélodies.

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

780140
Aujourd'huiAujourd'hui313
HierHier762
Cette semaineCette semaine313
Ce moisCe mois17106
Tous les joursTous les jours780140