« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 Général  

 

 

 

FLAMMES, MONTEZ, FLAMMES, MONTEZ

Flammen empor Flammen empor

 

       

 1. Flammes, montez, flammes, montez !                            1. Flamme empor, Flamme empor!

     Brillez aux heures sombres                                               Leuchte in dunklen Stunden,

     Où soleil et lumière sont des ombres.                                Sonne und Licht sind entschwunden,

     Chaudes, montez, chaudes, montez !                               glühend empor, glühend empor

 

2. Flammes sacrées flammes sacrées,

    Appelez-nous, nous dans les chaînes,

    Sans liberté, sous tant de haine !

    Forgez l’esprit, forgez l’esprit !

 

3. Feu dévorant, feu dévorant,

    Les signes de feu s’inversent,

    Les années de souffrance cessent.

    Feu dévorant, feu dévorant !

 

4. Flammes, montez, flammes, montez !

    Enfin le jour triste s’achève,

    Le soleil de liberté se lève.

    Brillantes, montez, brillantes, montez !

 

 

!

2. Heilige Glut, heilige Glut,

rufet uns, die wir in Banden,

Tage der Freiheit entschwanden,

stärke den Mut, stärke den Mut!

 

3. Lodernder Brand, lodernder Brand,

flammende Zeichen sich wenden,

Jahre der Not werden enden,

lodernder Brand, lodernder Brand!

 

4. Flamme empor, Flamme empor!

Trüber Tag muss sich neigen

Sonne der Freiheit wird steigen

leuchtend empor, leuchtend empor!

 

         Texte        Flamme, empor, Flamme, empor

                          auteur inconnu

                          d’après un ancien chant de la Freiheitbewegung –

                          le mouvement de la liberté de 1814, même début

                          dans Lieder aus den faschistischen

                                   Konzentrations-Lagern

                          Veröffentlichung der Deutschen Akademie

                          der Künste in Berlin, Sektion Musik,

                          Abteilung Arbeiterlied

                          Das Lied – Im Kampf geboren, Heft 7, Nr 38 S. 123

                          Zusammengestellt von Inge Lammel und Günter Hofmeyer

                          VEB Friedrich Hofmeister Leipzig 1962

                          fr. : Yves Kéler 14.5.2015

 

         Mélodie    Flamme, empor, Flamme, empor 1814

                          Karl Gläser 1791

 

 

 

Le texte

A. Le chant de 1814

        « Flamme empor » ou « Am Flammenstoss », est un chant du « peuple allemand et de la liberté », né en 1814 dans le mouvement des «  Befreiungskriege -Guerres de libération. » Le texte est de Christian Nonne, placé sur la mélodie composée dès 1791 par Karl Gläser. Le chant était d’esprit nationaliste et aussi franc-maçon, avec une référence chrétienne.

 

       Sur la base de son caractère loyal et honnête, il fut volontiers chanté par les National-Socialistes, toutefois sans les strophes 2 « Sieh wie steh’n », 5 « Wahrheit sei frei » et 9 « Stehet vereint », ni 3 de celles qui parlent de Dieu, savoir les strophes 6, 7, 8. Ces strophes parlent de liberté face au système, ce qui était contraire à l’idéologie nazie de la soumission absolue au système, et de reconnaissance envers Dieu, ce qui était aussi fondamentalement rejeté. Dans le nazisme, l’homme nouveau de race arienne conduit l’histoire, pas Dieu. En revanche la strophe 11 a été conservée.

 

        Le chant de Joh.H.Chr. Nonne a été chanté le 18 octobre1814 à l’occasion du « feu d’octobre », au jour anniversaire de la bataille des nations à Leipzig en 1813. (Text: Joh. H. Chr. Nonne , 1814 zum Oktoberfeuer am Jahrestag derVölkerschlacht bei Leipzig 18. Oktober 1814.*) Le chant a donc été exécuté devant ou autour d’un grand feu, ce qui explique sa composition sur le thème des flammes. Ces « Oktober feuer » avaient été créés pour commémorer la bataille de Leipzig, dans l’esprit de la liberté dans les territoires des princes allemands. La chute de Napoléon, amorcée à Leipzig, était pour le peuple allemand, surtout dans le Bade, le Wurttenberg et le Palatinat, la source d’un espoir de liberté. Il y eut de grandes fêtes, entre autres celles de Hambach dans le Palatinat, avec défilés et feux. A Hambach apparut pour la 1ère fois le drapeau des libéraux, noir-rouge-orange (repris des Burschenschaften – Groupes d’étudiants » libérales), qui sera repris par la Bundes Republick Deutschlands, la RFA, en 1947, lors de la création du nouvel état allemand. L’espoir de liberté fut bientôt étouffé par le Congrès de Vienne et par le retour en force des anciennes monarchies, conservatrices.

 

        Ces fêtes ont été reprises à diverses époques, en particulier récemment dans le Rheinland-Westfalen, à Helberhausen, Kreis Siegen – Wittgenstein, depuis 2066. Comme dit plus haut, les nazis aussi avaient repris le chant, amputé de plusieurs strophes, et le chantaient aussi autour d’un feu. Le document Internet cité plus bas donne une photo d’une telle fête.

 

Dieu dans le chant

             Ce chant est tout imprégné de l’idéal libéral, marqué par la franc-maçonnerie, mais aussi par le protestantisme, Christian Nonne était pasteur, à Drevenack en Rhénanie, puis en 1815 à Schwerin, dans le Mecklenburg. Plusieurs strophes parlent de Dieu. Toutes les références sont à Dieu le Père et dans l’Ancien Testament.

         Str : 6 La nuit s’étendait sur l’Allemagne : Dieu se montra, lui qui nous conduit. C’est probablement un rappel de Dieu se montrant à son peuple dans la colonne de nuée et de feu au désert. Néhémie9/19 dit : « La colonne de feu ne cessa point de les éclairer. »

         Str. 7 : « Licht, brich herein – Lumière, jaillis », est une citation, placée entre guillemets, de « Es werde Licht – Que la lumière soit » du récit de la création sans Genèse 1/3, l’acte créateur premier permettant la suite des autres. Dieu recrée l’Allemagne comme état, qui avait été supprimé en tant que 1er Reich (Saint Empire Romain Germanique 922-1806) par Napoléon en 1806 et remplacé par la Confédération du Rhin, dont ce dernier était le souverain, prenant symboliquement la place de l’empereur germanique.

         Str. 8 : les flammes embrasent les monts qui entourent le Majestueux. C’est une allusion aux montagnes qui sont le siège de Dieu dans l’Ancien Testament, en particulier le Sinaï avec ses flammes qui environnent Dieu. Nonne reprend l’affirmation  « Dieu est un Dieu des montagnes », dans I Rois 20/23.

         Str. : 11. « Höre das Wort – Exauce la prière » dit le début, le 3e vers dit « hilf und Aide-nous, ou Fais que », demande courante des prières en allemand. Ici Dieu est appelé « Vater – Père », selon l’invocation de la prière, peut-être en allusion au Notre Père. Il est demandé « Sei unser Hort – Sois notre abri, notre refuge. » Hort est un titre fréquemment attribué à Dieu. le Psaume 71/3 dit « Sei mir ein starker Hort – Sois-moi un abri puissant. »

 Napoléon et la frontière du Rhin

         Nous sommes en 1814 et l’Allemagne fête l’effondrement de Napoléon. Napoléon a abdiqué le 6 avril 1814, et il reviendra de l’île d’Elbe, pour les « Cent jours » du 20 mars au 22 juin 1815. Le chant de Nonne se place entre les deux règnes. Les strophes 4, 5, 6, 9 font allusion à la tyrannie napoléonienne. Ste. 4 parle des « Feinde – Ennemis », manifestement les français, puisque on parle du Rhin à la str. 7. La str. 5 parle de combattre. Il semble que les allemands craignaient un retour des français. L’aventure des Cent jours leur donna raison. St.6 appelle la période napoléonienne « Finstere Nacht – Nuit sombre », parce que les libertés, tant prônées par les français, avaient été bafoués par ceux-ci. La str. 9 parle défendre nos monts contre l’ennemi. Il s’agit de la Forêt noire, le londg du Rhin, considéré par les nationalistes allemands comme la frontière infranchissable de l’Allemagne.

         En effet, celui-ci va devenir une frontière sacrée. De nombreux poèmes comme la « Wacht am Rhein – La garde au Rhin » le montrent. Cette idée va devenir une des constantes jusqu’en 1945. l’occupation de la rive gauche du Rhin de 1920 à 1936 fut considérée par les allemands comme une injure, dont Hitler les lava.

 B. Le chant repris par les nazis

         Sur la base de son caractère loyal et honnête, il fut volontiers chanté par les National-Socialistes, toutefois sans les strophes 2 « Sieh wie steh’n », 5 « Wahrheit sei frei » et 9 « Stehet vereint », ni 3 de celles qui parlent de Dieu, savoir les strophes 6, 7, 8. Ces strophes parlent de liberté face au système, ce qui était contraire à l’idéologie nazie de la soumission absolue au système, et de reconnaissance envers Dieu, ce qui était aussi fondamentalement rejeté. Dans le nazisme, l’homme nouveau de race arienne conduit l’histoire, pas Dieu. En revanche la strophe 11 a été conservée.

 C. Le chant réécrit dans les camps de concentration

         Le chant du KZ ne comprend plus que 4 strophes. On ne connaît ni l’auteur ni le camp précis où il est né. Les thèmes de Dieu et de Napoléon ont disparu, il reste celui de la liberté. La sainte flamme est celle de la liberté. L’emprisonnement du camp a remplacé le thème de l’Allemagne dans l’obscurité. Les deux dernières strophes ne visent plus la libération de l’Allemagne pour la vérité, mais la libération du camp. Le chant est descendu de ses hauteurs idéalistes pour venir à terre dans la vie terrible des camps.

         La forme abrégée que chantaient les nazis a-t-elle influencé l’auteur des camps ? Les 4 strophes qu’il réécrit correspondent à celles que les nazis n’avaient pas supprimées. Mais cette forme abrégée existait peut-être auparavant, vu la longueur de l’original en 11 strophes. La forme abrégée en compte 6.

         La forme abrégée a été chantée par les nazis lors de la célèbre « Bücherverbrennung – Crémation de livres » du 10 mai 1933 à Göttingen,  organisée par le Mouvement étudiant de l’Université, dans lequel les nazis étaient devenus majoritaires. Egalement lors d’autres autodafés dans le pays à l’époque.. Lors de cet autodafé de Göttingen organisé par les universitaires nazis, on chanta « Flammen empor ! » le « Horst-wessel-Lied –Chant de Host-Wessel », un hymne nazi,  et le « Deutschland über alles. » Cette fois les flammes qui détruisaient les livres visaient le renouveau de l’Allemagne avec Hitler.

* ( citation de Flamme empor – Metapedia
http://de.metapedia.org/wiki/Flamme_empor
17.
Nov. 2014 ... Flamme empor oder Am Flammenstoß ist ein im Jahr 1814 im Zuge der Befreiungskriege entstandenes deutsches Volks- und Freiheitslied.)

 

LES DIFFERENTS TEXTES ET LEURS TRADUCTIONS

 

        Je donne ci-dessous les 2 textes originaux et leurs traduction face à face, ce qui permettra au lecteur de les comparer.

 

 

Voici le texte original de 1814,                           Transposition anti nazie faite dans les

avec indication des strophes                               camps de concentration

supprimées par les nazis.

 

 

 

1814 Christian Nonne                         strophes

                                                      supprimées 

                                                     par les nazis

1. Flamme, empor! :: 

Steige mit loderndem Scheine

auf dem Gebirgen am Rheine

glühend empor!

 

2. Siehe, wir stehn ::                                  

treu im geweihten Kreise,

dich zu des Vaterlands Preise

brennen zu sehn!

 

3. Heilige Glut! ::

Rufe die Jugend zusammen,

daß bei den lodernden Flammen

wachse der Mut!

 

4. Auf allen Höhn ::

leuchte du flammendes Zeichen,

daß alle Feinde erbleichen

wenn sie dich sehn!

 

5. Wahrheit sei frei! Wahrheit sei frei! ::   +

Flammen umbrausen die Höhen,

die um die Wahrheit stehen,

kämpft, macht sie frei, kämpft macht sie frei!

 

6. Finstere Nacht ::                                     +

lag auf Germaniens Gauen;

da ließ der Herrgott sich schauen

der uns bewacht.

 

7. „Licht, brich herein“! ::                          +

sprach er, da sprühten die Flammen,

schlugen in Gluten zusammen

über den Rhein.

 

8. Und er ist frei! ::                                     +

Flammen umbrausen die Höhen,

die um den Herrlichen stehen

jauchzt. er ist frei!

 

9. Stehet vereint, ::                                     +

Brüder, und lasst uns mit Blitzen

unsre Gebirge beschützen

gegen den Feind!

 

10. Leuchtender Schein! ::

Siehe, wir singenden Paare

schwören am Flammenaltare

Deutsche zu sein!

 

11. Höre das Wort ::

Vater, auf Leben und Sterben

hilf uns die Freiheit erwerben!

Sei unser Hort!

Période nazie dans les camps, auteur inconnu

 

 

1. Flamme empor, Flamme empor!

Leuchte in dunklen Stunden,

Sonne und Licht sind entschwunden,

glühend empor, glühend empor!

 

 

 

 

 

 

3. Heilige Glut, heilige Glut,

rufet uns, die wir in Banden,

Tage der Freiheit entschwanden,

stärke den Mut, stärke den Mut!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3. :: Lodernder Brand, ::                 cf str. 3

flammende Zeichen sich wenden,  c. str. 3

Jahre der Not werden enden,

:: leuchtender Schein! ::

 

 

 

 

 Reprise de la 1ère strophe

4. :: Flamme empor! ::

Trüber Tag muss sich neigen,

Sonne der Freiheit wird steigen

Leuchtend empor, leuchtend empor!

 

     

 Voici la traduction du texte de 1814, comparée à celle du texte du camp nazi

1814 Christian Nonne                          strophes

                                                      supprimées 

                                                    par les nazis

1. :: Flammes, montez ! ::  

    Grimpez comme au mât de cocagne,

    Près du Rhin, sur les montagnes.

    :: Brûlantes, montez ! ::

 

2. :: Nous nous tenons ::

    Dans le cercle saint, fidèles,

    Pour la patrie fraternelle.

    :: Nous regardons. ::

 

3. :: Sainte clarté, ::

    Appelle notre jeunesse,

    Pour que dans cette liesse

    :: Monte sa fierté. ::

 

4. :: Sur tous les monts

    Brillent flambants tous ces signes.

    Que les ennemis pâlissent

    :: Quand ils les voient. ::

 

5. :: Libre vérité, ::

    Embrasez les monts , vous flammes,

    Pour la vérité dans les âmes,

    ::Pour la libérer. ::

 

6. :: Sombre est la nuit ::

    Qui couvrait l’Allemagne.

    Dieu se fit voir à nos âmes,

    :: Nous conduisit.

 

7. :: « Lumière soit ! » ::

    Dit-il, et jaillit la flamme

    En des jets puissants et calmes,

    :: Sur le Rhin droit.

 

8. ::Libre est le Rhin! ! ::

    De flammes les monts s’embrasent

    Qui sont du Très-haut les bases.

    ::Libre est le Rhin ! ::

 

9. :: Soyez unis, ::

    Et par des éclairs*, mes frères,

    Aux monts gardez les frontières

    :: De l’ennemi ! ::

 

10. :: Eclat brillant, ::

      Nous qui chantons, nous les couples,

      Jurons, à l’autel, au peuple

      :: D’être allemands. ::

 

11. :: Entends nos mots ::

      A la vie à la mort, Père :

      « Que la liberté demeure,

      :: Seigneur très-haut ! ::

 

 * « mit Blitzen, avec des éclairs » : peut-être des coups de canon, image souvent employée en Allemagne à l’époque.

Période nazie, auteur inconnu

 

1. Flammes, montez, flammes, montez !

    Brillez aux heures sombres

    Où soleil et lumière sont des ombres.

    Chaudes, montez, chaudes, montez !

 

 

 

 

 

 

2. Flammes sacrées, flammes sacrées,

    Appelez-nous, nous dans les chaînes,

    Sans liberté, sous tant de haine !

    Forgez l’esprit, forgez l’esprit !

 

3. Feu dévorant, feu dévorant,

    Les signes de feu s’inversent,

    Les années de souffrance cessent.

    Feu dévorant, feu dévorant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

reprise de la 1ère strophe

4. Flammes, montez, flammes, montez !

    Enfin le jour triste s’achève,

    Le soleil de liberté se lève.

    Brillantes, montez, brillantes, montez !

        Texte         Flamme, empor, Flamme, empor
                          Christian Nonne, 1814
                          fr. : Yves Kéler 26.6.2015

        Mélodie :  Flamme, empor, Flamme, empor
                         Karl Gläser 1791

 


Melodie

 

Musiknoten Flamme empor

Visiteurs en ligne

105516
Aujourd'huiAujourd'hui94
HierHier322
Cette semaineCette semaine721
Ce moisCe mois5362
Tous les joursTous les jours1055167
Template by JoomlaShine