« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

CARÊME                                                    N° 10
PASSION
AMOUR DE JÉSUS
ENTERREMENT


           L'AGNEAU DE DIEU VA DE BON CŒUR
 Ein Lämmlein geht und trägt die Schuld, Pr 1648

     Passionslied – Chant de la Passion (E 1566/67)

J         ean 1/29, I Pierre 1/18ss, Esaïe 53/5-7

            Mélodie : An Wasserflüssen Babylon

                                                  X 8.7f, 8.7f / 8.8.7f./ 8.8.7f


                                  A. L’Agneau de Dieu

1.

L'Agneau de Dieu va de bon cœur         

ER-

Ein Lämmlein geht und trägt die Schuld

 

S'offrir pour les coupables,

LUI

Der Welt und ihrer Kinder ;

 

Et porter d'un monde pécheur

 

Es geht und büsset in Geduld

 

Les péchés innombrables.

 

Die Sünden aller Sünder.

 

Et, fléchissant sous tant de poids,

 

Es geht dahin, wird matt und krank,

 

Se fait clouer sur une croix,

 

Ergibt sich auf die Würgebank,

 

Sans nulle résistance, 

 

Verzicht’t auf alle Freuden ;

 

Lié, meurtri, blessé, mourant,

 

Es nimmet an Schmach, Hohn und Spott,

 

Et jusqu'au bout persévérant.

 

Angst, Wunden, Striemen, Kreuz und Tod

 

Dans son obéissance. 

 

Und spricht : Ich wills gern leiden.

 

2.

L’Agneau s’est fait le grand ami        

 

Das Lämmlein ist der grosse Freund

 

Et Sauveur de mon âme.

 

Und Heiland meiner Seelen ;

 

De son Fils Dieu fait l’ennemi

 

Den, den hat Gott zum Sündenfeind

 

Du mal qui me réclame :

 

Und Sühner wollen wählen.

 

« Va, mon enfant, et charge-toi

 

« Geh hin, mein Kind, und nimm dich an

 

Des enfants tombés sous la loi,

 

Der Kinder, die ich ausgetan

 

La sanction, la colère :

 

Zu Straf uns Zornenruten ;

 

Peine lourde et dur châtiment,

 

Die Straf ist schwer, der Zorn ist gross:

 

Qu’il faut lever absolument

 

Du kanst und sollst sie machen los

 

 

Par ta mort salutaire ! » 

 

Durch Sterben und durch Bluten ».

 

                                 *                                                                        * 

3.

« Oui, Père, oui du fond du cœur,        

ICH-

« Ja, Vater, ja von Herzensgrund,

 

Je veux porter la charge !

MOI=

Leg auf, ich will dir’s tragen.

 

Je deviendrai, moi, leur Sauveur :

    le

Mein Wollen hängt an deinem Mund,

 

Ta décision est sage »

Christ

Mein Wirken ist dein Sagen. »

 

Dieu, quel prodige pour les yeux !

 

O Wunderlieb, o Liebesmacht,

 

Quel amour attire en ce lieu

 

Du kannst, was nie kein Mensch gedacht,

 

Ton Fils, ton aimé, Père ?

 

Gott seinen Sohn abzwingen.

 

Amour qui surpasse la mort,

 

O Liebe, Liebe, du bist stark

 

Au tombeau tu mets le Dieu fort

 

Du streckest den in Grab und Sarg,

 

Qui fait trembler la terre !

 

Vor dem die Felsen springen !

 

4.

 

Ce grand amour pour les humains

Le conduit au martyre.

L’amour lui perce cœur et mains,

 

  DU-

 TOI

= Dieu 

 

Du marterst ihn am Kreuzestamm

Mit Nägeln und mit Spiessen.

Du schlachtest es als wie ein Lamm

 

Tel un agneau il expire !

Son corps succombe à la douleur,

Son sang s’échappe de son cœur 

Et de toutes ses veines.

O saint Agneau, de quel retour

 

    ER- 

  LUI=

 le Christ    

Machst Herz und Adern fliessen :

Das Herze mit der Seufzer Kraft,

Die Adern mit dem edlen Saft

Des purpurroten Blutes.

O süsses Lamm, was soll ich dir

 

Puis-je payer tout cet amour

Qui se montre en tes peines ?

 

   

Erweisen dafür, dass du mir

Erweisest so viel Gutes 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

                                 B.   ICH-MOI

5.

Je veux jusqu’au jour du trépas

 

Mein Lebetage will ich dich

 

Qu’en moi tu aies ta place,

 

Aus meinem Sinn nicht lassen ;

 

M'abandonner entre tes bras,

 

Dich will ich stets, gleichwie du mich,

 

Qu’en les miens je t’enlace.

 

Mit Liebesarmen fassen.

 

Sois le partage de mon cœur :

 

Du sollst sein meines Herzens Licht,

 

Quand il défaillira, Seigneur,

 

Und wenn mein Herz in Stücken bricht,

 

Sois ma force et ma vie.

 

Sollst du mein Herze bleiben.

 

Et puisque tu mourus pour moi,

 

Ich will mich dir, mein höchster Ruhm,

 

Fais-moi, Jésus, vivre avec toi

 

Hiermit zu deinem Eigentum

 

En parfaite harmonie.

 

Beständiglich verschreiben.

 

6.

Je veux exalter ton amour                      

 

Ich will von deiner Lieblichkeit

 

Nuit et jour, à chaque heure,

 

Bei Nacht und Tage singen,

 

M’offrir à toi, jour après jour,

 

Mich selbst auch dir nach Möglichkeit

 

Pour être ta demeure.

 

Zum Freudenopfer bringen.

 

Oh ! que ma vie, tel un ruisseau,

 

Mein Bach des Lebens soll sich dir

 

Pour toi s’épanche, saint Agneau,

 

Und deinem Namen für und für

 

Dans des actions de grâces !

 

In Dankbarkeit ergiessen ;

 

En moi je garde par la foi

 

Und was du mir zu gut getan,

 

Tout ce que tu as fait pour moi,

 

Das will ich stets, so tief ich kann,

 

Gravé dans ma mémoire !

 

In mein Gedächtnis schliessen.

                                 *                                                                         *

7

Deviens, mon cœur, comme un écrin

 

Erweitre dich, mein Herzensschrein,

 

Pour un trésor de grâce !

 

Du sollst ein Schatzhaus werden

 

Le trésor dont tu es gardien

 

Der Schätze, die viel grösser sein

 

N’est pas de l’or qui passe,

 

Als Himmel , Meer und Erden.

 

Ni du parfum de l’Arabie,

 

Weg mit dem Gold Arabia,

 

Ni myrrhe et encens de Syrie :

 

Weg Kadmus, Myrrhen, Kassia !

 

Il est bien autre chose !

 

Ich hab ein bessres funden :

 

Mon grand trésor, c’est Jésus-Christ,

 

Mein grosser Schatz, Herr Jesu Christ,

 

Son corps et le sang qu’il m’offrit :

 

Ist dieses, was geflossen ist

 

Sur eux je me repose !

 

Aus deines Leibes Wunden.

 

8.

Par ta faiblesse je suis fort,                    

 

Das soll und will ich mir zu nutz

 

Ta honte fait ma gloire.

 

Zu allen Zeiten machen ;

 

Ta pauvreté fait mon trésor,

 

Im Streite soll es sein mein Schutz,

 

Ton combat ma victoire.

 

In Traurigkeit mein Lachen,

 

Ton infamie fait mon honneur,

 

In Fröhlichkeit mein Saitenspiel,

 

Ton épuisement ma vigueur,

 

Und wenn mir nichts mehr schmecken will,

 

Ta soif me désaltère.

 

Soll mich dies Manna speisen.

 

Ta faim devient mon aliment,

 

Im Durst solls sein mein Wasserquell,

 

Ta nudité le vêtement

 

In Einsamkeit mein Sprachgesell

 

Qui couvre ma misère.

 

Zu Haus und auch auf Reisen.


 
                                 C.      La mort et l’éternité

                                                          ICH-MOI 

9.

Qu'aurais-je à craindre de la mort          

 

Was schadet mir des Todes Gift ?

 

Quand ton sang fait ma vie,

 

Dein Blut, das ist mein Leben.

 

Quand, le soleil brûlant mon corps,

 

Wenn mich der Sonnenhitze trifft,

 

Ton ombre est là, bénie.

 

So kanns mir Schatten geben.

 

Si la douleur s’infiltre en moi,

 

Setzt mir der Wehmut Schmerzen zu,

 

Je me tiendrai tout près de toi,

 

So find ich bei dir meine Ruh

 

Sur mon lit de détresse.

 

Als auf dem Bett ein Kranker.

 

Quand la tempête rugira,

 

Und wenn des Kreuzes Ungestüm

 

Ma barque alors accostera

 

Mein Schifflein treibet üm und üm,

 

À toi, ma forteresse.

 

So bist du dann mein Anker.

 

10.

Quand viendra l'heure et le moment       

 

Wenn endlich ich soll treten ein

 

D'aller devant ton trône,

 

In deines Reiches Freuden,

 

Ton sang sera mon vêtement,

 

So soll dies Blut mein Purpur sein,

 

Ma pourpre et ma couronne !

 

Ich will mich darin kleiden ;

 

Jésus, fidèle Emmanuel,

 

Es soll sein meines Hauptes Kron,

 

Présente au Père, dans le ciel,

 

In welcher ich will vor dem Thron

 

Mon âme pécheresse ;

 

Des höchsten Vaters gehen

 

Puis pare-la de ta beauté,

 

Und dir, dem er mich anvertraut,

 

Donne-lui place à ton côté,

 

Als eine wohlgeschmückte Braut

 

Pour te louer sans cesse ! 

 

An seiner Seite stehen.

 

11 = 8bis : la strophe suivante, qui correspond environ à la 8e de Gerhardt, est une répétition de la traduction de celle-ci, qui provient probablement d’une forme plus ancienne du texte français, dont je n’ai pas trouvé la source. Peut-être est-ce une strophe de l’ancienne Psalmodie morave de 1748. (L’édition de 1846 de la Psalmodie ne donne plus que quatre strophes, les 1, 2, 5, 9). Or le texte des Cantiques spirituels de 1758, qui est le même, est réduit d’une strophe, la 5e de Gerhard. Cette strophe de LP ne correspond pas à la 5 de l’allemand, mais à la 8. Elle se trouve dans Recueil Luthérien 1923 et LP 1938. Elle est très belle et mérite d’être conservée. On peut l’associer à la strophe 8, avec laquelle elle forme un ditptyque, et utiliser cet ensemble en l’associant à d’autres strophes.

 

Dans ta mort, Christ, mon Rédempteur,

 

 

 

J'ai retrouvé la vie.

 

 

 

Par tes blessures, ta douleur,

 

 

 

Ma pauvre âme est guérie.

 

 

 

Par tes fatigues, par tes maux,

 

 

 

Tu me procures le repos,

 

 

 

Et ton sang m'obtient grâce.

 

 

 

Tu fus étranger en ces lieux :

 

 

 

Je deviens citoyen des cieux,

 

 

 

J'ai près de toi ma place.

 

 


Texte :

Ein Lämmlein geht, 10 strophes
Paul Gerhardt 1647
Cr Si 58/12
RA 66, EKG 62, EG 83, en 7 strophes
fr. : L'agneau de Dieu va de bon cœur
Anonyme
Recueil luthérien Paris-Montbéliard-
Strasbourg, 1923 n° 79, en 4 strophes
LP 1938, n°124, en 3 strophes
Cantate Bouxwiller 1939, n°20, en 3 strophes
Georges Pfalzgraf str 6
Source commune :
Un saint agneau va de bon cœur, en 9 strophes,
Cantiques Spirituels de Strasbourg 1758/1801
Supplément local, par Frédéric Oberlin, p. 21

Le texte donné ici est l’assemblage de plusieurs sources:

Traduction de Yves Kéler : str. 2, 3, 4, 7, 9
Traduction de Georges Pfalzgraf : str. 6
Cantiques spirituels + Recueil Luthérien, + LP : str. 1, 8, 10
Cantiques spirituels, rév. Yves Kéler : str. 5
Mise en forme : Yves Kéler 31.1.2008


Mélodie :

An Wasserflüssen Babylon, Psaume 137
Wolfgang Dachstein 1525/1526
RA 66, EKG 62, EG 83
fr. : L'agneau de Dieu va de bon cœur
LP 124
Tu vins, Jésus, pour partager
NCTC 188, ARC 456, ALL 33/04

 

Le texte

L'original allemand

Le texte se divise en trois parties:

A. 4 strophes, 1-4 : l’œuvre du Père et du Fils : ER - LUI
B. 4 strophes, 5-8 : ma réponse au Christ qui me sauve : ICH - MOI
C. 2 strophes, 9-10 : la mort et l’éternité, prolongement du ICH - MOI

A l’intérieur des deux parties A et B, se retrouve la division en paires de strophes. La partie C forme une paire.

C'est une évocation de la marche du Christ vers sa mort, comme l'Agneau sacrifié. Les traits du bouc émissaire apparaissent nettement. Gerhardt a introduit un dialogue entre le Père, qui ordonne, et le Fils, qui obéit. Il reprend là le procédé que Luther avait développé dans « Nun freut euch, lieben Christen gmein - Mes frères, louez le Seigneur. » De fait, Luther et Gerhardt reprennent le style de la ballade narratrice, caractéristique de la fin du Moyen-Age. De même que le chant de Luther a été appelé « la ballade du salut de Luther », de même on pourrait appeler « Ein Lämmlein geht » la « ballade du salut » de Paul Gerhardt. Il est probable que le chant de Luther, avec sa démarche originale, a directement influencé Gerhardt.

Le texte exprime la mystique luthérienne, très profondément : l'attachement au Christ, qui nous fait bénéficier des fruits de sa mort, et la louange de ce Christ, si proche de nous en même temps qu'il règne au ciel. Le chant est d'une remarquable facture poétique, que la traduction proposée en français à partir de paraphrases anciennes transpose convenablement.

Les sources et la traduction

Le texte français remonte à une traduction dont l'original a paru dans les Cantiques Spirituels de Strasbourg de 1758, dans le « Supplément local » de 1801, en 9 strophes au lieu de 10. Le Recueil luthérien de Paris-Montbéliard de 1923 en reprend quatre strophes. Le « Cantate » de Bouxwiller 1939 en donne aussi quatre, mais une diffère. Les textes ne se correspondent pas clairement de strophe à strophe, ce qui indique que diverses corrections ont été entreprises. Je suis parti du texte des Cantiques Spirituels pour cette révision, en m’inspirant des révisions du 20ème Siècle. Pour retrouver les 10 strophes de l’original, j’ai inséré en strophe 6 une strophe de la traduction de Georges Pfalzgraf qui suit sous le N° 11.

A la strophe 5, on retrouve la fameuse image du Christ tombant dans les bras de St Bonaventure, les deux s’enlaçant. Gerhardt rend très bien ce double enlacement « Dich will ich stets, gleichwie du mich, Mit Liebesarmen fassen will - Je veux toujours, tout comme toi, t’enlacer dans des bras d’amour. » Cette image figure également dans le chant, pris du Salve d’Arnulphe : « O Haupt voll Blut und Wunden – Ô Christ plein de blessures », N° 12, strophe 6.

La mélodie

Elle est de l’alsacien Wolfgang Dachstein, composée en 1525 et destinée au Psaume 137. Ce chant est un des nombreux Psaumes que les luthériens traduisirent très tôt. Luther lui-même en a publié quatre en 1524 et 8 en tout.(Les premiers Psaumes réformés de Calvin ne paraîtront qu'en 1539 à Strasbourg).

La mélodie est ample et longue, sur un texte de 10 vers. Elle rappelle les mélodies des Psaumes de Luther, qui ont la même caractéristique. La mélodie se termine par une belle fleur, qui exprime le sentiment de joie profonde, et qu'il faut laisser se développer selon son rythme. Il faut faire attention à un point : les chanteurs français sont peu habitués à ces fleurs, Calvin les ayant proscrites, et ont quelque difficulté à les rendre. De ce fait, LP avait coupé la fleur. NCTC, ARC et ALL l'ont rétablie avec raison.

L'emploi du chant

Ce chant est d'abord un chant de la Passion, destiné à la Semaine Sainte, en rapport avec l’évangile. Mais sa partie interne, les versets 5 à 8, forme une méditation personnelle de la mort du Christ à ma place, qui s’insère bien après la prédication. Ici, le thème central est l’amour de Jésus envers moi et mon amour envers lui. Les deux dernières strophes visent directement la mort et l'enterrement : en les combinant avec les strophes 5 et 6, on obtient un excellent chant d'enterrement en 4 strophes, destiné plus particulièrement au temps de la Passion.

La répartition du chant pour son emploi peut être la suivante :

L'Agneau et son œuvre : str. 1 à 4
L'amour du Christ : str. 5 à 8
La mort et l'enterrement : str. 5 à 10

 

 

Visiteurs en ligne

118931
Aujourd'huiAujourd'hui99
HierHier401
Cette semaineCette semaine890
Ce moisCe mois2859
Tous les joursTous les jours1189315
Template by JoomlaShine