GUERRE
CATASTROPHES

 

            AURAIS-TU DÉTOURNÉ LES YEUX ?   tt
               Hast du denn ganz dein Angesicht ?

         Mélodie : Wenn mein Stündlein vorhanden ist
                        Du Lebensbrot, Herr Jesu Christ

 

1. Aurais-tu détourné les yeux
    De nous, Seigneur et Maître ?
    N’entends-tu pas monter aux cieux
    Les cris de tous ces êtres ?
    De nos péchés naît ta fureur :
    Faut-il qu’elle ait tant de rigueur ?
    Veux-tu donc tous nous perdre ?

                          *

2. La guerre, au rouge vêtement,
    Ravage nos campagnes.
    La pauvreté, le dénuement,
    Désolent les montagnes.
    Alors que ta bénédiction
    Couvrait de biens cette région,
    Toute vie la délaisse.

3. La crainte rôde dans la nuit,
    Grandit partout et monte,
    Car le massacre se poursuit
    Et nos douleurs augmentent.
    L’horrible rage des soldats
    Menace tout de brûler bas :
    Qui donc nous en protège ?

4. Toi tu le peux, Dieu des armées,
    Par toi tout est possible,
    Par toi tout peut encor changer,
    Redevenir paisible.
    Tu peux finir la destruction,
    Le meurtre et les exécutions :
    Toi seul as la puissance.

5. Les lances, sabres, les épées,
    Dont l’ennemi nous perce,
    Tu peux en serpes les changer,
    En faux, en socs, en herses.
    Tu es le Tout-puissant, seul Dieu,
    Ordonne et que sous tous les cieux
    Ta volonté se fasse !

6. Secours nos vies dans ta bonté,
    Efface notre faute.
    Pardonne-nous tous nos péchés
    Par le sang qui les ôte.
    Contiens la haine des soldats,     
    Eteins la guerre et les combats
    Avant que tout s’enflamme.

                        *

7. Rends-nous la paix et le bonheur
    Qui naissent de ta grâce.
    Guéris les gens de leurs malheurs :
    Nos faibles mains sont lasses.
    Dieu, garde nos vies et nos biens,
    Que nous avons eus de tes mains.
    Tourne vers nous ta face.

8. O Dieu, dirige nos esprits,
    Qu’à toi ils s’en remettent
    Et laissent tout ce qui nous nuit.
    Regarde-nous et jette
    Sur nous les yeux : rends-nous la paix,
    Ta douce grâce et tes bienfaits,
    Pour qu’on te rende grâce.
    
    
         Texte                Hast du denn ganz dein Angesicht
                                 sans indication d’auteur
                                 Sammlung Geistlicher Lieder
                                 Bouxwiller 1783
                                 fr. : Yves Kéler 25.5.2010

           Mélodie           Wenn mein Stündlein vorhanden ist
                                 Francfort – Main 1569, Strasbourg 1616
                                 RA 485, EG 522

                                 Du Lebensbrot, Herr Jesu Christ
                                 Peter Sohren, 1668, Halle 1704,
                                 dans Geistreiches Gesangbuch,
                                 édité par Freylinghausen à Halle 1704
                                 RA 46 et 232 + 341, EG 329


Texte original
    

1. Hast du denn ganz dein Angesicht,
    O Herr! Vor uns verborgen?
    Vernimmst du unsre Seufzer nicht?
    Weißt du nicht unsre Sorgen?
    Ach, ist durch unsre Sündenmacht
    Dein fürchterlichster Zorn erwacht?
    Willst du uns ganz verderben?

2. Der Krieg, im blutigen Gewand,
    Verheeret die Gefilde;
    Die härtste Armut drückt das Land
    Das sonst dein Segen füllte;
    Ach! aller Herz ist freudenleer,
    Und keine Ruh erquickt uns mehr;
    Sie ist von uns gewichen.

3. Gefahr umgibt uns in der Nacht,
    Und wächst mit jedem Tage.
    Sind wir vom kurzen Schlaf erwacht
    So wacht auch unsre Plage.
    Der harten Krieger wilde Wut
    Droht uns mit Feuer und mit Blut,
    Und niemand kann uns schützen.

4. Du kannst es, o Herr Zebaoth!
    Es steht in deinen Händen,
    Uns zu erretten, unsre Not
    Zu unserm Glück zu wenden.
    Du kannst dem Elend , das uns drückt,
    Das dein Gericht uns zugeschickt,
    Allein allmächtig steuern.

5. Es haben Lanzen, Spies und Schwert,
    Womit der Feind und drohte,
    Schon oft in Sicheln sich verkehrt,
    Sobald dein Wink gebote.
    Allmächtig bist du immer noch;
    Ach, so gebiet, so rede doch!
    Was du sprichst, muss geschehen.

6. Vergib uns gnädig unsre Schuld !
    Vertilge unsre Sünden!
    Trag uns mit Lagmut und Geduld!
    Lass allen Zorn verschwinden.
    Ach, dämpfe unsrrer Feinde Wut!
    Lösch aus des Krieges wilde Glut,
    Eh sie uns ganz verzehret!
    
7. Gib deiner Gnade teures Pfand,
    Gib uns den Frieden wieder!
    Errette das bedängte Land!
    Erhalt uns unsre Güter!
    Damit wir dir, von Angst befreit,
    Die Opfer unsrer Dankbarkeit
    In sichern Templeln bringen.

8. Regiere selbst du unsern Sinn,
    Dass wir uns dir ergeben;
    Der Laster Bahn bedachtsam fliehn,
    Und stets nach Tugend streben!
    Wir lassen dich, Erbarmer nicht,
    Bis uns dein huldreich Angesicht
    Zum Segen wieder strahlet.
    

Le texte    

        Ce texte se trouve dans le livre de cantiques de Bouxwiller de 1783.
    
        Il se divise en trois parties.

        D’abord une introduction, avec la question : » Nous aurais-tu donc oubliés ? ». Puis une deuxième partie, en 5 strophes (2 à 6), encadrée par le mot « Krieg – la guerre », au début de la strophe 2 et à la fin de la strophe 6. Le mot forme comme deux parenthèse entre lesquelles tous les thèmes de la guerre sont placés : le sang, la pauvrté, la peur, le danger, la fatigue, le meurtre, les armes. La troisième partie, composée des strophes 7 et 8, est introduite par le mot « Friede –la paix », qui n’est pas repris à la fin du chant. Ces  deux mots sont imprimés en caractères gras dans le livre, ce qui montre que le découpage est signalé au fidèle.
    
    

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

751702
Aujourd'huiAujourd'hui6
HierHier717
Cette semaineCette semaine6
Ce moisCe mois12876
Tous les joursTous les jours751702