EGLISE
HISTOIRE DE L’EGLISE
PAUL GERHARDT


            AU BRANDEBOURG TIENT REGNE   tt
                  In Brandenburg einst waltet

                              Poème de

               Georg Philipp Schmidt von Lübeck
                              1766-1849

1. Au Brandebourg tient règne
    Le Kurfürst brillament.
    Pourtant la foi chrétienne
    Rique un éclatement.
    Les lois certes répriment
    L’interdit qu’on exprime,
    Come un édit le dit.
    Mais pourra-t-il atteindre
    L’esprit libre, et contraindre
    Le chantre qu’il maudit ?

2. Il se tient, pacifique,
    Dans l’Eglise, et sans fin
    Ses chants et ses cantiques
    Proclament le Dieu saint.
    « Ne perds pas l’espérance,
    Mais place ta confiance
    Dans le grand Dieu des cieux.
    Et que les cieux s’ébranlent,
    Les forteresses tremblent :
    C’est un rempart que notre Dieu ! »

3. Quand l’Electeur l’appelle,
    Le chantre pieux s’y rend ;
    Le Kurfürst l’interpelle,
    Irrité, le reprend :
    « Qui vit selon qu’il pense,
    Ignore la défense
    Que lui en fait la loi.
    Celui-là jette à terre
    Sa foi, son ministère :
    Qu’il quitte la ville et son toit ! »

4. Et le vieillard modeste :
    « Il me convient que cette loi,
    Messire, me conteste.
    Quand je sers Dieu, mon Roi,
    Qu’aurais-je d’autre à faire
    Que de chanter sa gloire,
    Selon qu’il est écrit ?
    Sa volonté est juste,
    Auprès de lui je reste. »
    Fit révérence, puis sortit.

5. Chez lui, dans l’antichambre,
    Il quitte ses fonctions,
    Puis il sort de la chambre
    Avec Bible et bâton.
    Près de lui va sa femme,
    Portant leur fils en larmes.
    L’aîné lui tient la main.
    Il sort du presbytère,
    Il marche à la lumière,
    Quittant le pays et Berlin.

6. Dans la vallée lointaine,
    Qui marche en pèlerin,
    Au soleil dans la plaine,
    Et suit le plat chemin ?
    Dans la foi ils avancent
    Heureux, avec patience,
    Et vont vers l’étranger.
    Et quand le jour s’achève,
    Dans la forêt s’élève
    Un toit pour les loger.

7. Voyez le sommeil calme
    Des petits sur le banc !
    Dans le cœur de la femme,
    L’inquiétude reprend :
    « Qui donc prend soin des pauvres ?
    Est-il des cœurs qui s’ouvrent
    Avec pitié, chaleur ?
    Et s’il en est de tendres,
    Certains, méchants, leur tendent
    La pierre et leur font peur. »

8. Il savait, le poète :
    « Dieu les garde en sa main ; »
    En lui la foi est faite
    De joie dans un cœur saint.
    Quand brûle cette flamme,
    Elle accorde à une âme
    Un simple et doux bonheur.
    De son siège il se lève,
    Et de son cœur s’élève
    Le chant puissant, consolateur :

9. « Confie à Dieu ta route,
    Il sait ce qu’il te faut.
    Jamais le monidre doute
    Ne le prend en défaut. »
    Dieu pénètre en leur âme,
    La rend paisible et calme,
    Et leurs soucis s’en vont.
    Et quand le chant s’achève,
    Sur eux la paix se lève :
    Dieu montre son amour profond.

10. Ils jurent et regardent,
      Dans la nuit, la forêt.
      L’obscurité les garde,
      Le fond de l’air est frais.
      Ils jurent : si les vagues
      Leur montent jusqu’à l’âme,
      D’être confiants en tout.
      Leur paix est souveraine,
      Leur serment dit à peine,
      Arrive l’aide tout à coup.

11. Là dehors, sur la place,
      Se tient un cavalier
      Qui appoprte de Saxe
      Un mot bien singulier :
      « Salut et paix au chantre !
      Je suis ici sur l’ordre
      De mon seigneur Christian :
      Que le Confesseur vienne,
      Que son service il prenne,
      Ceci dès maintenant. »

12. Dieu choisit ta personne
      Pour paître son troupeau.
      Là-bas il te redonne
      Un avenir nouveau.
      Debout, le jour arrive :
      Là sur l’ancienne rive
      Dépose tes soucis,
      Et franchis la frontière
      Qui mène à la lumière,
      Vers ta patrie et tes amis.
      
      
         Texte :       In Brandenburg einst waltet
                          Georg Philipp Schmidt von Lübeck (1766-1849)
                          In Auswahl Deutscher Gedichte
                          für höhere Schulen
                          Theodor Echtermeyer
                          34. Auflage 1903 (1. 1836), 978 Seiten
                          Halle, Verlag des Waisenhauses
 
                          fr. : Yves Kéler 31.7.2010 Draguignan
                                                  

   

Texte original

1. In Brandenburg einst waltet
Der Kurfürst weit und breit;
Doch neue Lehre spaltet
Des Glaubens Einigkeit.
Es steuern wohl Gesetze
Verbotenem Geschwätze,
Wie das Edkt es nennt;
Doch wird es ihm gelingen,
Den freien Geist zu zwingen
Des Sängers, der die Furcht nicht kennt?

2. Er stand in heilger Stätte,
Der Kirche heller Stern,
Durch Lehren und Gebete
Verkündigend den Herrn.
«Und lass dir nimmer grauen ;
Musst droben dem vertrauen,
Des Name Zebaoth
Und ob des Himmels Schranken
Und alle Festen wanken:
Ein feste Burg ist unser Gott.»

3. Der Kurfürst aber sandte,
Da kam der fromme Mann.
Des Füsten Auge brannte,
Und zürnend hub er an :
« Wer nur den eignen Grillen,
Nicht des Geseztes Willen
Zu folgen weise fand,
Der hat – Es sei gespochen ! -
Har Ehr’ und Amt verbrochen
Und meidet fortan Stadt und Land.

4. Der Greis verseztz bescheiden:
« Mir ziemt’s, das strenge Recht,
Gebieter, zu erleiden,
Mir, dem geringen Knecht.
Wie mag ich anders lehren,
Das Reich des Herrn zu mehren,
Als wie geschrieben steht ?
Es bleibt gerecht sein Wille,
Ich will ihm halten stille.»
Und drauf verneigt er sich und geht.

5. Und wehrt daheim dem Jammer,
Und alles legt er ab
Und nillt aus seiner Kammer
Die Bibel und den Stab,
Die Mutter, blass vor Harme,
Das jüngste Kind im Arme,
Das zweite bei der Hand –
So tritt  er an die Schwelle
Und blickt hinauf uns Helle
Und meidet fröhlich Stadt und Land.

6. Wer geht im fernen Tale
Den Mûden Pilgergang,
Im heissen Sonnstrahle
Die flache Heid entlang ?
Sie wallen froh im Glauben,
Als blüten ihnen Laben,
Der fremden Erde zu:
Und als der Tag verflossen,
So beut, im Wald verschlossen,
Ein gatlich Dach dem Häuflein Ruh.

7. O schau den süssen Schlummer
Der Kleinen auf der Bank !
Ins Mutterherz der Kummer
- Soviel es kämpfte – sank :
« Wer wird sich dch der Armen
Im fremden Land erbarmen
Und ihr Vorbitter sein ?
Wer wird das Herz erweichen ?
Die harten Menschen reichen
Den Hungrigen für Brot den Stein. »

8. Der fromme Dichter lächelt :
« Sie stehn in Gottes Hut ! »
Des Glaubens Palme fächelt
Ihm Freudigkeit und Mut ;
Und wo sich solche Blüte
Enfaltet im Gemüte,
Ist nimmer fern das Glück.
Er geht hinaus in Eile
Und bringt nach kurzer Weile
Des Trostes goldnes Lied zurück :

9. « Befiehl du deine Wege
Und was dein Herze kränkt
Der allertreusten Pflege
Des, der den Himmel lenkt. »
Da deucht es ihren Sinnen,
Als ob die Furcht von hinnen
Uns alle Sorge flöh ;
Denn kaum das Lied vernommen,
Ist über sie gekommen
Der Friede Gottes aus der Höh.

10. Sie schwören still -- und schauen
Hinaus duch Wald und Nacht
Und über dunklen Auen
Der Sterne goldne Pracht; --
Sie schwören, ob die Wellen
Bis an die Seele schwellen,
Zu trauen für und für ;
Und als der Schwur vollzogen
Und himmelan gezogen,
Da steht die Hilfe vor der Tür.

11. Denn draussen scharrt in Sande
Bereits des Rosses Fuss ;
Es bringt aus Sachsenlande
Der Bote diesen Gruss:
« Dem Sänger Heil und Frieden !
Ich bin hierher beschieden
Durch Herzog Christian ;
Er will den Dulder ehren,
Den treu in Tun und Lehren
Die Engel Gottes wandeln sahn.

12. Er hat dich auserkoren,
Zu weiden eine Herd ;
Und was du dort verloren
Sei dreifach dir gewährt ! » --
Wohlauf, es graut der Morgen !
Dahinten lass die Sorgen,
Gott hat die Not gewandt !
Es winken uns die Grenzen :
Eh’ wieder Sterne glänzen,
Empfängt dich Freund und Vaterland !»


         Texte :       In Brandenburg einst waltet
                           Georg Philipp Schmidt von Lübeck (1766-1849)
                           In Auswahl Deutscher Gedichte
                           für höhere Schulen
                          Theodor Echtermeyer
                          34. Auflage 1903 (1. 1836), 978 Seiten
                          Halle, Verlag des Waisenhauses


Texte

« In Brandenburg einst waltet » : la légende gerhardtienne

l’auteur : Georg Philipp Schmidt von Lübeck

        Né le 1er janvier 1766, à Lûbeck, Georg Philipp Schmidt von Lübeck avait fait des études financière, de théologie et de médecine. Héritier d’une grosse fortune,  il se mit au service de la couronne danoise et devint Justizrat -Conseiller de justice danois. En 1806, dirigea directeur de l’Institut de commerce de la Banque danoise d’Altona (près de Hambourg), Il prit sa retraite en 1829 et décéda à Hambourg le 28 octobre 1849. Il est enterré à Ottensen, à proximité de Klopstock. (notice biographique de Echtenmeyer, cf. infra). Schmidt s’est fait appeler « de Lübeck » pour se distinguer d’autres Schmidt, nom commun en Allemagne. Il ne s’agit pas d’un titre nobiliaire.

        Ce poète protestant et luthérien de l’Allemagne du Nord a mis en forme versifiée l’expulsion  de Gerhardt de Berlin par le Kurfürst de Brandenbourg, son voyage vers la Saxe, et l’invitation du Kurfürst Christian à prendre une cure dans son pays. Ce type de poème entre dans la catégorie des poèmes nationaux allemands, et ici luthériens. En effet, les poètes de ce temps se définissaient comme engagés dans une des Eglises du pays, catholique, luthérienne ou réformée (ou, au XIXe siècle, dans la communauté juive). Cette appartenance religieuse était acceptée par tous, selon l’ancienne règle du traité de Westphalie de 1648 : « Cujus regio ejus religio – Selon le régime de gouvernement (catholique, luthérien, réformé)est fixée la religion ». Après la Révolution française et l’occupation napoléonienne de l’Allemagne, les lois sur l’égalité religieuse furent généralisées, en sorte que la poésie religieuse, ou inspirée de faits religieux, fit partie de la culture nationale allemande. Notre texte de Schmidt de Lübeck entre dans ce mouvement.

La « légende gerhardtienne »

        Ce poème évoque de façon romancée et pathétique le voyage de Paul Gerhardt de Berlin à sa nouvelle paroisse à Lübben, en Saxe. Il fait partie de cette « légende chrétienne », ici protestante, que l’historicisme et la volonté de revenir aux sources de l’Eglise va produire en Europe au XIXe Siècle, surtout chez les protestants. Au sortir du siècle des lumières, après la Révolution française et l épopée napoléonienne, les protestants se sentent libres des persécutions de l’Eglise romaine, et affirment leur identité. Naîtra ainsi une apologétique et une « légende luthérienne », qui engloberont diverses personnalités, tels les héros de la Réforme, ou les combattants de la Guerre de Trente ans, comme Gustave-Adolphe de Suède ou Guillaume de Weimar. Ici il s’agit de Paul Gerhardt  

Anachronismes et inexactitudes

        Qui dit «légende, le dira dans les deux sens du mot : 1° histoire ce qui se raconte ; 2° histoire pas toujours conforme à la vérité. C’et le cas ici.

        En effet, plusieurs inexactitudes historiques apparaissent dans ce récit.

        Gerhardt quitta Berlin en 1669. Or son épouse était décédée en 1668, et ne lui avait donné qu’un fils, et non deux, comme l’affirme le poème. C’est donc un veuf avec un enfant qui rejoignit Lübben. Une de ses belles-sœurs y mènera sa maison. La pérégrination de la famille vers la Saxe dans la présentation de Schmidt est fortement inventée.

        De même, la citation de « Befiehl du deine Wege », à la strophe 9, n’est pas claire. Le lecteur croit comprendre que Paul Gerhardt sort de la maison ou de la chambre et compose là , sinon le chant entier, du moins la première strophe, ou quelques strophes. Or ce chant date de 1653, soit de 16 années auparavant, et n’a pas été composé là, mais à Berlin, où Paul Gerhardt vécut de 1642 à 1651, ou à Mittenwalde, au Sud de Berlin, où Gerhrdt occupa son premier poste pastoral de 1651 à 1657.

        A la Strophe 4 : « Es bleibt gerecht sein Wille » et « Will ich ihm halten stille » sont une citation de deux vers de « Was Gott tut, das ist wohlgetan », de Samuel Rodigast 1675, sur une mélodie de Severius Gastorius de la même année :

          Texte de Rodigast 1675                             Traduction littérale

 

Was Gott tut, das ist wohgetan,      

Es bleibt gerecht sein Wille;

Wie er fängt seine Sachen an,

 Will ich ihm halten stille.    

 

 

Ce que Dieu fait est bien fait,

Sa volonté reste juste

Comme il commence son affaire

Je reste silencieux envers lui   

 

        Or l’évènement décrit par Schmidt von Lübeck dans son poème se situe en 1669, soit 6 ans auparavant. La citation est donc anachronique.


Citations d’autres chants

        Le poème cite un chant de Martin Luther et fait allusion à un cantique de Paul Gerhardt :

Strophe 2  :  citation du chant de Luther « Ein feste Burg ist unser Gott », dont l’incipit forme la dernière ligne. A la 7e ligne, « Des Name Zebaoth », fait allusion à « Der Herr Zebaoth, und ist kein andrer Gott »,  qui figure dans la strophe 2 de Luther.
     
 Strophe 8 : allusion au chant de Paul Gerhardt « Wie soll ich dich empfangen », à la strophe 2 : les palmes. Le texte dit :  

           Texte de Paul Gerhardt                             Traduction littérale 

 

Dein Zion streut dir Palmen

Und grüne Zweigen hin ;

Und ich will dir in Psalmen,

Ermuntern meinen Sinn

 

 

Ta Sion répand des palmes devant toi

Et des rameaux verts,

Et moi je veux pour toi, en des Psaumes,

Egayer mon esprit ;

 

        
L’intérêt de ce chant

        Ce chant montre que Paul Gerhardt fait partie intégrante de la culture allemande. Son œuvre était connue dans toutes les Églises allemandes, la luthérienne évidemment, mais aussi, à partir du XIXe siècle, la réformée, ainsi que dans l’Eglise catholique romaine. Dans les recueils de cette dernière, on trouve souvent « O Haupt voll Blut und Wunden – Chef couvert de blessures », « Befiehl du deine Wege – Confie à Dieu ta route », et « Ich steh an deiner Krippe hier –Devant ta crèche tu me vois ».

     « Nun danket all und bringet Ehr - Rendez grâce au Seigneur » est aussi très connu et sa mélodie, de Crüger, a passé en France dans le chant catholique « Dieu fait de nous en Jésus-Christ des hommes libres ». Les Recueils catholiques allemands et autrichiens, par exemple « Gottes Lob », Stuttgart, 1975, ou  « Weg des Lebens », Linz, Autriche 1958,  et alsaciens comme « Louange à Dieu », Strasbourg 1975, contiennent tous plusieurs chants de Pauil Gerhardt

       

 
             

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

751702
Aujourd'huiAujourd'hui6
HierHier717
Cette semaineCette semaine6
Ce moisCe mois12876
Tous les joursTous les jours751702