« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

SAINTE CENE

 

                 TON ROI T'INVITE  A  LA  FETE
                     Schmücke dich, o liebe Seele 

            
 Mélodie : Schmücke dich, o meine Seele

 

 

1. Ton Roi t'invite à la fête,
    Viens, mon âme, viens, sois prête !
    Sors de l'ombre, avance, fière,
    Va vers Christ et sa lumière !
    Ton Seigneur t'offre une place
    A son grand repas de grâce :
    Le Roi qui régit la terre
    Te sert d'une main princière !

2. Oh ! que j'ai faim de ta grâce,
    Du pain de vie que tu places
    En mes mains, rompu, fragile,
    Pour moi, vivant Evangile !
    Oh ! que j'ai soif de ta grâce !
    Fils de Dieu, ton vin surpasse
    En fraîcheur les flots de l'onde,
    En parfum les vins du monde !

3. Saint désir, brûlante flamme,
    Saisis mon cœur et mon âme !
    Car comment pourrais-je croire
    En ta mort expiatoire ?
    Ce repas, dans son mystère,
    Vient m'offrir à sa manière
    Le secret de la clémence
    Du Dieu de toute-puissance.

4. Non, l'esprit ne sait comprendre
    Que ton corps ne peut décroître !
    Pourtant tu nourris tant d'hommes
    Sans que ton pain se consomme.
    Comment concevoir ce signe
    Que ces grappes de la vigne
    M'offrent ton sang de l'alliance,
    Le vin de la délivrance ?

5. O Jésus, soleil de vie,           
    Jésus, mon Roi, mon Messie, 
    Tout en toi, Jésus, commence, 
    Toi, Jésus, mon espérance,  
    Devant toi je me présente,
    Viens, réponds à mon attente :
    Donne-moi ta coupe à boire,
    Romps pour moi ton pain de gloire.

6. Ton amour, Jésus, fidèle,
    S'offre en cette mort cruelle.
    Tu as quitté ta lumière,
    Pour t'éteindre sur la terre,
    Et donner à tes disciples           
    Ce breuvage incorruptible :
    Ton calice expiatoire,
    Qu'ils boiront à ta mémoire.

7. Je ne suis, Jésus, pas digne
    De ton pain et de ta vigne.
    Mon Dieu, pardonne au coupable
    Qui s'approche de ta table.
    Pain d'amour, je te réclame,
    Mon Roi, rassasie mon âme
    De la vraie manne immortelles
    Dans tes noces éternelles !

 

                             Texte :         Schmücke dich, o liebe Seele
                                                 Johann Franck, 1618-1677
                                                 RA 300 en 7 strophes,
                                                 EG 218 en 6 strophes 
                                                 fr. : Yves Kéler 1981

                             Mélodie :       Schmücke dich, o liebe Seele
                                                 Johann Crüger 1649
                                                 RA 300, EG 218
                                                 fr. : Pare-toi pour une fête
                                                       LP 205, NCTC 230, ARC 581

 

Le texte :

        Ce chant est une méditation du fidèle sur sa communion avec le Christ au cours de la Cène, en particulier au moment où il communie aux espèces du pain et du vin.

        Le chant se divise en deux parties :

    a.   la première, des versets 1 à 4 :

         1. l'invitation au grand festin, d'après la parabole de Matth.22/1-14
         2. la réception par le fidèle des paroles d'institution 
         3. la mort sacrificielle du Christ
         4. l'ubiquité et le non-épuisement du corps et du sang du Christ
                par la consommation répétée et nombreuse du pain et du vin
              
         La réflexion dogmatique est assez poussée dans cette première partie.

    b. la deuxième partie va des versets 5 à 7 :
      
        5. le mouvement du fidèle vers le Christ: c'est la réponse 
                à l'invitation de la première strophe, comme en écho.
        6. le rappel des souffrances du Christ et du don de son sang
                dans le calice. Le corps n'est pas cité dans cette strophe,
                l'accent étant mis sur " la coupe des souffrances ".
        7. le " non sum dignus " de l'humble accès, qui précède  
                immédiatement l'invitation : " Venez, car tous est prêt ",
                et la communion.

        La piété et le mouvement interne de la foi sont développés dans cette deuxième partie.

        Ce chef-d'œuvre de la théologie et de la piété est une des expressions les plus élevées de la mystique luthérienne : solide fondement biblique, dogmatique, piété vivante envers le Christ. Le texte est dû à un laïc, Johann Franck, *1618 Guben, en Basse-Lusace + 1677 ibidem, juge, membre du Conseil et maire de Guben. Franck exprime bien les pensées et les sentiments du paroissien. C'est probablement une des raisons pour lesquelles ce cantique a connu une diffusion immense et a été longtemps le cantique de référence de la Sainte Cène en Allemagne et en Alsace-Lorraine. Il contient aussi les traits du prépiétisme issu de la Guerre de Trente ans (1618-1648), qui a dominé la vie de l'auteur.

        Le même auteur a composé un autre chef-d'œuvre : " Jesu, meine Freude ", en 1653, soit cinq ans après la Guerre, mis également en musique par Johann Crüger 1653
 

La mélodie : 

        Elle est de Johann Crüger, le grand compositeur de cette époque. Elle se caractérise par un double mouvement, qui met en valeur l'aspect méditatif et mystique du texte.

        Les deux premières lignes, redoublées, restent en bas de la mélodie, et forment un mouvement balancé entraînant une marche méditative avec le Christ.

        Les 4e et 5e lignes, elles aussi redoublées, montent brusquement, dans un mouvement ascensionnel vers le Christ : " Denn der Herr, voll Heil und Gnaden, Will dich jetzt zu Gaste laden - Car le Seigneur, plein de salut et de grâce, Veut maintenant t'inviter pour hôte ". Les deux mots accentués fortement sont " Herr - Seigneur ", celui qui invite et est le centre de tout ; et " jetzt - maintenant ", car " maintenant c'est le moment du salut ". Ce " maintenant " rappelle les " hodie - aujourdhui " de la liturgie latine, dérivés du Ps 95, insistant sur le fait qu'il faut saisir le salut au moment propice. Herr et jetzt sont placés sur la note la plus haute de la mélodie, avec la même valeur,  puisque la mélodie se répète.  

        Les deux dernières lignes redescendent, dans une résolution qui prépare la prochaine strophe. Le mouvement de forte montée et de redescente lente se reproduit à chaque strophe, comme une pulsation. Ce mouvement ascensionnel vers le Christ se retrouve dans la mélodie de Crüger pour " Wie soll ich dich empfangen ", de Paul Gerhardt, également en 1653.

L'usage du chant :

        Le chant se prête très bien à :

        a.  préparer le fidèle à la Cène, avant la liturgie de la Cène.
                  Pour cela, on peut chanter les trois premières strophes,
                  ou la première et l'une ou l'autre des suivantes.
        b.  être chanté pendant une grande communion, ambulatoire ou
                  comprenant plusieurs cercles,. Pendant la communion
                  des uns, les autres chantent, soit tout le chant, soit les
                  strophes 4 à 7, si on a chanté le début auparavant.

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

120315
Aujourd'huiAujourd'hui333
HierHier344
Cette semaineCette semaine1897
Ce moisCe mois4931
Tous les joursTous les jours1203151
Template by JoomlaShine