PÂQUES

        L’ALLELUIA, D’OU RENTRES-TU ? to
                 Le retour de l’Alléluia

                  Mélodie : O Filii et Filiae

1. L’Alléluia, d’où rentres-tu ?
    De quel pays nous reviens-tu,
    Revisiter notre patrie, Alléluia,

2. L’Alléluia, pour annoncer
    Un grand bonheur au monde entier,
    L’Alléluia, que nous dis-tu ? Alléluia.

3. L’Alléluia répond, serein,
    D’un ton paisible et souverain :
    « Je rentre de Jérusalem, Alléluia,

4. « Un ange là m’a informé
    « D’un grand miracle ici passé
    « Pour notre Seigneur Jésus-Christ, Alléluia,

5. « Et raconté à haute voix
    « Que ce Jésus, mort sur la croix,
    « Est maintenant ressuscité ! » Alléluia.

6. Désormais nous avons la vie
    Nouvelle remportée par lui,
    Nous avons en lui le repos. Alléluia.

7. Vous, maintenant, honorez Dieu
    Pour cette Pâque qu’en tous lieux
    Nous célébrons tous dans la paix. Alléluia.
   
   
         Texte      Alléluia, dis-nous de quel pays tu reviens
                        traduction d’une hymne latine appelée
                        Le retour de l’Alléluia, Moyen-Age
                        dans : Michel Clévenot
                        Quand Dieu était un monarque féodal
                        Nathan Paris 1985, p. 56-57
                        cité depuis H.Spitzmuller
                        Poésie latine chrétienne du Moyen-Ages IIIe – XIIIe S.
                        Desclées de Brouwer, Paris, 1971, p.1210-1212
                        Texte du chant : Yves Kéler 15.2.2012

         Mélodie    O Filli et Filliae
                          Moyen-Age,15e S. France
                          NCTC 211, ARC 491, ALL34/04
                          Luthérien Canada 412
   
   
Traduction du texte latin par H.Spitzmuller   

Alléluia, dis-nous
de quel pays tu reviens
revisiter notre patrie
en annonçant
le bonheur
au monde entier ?

Répondant,
le visage serein,
alléluia dit
d’une vox douce :

« Un ange m’a informé
de saints miracles
il a chanté d’une voix pleine de louanges
que le Seigneur des astres
était ressuscité. »

Maintenant tous
peuvent gagner le repos
et jouir de la vie
éternelle.
Maintenant, honorez
comme moi, serviteurs,
la sainte Pâques,
d’une louange abondante !

Le Christ est notre paix.

                        cité depuis H.Spitzmuller
                        Poésie latine chrétienne du Moyen-Ages IIIe – XIIIe S.
                        Desclées de Brouwer, Paris, 1971, p.1210-1212