« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

 

NOËL

         ALLONS VOIR DANS SA CRECHE tt
               Lasst uns das Kindlein wiegen

         Mélodie : Nun lasst uns Gott dem Herren


A.       forme, trouvée dans
         «Die schönsten Weihnachtslieder », de 1984

1. Allons voir dans sa crèche
    L’enfant sur l’herbe sèche :
    Et que nos cœurs l’embrassent,
    Le louent, lui rendent grâces !

2. Que nos voix retentissent,
    Et qu’il s’en réjouisse.
    Donnons-lui nos sourires
    Et recevons ses rires!

3. Chantons-lui nos cantiques
    En des tons magnifiques;
    Acclamons sa puissance,
    Faisons-lui révérence!

4. Offrons à son service
    Nos vies en sacrifice,
    Pour que l’enfant nous donne
    La vie et la couronne.

 

              Texte            Lasst uns das Kindlein wiegen
                                  origine et date non précisées,
                                  dans « Die schönsten Weihnachtslieder,
                                  Wilhelm Cleff, 1984
                                  Vogenreiter Verlag, Bonn-Bad Godesberg
                                  fr. : Yves Kéler, 2.3.2012

              Mélodie         Indication 1:
                                  Lasst uns das Kindlein grüssen 1613

                                  Indication 2:
                                  Lasst uns das Kindlein wiegen
                                  Köln 1619,
                                  Psalteriolum harmonicum 1642
                                  (Satz – harmonisation :
                                   Jacob Gippenbusch 1612-1664)

             proposée     :   Nun lasst uns Gott dem Herren
                                  Selnecker 1587, Crüger 1649
                                  RA 334, EG 320


Texte original de la forme 1984

1. Lasst uns das Kindelein wiegen,
    Das Herz zum Kripplein biegen,
    Lasst uns im Geist erfreuen,
    Das Kindlein benedeien.

R. O Jesulein süss, o Jesulein süss,    
    O Jesulein süss, o Jesulein süss,    

2. Lasst unser Stimmlein schallen,
    Es wird dem Kindlein gfallen,
    Lasst ihm en Freudlein machen,
    Das Kindlein wird eins lachen.  R.
    
2. Lasst uns dem Kindlein singen,     =3
    Ihm unser Opfer bringen,
    Ihm alle Ehr erweisen
    Mit Loben und mit preisen. R.

4. Lasst uns sein Diener werden,       = 4
    Solang wir sind auf Erden:
    Er wird uns wohl belohnen
    Mit der himmlischen Kronen. R.


B.      1e   forme, datée de 1664

1. Allons jusqu’à l’étable
    Saluer l’Admirable,
    Le Christ, et rendre gloire
    Au saint Dieu de victoire.

2. Allons jusqu’à l’étable,
    Honorer l’Ineffable,
    Offrir tous nos cantiques
    En des tons magnifiques.

3. Allons jusqu’à l’étable,
    Embrasser l’Adorable,
    L’enfant que Marie garde,
    Jésus, qui nous regarde.

4. Allons jusqu’à l’étable,
    Soyons-lui tous serviables ;
    Qu’un jour, devant son trône,
    Jésus-Christ nous couronne !

5. Allons jusqu’à l’étable,
    Approchons de sa table,
    Célébrons sa mémoire,
    Louons au ciel sa gloire.


              Texte             Lasst uns das Kindlein grüssen
                                   origine non précisée, daté de 1604
                                   fr. : Yves Kéler, 22.1.2009

              Mélodie          Indication 1:
                                   Lasst uns das Kindlein grüssen 1613

                                   Indication 2:
                                   Lasst uns das Kindlein wiegen
                                   Köln 1619,
                                   Psalteriolum harmonicum 1642
                                   (Satz – harmonisation :
                                   Jacob Gippenbusch 1612-1664)

             proposée :       Nun lasst uns Gott dem Herren
                                   Selnecker 1587, Crüger 1649
                                   RA 334, EG 320


Texte original de la forme 1664

1. Lasst uns das Kindlein grüssen
    Und fallen ihm zu Füssen,
    Lasst’s uns demütig ehren
    Als unsern Gott und Herren

2. Lasst uns dem Kindlein singen,     =3
    Ihm unser Opfer bringen,
    Ihm alle Ehr erweisen
    Mit Loben und mit preisen.

3. Lasst uns das Kind umfangen !
    Nach ihm stellt all Verlangen;
    Sein Äuglein lasst anschauen
    Im Schosse der Junfrauen.

4. Lasst uns sein Diener werden,       = 4
    Solang wir sind auf Erden:
    Er wird uns wohl belohnen
    Mit der himmlischen Kronen.

5. Lasst uns tun all’s zu Ehren,
    Was wir könn’n, diesen Herren,
    Im Himmel wird’s erschallen,
    Vergelten wird er’s allen.


Le texte

        Ce cantique a deux formes, dont la structure de base est la même. Dans les deux formes citées, chaque strophe commence par « Lasst uns », qui introduit l’impératif à la 1e personne en allemand : « Lasst uns grüssen – saluons », « Lasst uns singen – chantons .»

        Seules deux strophes sont communes : « Lasst uns dem Kindlein singen » (2=3) et « Lasst uns sein Diener werden » (4=4).

        J’ai respecté ce plan répétitif pour la forme 1, en reprenant le même incipit chaque fois : « Allons jusqu’à l’étable. » Pour la forme 2 en revanche, j’ai abandonné la répétition. On obtient ainsi deux chants distincts  

Un cantique développé en deux chants différents?

       Le chant « Lasst uns das Kindlein grüssen » paraît le plus ancien. D’après une source, il est daté de 1604, avec une mélodie de 1613. Le chant « Lasst uns das Kindlein wiegen » serait de 1642, dans « Psalteriolum harmonicum » de Cologne, avec une mélodie de 1619. Les différentes strophes faisaient-elles parties du même chant au départ, ou bien celles de différentes de 1642 ont-elles été ajoutées ultérieurement? Il est difficile de le savoir La séparation en deux du cantique initial est semble-t-il très ancienne. Tous les sites Internet les présentent comme deux chants distincts. La forme la plus récente, de 1642, se présente généralement en trois strophes, parois en 4, selon l’original.

        Le refrain est commun, mais semble ne pas figurer dans toutes les éditions, ce qui s’expliquerait peut-être par l’emploi d’une autre mélodie.

        Dans l’édition de 1619, la strophe 2 « Lasst uns das Kindlein wiegen » énonce la volonté de bercer l’enfant, et de ployer, « biegen », nos cœurs  vers la crèche. Cette familiarité rappelle le 17e – 18e Siècle et le chant de Paul Gerhardt « Ich steh an deiner Krippe hier », presque contemporain puisque de 1653. Elle n’apparaît pas dans la 1e forme de caractère adoratif.


La strophe supplémentaire de la forme de 1613

Dans le chant « Lasst uns das Kindlein grüssen », une source, celle que j’ai inscrite ci-dessus, contient une strophe N° 5 « Lasst uns  tun all’s zu Ehren », qui est une sorte de Gloria probablement ultérieur. En effet, la strophe 4 s’achève par le couronnement dans le ciel du fidèle qui s’est consacré à Christ. La strophe 5, maladroite prosodiquement, veut compléter. Les deux premiers vers sont contournés, et contrairement aux précédents, qui vont directement à l’objet dans le premier vers, n’y parviennent qu’au deuxième vers. Les deux derniers vers parlent de « rétribution dans le ciel », ce qui est la théologie du mérite, qui ne figure pas dans la strophe 4.

La strophe supplémentaire de la forme de 1984

        Dans l’édition de 1984 par Wilhelm Cleff, la strophe « Lasst unser Stimmlein schallen » contient une rupture prosodique : le pronom « uns - nous » répétitif de « Lasst uns » et rattaché au verbe « schallen - retentir », devient « unser - notre », un possessif rattaché au mot « Stimmlein - petite voix » qui suit. L’accumulation de diminutifs familiers : « Stimmlein – petite voix » et « Freudlein – petite joie », qui s’ajoutent à deux « Kindlein – petit enfant », veulent signifier qu’on a affaire à des enfants devant la crèche, ce que la 1e forme ne suggère jamais. Les deux diminutifs « Kindlein – petit enfant » et « Äuglein – petits yeux » visent le Christ seul, pas l’assemblée, faite de personnes de tous les âges.

        Pour ces raisons, je pencherais pour considérer cette strophe comme un ajout ultérieur.

La mélodie

        Elle est commune aux deux formes du chant. On peut les trouver sur les sites Internet que je cite plus bas en 4. La mélodie de 1619 est indiquée comme étant de « Köln 1619 – Cologne 1619 », dans « Psalteriolum harmonicum 1642 », « Satz – harmonisation Jacob Gippenbusch 1612-1664. » l’édition de la mélodie datée de 1613, identique, ne donne pas de source. Cette référence indique que le chant est d’origine catholique, Cologne étant un état épiscopal.

        Cette musique de Cologne est intéressante pour les chorales. Pour l’assemblé je propose « Nun lasst uns Gott dem Herren », bien connue et facile à mettre en œuvre.


Mélodie originale sur Internet

1. Laßt uns das Kindlein wiegen - YouTube
? 1:24? 1:24
www.youtube.com/watch?v=gl9eyRqrEnQ29 nov. 2008 - 1 min - Ajouté par bsfrankfurt
Bloquer tous les résultats de www.youtube.com

     2.  Partition
Laßt uns das Kindlein wiegen
www.cantus.org/.../Lasst_uns_das_Kindlein_wieg... - Traduire cette page

 

Visiteurs en ligne

919714
Aujourd'huiAujourd'hui46
HierHier1363
Cette semaineCette semaine4153
Ce moisCe mois16674
Tous les joursTous les jours919714