« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

PÂQUES

           LE SAUVEUR EST RESSUSCITE,
            ALLELUIA L’ENFER SUCCOMBE to

               JJ.Hosemann 1805-1886

 Mélodie : Le Sauveur est ressuscité, Alléluia, L'enfer
                                      
1. Le Sauveur est ressuscité,   
    Alléluia ! l’enfer succombe ;
    Alléluia, Alléluia !
    Plein de gloire et de majesté
    Jésus triomphe de la tombe.
    Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    
2. Mort, où donc est ton aiguillon,
    Sépulcre, où donc est ta victoire ?
    Alléluia, Alléluia !
    Dans son rapide tourbillon
    Le temps nous entraîne à la gloire.
    Alléluia, Alléluia, Alléluia !

3. La mort est vaincue à jamais.
    Jésus a délivré l’Eglise.
    Alléluia, Alléluia !
    Elle est sauvée, elle est en paix,
    Par son sang il se l’est acquise.
    Alléluia, Alléluia, Alléluia !

4. Jésus nous a ouvert le ciel  (original : conquis)
    Jésus nous rend l’amour du Père.
    Alléluia, Alléluia !
    Par lui je deviens immortel,  *
    Mon corps peut tomber en poussière.
    Alléluia, Alléluia, Alléluia !
             * (original : par Jésus je suis immortel)

5. Gloire à toi, notre Rédempteur !
    Qu’à ton nom tout genou fléchisse,
    Alléluia, Alléluia !
    Et que la terre, ô mon Sauveur,
    Pour t’adorer au ciel s’unisse.
    Alléluia, Alléluia, Alléluia !
    
         Texte       Le Sauveur est ressuscité
                         J.J.Hosemann 1805-1886
                         Psaumes et cantiques,
                         Synode officieux de 1881 Marseille
                         recueil des Eglises Réformées de France 1895, n° 46
                         en 5 strophes
                         LP 147 garde les strophes 1-3 + 5
                         révision : Yves Kéler
    
         Mélodie   Le Sauveur est ressuscité
                         Recueil catholique de Cologne 1623
                         LP 147, RA f 11, NCTC 204, ARC 473, ALL 34/13
           
Le texte

        Le texte ici donné est celui de Hosemann, tel qu’il figure dans les Psaumes et Cantiques de 1895. Louange et Prière avait enlevé la strophe 4, probablement à cause de la phrase « Par Jésus je suis immortel », par crainte d’une interprétation dans le sens platonicien de l’immortalité de l’âme. Le catholicisme contenant aussi de telles thèses, les éditeurs de LP n’ont pas corrigé le texte. Je propose d’en atténuer l’expression en disant « Par lui je deviens immortel », ce qui laisse le futur ouvert et l’action entre les mains du Christ.

        Les correcteurs de NCTC et suivants en revanche ont taillé dans le texte.

Str 2 : ils ont mis « ô mort », à la place de « sépulcre. » Or le texte de St Paul dit bien « mort » et « sépulcre. »  

Str 3 : ils ont mis « Jésus a délivré le monde », à la place de « l’Eglise. » l’intention de Hosemann est théologiquement exacte, et plus exacte que « délivré le monde », car le but du Christ est de nous « sauver de cette race pécheresse », donc d’extraire « l’Ecclésia, l’Appelée », de ce monde, et non de sauver celui-ci. Cette correction oblige à modifier la rime au vers 5 en « abonde », et à remplacer la belle formulation : « Elle est sauvée, elle est en paix, Par son sang il se l’est acquise », par une platitude exprimant les poncifs modernes de « paix » et « grâce abondante .» Il y a aussi derrière cette correction une théologie qui récusait l’image du sang, théologie que plusieurs membres de la commission d’Hymnologie de 1979 présidée par Henri Capieu défendaient.

Ste 5 NCTC = 5 original : Le mot « Rédempteur » a été remplacé par « toi qui nous rends vainqueurs », sans autre raison que d’éliminer le mot « Rédempteur » des chants, sous prétexte qu’on ne le comprendrait plus (A quoi sert la prédication ?) La Commission de 1979 a procédé ainsi dans plusieurs chants. Les correcteurs ont aussi remplacé « Et que la terre, ô mon Sauveur », qui fait écho à l’incipit du chant, par « à ton honneur », qui n’a aucun intérêt.

        Ces diverses corrections ne font qu’affaiblir un beau texte d’un des meilleurs auteurs du 19e Siècle protestant français. Elles sont l’expression d’une incompréhension des textes et de leur théologie. Mais quand plus tard la vague du moment a passé, il reste des textes abîmés qu’il est très difficile de rétablir : les textes imprimés faisant loi sont ensuite réimprimés. C’est le cas des corrections intempestives de NCTC : elles ont été réimprimées dans ARC et dans ALL. La Commission de Alléluia 205 ayant décidé qu’on ne reviendra sur les corrections faites dans les livres antérieurs.

Visiteurs en ligne

124948
Aujourd'huiAujourd'hui98
HierHier227
Cette semaineCette semaine1239
Ce moisCe mois3992
Tous les joursTous les jours1249488
Template by JoomlaShine