ENTERREMENT

 

             EN TERRE NOUS PORTONS CE CORPS to
                      Nun lasset uns de Leib begrabn

                       Michael Weisse - Martin Luther

                Mélodie : Nun lasset uns de Leib begrabn


 

1. En terre nous portons ce corps,
    Nous remettons à Dieu son sort :
    Au Jour, il ressuscitera
    Et dans la gloire paraîtra.

2. Né de la terre, il doit rentrer
    Dans la terre et y retourner ;
    De là il va ressusciter,
    Quand la trompette aura sonné.

3. Son âme retourne à son Dieu :
    Jésus, pour son Royaume aux cieux,
    Par pure grâce l'a lavée,
    De ses péchés l'a purifiée.

4. Il a porté le joug du Christ,
    Fortifié par le Saint-Esprit ;
    Ses joies, ses peines, ses chagrins
    Sont arrivés à bonne fin.

5. Dieu le reçoit dans son amour :
    Ce corps attend qu'au dernier jour
    Il soit par lui transfiguré
    Et dans sa force restauré.

6. Ici il vécut dans la peur,
    Alors il verra la splendeur,
    Il sortira de son sommeil,
    Lumineux comme un clair soleil !

7. Laissons-le dormir dans la paix !
    Rentrons chez nous et, désormais,
    Vivons pour Dieu, gardons la foi :
    La mort t'attend, prépare-toi !

                   (Luther)

8. Aide-nous, Christ et Défenseur,
    Par ton sang notre Rédempteur ;
    Rends-nous du mal par toi vainqueur :
    A toi louange, gloire, honneur.    Amen.
                                                         (sur deux notes)

 

           Texte :             Nun lasset uns den Leib begrab'n
                                   Michael Weisse 1531, str 1 à 7
                                   Martin Luther, 1540, str 8
                                   RA 314, EKG 174
                                   EG 520 donne une forme "oecuménique"
                                   du texte, révision récente
                                   fr. : Yves Kéler, 7.2.2°006

           Mélodie:            Nun lasset uns den Leib begrabn
                                   Wittenberg 1544
                                   RA 314, EKG 174, EG 520
                                  
                         Ou     Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort
                                   Martin Luther1543
                                   RA 158, EG 193,
                                   fr. : NCTC 390, ARC 884, ALL 62/74
                                   fr. : NCTC 237, deest ARC, ALL 47/08

 

                               Voir sur ce site,   rubrique " Etudes " : 
                                       "  Les chants de Martin Luther  "

 

Le texte

        Ce chant de Michael Weisse a paru dans le livre allemand  des Frères de Bohème de 1531. Il dérive d'un original tchèque, lui-même remontant à un original latin d'Aurelius Prudentius Clemens, du 4e Siècle : " Jam moesta querella - Déjà la triste plainte". Les recherches ont montré que Michael Weisse s'est inspiré lointainement de ce texte latin, et qu'il n'a pas traduit directement le tchèque. A partir de la première strophe latine et du texte tchèque, il a composé un cantique original en allemand. A ces sept strophes de 1531, Luther a ajouté une invocation du Christ médiateur : " Das helf uns Christus, unser Trost - Que pour cela nous aide Christ, notre Défenseur ", laquelle se termine en glorification du Christ. Cette invocation finale forme la strophe 8.

        Le texte suit de près I Cor15/42 ss et Genèse 3/19, qui forment le centre biblique du chant. Le vocabulaire est concret et imagé, selon l'habitude ancienne d'un monde familiarisé avec la mort, à la fois naturelle : " Il est de terre et doit rentrer Dans la terre et y retourner " str 2, et violente : " Ici il vécut dans la peur ", str 6. L'enterrement était une chose naturelle, dont on parlait avec naturel.

L'usage du chant

        Ce type de chant est intéressant à redécouvrir aujourd'hui, où nous nous sommes habitués à des chants fades et sans caractère dans les cultes d'enterrement. On a perdu aussi l'habitude, surtout en ville, d'accompagner le corps au cimetière. Là où cette tradition est restée vivante, on peut employer un tel chant. Ailleurs, on pourra l'introduire. Cela permettra de renouveler le contenu et la forme des cultes d'enterrement.

        Le chant est conçu comme chant de sortie du culte à l'église, au moment où l'on va emporter le corps. La paroisse entière emmène le corps du défunt et va l'accompagner au cimetière. Là-bas, d'autres chants sont prévus. Ici, le culte d'enterrement est conçu comme un tout : il commence à l'église, se poursuit par la marche vers le cimetière et s'achève par la mise en terre. Le chant termine la partie du culte à l'église, sans bénédiction, puisque le culte continue, et fait transition entre l'église et le cimetière. Dans certaines paroisses, on commençait le chant dans l'église, au moment de la sortie du corps, et on le continuait sur le chemin.

        Une autre habitude était de chanter un autre cantique sur le chemin, tel que " Wohlauf, wohlan zum letzten Gang " et de chanter le " En terre nous portons ce corps " à la fin de la mise en terre, comme final de l'ensemble de la cérémonie d'enterrement. Plusieurs possibilités existent donc.

La mélodie

        Celle de Wittenberg 1544 est une très belle mélodie, calme et mélodieuse, qui garde un rythme vivant, sans qu'on se hâte. La chanter très naturellement.

        Si la paroisse ne la connaît pas et qu'on n'a pas le temps de l'apprendre, on peut la remplacer par " Erhalt uns, Herr, bei deinem Wort ", de Martin Luther. Son caractère, qui provient du Dies irae dont elle est dérivée, l'associe bien à ce texte.

 

 

 

 

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

778507
Aujourd'huiAujourd'hui179
HierHier794
Cette semaineCette semaine3987
Ce moisCe mois15473
Tous les joursTous les jours778507