« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

PASSION
SEMAINE SAINTE
VENDREDI SAINT

 

                 O MONDE, VIENS, CONTEMPLE to
                  O Welt, sieh hier dein Leben

                           Révision de LP 123

 

1. O monde, viens, contemple,
    Spectacle sans exemple :
    Ton Rédempteur en croix !
    On le frappe, on l'outrage,
    On lui crache au visage ;
    Il expire enfin sur le bois !

2. Dans ce profond abîme,
    Dis-moi, sainte victime,
    Pourquoi tu descendis !
    Toi, le Saint, le Fidèle,
    Oui, toi, divin modèle,
    Dis-moi : Quel crime as-tu commis ?

3. C'est moi que ta justice
    Condamnait au supplice,
    Moi, qui devais mourir.
    Les tourments, les blessures,
    Les coups, les meurtrissures,
    C'est moi qui devais les subir.

4. Roi couronné d'épines,
    Ta charité divine
    A payé ma rançon.
    Tu t'es mis à ma place
    Et ta croix change en grâce,
    O Jésus, ma condamnation.

5. Sauveur incomparable,
    Je te suis redevable
    De tout ce que je suis ;
    Prends, oui, prends tout mon être,
    A toi seul je veux être,
    Car pour toujours tu m'a acquis ?

6. En toi que je demeure,
    Et qu'avec toi je meure
    Au monde sur ta croix.
    Je veux, sans réticence,
    Laisser ce qui t'offense,
    Car pour toujours je suis à toi.

7. Tes maux et tes souffrances,
    Tes larmes, tes silences,
    Ta mort me conduiront
    De la mort du vieil homme
    En croix, dans ton Royaume,
    Comme il advint au bon larron !

 

             Texte :          O Welt, sieh hier dein Leben
                                  Paul Gerhardt 1647
                                  en 14 strophes RA 76
                                  en 13 strophes EG 84
                                  frs: LP 123, en 4 strophes
                                        Cantate Bouxwiller, 18, en 7 strophes
                                  rév : Yves Kéler 1985

             Mélodie :      O Welt, ich muss dich lasse
                                  Heinrich Isaac, 1495/1505/1539
                                  RA 481, EG 521
                                  Frs: O monde, viens, contemple
                                          LP 123
                                          O Jésus, notre frère
                                          NCTC 187, ARC 450, ALL 33/01

 

Le texte

        Le chant original est de Paul Gerhadt, de 1647, et comporte 13 strophes, selon EG 1995. RA 1952 lui en attribue 14, en plaçant en 7e position une strophe qui ne semble pas originale : le style est effectivement différent et semble du 18e Siècle.

        Le texte français remonte à une traduction de cet chant de Gerhardt, dont je n'ai pas trouvé l'original. On ne le trouve pas dans les Cantiques Spirituels de Strasbourg. Le style indique le 18e Siècle. Cette traduction semble suivre les strophes allemandes, il est vrai avec une fidélité moyenne, mais qui permet de bien distinguer les strophes traduites.

        De cette traduction, le Recueil luthérien de Paris-Montbéliard de 1923. a retenu sept strophes. LP 1938 a repris ce chant, mais en lui enlevant trois strophes, et en modifiant la strophe 6. On retrouve ces sept strophes dans le " Cantate " de Bouxwiller 1939, avec la modification introduite par LP.

        Ce qui donne le tableau suivant des strophes :

                                                      RA   EG    P.Montb.  LP     Cant 
O monde, viens contemple                                  1          1         1
    O Welt, ich muss dich lassen         1       1

Dans de profond abîme                                       2          2         2
    Wer hat dich so geschlagen           2       2

C'est moi que ta justice                                       3          -          3
    Ich bin's, ich sollte büssen            4        4

Roi couronné d'épines                                        4           3         4
    Du setzest dich zum Bürgen          6        6     

Sauveur incomparable                                        5           4         5
    Nun, ich kann nicht viel geben       8        7

En toi que je demeure                                        6           -          6
    Ich will mich mit dir schlagen        13      12

Tes maux et tes souffrances                               7           -          7
    Dein Seufzen und dein Stönen     14       13

La mélodie

       C'est une des plus célèbres mélodies allemandes. Elle remonte au chant de Heinrich Isaak, qui fut banni de Innsbrück et qui raconta son triste sort dans un chant, dont il composa  le texte et la mélodie : " Innsbrück, ich muss dich lassen. ", en 1495. A Nürnberg, un inconnu composa un splendide texte pour l'enterrement : " O Welt, ich muss dich lassen ". En sorte que ce chant est connu dans sa version profane et dans la chrétienne. Son thème, porté par sa mélodie, donna naissance à un nombre important de cantiques développant les mêmes idées, dus à de grands auteurs, tels que :

Voyage:   de Paul Fleming :   " Ich zieh in ferne Lande ",en 1633,   
                                                       EKG 292/10-15
                                            " In allen meinen Taten "   en 1642,
                                                       RA 441, EG 368

Passion:  de Paul Gerhardt :  "  O Welt, sieh hier dein Leben "  
                                                       RA 79, EG 84

Soir:                                     "  Nun ruhen alle Wälder"        
                                                       RA 261, EG

Soir:       de Teersstegen:       " Wenn sich die Sonn erhebet"  
                                                       RA 266

Intercession:  de B.Schmolk:  " Herr, höre, Herr, erhöre"     
                                                       RA 388, EG 423

Soir:   de G. von Harless:       " Es ist die Nacht nun kommen" 
                                                       RA 256

Epreuve: de Fr.Weyermuller:  "Sein Kreuz und seinen Frieden"   
                                                       RA 445

Enterrement:  de Gryphius :   "Die Herrlichkeit der Erden"           
                                                       EG 527

 

        Le climat de cette mélodie, lente et méditative, et le thème de l'acceptation de la volonté de Dieu qu'elle porte, sont bien adaptés au texte.

        Il existe deux rythmes différents :

1. celui de l'original allemand, en 4/4 - 6/4, qui alterne les blanches et les noires, et donne un caractère plus méditatif au chant. Il faut chanter fermement, sans traîner.
2. le rythme des livres français, qui ont adopté la forme simple, qui est une suite de noires, freinée par une blanche à l'avant dernière et dernière note. Cette forme tend à faire accélérer le chant :  Il faut chanter fermement, mais pas trop vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

115239
Aujourd'huiAujourd'hui196
HierHier459
Cette semaineCette semaine2556
Ce moisCe mois16073
Tous les joursTous les jours1152391
Template by JoomlaShine