« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 


DERNIER DIMANCHE DE L’ANNEE ECCLESIASTIQUE

 


               BENI SOIT DIEU, SEIGNEUR ET ROI !
 Lobsinge Gott, o Christenheit, und danke deinem Herrn 


         Mélodie : Lobt Gott, ihr Christen, alle gleich

 


1. Béni soit Dieu, Seigneur et Roi !
Rendez gloire à son nom :
Il t’a comblée de tant de joies,
Eglise, par ses dons. (bis)

2. Car sa Parole tout un an
Chez toi a retenti.
Ici encore tu l’entends
De la chaire aujourd’hui. (bis)

3. O Dieu, à ta fidélité
Je rends grâce aujourd’hui.
L’an de l’Eglise est achevé :
Que l’an neuf soit béni. (bis)

4. Conserve-nous jusqu’à la fin
Parole et Sacrements,
Baptême et Cène, de ta main,
Toute une année durant. (bis)

5. Eclaire qui est dans l’erreur
Et fais que le pécheur
T’entende et vers toi, Dieu Sauveur,
Revienne de tout coeur. (bis)

6 Donne aux pasteurs la joie du cœur,
Aux maîtres de l’amour,
Courage, foi, calme et douceur :
Bénis-les chaque jour. (bis)

7. Dirige-nous par ton Esprit,
Protège ta maison :
Que ta parole atteigne ici
Le cœur et la raison. (bis)

8. Maison de Dieu, je suis heureux
Dès que je t’aperçois :
Ici son Temple dans les cieux
S’ouvre à celui qui croit. (bis)

9. Ici le culte n’a qu’un temps,
Puis nous nous séparons ;
Eternel est là-bas le chant :
« Saint est Dieu, saint son nom ! » (bis)

10. Là-bas le Temple a disparu,
Ni chaire, ni autel !
Là-bas Dieu même sera vu
Dans son règne immortel.

 

Texte

Lobsinge Gott, o Christenheit,
und danke deinem Herrn!
Anonyme, dans
Sammlung Geistlicher Lieder,
Buchsweiller (Bouxwiller) 1783
Chant n° 56, Von der Zukunft Chriti,
Du retour du Christ

Mélodie

Lobt Gott, ihr Christen alle gleich
Nikolaus Hermann 1560
RA 37, EG 27
frs: Sur tout peuple assis dans la nuit
LP 113, NCTC 158, ARC 364
Alléluia 2005 32/10


Le texte

Il est une méditation de la fin de l’année de l’Eglise, avec une ouverture su la nouvelle année qui va commencer au 1er de l’Avent. Une récapitulation des dons de Dieu y est faite, dans l’esprit luthérien : la parole et les sacrements, l’année de l’Eglise comme la cadre de la foi. L’importance de la parole prêchée contre l’erreur est rappelée, de même que la pénitence et l’apopel au chrétien à se convertir. Cette connaissance est assyrée par les pasteurs et les maîtres des écoles. La famille n’est pas citée ici : le cadre est ecclésiastique.

Les strophes 7 à 10 concernent plus particulièrement le lieu de culte et le culte. On rappelle le Psaume 122/1 : « Oh ! ma joie, quand on me dit : Allons à la maison du Seiogneur ». De même les Psaulme 84 et 23, pour le bonheur d’être dans la maison de Dieu. Le rapport entre le culte terrestre provisoire et le culte céleste définitif est nettement établi, selon l’épître aux Hébreux. L’Apocalypse aussi, au chapitre 20, qui rappelle qu’à la fin Dieu sera là directement : on n’aura plus besoin de chaire, puisqu’on n’aura plus à prêcher la parole Dieu, présent lui-même, ni d’autel, puisqu’il n’y aura plus de prières à offrir à Dieu et de personnes à lui consacrer spirituellement, ni de Cène à célébrer sur terre : les noces de l’Agneau n’ont plus besoin d’autel pour rappeler la mort sacrificielle du Christ : nous serons en sa présence même.

La strophe 10 de l’allemand dit exactement : « Là-bas on n’a pas besoin de Temple, pas de Confessionnal, pas d’autel. » Le Confessionnal existait couramment dans les églises luthériennes, il ne disparut qu’à la fin du 18e Siècle, après de longues querelles. Dans ce chant publié en 1783, on est juste avant la fin de son emploi dans les églises.

La mélodie

Elle est une mélodie classique de Noël, dont le thème premier est : « Louez Dieu, qui ouvre aujourd’hui son paradis ». La venue du Christ ouvre un nouveau monde. Son retour à la fin des temps fait de même. C’est ce thème qui a guidé le choix de la mélodie. Elle prépare déjà le temps de Noël et de l’année civile nouvelle, Noël étant considéré comme le début d’un nouveau temps.


Texte original

1. Lobsinge Gott, o Christenheit,
Und danke deinem Herrn !
Ihm, welcher dich so oft erfreut,
Dir hilft so herzlich gern. (bis)

2. Ein ganzes Jahr hast du sein Wort,
Sein göttlich Wort, gehört;
Und heute wird’s an diesem Ort
Von neuem dir gelehrt. (bis)

3. Herr! Dir und deuiner Vaterstreu
Bring ich mein Opfer dar.
Gib, dass dein Volk gesegnet sei
Im neuen Kirchenjahr; (bis)

4. Hilf uns! Und bis an unser End
Erhalt uns dein Wort rein.
Lass deine heilgen Sacrament
Mit Trost das Herz erfreun. (bis)

5. Erleuchte, was in Irrtum steckt.
Gib, dass zu sdeiner Ehr
Der Sünder, durch dein Wort erschrckt,
Rechtschaffen sich bekehrt. (bis)

6. Gib allen Lehrern Freudigkeit
Und Weisheit, Mut und Kraft!
Welch Glück für uns, wenn jederzeit
Ihr Vortrag Nutzen schafft. (bis)

7. Regiere uns mit deinem Geist
Bei unsertm Kirchegehn,
Und lass bei dem, was du uns heisst,
Ohr und Herz offen stehn. (bis)

8.O Haus des Herrn, wie freu ich mich,
So oft ich dich nur seh!
Voll Rührung blick ich ûber dich
Hinauf zu jener Höh. (bis)

9. Wie wir azuf eine kurze Zeit
Allhier versammlet sein,
So werden wir dort ewiglich
Uns miteinander freun. (bis)

10. Dort braucht man keinen Tempel nicht,
Nicht Beichstuhl, nicht Altar.
Dort sieht man Gott von Angesicht,
Und lobt ihn immerdar. (bis)

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

919743
Aujourd'huiAujourd'hui75
HierHier1363
Cette semaineCette semaine4182
Ce moisCe mois16703
Tous les joursTous les jours919743