DEJA ME REJOUISSENT Herzlich tut mich erfreuen, Chant de mai


CHANT DE MAI

 

DEJA ME REJOUISSENT tt

Herzlich tut mich erfreuen

 

Mélodie : Herzlich tut mich erfreuen

 

 

 

1. Déjà me réjouissent

    Les doux temps de l’été,

    Les jours s’épanouissent

    Au mois joli de mai.

    Où l’alouette vole

    Poussant son chant si beau.

    Tous les oiseaux convolent,

    Ainsi les passereaux.

   

2. Là le coucou appelle

    Et réjouit chacun,

    Le soir les filles, belles,

    Et sur leur trente-et-un,

    S’en vont à la fontaine

    Où l’air est calme et frais

    Saisissent cette aubaine

    De s’y asseoir en paix.

 

3. Déjà les bois verdissent,

    Les fines fleurs sont là,

    Et dans les champs fleurissent

    La rose et le colza,

    Dans l’herbe la fleurette,

    « Ne m’oublie pas ! », la bleue,

    La belladone verte

    Qui agrandit les yeux.

 

4. Tôt dans la matiné-e,

    Les filles vont faucher

    Les fleurs dans la rosée-e

    Pour faire des bouquets,

    Et tressent des couronnes

    Pour leurs doux bien-aimés,

    Auxquels chacune donne

    Un sourire, un baiser.

   

5. Je loue la saison belle,

    Je loue le mois de mai,

    Où vole l’hirondelle

    Et l’on fait ce qui plait.

    Je veux jouir de l’heure

    Tant que j’ai quelques sous.

    Que ceux qui le déplorent

    Se taisent pour le coup.

 

Herzlich tut mich erfreuen

die fröhlich Sommerzeit,

all mein Geblüt erneuen,

der Mai viel Wollust beut.

Die Lerch tut sich erschwingen

mit ihrem süßen Schall,

lieblich die Vögelein singen,

voraus die Nachtigall.

 

Der Kuckuck mit seim Schreien

macht fröhlich jedermann.

Des Abends fröhlich reihen

die Meidlein wohlgetan;

spazieren zu den Brunnen

pflegt man in dieser Zeit.

All Welt sucht Freud und Wunne

mit Reisen fern und weit.

 

Des Morgens in den Taue

die Meidlein waschen gan.

Gar lieblich sie anzuschauen

die schönen Blümlein stan.

daraus sie Kränzlein machen

und schenken ihrem Schatz.

Tun sie freundlich anlachen

und geben ihm ein Schmatz.

 

Es grünet in den Wälden,

die Bäume blühen frei,

die Röslein auf den Feldern

von Farben mancherlei;

ein Blümlein steht im Garten,

das heißt: Vergiß nicht mein.

Das edle Kraut Wegwarten

macht guten Augenschein.

 

Darum lob ich den Sommer,

dazu den Maien gut,

der wendt uns allen Kummer

und bringt uns Freud und Mut.

Der Zeit will ich genießen,

dieweil ich Pfennig hab;

und wenn es tut verdrießen,

der fall die Stiegen ab!

 

 

         Texte        Chanson populaire ?

                          Wittenberg 1545

                          fr. : Yves Kéler  19.12.2015 Bischwiller

 

         Mélodie    Herzlich tut mich erfreuen

                              Die fröhlich Sommerzeit

                              profane Johann Walter 15451

                              Wittenberg

                          Herzlich tut mich erfreuen

                              Die liebe Sommerzeit

                              Sprituel Johann Walter 145

                              Wittenberg 1545

                              RA 148, EG 148  

 

 

  Le texte

     Ce chant de mai a la particularité d’avoir deux formes sous le même incipit : 1° une profane qui remonterait à une chanson populaire antérieure remontant à 1545. 2° Et une forme spirituelle par l’emploi de cette mélodie par Johann Walter en 1552, pour un texte qu’il a composé en reprenant le début du texte profane. RA 148 et EG 148 donnent le texte spirituel, destiné aux 3 derniers dimanches de l’année de l’Eglise, centrées sur la fin des temps. Le texte de Johann Walter a 11 strophes, le texte profane en a 5.

   

   

   

 

 

 

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

608771
Aujourd'huiAujourd'hui32
HierHier747
Cette semaineCette semaine2458
Ce moisCe mois14791
Tous les joursTous les jours608771