« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

N ES TU JESUS PAS FILS DE DIEU Bist du nicht, Jesus, Gottes Sohn?  PAssion, Lavement des pieds

 

                                           N’ES-TU JESUS, PAS FILS DE DIEU ? tt

                                           Bist du nicht, Jesus, Gottes Sohn ?

 

                                             Mélodie : Erschien ist der herrlich Tag

 

1. N’es-tu ,Jésus, pas Fils de Dieu ?

    Pourtant tu viens du haut des cieux

    Seigneur, tu t’es fait serviteur,

    Ô monde, rends-lui tout honneur,

    Il est ton Sauveur.

 

2. Qui donc assez peut s’étonner ?

    Le serviteur s’est abaissé

    L’orgueil fit naître le péché,

    L’humilité l’a effacé.

    Le Fils est donné.

 

3. Il fit cela dans son amour,

    N’est pas resté en Dieu toujours.

    Il descendit pour nous du ciel,

    Vers les humains perdus, mortels

    Lui, l’éternel.

 

                              *

 

4. Aux siens il a lavé les pieds

    L’exemple ainsi leur a donné

    D’humilité à imiter,

    Et du service à exercer,

    Et à pratiquer.

   

5.  Tu dis cela, Jésus, pour moi,

    Je veux te suivre dans la foi.

    Tu te fais pauvre et tout-petit,

    Moi, serviteur, je t’obéis.

   

6. On monte aux monts par les vallées :

    Ta force me permet d’aller.

    Sanstoi je ne puis avancer ,

    Il me faut ton humilité

    Et ta bonté.

   

7. Avec humilité fais-moi

    Aimer les autres dans la foi.

    Tu es la tête, ils ton corps,

    Ce qu’aux chrétiens je fais ici

 

 

    L’est à toi aussi.

 

8. Les pauvres sont ici tes pieds

    Tes mains, ta bouche

    Que je sois leur consolation,

    Pour être la comparaison

    De ton action

 

 

1. Bist du nicht, Jesus, Gottes Sohn ?

    Noch steigest du vons Himmels Thron :

    Warst Herr, und wirst ein Knecht auf Erd,

    O Welt, halt dises Demut wert,

    Die unerhört!

 

2. Ja wers genug bewundern möchte ,

    Gott, vor uns Knechte war ein Knecht,

    DerSündenfall von Hoffart kam,

    Die Straf durch Demut von uns nahm,

    Der Weibes Sam.

 

3. Auch Liebe hat er dies getan,

    Vor Lieb er dortnicht bleiben kann

    Im Himmel, steig herab auf Erd,

    Dass die verlorne Menschenherd

    Gesuchet wird.

 

                                   *

 

4. Der seinen Jüngern wascht die Füss,

    Ein Beispiel noch zuletzt und liess

    Der Demut ; dieses Tugend Licht

    Zu seinen Jüngern und uns spricht :

    Vergiss dies nicht!

 

5. Weil du mich, Herr, auchredst an,

    So folg ich dir auf dieser Bahn,

    Du Herr, machst dich schlecht und gering

    Und ich dein Knecht, mit dem Beding,

    Auch zu dir dring.

 

6. Durch Täler geht ma Berge ab,

    So hilf, dass ich dir folgen kann;

    Ich kann, Herr Jesu, nichts ohn dich,

    Ach deine Demut füre mich ,

    So folge ich.

 

7. In Demut lass, wie dein Gebrauch,

    Mich meinen Nächsten lieben auch

    Du bist das Haupt, Er ist mein Glied,

    Drum was ich ihm hier teile mit,

 

    Dir selbst gechiet.

 

8. Die Arme sind hier deine Füss,

    Mein Mund, mit Hand und Wasserflüss,

    In Demut stets ihr Trost zu sein:

    Damit auch in dem Werk erschein,

    Wie ich sei dein.

 

         Texte        Bist du nicht, Jesus, Gottes Sohn ?

                          anonyme

               in        Das mit Jesu gekreutzigte Herz, Stuttgart 1732  

                          fr. Yves Kéler, 30.5.2014, Gréoux

 

:          Mélodie  Erschienen ist der herrlich Tag

                          Vorreformatorisch. Nikolaus Hermann 1560

                          RA 106, EG 106,

                          fr. : Chantez à Dieu d’un même cœur

                                 NCTC 209 ARC 496, ALL 34/02

 

                         

 

Le texte

 

Ce chant est une méditation du Lavement des pîeds par Jésus. Les 3 premières strophes parlent de l’abaissement du Fils, qui devient serviteur selon Philippiens 2 .

 

Les strophes suivants sont un appel à imiter le Christ. L’image du corps du Christ et de ses membres est également employée. La dernière strophe dit : «  Die Arme sind hier deine Fûss - Les pauvres sont ici tes pieds. » Laver les pieds des pauvres ici, c’est laver ceux du Christ, qui a dit : « Ce que vous avez fait à l’un de ces petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

Visiteurs en ligne

100345
Aujourd'huiAujourd'hui244
HierHier321
Cette semaineCette semaine855
Ce moisCe mois8543
Tous les joursTous les jours1003453
Template by JoomlaShine