« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

 

SAINTE CENE
PASSION
JEUDI-SAINT

                            A LA DERNIERE CENE  tt 
                              Am letzten Abendmahle

          Mélodie possible :  O Haupt vollBlut und Wunden
                                      = Herzlich tut mich verlangen
                                      Herzlich tut mich erfreuen
                                      Valet will ich dir geben


1. Traduction française

Selon le texte de Chorheft 1877 Strasbourg

1. A la dernière Cène,
    Jésus, avant sa mort,
    Sachant sa fin prochaine,
    Prit du pain, dit alors :
    « Mangez mon corps, qu’on brise,   
    Buvez, voici mon sang !
    Vos fautes sont remises,
    Ainsi, pour tous les temps. »

2. Jésus-Christ nous invite,
    Il a tout préparé.   
    Célébrons ses mérites :
    Lui seul nous a sauvés.
    Offrons notre existence,
    Lavés de nos péchés,
   
 Nos cœurs avec confiance,
    Amour et vérité.    

3. Ta vie que tu nous donnes
    Dans ce pain, dans ce vin,
    Ta mort qui nous pardonne
    Seigneur, sauvent les tiens.
    Et tu nous donnes l’ordre,
    Dans la joie ou la peur,
    D’aimer les uns les autres :
    Tu l’as montré, Seigneur.

 

 

         Texte              

 

 

         8vers :   a 

 

 

                       b.  

 

 

 
         4 vers :       

 

 

         Mélodie        

         8 vers :       

 

       proposées:     

 

 

 

 

 

         4 vers:         

 

 

 

Am letzten Abendmahle

Christoph von Schmid 1806

 

en strophes de 8 ou 4 vers:

2 strophes dans « Chorheft » 1877,

Strasbourg, édition 1924

3 strophes dans Louange à Dieu LAD

     Strasbourg 1975, N° 786     

     les strophes 2 et 3 sont différentes.

 

Katholisches Gesangbuch München 1811

fr. : Yves Kéler, 2012

 

Am letzten Abendmahle

Wien 1774

 

O Haupt voll Blut und Wunden, RA 76, EG85

= Chef couvert de blessures

Herzlich tut mich erfreuen         RA 148, EG148

Valet will ich dir geben              RA 483, EG 523

= Jésus sort de la tombe

 

Christus der ist mein Leben       RA 461, EG 516

    Melchior Vulpius, 1570-1615

 

 

Texte complet, avec ses suppléments

1. A la Cène dernière,
    La nuit avant sa mort,
    Jésus, le Fils du Père,
    Prit du pain, dit alors :

2. « Mangez mon corps, qu’on brise,   
    Buvez, voici mon sang !
    Vos fautes sont remises,
    Ainsi, pour tous les temps. »

3. Puis à la mort il s’offre,
    L’esprit rempli d’amour,
    Se sacrifie et souffre,
    Meurt à la fin du jour.

4. Offrons notre existence,
    Lavés de nos péchés,
    Nos cœurs avec confiance,
    Esprit et vérité.

                        *

5. Ta vie, tu nous la donnes
    Dans ce pain, dans ce vin ;
    Dans ta paix, tu pardonnes
    Seigneur, sauve les tiens !

6. Ainsi, tel est ton ordre
    Dans la joie, dans la peur,
    D’aimer les uns les autres :
    Tu l’as montré Seigneur.

7. Jésus-Christ nous invite,
    Il a tout préparé.  
    Célébrons ses mérites :
    Lui seul nous a sauvés.

2.  Texte allemand, avec ses variantes

     en strophes de 8 vers                  en strophes de 4 vers
     LAD 1975                                    Kath München 1811, site internet

1. Beim letzten Abendmahle,              1.  idem  
    Die Nacht vor seinem Tod,
    Nahm Jesus in dem Saale,
    Gott dankend, Wein und Brot.
    „Nehmt, sprach er, trinket, esset,    2.  idem
    Das ist mein Fleisch und Blut,
    Damit ihr nicht vergesset,
    Was meine Liebe tut.“

2. Dann ging er hin zu sterben            3.  idem
    Aus liebevollem Sinn;
    Gab, Heil uns zu erwerben,
    Sich selbst zum Opfer hin.
    O lasst uns ihm ein Leben,              4.   idem
    Von jeder Sünde rein,
    Ein Herz, in Treu ergeben,
    Zum Dankesopfer weih’n.

     strophe de G.Timmer dans LAD

3.  O Herr, du schenkst dein Leben
     In diesem heilgen Brot;
     Den Frieden willst du geben,
     Uns retten von dem Tod.
     So hast du uns verheissen,
     Wennwir in Freud und Not
     Einander Lib erweisen;
     Das ist dein gross Gebot.

     Chorheft 1877 donne:
     strophe 2

2. O lasst uns ihm ein Leben,             4.   idem
    Von jeder Sünde rein,
    Ein Herz, in Treu ergeben,
    Zum Dankesopfer weih’n,
    Und wie er uns geladen,                     ?
    Zu seinem Tische gehen,
    Das Denkmahl seiner Gnade
    Stets würdig zu begehn.

 

Le texte

        La suscription du Katholisches Gesangbuch München 1818 est :“Zum Offertorium“. Cette forme du texte donne 4 strophes de 4 vers, qui forment les 2 premières strophes de 8 vers du LAD 1975. Le chant racontait l’institution, str 1 et 2, le sacrifice de sa mort : str 3, et s’achevait par un appel au sacrifice du chrétien. Le mot « Opfer – sacrifice » apparaît 2 fois : une fois pour le Christ, une fois pour le fidèle.

        Chorheft Strabourg 1877 ramène le chant à l’institution dans la 1ère strophe, et à une strophe 2, qui développe l’exhoration au « Dankesopfer – sacrifice d’action de grâces » du fidèle, en la complétant d’un appel à venir communier : « célébrer le Testament du Christ ». Cette forme à l’accent déplacé su la communion est probablement postérieure. Elle est introduite par un « Und – et » étranger à l’esprit du texte primitif, qui n’en contient aucun, et place les strophes simplement les unes après les autres, leur lien étant dans la succession des évènements.

        LAD donne une strophe 3, de G.Timmer, un contemporain, qui va dans le sens de la paix et de l’amour fraternel. Cette strophe : „O Herr, du schenkst dein Leben“ est manifestement dérivée de „O lasst uns ihm ein Leben“, qui forme la 4e strophe du chant.

Texte complété : base des 4 strophes d’origine + suppléments

        Si on complète le texte de base par ses suppléments, il faut que ceux-ci soient placés à la fin du chant, en une deuxième partie. Le rythme des 4 strophes originales doit être respecté. Remarque : il est plus facile de placer les strophes supplémentaires à la suite du chant, en employant la mélodie : « Christus, der ist mein Leben. »

1. Beim letzten Abendmahle,            
    Die Nacht vor seinem Tod,
    Nahm Jesus in dem Saale,
    Gott dankend, Wein und Brot.

2  „Nehmt, sprach er, trinket, esset,
    Das ist mein Fleisch und Blut,
    Damit ihr nicht vergesset,
    Was meine Liebe tut.“

3. Dann ging er hin zu sterben           
    Aus liebevollem Sinn;
    Gab, Heil uns zu erwerben,
    Sich selbst zum Opfer hin.

4. O lasst uns ihm ein Leben,      
    Von jeder Sünde rein,
    Ein Herz, in Treu ergeben,
    Zum Dankesopfer weih’n.

                        *

5.  O Herr, du schenkst dein Leben
     In diesem heilgen Brot;
     Den Frieden willst du geben,
     Uns retten von dem Tod.

6.  So hast du uns verheissen,
     Wenn wir in Freud und Not
     Einander Lieb erweisen;
     Das ist dein gross Gebot.

7. Und wie er uns geladen,  
    Zu seinem Tische gehen,
    Das Denkmahl seiner Gnade
    Stets würdig zu begehn.

 

 

Visiteurs en ligne

830815
Aujourd'huiAujourd'hui609
HierHier969
Cette semaineCette semaine5913
Ce moisCe mois19044
Tous les joursTous les jours830815