« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

 PAQUES - ASCENSION                                                    
 
 


                          MON CŒUR, REMPLI DE RECITS MAGNIFIQUES to
 
 
 
                                                LA RESURRECTION
 
                                DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST
 
                                               ET SON ASCENSION
 
 
                                                  « CANTIQUE :
                                   L'histoire de la Sépulture et de la Ré-
                                    surrexion de Jésus-Christ, et de ce
                                        ce qui l'a suivi, jusques à son
                                                    Ascension »
 
                                          Sur le chant du Ps VIII  (8)
                               « Dieu tout-puissant, ô Seigneur adorable »
 
 
 
Ce chant peut être chanté de la façon suivante :
 - A l'unisson par toute l'assemblée, comme un cantique habituel
 - En alternance entre :
                deux parties de l'assemblée  I et II
                un goupe ou un chœur  I  et l'assemblée  II
   Les strophes principales sont chantées ensemble  I+II par les   
   deux parties I et II
 
 
 
                A.     La mise au tombeau du Christ
 
I+II        1. Mon cœur, rempli de récits magnifiques,
                  Veut chanter pour Christ un nouveau cantique.
                  Je veux louer de la bouche et du coeur
                  Mon glorieux et divin Rédempteur.
 
I.            2. Lorsqu'il fut mort sur cette croix infâme,
                  Et qu'à son Père il eut remis son âme,
                  Lorsque son corps n'eut plus de mouvement,
                  On le descendit pour l'enterrement.
 
II.           3. Un homme bon, Joseph d'Arimathée,
                  Vint à la fin de la triste journée.
                  Il mit le corps dans son propre tombeau,
                  Creusé dans la falaise et tout nouveau.
 
I+II        4. Lui, le Seigneur de toute créature, 
                  Couché sans vie dans une grotte obscure !
                  Des grands pécheurs il partagea le sort ;
                  Il fut pourtant distingué dans la mort.
 
           B.   La garde au tombeau  (Pause I)
 
I+II        5. Ses ennemis, remplis de jalousie,
                  Et non contents qu'il ait perdu la vie,
                  Montraient encor leur crainte et leur fureur :
                  Ils se rendirent chez le Gouverneur.
 
I.            6. « Il nous souvient, dirent-ils à Pilate,
                  « Que ce Jésus, que les siens idolâtrent,
                  « Avait prédit que bientôt il mourrait,
                  « Mais qu'aussitôt il ressusciterait ! » 
 
II.           7.« Nous craignons donc que sa troupe fidèle,
                  « Toujours remplie d'ardeur et de faux zèle,
                  « N'ôte son corps et dise à tous les vents
                  « Que ce Jésus n'est plus mort, mais vivant ! »
 
I.            8. « Pour empêcher une telle imposture,
                  « Nous te prions, place une garde sûre
                  « De tes soldats près de son monument,
                  « Pour le surveiller attentivement
 
II.           9. Pilate, à ces mots, accéda sans peine
                  A leur demande, mais la jugeant vaine,
                  « Faites, dit-il, ce que vous demandez,
                  « Et gardez-le comme vous l'entendez : »
 
I+II      10. « C'est votre affaire et cela vous regarde ! »
                  Alors on vit les soldats de la garde,
                  Sans plus tarder, marcher vers le tombeau.
                  Là, sur la pierre, on apposa un sceau.
 
 
         C.     La résurrection du Christ  (Pause II)
 
 
I+II      11. Mais c'est en vain qu'ils prennent tant de peine
                  Pour exercer leur dépit et leur haine !
                  Dieu, le Seigneur, ressuscita des morts
                  Jésus, son Fils, dans son âme et son corps.
 
I.          12. Christ remporta sur la mort la victoire,
                  De son sépulcre il sortit plein de gloire !
                        Un ange éclatant, descendu des cieux,
                        Le fit sortir de ce lieu ténébreux. 
 
I+II      13. L'ange arriva, il fit trembler la terre,
                  Et du tombeau il fit rouler la pierre.
                  Alors Jésus ressuscita, et, fort,
                  Sortit vainqueur des prisons de la mort.
 
II.         14. Il fut trois jours dans sa demeure obscure,
                  Sans qu'il souffrît aucune pourriture,
                  Comme Jonas fut trois jours et trois nuits

                  Dans le poisson qui l'avait englouti. 

I+II      15. Dans ce premier des jours de la semaine,
                  La mort dut, telle une affreuse baleine,
                  Rendre le corps du Roi de l'univers,
                  Malgré Satan, le Prince des enfers !
 
          D.    Les femmes au tombeau  (Pause III)
 
I+II      16. Les deux Maries, quand le jour va paraître,
                  Remplies d'amour pour Jésus-Christ, leur Maître,     
                  Vinrent, pour l'embaumer, au monument,
                  Mais s'arrêtèrent dans l'étonnement !
 
I.          17. Devant leurs yeux avaient paru deux anges,
                  Vêtus de blanc, dans des habits étranges.
                  A leur aspect une grande frayeur
                  Les envahit et agita leur cœur.
 
II.        18. « Ne craignez rien, laissez votre tristesse :
                  « Vaincue la mort et finie la détresse !
                  « Ne cherchez plus Jésus parmi les morts :
                  « Voyez l'endroit où reposait son corps ! »
 
I+II      19. Quand il les vit ainsi, toutes troublées,
                  « Allez, dit l'ange, allez en Galilée : 
                  « Vous y verrez, et de vos propres yeux,
                  « Votre sauveur vivant et glorieux ! »
 
          E.    Marie-Madeleine  (Pause IV et V)
 
I+II      20. Marie, ayant vu la pierre roulée,
                  Se tenait là, très triste et désolée :
                  « On a, dit-elle, enlevé mon Seigneur,
                  « Mon doux Jésus, celui qu'aimait mon cœur ! »
 
I.          21. Dans ce grand trouble, elle aperçut son Maître,
                  Mais ne put pas, d'abord, le reconnaître.
                  « Femme, dit-il, pourquoi t'affliges-tu,
                  « Quel mal te rend le visage abattu ? »
 
II.        22. « C'est une histoire inquiétante et cruelle !
                  « On a ravi, hélas, s'écria-t-elle,
                  « Le corps sacré de Jésus, mon Sauveur :
                  « Voilà qui fait ma peine et ma douleur ! »
 
I+II      23. Jésus ne prononça qu'un mot : « Marie ! »
                  Par son seul nom, il lui rendit la vie !
                  Dans cet appel elle avait reconnu
                  Jésus, le Christ, par qui vient son salut.
 
I.          24. Venue du Christ, cette unique parole
                  Tarit ses pleurs, la soutient, la console.
                  Marie, voyant la vainqueur de la mort,
                  Se jette à terre et s'écrie haut et fort :
 
II.        25. « Qu'entends-je, ô Dieu, et que vois-je paraître ?
                 « Mon doux Jésus, mon Seigneur et mon Maître!» 
                  Marie, voulant de plus près l'approcher,
                  Tendit la main pour pouvoir le toucher. 
 
I+II      26. « Ne touche pas ! Je ne suis pas encore
                  « Monté vers Dieu, mon Père et votre Père.
                  « Va rapporter aux miens ce que tu vois,
                  « Dis-leur : Je vis ! et qu'ils n'aient plus d'effroi. « 
 
 
         F.     Pierre et Jean au tombeau  (Pause VI a)
 
 
I+II      27. Elle obéit, sans tarder davantage,
                  Et aux disciples rendit témoignage
                  Que le Sauveur était ressuscité.
                  Mais eux doutaient de cette vérité !
 
I.          28. De cette troupe à Jésus-Christ fidèle
                  Deux des disciples, surpris, pleins de zèle,
                  Céphas et Jean, courant au monument,
                  Y virent des draps pliés proprement.
 
II.         29. Saint Pierre avait reconnu le suaire
                  Et, à côté, le linceul mortuaire.
                  Jean, le premier au sépulcre accouru,
                  Vit les deux linges, lui aussi, et crut.
 
 
          G.    Les disciples d'Emmaüs  (Pause VI b et VII)
 
 
I+II      30. La mort du Christ affligeait les apôtres,
                  Elle en troublait, avec eux, quelques autres.
                  Deux des disciples, dont l'un Cléophas,
                  Vers Emmaüs se rendaient pas à pas.
 
I.          31. En chemin, Jésus, rendu à la vie,
                  S'approcha d'eux et leur tint compagnie.
                  Mais aucun ne reconnut le Sauveur,
                  Quoique leur cœur ressentît sa chaleur !
 
II.         32. Le port, la voix de leur Seigneur et Maître,
                  Rien ne leur permit de le reconnaître !
                  Mais Jésus, voyant leur consternation,
                  Leur demanda : « Quelle est cette affliction ? »
 
I.          33. « Quel mal, dit-il, vous abat, vous oppresse,
                  « D'où vous vient donc cette énorme tristesse ?
                  -  Ignores-tu, répondit l'un des deux,
                  « L'événement qui nous rend malheureux ? »
 
II.         34. « Ne connais-tu pas la triste aventure 
                  « De Jésus, condamné pour imposture ?
                  « Par sa force il pouvait guérir les corps
                  « Et par sa voix ressusciter les morts ! »
 
I+II      35. « Et ses discours étaient autant d'oracles, 
                  «  Ses guérisons tout autant de miracles.
                  « Malgré cela, des gens cruels, sans foi,
                  « L'ont fait mourir sur le bois d'une croix. »
 
I.          36. « Nous mettions tous en lui notre espérance,
                  « Nous attendions de lui la délivrance,
                  « Et qu'Israël retrouverait la paix.
                  « Mais il est mort, peut-être pour jamais ! »
 
I+II      37. « On nous a dit une nouvelle étrange,
                  « Qu'on aurait vu près du tombeau des anges, 
                  « Qui affirmaient, comme une vérité,
                  « Que Jésus-Christ était ressuscité. »
 
II.        38. « Pour s'assurer du fait, deux des apôtres,
                  « Céphas et Jean, au nom de tous les autres,
                  « Jusqu'au sépulcre à grands pas ont couru,
                  « Mais, ô douleur, aucun d'eux ne l'a vu ! »
 
I+II      39. - O gens privés de toute intelligence,
                  « Pourquoi, dit-il, perdez-vous la patience ?
                  « N'avez-vous pas, par l'Esprit éclairés,
                  « Lu l'Ecriture : il doit ressusciter ! »
 
I+II      40. « La Bible dit, et vous pouvez le croire :
                  « Du haut des cieux le Christ viendra en gloire.
                  « Mais tout d'abord, le Rédempteur mourra,
                  « Des morts ensuite il ressuscitera ! »
 
 
           H.    A la table d'Emmaüs  (Pause VIII)
 
 
I+II      41. Il leur cita, pour commencer, Moïse,
                  Le grand Prophète et docteur de l'Eglise,
                  Puis rappela, pour affermir leur foi
                  Les auteurs juifs qui vivaient sous la Loi.
 
I.          42. Tout en parlant, ils vinrent au village,
                  Là où devait s'achever leur voyage.
                  Jésus faisait semblant d'aller plus loin :
                  « Reste avec nous, Seigneur, ne t'en va point ! »
 
I+II      43. Avec les deux Jésus se mit à table,                         
                  Rompit le pain, moment inexprimable !
                  Il le bénit, au ciel levant les yeux :
                  Alors Jésus fut reconnu par eux !
 
II.         44. Puis disparut aussitôt de leur vue,
                  Comme un éclair, surprise inattendue !
                  Ils étaient là, remplis d'étonnement
                  D'avoir été dans cet aveuglement !
 
I+II      45. Comment n'avons-nous pu le reconnaître,
                  Notre Seigneur Jésus et notre Maître ?
                  Quand il parlait, nous sentions dans le cœur
                  Un feu brûlant, une ardente ferveur !
 
 
           I.    Le Ressuscité dans la Chambre Haute  (Pause IX)
 
 
I+II      46. Et sur le champ, d'Emmaüs ils partirent
                  Et tout joyeux, en hâte ils se rendirent
                  A Jérusalem, la Sainte Cité,
                  Annoncer : « Jésus est ressuscité ! »
 
I.          47. Car en ce soir, là bas, les Onze apôtres
                  Se trouvaient tous, avec eux quelques autres.
                  Les deux leur dirent : « Oui, nous avons vu
                  Le Rédempteur, nous l'avons reconnu ! »
 
I+II      48. Comme ils parlaient, pleins de reconnaissance
                  D'avoir reçu l'honneur de sa présence,
                  Jésus parut et les étonna tous,
                  Puis il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
 
II.         49. Lorsqu'il vit que leur âme était troublée,
                  -Car il lisait dans leurs cœurs leurs pensées-,
                  Jésus leur dit : « Ne soyez pas surpris,

                  Voyez, c'est moi, ce n'est pas un esprit ! »

 
I+II      50. « Ne tombez pas dans une erreur grossière !
                  « Un esprit pur n'a ni corps, ni matière.
                  « Il n'a point d'os, ni de chair, comme moi :
                  « D'où donc vous vient ce trouble et cet effroi ? »
 
 
J.    Le discours du Christ  (Pause X)
 
 
I+II      51. « Je suis Jésus, votre unique espérance :
                  « On m'a percé le côté d'une lance.
                  « Regardez-moi, voyez mes pieds, mes mains :
                  « Je suis Jésus, le Sauveur des humains ! »
 
I.          52. Comme ils doutaient, quoique pleins d'allégresse,
                  Jésus, prenant pitié de leur faiblesse,
                  Leur dit, devant leur grand étonnement,
                  « N'avez-vous rien à manger, maintenant ? »
 
II.        53. Alors les Apôtres lui présentèrent
                  Du miel doré, du poisson de rivière.
                  Il en mangea, avec simplicité,
                  Voulant guérir leur incrédulité.
 
I+II      54. « Car avant qu'on m'ait enlevé la vie,  
                  « Sur cette croix que Dieu avait choisie,
                  « Vous souvient-il que souvent je disais
                  « Qu'après ma mort je ressusciterais ? »
 
I+II      55. « Je vous citais Daniel ou Esaïe,
                  « Le roi David, Moïse et Jérémie :
                  « Ils ont prédit ma mort et ma passion,
                  « Ma mise à mort et ma résurrection. » 
 
K.    L'envoi des disciples en mission  (Pause XI)
 
I+II      56. « Après cela, comment douter encore ?
                  « Je suis Jésus, que votre cœur adore,
                  « Le Christ de Dieu, le Roi de l'univers,
                  « Et le vainqueur du Diable et des enfers. »
 
I.          57. Ainsi Jésus leur faisait bien comprendre
                  Qu'il avait dû depuis le ciel descendre
                  Pour, ces trois jours, reposer patiemment
                  Dans un profond anéantissement.
 
I+II.     58. Et qu'il devait de cette tombe noire
                  Sortir bientôt, tout rayonnant de gloire.
                  Jésus, le Christ, éclairait leurs esprits
                  En expliquant la Bible et ses écrits.
 
II.        59. « Allez prêcher, leur dit-il, la clémence
                  « Pour les pécheurs qui feront pénitence
                  « Soyez ainsi mes fidèles témoins
                  « Auprès de tous, et prenez-en grand soin ! »
 
I+II     60. « Vous recevrez du Père la promesse,
                  « L'Esprit de Dieu, la grâce et la sagesse. »
                  Alors sur eux Jésus souffla et dit :
                  « Recevez tous en vous ce Saint-Esprit ! »
 
I+II      61. « Ceux à qui vous pardonnerez leurs fautes,
                  « Puisqu'ils acceptent que Dieu les leur ôte,
                  « Se verront acquitter de leurs péchés,
                  « Qu'ils soient connus, inconnus ou cachés. »
 
 
           L.    L'incrédulité de Thomas  (Pause XII et XIII a)
 
 
I+II      62. Il disparut aussitôt à leur vue,        
                  Un départ brusque autant que sa venue !
                  Quoique surpris, ils étaient tout joyeux :
                  Un seul, Thomas, n'était pas avec eux.
 
I.          63. Il vint plus tard et trouva les fidèles.
                  Chacun lui conta la grande nouvelle
                  Que Jésus-Christ était ressuscité :
                  Mais lui doutait de cette vérité !
 
II.        64. « Non, leur dit-il, je ne peux pas comprendre
                  « Ce qu'à présent vous voulez tous m'apprendre.
                  « Je ne crois pas, si je n'entends sa voix,
                  « Si je ne mets dans son côté mes doigts. »
 
I+II      65. Huit jours plus tard, comme ils étaient ensemble,
                  Jésus paraît, et Thomas le contemple :
                  « Dans mon côté mets ton doigt, vois mes mains !
                  « Ne suis-je pas le Sauveur des humains ? »
 
I.          66. « Ne doute plus, crois plutôt, sois fidèle,
                  « Et pour moi, désormais, montre ton zèle.
                  « Prêche mon nom hautement en tout lieu ! »
                  Thomas s'écrie : « Mon Seigneur et mon Dieu ! 
 
      II         67. « Tu reconnais ma puissance infinie,
                  « Tu crois, Thomas, dit le Prince de vie,
                  « Mais tu serais dans l'incrédulité,
                  « Si tu n'avais vu mes mains, mon côté ! »
 
I+II.     68. « Thomas, ta foi est marquée de faiblesse,
                   « Mais vois combien pour toi j'ai de tendresse !
                   « Heureux celui qui croit sans m'avoir vu,
                   « Malheureux celui qui n'aura pas cru ! »
 
 
          M.     Au lac de Tibériade : la pêche miraculeuse
                             (Pause XIII b et XIV)
 
I+II      69. Pour soutenir la foi de ses Apôtres
                  Et fortifier le cœur de plusieurs autres,
                  Dont quelques uns doutaient comme Thomas,
                  Le Sauveur vint au lac de Tibérias.
 
I.          70. Leur barque était mouillée près du rivage.
                  Jésus parut et leur adresse au large :
                  « N'avez-vous rien à manger, mes amis ? »
                  Aucun d'entre eux n'osait penser : « C'est Lui ! »
 
II.         71. Aucun n'était sûr de le reconnaître,
                  Lui, leur Seigneur, leur Docteur et leur Maître !
                  « Nous avons travaillé dur cette nuit,
                  Lui dirent-ils, mais nous n'avons rien pris. »
 
I+II      72. « Si jusqu'ici vous n'avez rien pu prendre,
                  « Jetez alors vos filets sans attendre ! »
                  Là, sur son ordre, ils ont lancé dans l'eau
                  Leur grand filet à droite du vaisseau.
 
I.          73. Dès que les plombs du lourd filet l'enfoncent,
                  Autour de la barque un gros coup s'annonce :
                  Tant de poissons sont pris dans le filet,
                  Que la barque en menaçait de couler !
 
II.         74. Jean, le Disciple, étonné du spectacle,
                  Comprit bientôt que c'était un miracle !
                  Il dit alors, tout joyeux, à Céphas,
                  « C'est le Seigneur, il est debout là-bas ! »
 
I+II      75. Pierre, entendant cette bonne nouvelle,
                  Sort de la barque, emporté par son zèle.
                  Il faisait, en nageant, de gros efforts,
                  Pour parvenir sain et sauf à bon port !
 
 
M.        Au lac de Tibériade : le repas avec Jésus
                      (Pause XV et XVI a)
 
I.+II     76. Aussitôt tous les autres le suivirent,
                  Ils mirent pied à terre et, là, ils virent
                  Quelques poissons sur la braise, et du pain,
                  Qu'Il préparait pour apaiser leur faim.
 
I.                    77. Jésus leur dit : « Ramenez sur la terre
                  « La cargaison que vous venez de faire. »
                  Ils firent tous, avec joie et bonheur,

                  La volonté de Jésus, leur Seigneur.

 
II.         78. Quoique tout à la joie inexprimable
                  De voir vivant leur Seigneur admirable,
                  Aucun pourtant n'osait l'interroger,
                  Ils se taisaient, aucun n'osait parler !
 
I+II      79. Il leur donna du pain : tous en mangèrent,
                  Et du poisson, qu'ils se distribuèrent.
                  Et quand on eut achevé le repas,
                  Jésus dit : « M'aimes-tu, dis-moi, Céphas ? »
 
 
N.            Au lac de Tibériade : « Pais mon Eglise ! »
                              (Pause  XVI b)
 
I+II      80. « Oui, oui, Seigneur, lui répond Simon Pierre,
                  « Toi qui vois tout dans le ciel et sur terre,
                  « Toi qui connais les secrets de mon cœur,
                  « Tu sais combien je t'aime, ô mon Sauveur ! »
 
I.          81. Pourtant Pierre avait renié son Maître
                  Jusqu'à trois fois, niant de le connaître.      
                  Il dit alors, par trois fois, fermement :
                  « Tu sais, Jésus, que je t'aime ardemment ! »
 
II.         82. Jésus répond : « Simon, pais mon Eglise,
                  « Que j'ai par mon sang, par ma mort acquise !
                  « Mais souviens-toi que cet apostolat
                  « Sera souvent un long et dur combat ! »
 
I.                    83. « En annonçant mon glorieux empire,
                  « Prépare-toi à souffrir le martyre !
                  «  Je te prédis que tu verras le sort
                  « D'offrir ta vie sur la croix dans la mort ! »
 
II.         84. « Tu verras dans la force de ton âge
                   « Ce qu'il en est d'endurer l'esclavage.
                   «  On te liera, te prendra par le bras,

                   « Pour t'emmener où tu ne voudras pas ! »

 
I+II      85. « Suis-moi, Simon, et reste-moi fidèle,
                  « Et va partout où ton Seigneur t'appelle.
                  «  Je t'offrirai le salut glorieux,
                  « Quand tu seras avec moi dans les cieux ! »
 
 
           P.    L'Ascension du Christ  (Pause XVII)
 
 
I+II      86. Jésus devait retourner vers le Père :
                  Il convoqua les disciples, ses frères,
                  Et leur donna cette claire instruction :
                  « Attendez l'Esprit Saint et votre onction ! »
 
I.          87. « Car le Père accomplira sa promesse :
                  « Vous recevrez l'Esprit Saint de sagesse
                  « Jean, le Baptiste, n'avait que de l'eau :
                  « Vous recevrez le baptême nouveau. »
 
II.         88. « Cet Esprit Saint de puissance et de vie,
                  « Esprit qui seul convertit, sanctifie,
                  « Qui rend patient, bienveillant, juste et bon, 
                  « Dans peu de jours vous recevrez ses dons. »
 
I+II      89. Alors du Rédempteur ils s'approchèrent
                  Et d'un commun accord lui demandèrent :
                  « Sera-ce alors qu'arrivera le temps
                  « Où tu viendras en gloire et tout-puissant ? »
 
I.          90. « Rétabliras-tu la force et l'empire
                  « Du peuple juif opprimé, qui soupire ? »
                  Jésus répond : « Dieu seul sait le moment
                  Et quand se produira l'événement ! »
 
II.         91. « Sur vous descendra l'Esprit de lumière,
                  « Puissant Esprit qui sort du sein du Père !
                  « Vous serez mes témoins dans l'univers,

                  « Et vous vaincrez le monde et les enfers ! »

 
I+II      92. Alors que Jésus parlait, un nuage
                  Vint leur cacher son corps et son visage,
                  Et l'enleva dans le plus haut des cieux.
                  VERS  LUI  ELEVONS  NOS  CŒURS 
                                    ET  NOS  YEUX.
                                            AMEN
 
 
 
 
Texte :      d'après un Psautier de Bâle 1744

                 Révision : Yves Kéler 2003

                 

Mélodie : Ps 8 Dieu tout-puissant, ô Seigneur adorable           

                Guillaume Franc 1542, Loys Bourgeois 1551 Genève
                    LP 5, RA f 33, NCTC 8, ARC 8
                = Magnificat : Mon cœur rempli des biens que  Dieu 
                m'envoie LP 88, RA f 17 rouge, NCTC 153, ARC 172
                En allemand : O höchster Gott, o unser lieber Herre,  
                    Ps 24 : RA 86, ARC 255
                Wie herrlich gibst du, Herr, dich zu erkennen, Ps 24,
                     EG 271 et 476
 
 

Visiteurs en ligne

105563
Aujourd'huiAujourd'hui169
HierHier393
Cette semaineCette semaine1189
Ce moisCe mois5830
Tous les joursTous les jours1055635
Template by JoomlaShine