I   :  NOËL
II :  EPIPHANIE
III : PASSION
       PÂQUES

 

              A SOLIS ORTUS CARDINE

            Caelius Sedulius , vers 430

            Chant alphabétique, de A à Z,
                avec traduction littérale

           I.   Noël :  de A à G                    
            

1. A solis ortus cardine              
          Du point du lever du soleil
    Adusque terrae limitem,    
          Jusqu'au bout de la terre,
    Christum canamus Principem, 
         Chantons Christ, le Prince,
    Natum Mari-a Virgine.   
         Né de Marie, la Vierge.

2. Beatus auctor saeculi    
         Le bienheureux auteur du monde,
    Servile corpus indui-t, 
         Revêt un corps de serviteur,
    Ut carne carnem liberans 
         Pour, libérant la chair par la chair,
    Non perderet quod condidit 
         Il ne perde pas ce qu'il avait fondé (créé)

3. Clausae parentis viscera  
         (Dans) les entrailles fermées de la mère
    Caelestis intrat graci-a ; 
         La grâce céleste entre ;
    Venter puellae ba-i-ulat
         Le ventre de la jeune fille porte
    Secreta quae non noverat. 
         Des secrets qu'elle ne connaissait pas.

4. Domus pudici pectoris      
         La maison de cœur pudique
    Templum repente fit De-i ; 
         Devient soudain le Temple de Dieu ;
    Intacta nesci-ens virum    
         L'intacte, qui ne connaît pas d'homme,
    Verbo concepit Fili-um.     
         Du Verbe conçoit le Fils.

5. Enixa est pu-erpera 
         La gravide a accouché
    Quem Gabriel praedixerat,  
         Celui que Gabriel avait prédit,
    Quem matris alvo genti-ens   
         Que, reposant dans le ventre de sa mère, 
    Clausus Iohannes senserat.  
         Jean, enfermé (là), ressentit. 

6. Feno jacere pertulit,        
         Il supporta de coucher sur du foin,
    Praesepe non abhorru-it, 
         Il ne méprisa pas la crèche,
    Parvoque lacte pastus est   
         Il fut nourri d'un petit lait,
    Per quem nec ales esurit.  
         Lui par qui aucun oiseau n'a faim.

7. Gaudet chorus celesti-um     
         Le chœur des célestes se réjouit,
    Et Angeli canunt Deum,   
         Et les anges chantent Dieu,
    Palamque fit pastoribus  
         Aux bergers est révélé 
    Pastor, Creator omni-um      
         Le Pasteur, le Créateur de toutes choses.

     Strophe finale supplémentaire

(8). Iesu, tibi sit gloria,        
         Jésus, à toi soit la gloire,
      Qui natus es de Virgine,   
         (toi) Qui es né de la Vierge
      Cum Patre et almo Spiritu,    
         Avec le Père et le bienfaisant Esprit, 
      In sempiterna saecula.  Amen.  
         Dans les siècles éternels. Amen.

 

         II.  Epiphanie :   de H à O

8. Hostis Herodes impi-e,    
         Ennemi Hérode, impie,
    Christum venire quid times ?  
         Pourquoi crains-tu que Christ vienne ?
    Non eripit mortali-a,      
         Il ne conquiert pas de choses mortelles,
    Qui regna dat celestia.    
         Lui qui fond les royaumes célestes.

9. Ibant magi, qua venerant,  
         Les mages marchaient, par où ils étaient venus, 
    Stellam sequentes previam, 
         Suivant l'étoile les précédant,
    Lumen requirunt lumine,     
         Ils cherchent la lumière issue de la lumière,
    Deum fatentur munere.   
         Ils reconnaissent le Dieu par leur don.

10. Katerva matrum personat   
         Le cri des mères résonne,
      Collisa deflens pignora,  
         Pleurant les enfants brisés,
      Quorum tyrannus milia  
         Dont le tyran, par milliers,
      Christo sacravit victimam.    
         Pour Christ sacrifia (en vivtimes)

11. Lavacra puri gurgitis   
         (Dans) les flots du pur courant
      Celestis agnus attigit, 
         Le céleste agneau se place,
      Peccata qui mundi tulit   
         Lui qui porte les péchés du monde,
      Nos abluendo sustulit.    
         Nous soutient en les effaçant.

12. Miraculis dedit fidem   
         Par des miracles il fait croire
      Habere se Deum patrem,  
         Qu'il a Dieu pour Père,
      Infirma sanans corpora  
         Guérissant les corps infimes,
      Et suscitans cadavera.    
          Et ressuscitant les morts.

13. Novum genus potentiae !   
         Nouvelle sorte de puissance !
      Aquae rubescunt hydriae, 
         Les eaux des cruches à vin rougissent,
      Vinumque iussa fundere    
         En vin l'eau qu'il ordonna de verser
      Mutavit unda originem.      
         Il change, et (change) sa nature.

14. Orat salutem servulo          
         Il prie pour le salut de son serviteur,
      Nixus genu centuri-o,      
         Genou plié, le centurion,
      Credentis ardor plurimus   
         La grande ferveur du croyant
      Extinguit ignes febri-um     
         Eteint les feux des fièvres.

    On peut reprendre ici la strophe supplémentaire
    de la fin de la 1ère partie.

(8). Iesu, tibi sit gloria,         
         Jésus, à toi soit la gloire,
      Qui natus es de Virgine,    
         (toi) Qui es né de la Vierge
      Cum Patre et almo Spiritu,  
         Avec le Père et le bienfaisant Esprit, 
     In sempiterna saecula.  Amen.  
         Dans les siècles éternels. Amen.
 

 

          III.  Carême, Passion, Pâques:  de P à Z

15. Petrus per undas ambulat  
         Pierre marche à travers les eaux,
      Christi levatus dextera;    
         Relevé par la droite du Christ ;
      Natura quam negaverat    
         Par la nature qu'elle avait niée
      Fides paravit semitam.      
         La foi prépara le chemin

16. Quarta di-e iam fetides    
         Au quatrième jour, déjà sentant,
      Vitam recepit Lazarus     
          Lazare reçoit à nouveau la vie
      Mortisque liber vinculis    
         Et libre des liens de la mort
      Factus superstes est sibi   
         Il devient le témoin de lui-même.

17. Rivos cruoris torridi      
         Les ruisseaux de sang chaud
      Contacta vestis obstru-it  
         Le vêtement touché (les) arrête ;
      Fletu rigante supplicis    
         Par les pleurs de la suppliante 
      Arent fluenta sanguinis.  
         s'assèchent les flots de sang

18. Solutus omni corpore      
         Paralysé de tout son corps,
      Iussus repente surgere    
         Sommé soudain de se lever,
      Su-is vicissim gressibus    
         De ses pas retrouvés,
      Eger vehebat lectulum.   
         Le malade portait son lit.

19. Tunc ille Judas carnifex  
         Alors ce Judas, rabatteur !
      Ausus magistrum tradere   
         Osant trahir le maître,
      Pacem ferebat osculo     
         Par un baiser il souhaitait la paix
      Quam non habebat pectore
         Qu'il n'avait pas dans le cœur.

20. Verax datur fallacibus   
         Le Véritable est livré aux fallacieux,
      Pi-um flagellat impi-us    
         L'impie flagelle le Pieux,
      Crucique fixus innocens    
         L'innocent fixé à la croix,
      Coniunctus est latronibus.  
         Il est placé parmi les voleurs.

21. Xeromyrrham post sabbatum  
         De la myrrhe sèche après le sabbat
      Quaedam vehebant compares 
         Quelques amies (la) transportaient.
      Quas allocutus angelus   
          Leur dit l'ange
      Vivum sepulcro non tegi.
         Que le vivant n'est pas couvert par le tombeau

22. Ymnis, venite, dulcibus  
         En hymnes doux, venez,
      Omnes canamus subditum 
        Chantons tous (que) soumis est
     Christi triumpho tartarum  
         L'enfer par le triomphe du Christ
     Qui nos redemit venditus   
         Qui, vendu, nous a rachetés.
 
23. Zelum draconis invidi    
         Le zèle du dragon envieux
      Et os leonis pessimi       
         Et la gueule du lion très mauvais
      Calcavit unicus De-i     
         L'unique (Fils) de Dieu (les) dompta
      Seseque  coelis reddidit.   
         Et s'(en )retourna aux cieux.

 

Prononciation des désinences du génitif
  
        Les syllabes qu'il faut prononcer séparément sont marquées par un trait d'union qui sépare les lettres :  De-i,  omni-um. En règle générale, les désinences se prononcent distinctement à partir du radical : De-us, De-i ; omni-s, omni-um. En cas de doute, il suffit de compter les 8 pieds nécessaires à chaque vers. Cette question est importante pour le chant, car il faut que tout le monde chante bien les mêmes syllabes, pour éviter la cacophonie. 

Le style des hymnes antiques

        Le style de ces pièces antiques est ramassé : on dispose dans les hymnes de quatre vers et de huit pieds, ce qui donne 32 syllabes. Dons pas un mot de trop dans ces textes, et comme le rythme est dominant dans la récitation, il faut tomber toujours sur les syllabes fortes. De ce fait, dans ce type de poésie règne une grande rigueur. Exactitude des déclinaisons et des conjugaisons, qui permettent de réunir les mots dispersés à cause de l'impératif du rythme.

       Un exemple de ce type de contrainte est l'emploi, pour dire " et ", tantôt de " et ", tantôt de " -que " collé après le mot qu'on veut relier au précédent. Selon que l'accent tombe, on emploiera l'un ou l'autre. Or ici, l'accent tombe ainsi :  _  ' _ ' _ ' _ ' , c'est-à dire dans une suite de faibles et de fortes, presque mécanique. Si donc le mot employé est un bisyllabe, dont l'accent tombe sur le deuxième pied, il faudra utiliser " -que ", qui n'est pas accentué et qui sera la troisième syllabe, faible. Exemple : str 13 : Vinumque ; 16 : Mortisque ; 20 : Crucique. En revanche, un monosyllabe accentué ou un trisyllabbe, dont la première syllabe est accentuée, permettra l'emploi de " et " en début de vers. Exemple : str 7 : Et angeli ; 12 : Et suscitans ; 20 : Et os.

        Concision aussi de l'expression, en même temps que pensée riche : on ne va faire ce difficile exercice pour dire des platitudes ! La méthode poétique des auteurs latins anciens a eu une grande influence sur tout le Moyen-Ages, dont la poétique a gardé les règles générales de l'Antiquité. Sauf qu'à partir du 8ème - 9ème Siècle, on a commencé à utiliser la rime, alors qu'on se contentait du rythme seul jusque là. Cette méthode a eu une grande influence sur les Réformateurs. Luther en est un exemple frappant. Il traduit plusieurs des hymnes latines en allemand, en respectant la méthode ancienne : rythme, rime, concision de l'expression, richesse de la pensée. Les auteurs français tels Marot et Bèze, et plus tard Conrart ont fait de même.

La traduction du chant par Martin Luther

        Luther a traduit les deux premières parties du chant de Caelius (Je ne sais pas s'il a traduit la 3ème partie : à contrôler).
     
1.   Avent-Noël : A solis Ortus carine : 
                 Christum wir sollen loben schon  RA 21, pas dans EG

2.   Epiphanie:     Hostis Herodes impie:
                 Was fücht'st du, Feind Herodes sehr  RA 60,  pas dans EG

        La traduction de Luther est probablement le travail le plus impressionnant pour le mot à mot. Luther l'a laissé sur la mélodie grégorienne, que lui ou un de ses collaborateurs a simplifiées à erfurt. En effet, le texte, fait à Wittenberg probablement, et la mélodie, signalée à Erfurt, sont de la même année 1524.

        Luther a transposé les idées, le vocabulaire et les images, ainsi que le climat méditatif et émerveillé de ce chant. De plus, il s'est aussi coulé dans sa structure métrique : IV 8.8, 8.8, en reprenant le même rythme des vers et les mêmes accents. Difficulté supplémentaire, il a mis le texte en doubles rimes simples, ce qui n'est pas le cas en latin, dans lequel le rythme prédomine, la rime restant possible, mais pas obligatoire.

        Voici l'exemple de la 2e strophe : le mot à mot, le rythme, les accents :
                              
 Be - a - tus   auc - tor  sae - cu - li                            
 Der  se- lig  Schöp-fer    al  - ler  Ding                  
  __    ‚    __     ‚       __     ‚     __    ‚                       

Ser - vi -  le     cor  -  pus  in - du - it,     
Zog  an  eins Knech - tes  Leib ge - ring
__    ‚     __       ‚         __     ‚    __     ‚

 Ut    car-nem   car   -   ne          li -  be -  rans,      
 Dass er   das  Fleisch durchs Fleisch er - wörb,       
  __    ‚     __      ‚          __        ‚      __       ‚          

Ne  per-de  -   ret     quos con-di  -  dit.                                       
Ne  per-de  -   ret     quos con-di  -  dit.                                       
__     ‚    __        ‚       __     ,   __     _,_

      
        Voici les trois premières strophes ( de 8 ) du texte et leur traduction :

        Luther a inversé les deux membres de la première strophe, pour commencer par le Christ et sa filiation de Marie, mais aussi parce que sa traduction des deux premiers vers ne faisait pas un bon début. On sent là le poète qui sait ordonner un texte pour le mettre en valeur. Mais en même temps il a traduit chaque vers très exactement.

 

    Caelius Sedulius                                            Martin Luther
      + traduction littérale                                        + traduction littérale

1. 1  A solis ortus cardine                     3 Christum wir sollen loben schon,
          Du point du lever du soleil              Il nous faut bien louer le Christ,

    2  adusque terrae limitem                4 Der reinen Magd Marien Sohn,
          jusqu'à la limite de la terre             Fils de la pure Vierge Marie,
    3 Christum canamus principem,        1 So weit die liebe Sonne leucht'     
         chantons Christ, le prince,              aussi loin que le beau soleil luit                
    4 natum Maria virgine.                     2 Und an aller Welt Enden reicht
          né de Marie la Vierge.                   et atteint le bout du monde.

2.  Beatus auctor saeculi                         Der selig Schöpfer aller Ding
          L'heureux auteur du siècle              L'heureux créateur de toutes choses
     servile corpus induit,                         Zog an eins Knechtes Leib gering,
          revêtit un corps de serviteur,           revêtit le faible corps d'un serviteur,
     ut carne carnem liberans,                  Dass er das Fleisch durchs Fleisch erwörb 
        pour que, libérant la chair                 pour qu'il rachtât la chair
                par la chair,                                       par la chair,          
     ne perderet quos condidit.                     Und sein Geshöpf nicht alls verdörb.
          il ne perde pas ceux qu'il a créés.      et ne laissât se perdre aucune de ses
                                                                        créatures.

3.   1 Castae parentis viscera                  2  Die göttlich Gnad vom Himmel gross
          Dans les entrailles de la chaste mère  La grande grâce divine depuis le ciel
      2 caelestis intrat gracia                     1  Sich in die keusche Mutter goss;
           la grâce céleste entre,                        se coula dans la chaste mère ; 
         venter puellae baiulat                        ein Maidlein trug ein heimlich Pfand
           le ventre de la jeune fille porte            une jeune fille porte un fardeau secret
         secreta quae non noverat                   Das der Natur war unbekannt.
          des secrets qu'elle ne connaît pas.       qui de la nature est inconnu.

 

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

780145
Aujourd'huiAujourd'hui318
HierHier762
Cette semaineCette semaine318
Ce moisCe mois17111
Tous les joursTous les jours780145