Culte du 6e dimanche après l’Epiphanie - Transfiguration


6e DIMANCHE APRES L’EPIPHANIE

le 29 janvier 2012

Dimanche de la TRANSFIGURATION

(Chers collègues,

je vous adresse une proposition de « culte entier », c’est-à-dire qui comporte tous les éléments d’un culte dans l’ordre classique. De cette forme, vous pourrez tirer les éléments qui peuvent vous servir. Pour certains, quelques chants provenant de la tradition allemande, seront plus difficile à mettre en œuvre, soit parce que la mélodie en est peu ou pas connue, soit parce que les partitions d’orgue ou d’instrument vous sont peu accessibles.

Les textes et chants proposés sont en nombre réduit et donnés à titre d’exemple. Sur le site internet
www.chant-protestants.com

vous trouverez d’autres propositions, aux différentes rubriques et par les tables.

Mon adresse e-mail est : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous souhaitant bonne réception, et espérant qu’une telle proposition pourra vous rendre service, je vous salue cordialement en Christ et vous souhaite une année fructueuse et heureuse.
Yves Kéler, pasteur retraité, 4.1.2012)

 

QUELQUES EXPLICATIONS EN ENTREE


La Transfiguration du Christ, qui tombe le 6e dimanche après l’Epiphanie (laquelle est célébrée le 6 janvier), est toujours fêtée pour clore le temps de l’Epiphanie. Quelle que soit la longueur de celui-ci. Par exemple, s’il n’y a que trois dimanches après l‘Epiphanie, et qu’avec le troisième on arrive à la fin, ce troisième devient le 6e dimanche et on y célèbre la Transfiguration. Cette année c’est le cas pour le 4e dimanche.

Martin Luther a proposé cette façon de faire, pour ramener la Transfiguration, célébrée le 6 août ( ce qui est resté dans les Eglises romaine et orthodoxe), à sa place dans le déroulement de l’année liturgique qui suit la vie du Christ. Avec la Transfiguration s’achève le temps de la manifestation glorieuse du Christ au monde et à ses disciples. Epiphaneia signifie apparition, manifestation, révélation.

C’est ainsi que l’Epiphanie et chaque dimanche qui la suit manifestent un autre aspect du Christ :

Epiphanie : les mages, qui révèlent le Roi, le Dieu et l’homme mortel :
au peuple dans la crèche Matthieu 2/1-11,
Le baptême du Christ, qui révèle le Fils de Dieu
à Jean-Baptiste et au peule de repentants Matthieu 3/13-17
Les Noces de Cana, qui manifestent sa gloire
devant ses disciples et sa mère Jean 2/1-11

1er dimanche : reprend le baptême
2e dimanche : reprend les Noces de Cana
3e dimanche : manifeste la puissance de guérison du Christ, aussi envers les paÏens :
guérison du serviteur du centenier Matthieu 8/5-13
4e dimanche : révèle le Christ maître de la nature :
la tempête apaisée Matthieu 8/23-37
5e dimanche : révèle le Christ maître de l’histoire :
la parabole de l’ivraie Matthieu 13/24-30
6e dimanche : la Transfiguration : en Christ, appelé le Fils de Dieu,
comme au baptême, sont contenus Moïse et Elie,
le Pentateuque et les Prophètes.
L’évangile fait retentir pour la 3e fois la parole du Père :
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis
toute mon affection », et ajoute : « Ecoutez-le. » Matthieu 17/1-9

(On remarquera que le temps de l’Epiphanie est dominé par Matthieu, alors que celui de Noël est dominé par Luc, et que l’Avent l’est par les synoptiques. Exception : la lecture des Noces de Cana, plus récente, prise de Jean.)

La Transfiguration achève ainsi le temps de l’Epiphanie, mais aussi le cycle de Noël, commencé au 1er dimanche de l’Avent. L’événement est placé sur le mont Thabor, et montre qu’on arrive maintenant au sommet de la manifestation du Christ, attendu durant l’Avent, reçu à Noël comme un faible enfant, révélé maintenant comme le Fils de Dieu dans sa gloire, et contenant toute la révélation passée.

Une nouvelle étape est à franchir, une nouvelle révélation, celle de la souffrance, de la mort et de la résurrection, pour que le Christ atteigne à la gloire céleste : l’élévation sur la croix, sur la montagne du Golgotha, en attendant la dernière, celle de l’Ascension, sur la montagne des Oliviers (ou le mont de Galilée).

Après la Transfiguration commence le cycle de Pâques, 2e de l’année de l’Eglise. Ce cycle se divise en Précarême (3 dim), Carême et Passion (6 dim), Pâques (6 dim + Ascension). Après ce 2e cycle, commence le cycle de Pentecôte-Trinité, avec les dimanches de Pentecôte et de la Trinité, et 27 dimanches après la Trinité, si le cycle est complet.

(Le plan ici proposé est celui de l’Eglise ancienne, tel qu’il est pratiqué par beaucoup d’Eglises dans le monde, en particulier en Alsace-Lorraine. Pour les Eglises de l’ancienne France, entre autres réformées, membres de la FPF, la succession des dimanches a été en grande partie supprimée. De même les lectures bibliques propres des liturgies de l’ERF (1963) et de l’EELF (1953) ont été supprimées. Devant ce vide créé, la FPF se rabat sur les lectures catholiques romaines des dimanches, dont la répartition n’est pas celle de l’Eglise ancienne : les dimanches après l’Epiphanie ne sont que des « dimanches ordinaires. » Cela crée un décalage constant entre ces plans, durant une grande partie l’année.

En revanche, le plan ici suivi correspond à celui de « Notre pain quotidien 2012 », publié par les Editions Olivétan et les Editions Luthériennes.)

 

1e PARTIE : ENTREE DU CULTE

Jeu de musique : le culte commence sans aucune parole, par le cantique


1. Chant d’entrée : 1er cantique

Superbe étoile du matin str. 1,2 et 6 (Mél : Wie schön leuchtet der Morgenstern)
Voir Texte n° 1

 

2. Chant d’entrée : 1er cantique

Brillante étoile du matin str. 1-3 (Mél : Wie schön leuchtet der Morgenstern)
Voir Texte n° 2


Pasteur : Au nom du Père, et du Fils et Saint-Esprit. Assemblée : Amen.

Salutation brève de l’assemblée, annonce du Psaume :

Frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui le 6e Dimanche après l’Epiphanie, consacré à la fête de la Transfiguration du Christ. Jésus est apparu devant ses trois disciples Jacques, Jean et Pierre sur la montagne du Thabor. Là il a révélé que la divinité habitait en lui. C’est pourquoi, rendons gloire à Dieu, le Père, source de cette divinité, par les paroles du Psaume 97, que nous antiphonerons.

 

Psaume d’entrée : antiphoné, avec antienne et Gloria Patri (debout)

Psaume 97
Voir Texte n° 3

 

Confession des péchés et Paroles de grâce

1. Seigneur Dieu et Père,
toi qui habites dans une lumière inaccessible,
nous nous humilions devant toi.
Nous avons préféré les ténèbres à la lumière,
parce que nos oeuvres sont mauvaises.
L’impiété te déplaît et le méchant ne subsiste pas devant toi.
Mais Seigneur, n’entre pas en jugement contre nous,
car devant toi aucun humain n’est juste.
Aie pitié de nous et fais luire sur nous ta face,
afin que nous soyons guéris. Amen.

Kyrie : Seigneur, aie pitié de nous, Luther ALL 61/11
Seigneur, aie pitié de nous, Trunk ALL 63/42
Seigneur, aie pitié de nous, Schöberlein ALL 63/42

ou O Dieu, crée moi, Ps 51, LP 529

P d g : Jean 12/46:
Jésus dit: « Je suis venu dans le monde comme une lumière,
afin que ceux qui croient en moi ne restent pas dans l’obscurité. »
(Altmann 1948, n°1)
Que cette parole de notre Seigneur Jésus-Christ
soit pour vous l’assurance que Dieu vous fait grâce.
C’est pourquoi, changez votre vie
rendez-la conforme à la volonté de Dieu,
et rendez gloire à Dieu :

Gloria in excelsis : Gloire soit à Dieu au plus haut des cieux
ALL 63/25 Spangenberg ou 63/26 Matthias, Strasbourg
ou : Oh ! qu’heureux Ps 32 et 103 LP 511 Mlle Hollard


2. Dieu juste et miséricordieux,
nous vivons comme si tu n'avais jamais révélé
ta majesté dans le monde,
comme si nous n'avions jamais vu ta gloire.
Pourtant la terre et le ciel sont
l'œuvre de tes mains et de ta bonté.
Mais nous vivons et agissons
comme si tu ne t'étais jamais préoccupé de nous.
Nous désespérons, comme si tu ne nous avais jamais aidé.
Pardonne-nous, Seigneur,
et fais-nous comprendre ta vérité
et que nous vivons de ta grâce. Amen.

Kyrie, etc : voir ci-dessus


P d g : Psaume 84/12
Le Seigneur est un soleil et un bouclier.
Le Seigneur donne la grâce et la gloire ;
il ne laissera pas ses fidèles manquer d'aucun bien.

Que cette parole…. Voir plus haut

Gloria in excelsis : voir ci-dessus


2e PARTIE : Prière, lectures et Credo

Salutation : P. Le Seigneur soit avec vous
A. et avec ton esprit.

Prière collecte avec Amen (debout)

(La collecte est la prière propre au dimanche : elle rappelle l’événement fêté ce jour (anamnèse), elle contient une demande (paraclèse) et finit par une louange collective de l’assemblée dans l’Amen final, dit ou chanté)

1. Dieu tout-puissant, Père éternel,
par la transfiguration de ton Fils,
tu as révélé le secret de son être et confirmé notre foi.
Tu nous reçois ainsi dans le règne de tes élus,
malgré notre péché.

Nous te prions : f
fais que nous devenions des cohéritiers du Roi de gloire
dans son Royaume.

Par ce même Jésus-Christ, notre Seigneur,
qui avec toi et l’Esprit,
vit et règne aux siècles des siècles.

Assemblée : Amen.
(Ulrich Altmann 1948, 1, p. 45)

2. Dieu tout-puissant, éternel,
tu as révélé ton Fils Jésus-Christ
devant les yeux de ses disciples,
et tu nous demandes de l’écouter.

Fais que nous reconnaissions sa toute-puissance,
et qu’avec lui nous puissions entrer dans une vie nouvelle,
lui qui, avec toi et le Saint-Esprit, vit et règne d’éternité en éternité.

Assemblée : Amen.

             (Erneurte Agende 1990)

Prière d’illumination

(La prière d’illumination n’est pas une prière pour le culte du dimanche. Elle vise les lectures bibliques qui vont suivre et demande que le Saint-Esprit illumine les auditeurs. Elle ne suppose pas une réponse de l’assemblée, puisqu’elle n’est pas une prière « collectée »)

1. Dieu miséricordieux, notre Père,
nous te bénissons parce que tu as envoyé
en Jésus-Christ la véritable lumière du monde.
Tu as voulu que nous sortions de nos ténèbres
et que nous ayons la clarté de la vie.

Eclaire nos cœurs par ton évangile,
Afin que toute obscurité s’éloigne de nous.
Accorde-nous, par ton Saint-Esprit,
de marcher dans ta lumière,
et transforme-nous à l’image de ton Fils. Amen
(Altmann 1948,3, p 45)


Mot d’ordre (debout)

Introduction par le lecteur : Ecoutez le mot d’ordre pour cette fête de la Transfiguration, et pour la semaine qui s’ouvre aujourd’hui, tel que nous le trouvons au prophète Esaïe, chapitre 60.

Sur toi le Seigneur se lève, sur toi sa gloire va paraître. Esaïe 60/2b
Über dir geht auf der Herr, und seine Herrlichkeit erscheint über dir. Jes. 60/2b

(La proclamation du mot d’ordre peut s’achever par un Amen)

Lectures bibliques

A. T : Exode 3/1-10 (assis)

Epître : II Corinthiens 4/6-10


Cantique graduel : entre les lectures

Christ rayonne dans la gloire (Mél : Jesus Christus herrscht als König)
Voir Texte n° 4


Evangile : Matthieu 17/1-9 : introduit par Alléluia (debout)
Sur la mélodie :
Vulpius ALL 61/74
Trunk ALL63/44

achevé par « Louange à toi, Seigneur Jésus-Christ »
sur la mélodie :
grégorienne ALL 63/28
Trunk          ALL 63/45

Confession de la foi (ensemble à haute voix) Credo (debout)
(La confession peut se placer avant les lectures ou après la prédication)


2e Cantique : des lectures

Christ, Seigneur, Fils unique (Mél : Herr Christ, der einig Gotts Sohn)
Voir Texte n° 5

 

3e PARTIE : PREDICATION (assis)
Prière d’illumination
Lecture du texte
Prédication
Prière d’action de grâces

Soit : Annonces, (Offrande)
3e Cantique : de la prédication

Soit : 3e Cantique : de la prédication
Annonces (Offrande)


3e Cantique : de la prédication

Jésus est né, l’éternelle lumière (mél : Jesu, hilf siegen) Livre d’orgue RA
Jesus ist kommen, Grund ewiger Freude
Voir texte n° 6


4 e PARTIE : Prière d’intercession, Notre Père

Ecténie : 1 ou 2 officiants + Assemblée

Prions : (debout)

Invoquons dans la paix le Seigneur,
afin que le Dieu de grâce et de miséricorde
nous illumine par son Fils, la véritable lumière du monde,
et que tous les peuples puissent contempler
sa gloire avec joie :
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

DEMANDES : intentions

Pour l’Eglise :

1. Pour que Dieu édifie et protège son Eglise
sainte et universelle parmi tous les peuples,
pour qu’il ouvre la porte à son évangile
sur toute la terre,
pour qu’il envoie à son Eglise des pasteurs
et des maîtres fidèles,
pour qu’il nous garde des fausses doctrines,
du doute et de l’impiété,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

2. Pour que Dieu accorde à tous les bergers
et serviteurs de l’Eglise son Esprit,
pour que Dieu accorde aux paroisses des pasteurs fidèles,
pour un enseignement salutaire dans l’Eglise,
un conseil de bon sens et une vie spirituelle,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

3. Pour que Dieu dirige et sanctifie nos anciens
et nos paroisses,
pour qu’il les unisse dans un même Esprit de foi
et qu’il les remplisse d’amour fraternel,
pour qu’avec tous les chrétiens sur la terre
nous confessions un seul Seigneur et chef de l’Eglise,
Jésus-Christ, son Fils,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

Pour le pouvoir civil :

4. Pour que Dieu bénisse notre pays,
qu’il nous donne des gouvernants qui le craignent,
afin que nous soyons dirigés dans la sagesse et la justice,
pour que Dieu conduise notre peuple
sur le chemin de ses saints commandements,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

5. Pour que Dieu aie pitié dans sa grâce
de notre peuple, de nos villes, de nos villages,
de nos paroisses,
pour qu’il nous protège de la disette, de la famine,
du chômage, des divisions, des malheurs,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

dans des temps difficiles :

6. Pour que Dieu dans sa grâce
agisse en faveur de notre ville (village, lieu),
et de ceux qui l’habitent, qu’il bénisse nos familles,
qu’il bénisse notre travail
et qu’il donne le pain de chaque jour
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

Pour les souffrants et les malades

7. Pour que Dieu soit proche des malheureux
et des souffrants, des exilés et des prisonniers,
des affligés et des tentés, et qu’il les console,
pour qu’il fortifie ceux qui sont prisonniers
ou persécutés pour l’évangile,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

8. Pour que Dieu protège ceux qui sont en danger,
qu’il ramène les égarés, qu’il fortifie les malades,
qu’il prenne les mourants dans son royaume,
qu’il nous sauve de toute violence,
danger et détresse,
et qu’il nous accorde une fin bénie,
quand viendra notre heure,
prions le Seigneur :

Assemblée : Seigneur, exauce-nous.

9. Prends-nous dans ta grâce, ô Dieu,
sauve-nous et nous maintiens,
car toi seul es digne
d’honneur et de gloire et d’adoration,
le Père, le Fils, le Saint-Esprit,
maintenant et à toujours
et aux siècles des siècles.

Assemblée : Amen.
(Badische Agende 1962, n° 9+9b page 300+304)

Sans transition et avec l’assemblée : NOTRE PERE
finale protestante : aux siècles des siècles. Amen.

Si la Cène est célébrée,
le Notre Père est reporté après l’épiclèse et la didaché.


5e PARTIE : Sortie du culte

Mot d’envoi : alléluiatique, sauf dans la Passion

Sur toi le Seigneur se lève, Alléluia,
sur toi sa gloire va paraître, Alléluia.

(Salutation familière éventuellement)


5e Chant : chant de sortie

O Dieu, nous chantons tes merveilles (Mél : Ich lobe dich von ganzer Seelen)
Seigneur, tu m’attends à cette heure LP 200
voir Texte 7

 

5e Chant : chant de sortie

7e strophe de Superbe étoile du matin (Mél : Wie schön leuchtet de Morgenstern
voir Texte 1


Bénédiction

Que le Seigneur tout-puissant et miséricordieux vous bénisse et vous garde,
le Père, le Fils, le Saint-Esprit. Amen.
Allez dans la paix du Seigneur. (éventuellement signe de croix sur l’assemblée)

Jeu de musique

 


              TEXTES A INSERER DANS LE PLAN DU CULTE


TEXTE 1 : Chant d’entrée

SUPERBE ETOILE DU MATIN
(Wie schön leuchtet der Morgenstern)

Pierre Vallotton

1. Superbe étoile du matin,
Que fait lever l'amour divin,
D'amour et de sagesse ;
Fils de David, Roi d'Israël,
Tu viens régner, Prince éternel,
Fidèle à ta promesse !
Seigneur, Sauveur,
Magnifique, Pacifique,
Riche en grâces,
Les plus grands tu les dépasses !

2. Jésus, mon trésor précieux,
Fils de Marie et Fils de Dieu,
Des rois le Roi suprême,
Ton évangile est mon soutien,
Mon cœur trouve en toi tous les biens,
Car c'est toi seul que j'aime.
A toi, Mon Roi,
Je m'écrie : « Je te prie,
Pain de vie,
Que jamais je ne t'oublie ! »

3. Plus riche qu'un or flamboyant,
Porte en mon cœur l'embrasement
Du feu de ta tendresse.
Que je sois membre de ton corps
Contre démon et mal et mort,
En joie comme en tristesse.
Toujours L'amour
Multiplie, Sanctifie
Et console
Qui recherche ta parole

4. Il me suffit de ton regard,
D'un mot qui vienne de ta part,
Je n'ai plus qu'une envie :
Seigneur Jésus, mon seul trésor,
Qui m'as donné pour réconfort
Ton corps, ton sang, ta vie,
Prends-moi ! Pour toi
Je veux vivre, Et te suivre :
Tu m'invites
A marcher sous ta conduite.

5. Seigneur, mon Dieu, par ta bonté
Tu m'aimas dès l'éternité
En Christ, ton Fils Unique.
Il est pour moi mort sur la croix,
Je m'unis à lui par la foi
Dans cette mort tragique.
Chantons, Chantons,
Plus de plainte, Plus de crainte,
Ses souffrances
Nous ont rendu l'espérance.

6. Faisons sonner nos instruments
Et que résonnent les accents
De nos joyeux cantiques.
Peuple de Dieu, réjouis-toi :
Voici venir Jésus, ton Roi,
Doux, fort et pacifique !
Grand jour D'amour,
De tendresse, D'allégresse :
Christ nous donne
Les trésors de sa couronne !

7. Quel bonheur, quel contentement,
Jésus est le Commencement,
La Fin de toutes choses.
Il m'accordera le salut
Qu'il réserve à tous ses élus,
Qui sur lui se reposent.
Seigneur, Sauveur,
Fils du Père, Ta lumière
Nous éclaire.
Viens régner sur cette terre !


Texte : Wie schön leuchtet der Morgenstern,
Philipp Nicolaï 1599, RA 61, EG 70
fr. : Pierre Vallotton 1972

Mélodie : Wie schön leuchtet der Mogenstern
Philipp Nicolaï 1599 RA 61, EG 70
fr. : Brillante étoile du matin LP 90
Oh ! quel éclat sur nos matins
NCTC 183, AR
Voir commentaire plus bas

 

TEXTE 2 : Chant d’entrée

BRILLANTE ETOILE DU MATIN
(Wie schön leuchtet der Morgenstern)


1. Brillante étoile du matin
Que fait lever l’amour divin,
Pure et sainte lumière ;
Répands dans nos cœurs ta clarté,
Viens dissiper l’obscurité
Qui règne sur la terre.

Refrain :
Seigneur, Sauveur,
Fils du Père, ta lumière salutaire
Nous conduit et nous éclaire.

2. C’est toi, Jésus, qui m’as cherché
Dans les ténèbres du péché,
Plongé dans ma misère.
Tu vis mes chaînes, mon malheur,
Tu devins mon libérateur
Par ta mort salutaire. Refrain.

3. Quittant la céleste grandeur,
Tu parus comme un serviteur,
Pauvre et dans la souffrance.
Tu fus meurtri pour mes péchés,
Ta mort me rend la liberté,
La joie et l’espérance. Refrain.

4. Je veux, Seigneur, m’unir à toi,
Par mon amour et par ma foi,
Mais je sens ma faiblesse.
J’accomplirai ta volonté :
Répands sur moi, dans ta bonté,
Ton Esprit de sagesse. Refrain.

 

Texte : Brillante étoile du matin, 4 strophes
L.Roehrich, 1866 Rec. Egl. Réformées 1895, n° 31
LP 90
Rév : Yves Kéler, 1985
Mélodie : Wie schön leuchtet der Morgenstern
Philipp Nicolaï, 1599 RA 61, EG 70
fr. : Brillante étoile du matin LP 90
Oh ! quel éclat sur nos matins
NCTC 183, ARC 367, ALL 32/14
Voir commentaire plus bas


TEXTE 3 : Psaume


PSAUME 97 / 1-4 + 9 + 10-12 Trad Segond 1949
modifiée


Antienne 1 : Habacuc 3/4 : La gloire de Dieu est comme l’éclat de la
lumière : des rayons partent de sa main.
Là réside sa force.
Antienne 2 : Psaume 97/9 : Dieu est le Seigneur, le Très-haut, sur toute
la terre, souverainement élevé par dessus
tous les dieux.
Antienne 3 : II Corinth. 4/6 : Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein
des ténèbres, a fait briller la lumière
dans nos cœurs.

Ant 1 Ant 2 Ant 3

1 I L’Eternel règne, terre, réjouis-toi,
II Iles nombreuses, soyez en fête !
2 I Les nuages et l’orage l’entourent,
II La justice et le jugement sont le socle de son trône.
3 I Le feu marche devant lui,
II Et dévore alentour ses adversaires.
4 I Les montagnes fondent comme la cire devant l’Eternel,
II Devant le Seigneur de toute la terre.
9 I Car lui, il est le Seigneur, le Très-haut sur toute la terre,
II Souverainement élevé par-dessus tous les dieux.

Ant 1 Ant 2 Ant 3

10 I Vous qui aimez l’Eternel,
II Haïssez le mal !
I Dieu garde la vie de ses fidèles,
II Il les délivre de la main des méchants.
11 I La lumière est semée pour les justes,
II Et la joie pour les cœurs droits.
12 I Justes, réjouissez-vous en l’Eternel,
II Et par vos louanges, célébrez sa sainteté !

Ant 1 Ant 2 Ant 3
Gloria Patri
Ant 1 Ant 2 Ant 3

(Pas de deuxième Psaume pour ce dimanche)

Cette forme, coupant le psaume en deux par une antienne, et encadrant le Gloria Patri par l’antienne, est la forme classique complète. On peut simplifier, en ne donnant l’antienne qu’avant et après le psaume. On peut aussi ne prendre que la première partie du psaume

 

TEXTE 4 : Graduel


CHRIST RAYONNE DANS LA GLOIRE
( d'après LP 157 :
Christ remonte dans la gloire )
Matthieu 17/1-13

1. Christ rayonne dans la gloire !
Dieu prépare la victoire
De son Fils, le Saint Sauveur.
Il va souffrir sans se plaindre,
La couronne qu'il va ceindre
Ets d'épine et de douleur !

2. Pierre et Jacqu' et Jean l'adorent,
Et tous les chrétiens l'honorent
Pour sa divine grandeur.
Parmi nous règne sa grâce,
Sur nous resplendit sa face :
Jésus-Christ est le Seigneur !


Texte : Christ rayonne dans la gloire
Yves Kéler, 1985,
d'après : Christ remonte dans la gloire
Charles Pfender 1908 LP 157

Mélodie : Jesus Christus herrscht als König
Théophile Stern 1846 (1803-1886) RA 117
fr. : Christ remonte dans la gloire
LP 157


TEXTE 5 : Chant après les lectures et avant la prédication

CHRIST, SEIGNEUR, FILS UNIQUE
(Herr Christ, der einig Gotts Sohn)

Mélodie: Herr Christ, der einig Gotts Sohn


1. Christ, Seigneur, Fils Unique, roi juste pour toujours,
Engendré par le Père, reflet de son amour,
Brillante, sainte étoile, tu n’as pas ton égale
Dans tout le firmament !

2. Dieu pour nous t’a fait homme, en plein milieu des temps,
Et naître de la Vierge, en Fils obéissant.
Tu as rouvert la porte,
Du ciel tu nous rapportes
La vie et le bonheur.

3. Accorde-nous de croître dans ton amour, Seigneur,
Et nous serons fidèles, pour te servir sans peur.
Que ta douceur attire
Nos cœurs, pour qu’ils n’aspirent
Qu’à s’élancer vers toi !

4. Auteur de toutes choses par le pouvoir de Dieu,
Ton règne sans limite s’étend à tous les cieux.
Sur ta route limpide
Que la pensée nous guide,
Par tous nos sens, vers toi !

5. Etreins-nous par ta grâce, et nous naîtrons d’en haut.
Mortifie le vieil homme, suscite le nouveau,
Celui qui ne se lasse,
Debout devant ta face,
De s’en remettre à toi.


Texte Herr Christ, der einig Gotts Sohn
Elisabeth Cr(e)uciger, 1524 (1500-1535)
RA 56, EG 67
fr. : Georges Pfalzgraf, 1989

Mélodie Herr Christ, der einig Gotts Sohn
15e Siècle, Erfurt 1524
RA 56, EG 67
O Seigneur de la terre
NCTC 182, ALL 32/0


TEXTE 6 : Chant après la prédication


JESUS EST NE, L’ETERNELLE LUMIERE
( Jesus ist kommen, Grund ewiger Freude )

1. Jésus est né: l’éternelle lumière
Nous réjouit de sa vive splendeur.
Le Roi des cieux est venu sur la terre
Offrir la paix pour un monde pécheur.
Pour nous sauver Dieu devient notre Père :
Jésus est né, l’éternelle lumière !

2. Jésus est né : l’éternelle couronne
Du Père nous est donnée en ce jour !
Avancez-vous, venez devant son trône, var :Approchez-vous
Que votre amour réponde à son amour.
Que votre chant avec écho résonne :
Jésus est né, l’éternelle couronne !

3. Jésus est né : sa main brise les chaînes
Et son amour est plus fort que la mort.
Prenons courage il console nos peines,
Et nous avons pour Sauveur le Dieu fort !
Malgré la haine ou la guerre, il nous mène.
Jésus est né, sa main brise les chaînes !

4. Jésus est né, Sauveur du vaste monde !
Parlons à tous, annonçons le salut !
Sur le Christ seul tout notre espoir se fonde,
Pour la vie, pour l’amour il est venu.
Sa grâce est douce et sa paix est profonde :
Jésus est né, Sauveur du vaste monde !


Texte : Jesus ist kommen, Grund ewiger Freude
J.L Allendorf, 1736 (1693-1773) RA 57, EG 66
fr. : anonyme, dans « Cantate », Bouxwiller, 1939
rév : Yves Kéler, 1985

Mélodie : Jesu, hilf siegen
Darmstadt 1698, 1854
RA 57

ou : Jesus ist kommen (Einer ist König)
Köthen 1733 EG 66

TEXTE 7 : Chant de sortie


O DIEU, NOUS CHANTONS TES MERVEILLES
( d’après LP 106 Alléluia, gloire et louange, str 3 )

O Dieu, nous chantons tes merveilles,
Sauveur puissant, Roi de Sion !
Que ton Eglise soit fidèle
Et se réclame de ton nom !
Que les païens, ceux qui t’ignorent,
Parviennent un jour à la foi.
Qu’ils se prosternent, qu’ils t’adorent,
Grand Dieu du ciel, Dieu, notre Roi !


Texte : d’après Alléluia, gloire et louange, str 3
Henri Lutteroth, 1802-1889 LP 106
Mise en forme : Yves Kéler, 1985

Mélodie : Die Tugend wird durchs Kreuz geübet
= Ich lobe dich von ganzer Seelen
Halle 1704 RA 164, EG 250
fr: Seigneur, tu m’attends à cette heure
LP 200, NCTC 228, ALLéluia 2005 23/07

 


COMMENTAIRE A « O DIEU, NOUS CHANTONS TES MERVEILLES », Texte 7

Le texte

Il est dérivé de la strophe finale du cantique de Noël : « Alléluia, gloire et louange », de Henri Lutteroth. Dans LP 106, le texte a été réduit à 3 strophes. Le chant compte à l’origine 6 strophes, la nôtre est la 6ème . Le texte intégral est dans les « Chants chrétiens » de Lutteroth, de 1834 *.

Le chant « O Dieu, nous chantons tes merveilles » est conçu comme strophe de sortie pour un culte de Missions, en particulier dans le temps de l’Epiphanie, vu sa dépendance de Noël. Il peut aussi servir comme strophe introductive à l’intercession.

La mélodie

Celle du texte de Lutteroth est de J.G.Weller 1766-1826. Elle a un caractère léger, approprié à Noël. Pour la fonction de la strophe unique destinée aux Missions, il vaut mieux prendre celle de « Ich lobe dich von ganzer Seelen », chant qui vise l’Eglise, l’évangélisation et la Mission. De plus, elle a du corps, et son élan énergique met bien le texte en valeur.

 

COMMENTAIRE A “SUPERBE ETOILE DU MATIN” Texte 1

Le texte :

Cette traduction de Pierre Vallotton, qui fut pasteur de l'ERF, est la seule traduction française fidèle à l'esprit et au texte de l'original. Pierre Vallotton a bien pénétré le texte et en rend heureusement les nuances ;

Philipp Nicolai a voulu rendre le climat de joie du temps de l'Epiphanie. A l'Epiphanie elle-même ( 6 janvier, ou fêtée le premier dimanche après cette date), le Christ se " montre " (Epiphanein : apparaître, se montrer), successivement comme le Roi adoré par les mages (l'or), le Fils, " Dieu né de Dieu ", selon la formule de Nicée-Constatinople (l'encens), celui qui doit mourir (la myrrhe). Il est aussi le " Fils de Dieu " proclamé au baptême, et le " Maître de la nature " révélé aux Noces de Cana. Ceci dans les trois évangiles des mages, du baptême et des Noces de Cana lus à cette fête.

Les dimanches qui suivent l'Epiphanie reprennent ces thèmes de l'éclat du Christ et de la joie des fidèles :

1er dimanche: le Baptême : " celui-ci est mon Fils... "
2e dimanche : le Maître de la joie : les Noces de Cana
3e dimanche : le Sauveur des nations :
guérison du fils du centenier (Missions)
4e dimanche : le Maître de la nature : la tempête apaisée
5e dimanche : la Maître de l'histoire : la parabole de l'ivraie
6e dimanche : la Transfiguration : " celui-ci est mon Fils... "

Philipp Nicolai consacre les 3 premières strophes à cette thématique.

Mais ce Christ est venu pour mourir pour les hommes, en particulier pour moi : il est destiné à cela dès l'éternité. Les strophes 3 et 4 sont consacrées à ce thème.

Les strophes 6 et 7 reprennent la joie du début, et ajoutent aux images visuelles de l'étoile, de l'or, des bijoux et de la splendeur, les images sonores des instruments et de la musique. La dernière strophe ouvre sur le retour du Christ, par l'Alpha et l'Oméga, " le Commencement, La Fin de toutes choses ".

Le texte de Philipp Nicolai est mystique, c'est-à-dire qu'il exprime la relation personnelle, profonde et heureuse, du fidèle avec le Christ de splendeur et de salut. La 4e strophe fait une allusion précise à la Sainte Cène, un des lieux et moments de cette communion entre le Christ et le fidèle.

La mélodie :

La mélodie est aussi de Philipp Nicolai : elle est à la fois mélodieuse, ample et solennelle, avec des effets d'écho, qui donnent vie au texte. Il faut chanter de façon alerte et vive, sans précipiter. Surtout ne pas traîner pour faire solennel : cela devient pompeux et pompier !

Les effets d'écho étaient à la mode au 16e Siècle. On les trouve plus d'une fois, dans le Psautier français entre autres. Philipp Nicolai a utilisé cet effet dans son autre chant fameux : "Wachet auf, ruft uns die Stimme ", de la même année 1599.

Usage du chant :

Le chant s'emploie à l'Epiphanie et au 1er dimanche, et de nouveau à la Transfiguration. Le texte de Vallotton permet de mettre en valeur les différentes nuances signalées plus haut.

 

COMMENTAIRE A « BRILLANTE ETOILE DU MATIN » Texte 2

Le texte

Il est de L.Roehrich, 1866. On le trouve, pour la première fois semble-t-il, dans le Recueil des Eglises Réformées de 1895. Il compte 4 strophes, dans lesquelles Roehrich résume les 7 strophes de Philipp Nicolaï.

Ce dernier a construit tout son chant sur l’évocation de « cette lumineuse étoile du matin », dont la source biblique est dans Apocalypse 22/16 et ss : « 16 Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. 17 Et l’Esprit et l’épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. » Nicolaï emploie cette titulature dès la première strophe : « …Schön leuchtet der Morgenstern - Belle brille l’étoile du matin, … Du Davids Sohn aus Jakobs Stamm - toi, fils de David, du tronc de Jacob. » De même, il reprend l’image de l’épouse et du Christ, l’époux. Dans la dernière strophe, l’allusion à l’Apocalypse et au retour du Christ est évidente : « Dass mein Schatz ist das A und O,… bleib nicht lange : Deiner wart ich mit Verlangen – que mon trésor est l’A(lpha) et l’O(méga), … ne tarde pas longtemps : je t’attends avec désir ! »

Roehrich ne traduit que peu la cascade d’images émerveillées de l’original. En revanche, il en développe la théologie dans les strophes 2 et 3, en employant Philippiens 2, l’abaissement du Christ. Pour cela, il faut se reporter au chant de Pierre Vallotton : « Superbe étoile du matin ».

Tel quel, le chant est bon et bien construit : il développe les images lumineuses de « l’étoile du matin » dans la première strophe, et les reconduit par le refrain identique répété (Philipp Nicolaï a composé un refrain différent pour chaque strophe, qui sont des merveilles poétiques.) En sorte que cet émerveillement, qui est la ligne centrale du chant, est maintenu de bout en bout. Les strophes 2 et 3 développent l’abaissement de ce Christ glorieux, sa kénose selon l’expression grecque. La 4e strophe est une formule de consécration au Christ par la foi. Le mouvement d’abaissement est donc encadré par : une strophe sur le Christ, qui est le début objectif du mouvement, et une strophe sur le croyant, qui est l’achèvement subjectif de ce mouvement, qui s’échappe vers l’avenir à travers le refrain.

Le texte de Pierre Valloton : « Superbe étoile du matin :

Le chant de Roehrich n’est pas une traduction de l’original, mais il en reprend le mouvement. Pour une traduction de qualité, il faut se reporter au chant de Pierre Valloton : « Superbe étoile du matin », qui se trouve sur ce site sous ce nom. Les commentaires en rapport avec ce chant peuvent éclairer celui de Roehrich.

Les révisions de NCTC-ARC et Alléluia 2005 :

Dans NCTC et ARC, le texte de Roehrich avait été écarté et remplacé par « Oh ! quel éclat sur nos matins », de Louis Lévrier. Ce texte élimine d’emblée l’image biblique de l’étoile du matin d’Apocalypse 22/16, qui est le centre de ce chant, et le vide ainsi de son sens. Beaucoup de corrections inutiles et plates enlèvent l’essentiel de l’intérêt du chant. Entre autres, la troisième strophe parle de la Sainte Cène, qui rien à voir ici. Le refrain réoriente ce chant de l’Epiphanie vers Noël, en introduisant la paille de la crèche et l’étable. On retrouve ici une des confusions courantes dans le domaine français entre Noël et l’Epiphanie. Roehrich, en reprenant de façon raccourcie le chant de Nicolaï, n’avait pas commis cette confusion : il reste bien dans l’Epiphanie. Alléluia 2005 reprend ce texte médiocre.

Or le texte de Roehrich est facile à rectifier en en respectant l’expression et l’intention.

La mélodie

Elle est de Philipp Nicolaï lui-même, et montre, dans l’original, une étroite relation entre le mouvement du texte et la mélodie. Roehrich a bien senti cela, et on peut dire que chez lui texte et mélodie ont une relation harmonieuse. La mélodie monte en 2 lignes et descend en une, dans un mouvement ferme et ample, formant une belle courbe qui se répète. Le refrain change de rythme et introduit des accélérations et des effets d’écho, qui contrastent avec la première partie. Ces effets d’écho, courants au 16e Siècle, se retrouvent dans « Wachet auf », du même Nicolaï, et dans les Psaumes huguenots. Il faut respecter l’alternance des blanches et des noires, qui donne un chant très vivant. Surtout, ne pas traîner, comme on l’a fait parfois : pour obtenir un chant solennel, on a obtenu un chant pompeux, sinon pompier. Ne pas non plus employer la mélodie égalisée en noires, qu’on trouve encore, par exemple dans « O Père qui es dans les cieux », NCTC 236, Alléluia 2005 23/02. Cette forme aplatit le texte et lui enlève son envol.

Emploi du chant

Il est le chant de la fête pour l’Epiphanie, au 6 janvier. Comme la plupart des paroisses ne célèbrent pas cette fête à sa date, mais combinée avec le 1er dimanche après l’Epiphanie, on le chante ce dimanche-là, comme chant de semaine. Le chant est repris au dernier dimanche après l’Epiphanie, à la Transfiguration, fête marquée par l’image du Christ lumineux.


COMMENTAIRE A « O DIEU, NOUS CHANTONS TES MERVEILLES », Texte 7

Le texte

Il est dérivé de la strophe finale du cantique de Noël : « Alléluia, gloire et louange », de Henri Lutteroth. Dans LP 106, le texte a été réduit à 3 strophes. Le chant compte à l’origine 6 strophes, la nôtre est la 6ème . Le texte intégral est dans les « Chants chrétiens » de Lutteroth, de 1834 *.

Le chant « O Dieu, nous chantons tes merveilles » est conçu comme strophe de sortie pour un culte de Missions, en particulier dans le temps de l’Epiphanie, vu sa dépendance de Noël. Il peut aussi servir comme strophe introductive à l’intercession.

La mélodie

Celle du texte de Lutteroth est de J.G.Weller 1766-1826. Elle a un caractère léger, approprié à Noël. Pour la fonction de la strophe unique destinée aux Missions, il vaut mieux prendre celle de « Ich lobe dich von ganzer Seelen », chant qui vise l’Eglise, l’évangélisation et la Mission. De plus, elle a du corps, et son élan énergique met bien le texte en valeur.

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

702045
Aujourd'huiAujourd'hui869
HierHier968
Cette semaineCette semaine4974
Ce moisCe mois19080
Tous les joursTous les jours702045