Chers collègues,

Recevez mes cordiales salutations.

J’ai pensé que pour préparer la Réforme 2017 et le Jubilé, il vous serait utile de pouvoir chanter des cantiques de Martin Luther, conformes aux textes originaux du Réformateur, et non selon les traductions très éloignées des chants originaux qu’on trouve dans les livres de cantiques français actuels. Je vous transmets ici le texte de la conférence que j’ai eu l’honneur de tenir à Paris, Dans l’église de Billettes, lors du « Protestants en fête » de 2013. J’ajoute une notice biographique de Lutherqui peut vous être utile.

 

Une partie des textes français des chants de Luther figure sur mon site Internet www.chants-protestants.com , rubrique Chants, Chants d’auteurs, chants de Martin Luther. Vous souhaitant une belle préparation du Jubilé de la Réforme, je vous salue fraternellement en Christ.

 

Yves Kéler 

 

LES CHANTS DE MARTIN LUTHER

 

LA REFORME DE LA MESSE

 

LES ANNEES 1523-1526

 

        Dans les années 1523 à 1526, soit durant 4 années, Luther se préoccupe de réformer les différents cultes de l’Eglise, et en particulier la messe dominicale. Celle-ci se tenait en latin, avec quelques chants allemands pour le peuple.

 

        3 textes importants vont paraître sur la liturgie et l’ordre du culte :

 

1523 : Von Gottisdienst, du service divin (le mot « Gottesdienst », qui signifie culte apparaît

           ici)

1524 : Formula Missae Wittenbergensis, Formulaire de la Messe à Wittenberg, qui donne

           l’ordre de la messe romaine, expurgé du sacrifice. Les répons liturgiques latins sont 

           indiqués. 

1526 : Deudsche Messe, la Messe allemande, qui donne en gros le même ordre, mais en

           allemand, avec les premiers répons allemands et les premiers chants pour l’assemblée

 

        Et pour les cantiques : un paquet de 24 chants en 1524

 

        Ce chiffre est important : 24 cantiques sur un total de 34, soit 70% des cantiques de Luther.

 

        Ces 24 cantiques sont imprimés en trois étapes dans l’année 1524, dans trois livres :

 

1. Etliche christliche Lieder, quelques chants chrétiens, à Wittenberg. Ce livres est appelé 

        « Achtliederbuch – Livre de 8 chants », parce qu’il n’en comptait que 8, dont 4 de Luther  

2. Enchiridion = Ein Handbüchlein, Manuel (qu’on tient en mains), avec 25 chants, dont 14  

        de Luther; imprimé à Erfurt.

3. Geistiche Gesangbüchlein, petit livre de cantiques spirituel, de Wittenberg, avec 37 chants

        dont 24 de Luther.

 

        Le terme de « Gesangbuch – Livre de cantiques apparaît pour la 1ère fois. Luther est le créateur du Livre de cantiques. C’est lui qui prend l’initiative de ces impressions. Il y fait paraître ses chants, mais associés à ceux d’autres auteurs, parce qu’il travaille pour toute l’Eglise avec les autres poètes et musiciens de l’Eglise, et pas pour lui seul.

 

(différence entre Livre de cantiques luthérien 16e S. , et Recueil de cantiques réformé 19e S. ::

Livre de cantiques est un recueil très construit, évolutif et englobant tout, cantiques et liturgies, dès le départ, pour chanter, au culte et à la maison. On ne cesse d’ajouter des chants. Certains livres auront jusqu’à 800 ou 1000 chants. « Recueil de cantiques » contient l’idée de collection : on réunit, on recueille, au début du 19e siècle, dans un livre les chants qu’on va employer. D’abord les restes du Psautier français, 75 Psaumes au mieux, et divers cantiques qu’on ajoute. Ce type de recueil aura un contenu plus ou moins hétéroclite, comme on peut le voir encore aujourd’hui avec les recueils réformés français.)

 

        Dans cette année 1524, paraissent donc les 3 plus anciens livres de cantiques du monde. Le 1er Psautier de Calvin, imprimé à Strasbourg, date de 1539, soit 15 ans plus tard.

        Le plan de base du Livre de cantiques luthérien, en 3 parties, est donné : I. l’année de l’Eglise ; II. L’Eglise, la Parole et les sacrements ; III. La vie chrétienne.

 

 

A.   LES CHANTS DE 1524 :   détail des 24 chants

 

 

I.  L’année de l’Eglise : 10 chants

 

Avent   :  Nun komm, der Heiden Heiland    Viens, rédempteur des païens,       latin    chanter

Noël     :  Christum wir sollen loben schon,  Du point où le soleil renaît            latin

                Gelobet seist du, Jesu Christ,        Loué sois-tu, Seigneur Jésus          alld ancien

1er Noël : Mit Fried und Freud ich fahr dahin,  Je pars en paix, je vais à Dieu   alld

Epiph.  :  Was füchst du, Feind Herodes, sehr Pourquoi, Hérode, crains-tu tant   latin

Pâques :  Christ lag un Todes Banden           Le Christ reposait dans la mort      alld

                Jesu Christus unser Heiland          Jésus-Christ, Sauveur du monde    alld    chanter

Pentec. :  Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist  Viens, Créateur Dieu,

                    (Veni Creator Spiritus)                                     Saint-Esprit             latin

                Komm, Heiliger Geist, Herre Gott Viens, Saint-Esprit, Seigneur Dieu  alld ancien

                Nun bitten wir den Heiligen Geist  Nous t’invoquons, Seigneur          alld ancien

                                                                                              Saint-Esprit                       chanter

 

II.  Eglise, Parole et Sacrement :  11 chants

 

Eglise  :   Ach Gott, vom Himmel sieh darein Regarde, ô Dieu, du haut

                   (Ps 12 :   combat)                                                  des cieux              alld

                Es woll uns Gott genädig sein        Dieu nous bénisse dans sa grâce   alld

                   (Ps 67 :   sortie du culte)

                Wär Gott nicht mit uns diese Zeit  Si Dieu n’avait pas été là               alld

                   (Ps 124 : combat)

                Es spricht der Unweisen Mund wohl La bouche des insensés dit        alld

                   (Ps 14 :   combat)

Credo :    Wir glauben all an einen Gott        Nous croyons tous

                                                                                          en un seul Dieu           alld ancien

Prière :     Gott der Vater wohn uns bei          Dieu le Père, assiste-nous             alld

Cène   :    Gott sei gelobet und gebenedeiet   Gloire et louange au Dieu

                                                                                          secourable                   alld

                Jesus Christus, unser Heiland         Jésus- Christ, notre saint

                                                                                          Sauveur                       latin

Prépa-     Dies sind die heilgen zehn Gebot    Voici les dix commandements      alld

ration :    Mensch willst du leben seliglich      Si tu veux vivre saintement          alld

Mariage : Wohl dem, der in Gottes Fucht steht  Heureux qui vit en

                    (Ps 128 : mariage                                          craignant Dieu             alld

 

III.  Vie de l’Eglise :  3 chants

 

Justi-        Nun freut euch, lieben Christen gmein Mes frères, louez le

fication :                                                                                  Seigneur               alld

Mort,     : Aus tiefer Not schrei ich zu dir       Des lieux profonds je crie à toi    alld

Enterret : Mitten wir in Leben sind                 Au milieu de notre vie                 latin 

 

1ère conclusion

 

a.      Luther reprend la tradition antérieure        

 

        6 de ces chants sont traduits du latin

 

         Veni Redemptor gentium   Avent       Ambroise     4e S.

         A solis ortus cardine I        Noël         Aurelius Prudentius Clemens  4e – 5e S.

                                          II       Epiphanie        «             «               «           « 

         Veni Creator Spiritus         Pentecôte  Rhaban Maur                            809

         Jesus Christus nstra salus  Jan Hus                                                     1400

         Media in morte sumus       Salzburg, Bâle                                          14e S.

 

 

        4 proviennent de chants allemands antérieurs en une seule strophe

      14 sont des compositions propres de Luther

 

        4 sont des développements en trois strophes de strophes uniques allemandes

 

         Komm, Heiliger Geist, Herre Gott                                        Bavière 1480

         Nun bitten wir den Heiligen Geist                                   Ratisbonne 1272

         Wir glauben all an einen Gott                                                Breslau 1417

         Gott der Vater wohn uns bei                                                                15e S.

 

        Ce qui fait un total de 10 cantiques sur 34

 

b.      Il compose un groupe de 7 Psaumes pour le culte

 

         Ach Gott vom Himmel sieh darein               Ps 12           combat

         Es woll uns Gott genädig sein                       Ps 63           sortie du culte

         Wär Gott nicht mit uns diese Zeit                 Ps 124         entrée du culte

         Wohl dem, der in Gottes Furcht steht           Ps 128         mariage

         Es spricht der Unweisen Mund wohl            Ps 14           combat

         Aus tiefer Not                                                Ps 130         consolation, mort

 

c.      Il ajoute aux chants latins de Noël et de Pentecôte des chants allemands pour faire

         deux cycles entiers

 

         Luther a traduit A solis ortus cardine sous le nom de Christum wir sollen loben schon =

                                  Du point où le soleil renaît.

            Il ajoute : Gelobet seist du Jesu Christ – Loué sois-tu, Seigneuer Jésus

                            Mit Fried und Freud ich fahr dahin – Je pars en paix, je vais à Dieu

         Tous deux pris dans Luc 2

 

        Luther a traduit Veni Creator Spiritus – Viens, Créateur Dieu, Saibnt-Esprit ;

            Il ajoute Komm, Heiliger Geist, Herre Gott – Viens, Saint-Esprit, Seigneuir Dieu

                           Nun bitten wir den Heiligen Geist – Nous t’invoquons, Seigneur Sain-Esprit

 

2e conclusion

 

a.    Le travail de Luther est programmatique : il veut fournir des chants pour chaque partie du culte et de la vie chrétienne. Son oeuvre n’est pas née d’une inspiration personnelle et individuelle, mais d’une volonté « technique » de réformer le culte dans son ordre et dans son contenu, en particulier par des chants permettant à l’assemblée de participer. C’est le retour à l’Eglise du peuple, et le rejet de celle des clercs. Fini de lire la messe et de l ‘écouter : le culte est celui du peuple, l’officiant préside l’office des fidèles, pas le sien.

 

b.     Ce travail va s’appuyer sur l’écrit. Luther emploie la nouvelle technique de son temps, l’imprimerie, et il fait imprimer ses chants, parce que les fidèles ne peuvent pas apprendre tous ces textes par cœur. Il crée ainsi un « matériel pour le culte », que les gens auront en mains : le recueil de cantiques.

 

        Luther crée ainsi les 3 piliers de l’Eglise nouvelle :

           1.  la Bible : NT en 1521, Bible complète en 1534

           2.  le Livre de cantiques, qui va refléter toute la vie cultuelle et aussi familiale de la

                communauté

           3.  le catéchisme : le Grand catéchisme en latin et le Petit catéchisme en allemand

                paraîtront tous les deux en 1529

 

En l’espace de 6 ans, de 1524 à 1530, date de la Confession d’Augsbourg, ces trois piliers seront en place. Calvin fera la même chose : Bible, par Olivétan, son cousin, Psautier par Marot et Bèze, catéchisme par lui-même.

 

b.    Le but de tout ce travail colossal est la réforme de l’Eglise : réforme doctrinale, liturgique, catéchétique et diaconale

 

        Luther n’attend pas la convocation d’un éventuel Concile. Celui-ci n’aura lieu qu’en 1545, avec le Concile de Trente, un an avant la mort de Luther en 1546 (le Concile de Trente s’étirera sur 18 ans, de 1545 à 1563, en trois périodes de 5 + 2 + 2 = 9 totalisant 9 années.) Toute l’œuvre de Luther est donc en place avec toutes ses bases à sa mort. En fait dès 1530 dans les grandes lignes : il suffira de le compléter, ce que fera la génération suivante.

 

 

B.  LES CHANTS D’APRES 1524

 

 

     1.  LES LITURGIES

     2.  LES CANTIQUES RESTANTS

 

 

1. LES LITURGIES

 

 

 

 

        Dans ses 3 écrits de 1523,1524 et 1526 sur le culte, Luther parle de la liturgie et des pièces du culte, en particulier des répons liturgiques.

 

        Par exemple le « Kyrie » : en 1525, en latin, il dit qu’on le chante 9 fois, c’est-à-dire : « Kyrie eleison, Christe eleison, Kyrie eleison », qui fait 3 membres, chanté 3 fois, ce qui donne 9. Mais en 1526, dans la Messe allemande, il dit de ne le chanter que 3 fois. C’est la forme qu’il adoptera : « Seigneur aie pitié de nous, Christ, aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous », qu’il achève par un Amen, création de lui. (Chanter, en français.)

 

        De fait, il y a deux types de chants ou de répons liturgiques :

 

a.     Ceux que Luther reprend du latin et traduit très soigneusement :

 

        5 de 1526 à 1529, sur 4 ans

        2 en 1537 et 1538, sur trois ans

 

        Te Deum                      Herr Gott, dich loben wie, Herr Gott dich preisen wir,

                                                  sur la mélodie latine simplifiée, 1529

        Kyrie                            Herre Gott, erbarme dich, dont nous venons de parler, 1526

        Gloria in excelsis         All Ehr und Lob soll Gottes sein – Gloire et louange soient à

                                                  Dieu, 1537

        Credo de Nicée            Ich glaube an den einen Gott, den Vater den Allmächtigen

                                                  Je crois en un unique Dieu, Le Père, qui est tout-puissant, 1538

        Kyrie eleison, exaudi nos   la litanie latine corrigée, en 1528

        Kyrie eleison, erhöre uns   la litanie allemande, en 1526

        Agnus Dei                    Christe, du Lamm Gottes = Christ, Agneau de Dieu, 1528

                                                  que nous connaissons par nos cultes : il faut le chanter 3 fois,

                                                  avec l’Amen final, création de Martin Luther

        Da pacem, Domine       Verleih uns Frieden gnädiglich - Accorde-nous la paix, Seigneur,

                                                  pour la sortie du culte et le culte du soir 1528

 

b.     Celui que Luther compose à neuf, en allemand :  1  en 1526  

 

        Sanctus                         Jesaja, dem Propheten, das geschah, 1526  (chanter en français)

 

        Ce qui fait un total de 9 pièces liturgiques

 

        Le « Gloria Patri » des Psaumes = Gloire soit au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit » existait déjà, traduit par d’autres. Luther n’y a rien changé.

 

 

2. LES CANTIQUES RESTANTS

 

        Luther a complété méthodiquement les rubriques et les thèmes de 1524, de 1535 à 1543, sur 9 ans, après la période où il a mis au point la liturgie du culte. Ce groupe de chants totalise 10 titres, portant le total des cantiques de Luther à 34. Avec les 9 pièces liturgiques, on atteint le total de 43 chants. 2 de ces chants sont traduits du latin, les 8 autres sont des compositions le Luther en allemand.

 

 

I. L’année de l’Eglise :  4 chants

 

Noël    :   Vom Himmel hoch da komm ich her – Je viens à vous du haut des cieux  alld 1543

                Vom Himmel kam der Engelschar -  Du ciel les anges sont venus             alld 1543

                Christum wir sollen loben schon – Du poinr où le soleil renaît             du latin 1524

                Was fürchst, Feind Herodes, sehr ? – Pourquoi, Hérode, crains-tu tant ?   du latin 1543

 

II. L’Eglise, la Parole et les Sacrements :  6 chants

 

Notre P. : Vater unser im Himmelreich – Dieu notre Père dans les cieux                   alld  1539

Prière     : Erhalt uns, Herr, bei deunem Wort – Par ta parole, Dieu sauveur               alld  1543

Bapt.      : Christ, unser Herr, zum Jordan kam – Christ le Seigneur vint au Jourdain alld  1543

Soir, Trinité : Der du bist drei in Einigkeit – Toi qui es un dans l’unité                      alld  1533

Psaumes : Ein feste Burg ist unser Gott – C’est un rempart que notre Dieu                alld  1529

                 Es spricht der Unweisen Mund wohl – La bouche des insensés dit            alld  1539

 

III.  La vie chrétienne :  1 chant

 

Obsèques : Mitten wir im Leben sind – Au milieu de notre vie                            du   latin 1540

 

        Après 1543, Martin Luther ne compose plus. Il lui reste 3 ans à vivre. Il devient malade, souffre d’hydropisie, grossit et se déplace mal. Il décède le 18 février 1546, à Eisleben, où il était né 63 ans plus tôt, au retour d’une visite d’inspection de paroisses et d’écoles.

 

 

La poétique et la musique de Luther

 

        Une très grande exactitude dans l’expression, grande concision aussi : la moitié des mots sont des monosyllabes ; quelques fautes d’accent typiques d’une poétique sortant du latin et qui invente une poésie allemande nouvelle.

 

        Une grande fidélité aux textes anciens : traductions très exactes depuis le latin, à la fois pour le texte et pour la théologie.

 

        Reprise de l’hymne antique : quatrain de 8 syllabes. Il y en a 13 dans les cantiques de Luther, soit le tiers de ses cantiques. Le reste est fait surtout d’hexamètres et d’octomètres.

 

        Création du chant d’assemblée à plusieurs strophes : les plus courts ont 3 strophes, le plus long en a 15.

        

 

3e conclusion

 

1.  Luther a accompli son œuvre hymnologique en trois grandes étapes :

 

1. en 1523-1524    =   2 ans   :   les 24 chants premiers

2. de 1528 à 1538  =  10 ans :   les   8 pièces liturgiques de base

                                                    +   1 le Gloria in exc. en 1539

3. de 1533 à 1543  =  10 ans :   les 10 chants restants

         au total              22 années    43 chants           

 

2.  Son œuvre est programmatique : il s’agit de donner à l’Eglise des chants pour les grandes fêtes, pour les temps de l’année et pour les différentes situations de la vie de l’Eglise.  occasions .

 

 

Une description détaillée de l’œuvre de Luther, avec ses 43 chants liturgique et strophiques se trouve dans mon livre : 

Martin Luther

QUARANTE-TROIS CHANTS

Guides Hymnologiques

Collection dirigée par Edith Weber

Beauchesne,Paris2013,

 

Complété par le tiré à part des chants avec leurs mélodie,

établies par Danielle Guerrier-Koegler, sous le titre

 

Martin Luther

QUARANTE-TROIS CHANTS

Harmonisés à quatrevoix

Pour orgue etchoeur

Guides Musicologiques

Collection dirigée par Edith Weber

Beauchesne Paris,  2017

 

 

 

 

 

Complément au document précédent :

 

BIOGRAPHIE  DE MARTIN LUTHER

 

 

Jeunesse et famille

 

        Né à Eisleben, Saxe, le 10 novembre 1483, veille de la St Martin, d’où son prénom ;

        Mort à Eisleben, en 1546, au retour d’une visitation.

 

Parents : Hans Luther : petits agriculteurs et mineurs d’argent, ont acquis une certaine aisance, Hans Luther étant devenu conseiller municipal.

 

Ancêtres : fonctionnaires impériaux, dont l’un, Fabian, fut nommé en 1411 « Hof- und Pfalzgraf – comte de la cour et du palais », fonction importante, auprès de l’empereur Sigismond. Celui-ci a accordé en 1415 un sauf-conduit à Jean Hus et Thomas de Prague pour se défendre au Concile de Constance. Mais il les abandonna à leurs ennemis qui les firent brûler.

 

Etudes

 

        Etudes allemandes à Mansfeld, latines à Magdeburg

1501 Université d’Erfurt, pour les humanités et le droit       

1505 (22 ans) entre au couvent des Augustins d’Erfurt

1507 (24 ans) ordonné prêtre

1508 (25 ans) envoyé à Wittenberg, où il entame le professorat à la nouvelle Université et 

                       auprès des moines : de là une connaissance approfondie de la Bible

        Il dit lui-même qu’il a été un bon moine.

        Là il a appris la liturgie de la messe et des heures, ce qui lui valut une forte connaissance de la messe, des Psaumes et des grandes hymnes latines.

        Il a aussi acquis une expérience pastorale auprès des paroissiens de l’église paroissiale de Wittenberg,, dans laquelle il prêchait avec succès.

 

1ère PHASE : 1517 – 1522 : la réforme de l’Eglise

 

1517 : le scandale des Indulgences  

 

        L’archevêque de Mayence fait vendre des indulgences, pour financer le 3e évêché qu’il convoite, et pour financer la construction de l’église St Pierre à Rome (par Michel-Ange), que lui impose le pape.

        Luther affiche les 95 thèses à Wittenberg, lesquelles feront le tour de l’Allemagne en 3 semaines. Le 31.10.1517 est le début de la Réforme.

        Luther est attaqué par les uns, soutenu par les autres. L’Allemagne se divise en deux pour 500 ans ! Le pape l’attaque violemment à cause de l’église St Pierre.

 

        1520 : Bulle « Exsurge Domine – dresse-toi, Seigneur », menaçant Luther

                                d’excommunication. Celui-ci brûle la Bulle en public.

1520 : année fertile : les 3 grands écrits réformateurs :

                                  A la noblesse allemande

                                  De la Captivité babylonienne de l’Eglise

                                  De la liberté du chrétien.

1521 Le pape excommunie Luther.

         Diète de Worms, avec sauf-conduit de Charles-Quint.

         « Je ne me rétracterai pas. Agir contre la conscience n’est ni sûr, ni salutaire. Que Dieu me vienne en aide. » Révolutionnaire : faire appel à la conscience.

         Luther est mis au ban de l’Empire par Charles Quint.

         Au retour de Worms, il est enlevé par le duc de Saxe et caché à la Wartburg, pour 10 mois. Il traduit du grec d’Erasme et de la Vulgate le Nouveau Testament.

1522 Il descend de la Wartburg à cause des iconoclastes. Il défend les images, de valeur pédagogique, « um des Volks willen - à cause du peuple. »

 

2e PHASE : 1522 - 1529 : l’organisation de l’Eglise nouvelle

 

La réforme du culte et de la messe

1523 Formula missae

1524 3 livres de cantiques, dont le dernier avec 24 chants de lui

1524 les 150 Psaumes

1526 Deudsche Messe

 

1525 Guerre des paysans et mariage avec Catherine de Bora

         Visitations

1529 les 2 catéchismes

 

3e PHASE : 1530 – 1541 les débuts de la Contre-Réforme

 

1530  Confession d’Augsbourg (Luther absent : excommunié et banni)

          Ligue de Smalkade : politique et militaire, mais aussi doctrinale

1533  Edition du Cantique de Klug

          Poursuite de l’organisation de l’Eglise nouvelle, visitations

 

4e PHASE : séparation d’avec Rome 1542-546

 

Luther ordonne un évêque

Il écrit deux livres contre la papauté

1545 édtion du Gesangbuch –Livre de cantiques » de Bapst

Concile de Trente en 1545-1563 : les protestants refusent d’y aller

1540 Création de l’ordre des Jésuites, qui vont triompher au Concile

Contre-Réforme très active

Décès :  Eisleben 1546, au retour d’une visitation

 

 

 

 

 

 

Chant de Luther ne figurant pas dans

 

Martin Luther

QUARANTE-TROIS CHANTS

 

 

 

DAME MUSIQUE Frau Musica

 

DAME MUSIQUE

Frau Musica

 

Martin Luther

 

Mélodie :

 

1. De route les joies sur terre ,

Aucune autre ne s’avère

Que celle qui vient quand je chante

Quelque douceur qui m’enchante

 

2. Point donc de mauvais esprit :

    Où chantent des amis ,

    S’envont colère, dispute, envie ,

    Les deuils, les maux, les soucis.

 

3. Avarice et dure douleur

    Partent avec tout leur malheur ;

    Chacun est bien libre de  penser

    Que la joie n’est pas un péché.

 

4. Ce qui plait bien plus à Dieu

    Que toute joie sous les cieux.

    Détruite est l’œuvre de Satan,

    Et condamné son faux- semblant

 

5. David, le roi, l’a démontré

    Par Saül qu’il a empêché

    Par son de harpe, souple et doux,

    De tomber dans le meurtre fou.

 

6. Elle ouvre à la parole et vérité

    Le cœur bien calme et préparé,

    Chose qu’Elisée découvrit,

    Quand parla harpe il découvrit l’Esprit.

   

                                   *

 

1. Le plus beau temps de l’an, c’est mai :

    Tous les oiseaux, joyeux et gais,

    Emplissent d’un air harmonieux

    La terre entière sous les cieux.

 

2. Premier de tous, le rossignol   

    Nous réjouit par son envol,

    Son chant si doux, pétri d’amour :

    Il faut l’en louer chaque jour.

   

3. Et bien plus Dieu, le Créateur,

    Qui est son Père et son Seigneur ;

    Pour la musique il l’a créé

    Avec sa voix, pour nous charmer.

 

4. Pour Dieu ses trilles et ses sauts,

    Ses gammes, le matin très tôt.

    C’est lui aussi que veut louer

    Mon chant jusqu’en l’éternité.

 

 

1. Vor allen Freuden auf Erden

Kann niemand keine feiner werden,

Denn die ich geb mit meinem Singen

Und mit manchem süßen Klingen.

 

2. Hier kann nicht sein ein böser Mut,

Wo da singen Gesellen gut,

Hier bleibt kein Zorn, Zank, Haß noch Neid,

Weichen muß alles Herzeleid;

 

3. Geiz, Sorg und was sonst hart an Leid,

Fährt hin mit aller Traurigkeit.

Auch ist ein jeder des wohl frei,

Daß solche Freud kein Sünde sei,

 

4. Sondern auch Gott viel bass gefällt

Denn alle Freud der ganzen Welt.

Dem Teufel sie sein Werk zerstört

Und verhindert viel böser Mörd.

 

5 . Das zeugt Davids, des Königs Tat,

Der dem Saul oft gewehret hat

Mit gutem, süßem Harfenspiel,

Daß er in großen Mord nicht fiel.

 

6. Zum göttlichen Wort und Wahrheit

Macht sie das Herz still und bereit.

Solchs hat Elisäus bekannt,

Da er den Geist durchs Harfen fand.

 

                       *

 

7. Die beste Zeit im Jahr ist Mai‘n,

Da singen alle Vögelein,

Himmel und Erden ist der voll,

Viel gut Gesang da lautet wohl.

 

8. Voran die liebe Nachtigall

Macht alles fröhlich überall

Mit ihrem lieblichen Gesang,

Des muß sie haben immer Dank,

 

9. Viel mehr der liebe Herregott,

Der sie also geschaffen hat,

Zu sein die rechte Sängerin,

Der Musik eine Meisterin.

 

10. Dem singt und springt sie Tag und Nacht,

Seines Lobs sie nichts müde macht,

Den ehrt und lobt auch mein Gesang

 

 

         Texte        Frau Musica

                          Vorrede auf alle gute Gesangbücher

                          Martin Luther Wittenberg 1538

                          fr. : Yves Kéler  Bischwiller

 

         Mélodie    Aucune au départ

                          prendre une mélodie d’hymne en IV 8.8/8.8

                          Comme « Vom Himmel hoch da komm ich her

                          Ou: Die beste Zeit im Jahr ist mein 

                          Böhmische Brüder 1544

                          Strasbourg 1572 EG 319

 

Le texte

 

 

„Vorrede auf alle gute Gesangbücher"

Die „Vorrede auf alle gute Gesangbücher" unter dem Titel „Frau Musika" verfasste Martin Luther für Johann Walthers Büchlein „Lob und Preis der löblichen Kunst Musica", das 1538 in Wittenberg erschienen ist. Das Gedicht zeugt von Luthers Leidenschaft und Hochachtung für die Musik.

 

 Préface

 

La « Préface à tous les bons livres de cantiques a été composée par Martin Luther sous le Titre « Dame Musique », pour le petit libre de Johannn Walter « Louange et honneur de la louable musique, paru en 1538 à Wittenberg.

 

Le texte allemand

 

        Str. 1 :  L’incipit prête à confusion. Si on lit « ist mein », on comprend : « le meilleur temps de l’an est mien », ce qui ne veut pas dire grand-chose. Or c’est sous cette forme qu’on trouve le plus souvent le chant.

 

        Il faut écrire « Main », ou même « Mai’n », comme le font certains, c’est-à-dire « de mai », ce qui fait de « Main » un génitif de « Mai.» Ce génitif s’écrira comme au temps de Luther « Maien » ou abrévié en une syllabe : « Main », comme c’est le cas ici à cause du nombre de syllabes. Le sens est alors : « Le meilleur temps de l’an est mai », le mois de mai. Il s’agit d’un Mailied, un chant de mai, comme on en trouve dans toute l’Europe à l’époque.

       

        La raison de cette hésitation graphique, qui induit en erreur, est que du temps de Luther, l’orthographe, en particulier pour les diphtongues, n’était pas méthodiquement fixée pour certains mots. C’est ainsi que l’adjectif et le pronom « Mein - mien » pouvait s’écrire indifféremment « Meyn » ou « Mein », ou encore « Mayn » ou « Main. » Et ceci dans le même texte.

 

        Str. 2, 3 et 4/a : L’illustration de ce beau temps de mai est le rossignol, qui chante et saute si admirablement pour Dieu. Luther dit « Da singen alle Vögelein – Là chantent tous les petits oiseaux », mais il n’en cite qu’un, le rossignol. Dieu a fait de celui-ci le maître de musique, « Der Musik Meisterin », devant lequel les autres s’inclinent.

 

        Str. 4/b : Dans la strophe finale, il passe à l’adoration de Dieu par l’homme, ce qui est le but final de cette contemplation de l’oiseau.

 

La mélodie

 

        Le texte ne comportait pas de mélodie, puisqu’il était une introduction en vers par Luther au livre de Johann Walter « Lob und Preis der löblischen Kunst Musica » de 1538 (voir plus bas.) Ces introductions en vers étaient courantes du 16e au 18e siècle. Le chant n’a été pourvu d’une mélodie que bien plus tard, entre autres de celle des Frères moraves de 1544. Encore comptait-il plus comme chant populaire que comme chant d’Eglise. Dans les recueils de cantiques, il figurait généralement dans le supplément pour les jeunes. EG Evangelisches Gesangbuch 1995, N° 319, le place pour la première fois dans le « Stammteil – Tronc commun », dans l’intention d’en faire un chant pour le culte, ce qui est nouveau.

 

        Plusieurs mélodies sont signalées, dont « Wenn wir in höchsten Nöten sein », Strasbourg 1545, Johann Baptista Serranus 1567, Wittenberg 1567, RA 452 et 68, EG 366. Celle donnée par EG 319 vient des « Böhmische Brüder 1544 – Frères moraves », reprise à Strasbourg en 1577. Cette mélodie est peu connue.

 

       Pour chanter le chant, qui est en IV 8.8, 8.8, il faut prendre une mélodie de la même coupe. Le choix est large, puisque RA 1952 donne 33 mélodies de cette coupe.

 

        La mélodie facile à mettre en œuvre est :

        « Vom Himmel hoch da komm ich her »   RA 40

 

        On peut aussi employer :

        « Christe, du bist der helle Tag »               RA 247

        « Die helle Sonn leucht jetzt herfür »        RA 228

 

 

 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

702036
Aujourd'huiAujourd'hui860
HierHier968
Cette semaineCette semaine4965
Ce moisCe mois19071
Tous les joursTous les jours702036