Courrier des lecteurs au MESSAGER 2010
 

« IL EST DESCENDU AUX ENFERS »

 

        L’article de Mr Rémi Gounelle est très intéressant et nous apprend beaucoup sur l’arrière-plan d’une telle déclaration. Précisons que les "enfers", où le Christ est dit être descendu, sont les lieux « inférieurs », sous la terre, où les anciens situaient le « séjour, ou royaume, des morts », terme qui a été repris dans le texte allemand du Credo : « Niedergefahren in das Reich der Toten ».

 
       L’article fait remarquer que la descente du Christ aux enfers n’est pas une affirmation essentielle et nécessaire. En effet, le Credo de Nicée-Constantinople de 381, qui développe l’Apostolique des années 150, laisse la phrase et se contente de dire : « Il a souffert sous Ponce-Pilate, il a été crucifié et a été enseveli.» Le terme de « il est mort » a aussi disparu, et pourtant le Christ est mort, puisqu’il est dit qu’il est ressuscité.

 
       La question est plutôt : pourquoi, vers 150 à Rome probablement, cette phrase a-t-elle été dans le placée Credo Apostolique ? On a voulu insister sur la mort réelle du Christ et combattre l’hérésie « docétiste » (du grec dokei, il semble, apparemment), affirmant qu’il n’était mort qu’en apparence. Les uns disaient : à la mort du Christ, son âme divine avait quitté le corps. Seul est mort un homme, enveloppe charnelle du Verbe incarné, mais pas le dieu en Christ. D’autres affirmaient : il a été remplacé à la dernière minute par un autre condamné, et libéré secrètement. De là cette légende que Barrabas, dont le nom signifie « fils de Dieu », a été substitué au Christ. D’où cette instance un peu lourde : « Il a souffert sous Ponce-Pilate, il a été crucifié, il est mort, il est descendu aux enfers. » Seuls les vrais morts descendent aux enfers, le séjour des morts.
 

        La confession de foi contient d’autres formulations qui ne sont pas nécessaires, par exemple le titre de « Vierge » Marie. Que Marie soit vierge n’est dit que dans les deux protévangiles (récits placés en avant de l’évangile) de Matthieu et Luc, et ignoré par le reste du Nouveau Testament. Par là on voulait affirmer que le Christ est Fils « unique » de Dieu. Mais la virginité de Marie n’est pas nécessaire au salut. En revanche la foi en la mort et la résurrection du Christ le sont.

 
        Cela nous amène à dire : pour rendre claires ces choses aux chrétiens, il faut prêcher sur la Confession de foi, au moins une fois par an. Anciennement, existaient 6 dimanches de catéchisme dans l’année, dont le premier, aux Rameaux, était consacré au Credo. Pourquoi ne pas rétablir ces dimanches catéchétiques, en leur affectant des dates nouvelles ?

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

613568
Aujourd'huiAujourd'hui639
HierHier1198
Cette semaineCette semaine639
Ce moisCe mois19588
Tous les joursTous les jours613568