« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

L’ARBRE DE L’EPIPHANIE
 

La fête et ses 6 dimanches

        Le temps de l’Epiphanie comporte la fête de l’Epiphanie au 6 janvier et 6 dimanches quand il est complet. La fête et les dimanches suivants sont marqués par des récits d’évangile qui donnent à chacun leur thème :

Epiphanie :            la gloire du Seigneur
                              3 évangiles :   les mages d’Orient
                                                         Matthieu 2/1-12
                                                     le baptême du Christ
                                                         Matthieu 3/13-17
                                                     les noces de Cana
                                                         Jean 2/1-11

1er  Epiphanie :     le baptême du Christ
                                                     Matthieu 3/13-17

2e Epiphanie :       le Maître de la joie
                                                     les noces de Cana
                                                     Jean 2/1-11

3e Epiphanie :        le Sauveur des païens
                                                     la guérison du serviteur
                                                     du centenier romain
                                                     Matthieu 8/ 5-13

4e Epiphanie :        le Maître de la nature
                                                     la tempête apaisée
                                                     Marc 4/35-41

5e Epiphanie :        le Maître de l’histoire
                                                     l’ivraie et le bon grain
                                                     Matthieu 13/24-30

6e Epiphanie :        la Transfiguration              
                                                     Matthieu 17/ 1-9


Représentation des thèmes de ces dimanches

        Les deux temps précédents du cycle de Noël, l’Avent et Noël, ont été représentés par leurs symboles, respectivement la couronne de l’Avent et l’arbre de Noël. La couronne va du 1er de l’Avent au 24/12, Noël commençant au soir de ce jour. L’arbre est dressé le 24, avant la fête de Noël du soir, et il est enlevé le 5 janvier, veille de l’Epiphanie.

        L’Epiphanie prend le relais par le moyen de l’arbre de l’Epiphanie.

        Celui-ci est constitué d’une hampe centrale, qui fait tronc, d’environ 2 mètres de haut, placée dans un pied (Le pied de l’arbre de Noël fait parfaitement l’affaire.) au haut de laquelle est placée l’étoile des mages. Sur le tronc, prévoir des crochets en équerre vissés dans le bois, pour que les panneaux tiennent bien. Dans les panneaux, de préférence en contreplaqué, on ménagera un trou en haut pour la suspension.

        L’étoile peut avoir 4 branches, ou 5 ou 6. Quatre signifierait les 4 points cardinaux, les mages représentant les 4 « vents » de la terre d’où ils viennent. Cinq serait celle des mages mêmes, se distinguant de l’étoile du messie, parce que celle des mages est un « astre nouveau » qui guide les mages, à ne pas confondre avec celle du messie, qui a 6 branches et dont l’éclat doit rappeler celui du soleil, Jésus étant le « Soleil de justice. » L’étoile du messie serait aussi « l’étoile du matin » se levant à l’Est, dont le nom apparaît comme un titre du Christ dans l’Apocalypse. L’une des significations de l’étoile de David à six pointes serait d’être celle du Messie à venir. En revanche, « l’étoile du matin » est un des surnoms de la planète Vénus, appelée aussi « l’étoile du berger. »

        A cette hampe on suspend les tableaux, au nombre de 7, en commençant par le bas, de taille décroissante en s élevant, de façon à simuler un arbre. Les tableaux peuvent prendre la forme d’une double branche de sapin :

                                                                          .
                                                                     .        .
                                                              .       dessin         .
                                                     . .                   .                  . .
                                                           . .    . .            . .   . .

        Pour chaque dimanche, on réalise un panneau-branche, avec le dessin correspondant à l’évangile du jour :

                                                                       L’étoile
                       

                                                                   Tranfiguration

                                                                  L’ivraie et le bon
                                                                         grain 

                                                               La tempête apaisée

                                                            La guérison du serviteur

                                                        Les noces au village de Cana

                                                     Le baptême du Christ au Jourdain

                                                    L'adoration des mages à Bethléem

                                                                       SOCLE


Installation des panneaux pendant le culte

        A l’Epiphanie on accroche l’image des mages, même si on lit les trois évangiles cités plus haut. Chaque dimanche, on ajoute le prochain tableau. Les années complètes, tous les panneaux- branches seront accrochés, les années incomplètes, on sautera du dernier dimanche célébré, par exemple le 3e, au 6e et dernier, celui-ci étant célébré chaque année.

        Si la fête de l’Epiphanie ne tombe pas sur un dimanche, ce qui est le cas le plus fréquent, on célèbre la fête et le 1er dimanche ensemble, sur ce dimanche. Dans ce cas, on lira les deux évangiles des mages et du baptême, et on placera les deux tableaux qui les représentent. Les noces de Cana seront placées au 2e dimanche.

        Les panneaux sont accrochés après la lecture de l’évangile, par des enfants, qui ont montré au préalable le panneau à l’assemblée, en se plaçant à l’entrée du chœur, ou en descendant dans l’allée centrale.
   
        Cet évangile peut aussi être mimé, pendant la lecture du texte. Il faudra que le lecteur respecte le temps nécessaire aux mimes pour se déplacer et faire les gestes. Le mime peut être fait de façon spontanée, avec les indications données à mesure par le lecteur. Il faut bien entendu que celui-ci prépare bien chez lui les mouvements et la synchronisation avec le texte, pour que les mimes comprennent immédiatement ce qu’ils ont à faire et que le déroulement soit harmonieux. 
 
        Un chant graduel, si possible en rapport avec le thème, peut être chanté après l’accrochage des panneaux.

Réalisation de l’arbre et de ses panneaux

 
        Celle-ci est une excellente occupation d’une école biblique ou d’un club d’enfants. Il faut s’y prendre largement à temps, pour réaliser les panneaux-branches, dont il faut peindre le fond et le laisser sécher, puis bien préparer les dessins et les peindre bien visiblement. Cela prendra plusieurs séances. On peut très bien lancer cette activité dans le temps de l’Epiphanie, et installer au culte ce qu’on aura réalisé, quitte à avoir un décalage la première année. Si le travail est bien fait, l’arbre sera permanent et pourra être employé chaque année. Prévoir un endroit pour ranger les morceaux à l’abri, dans des enveloppes en carton.

Visiteurs en ligne

920556
Aujourd'huiAujourd'hui888
HierHier1363
Cette semaineCette semaine4995
Ce moisCe mois17516
Tous les joursTous les jours920556