« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

St THOMAS D'AQUIN

HYMNES DE LA MESSE

 

         Commntaire commun à tous les chants de St Thomas d'Aquin

                                                         sur ce site                                                   

 

Saint Thomas d'Aquin et ses chants

        St Tomas d'Aquin, 1225-1275, est un des plus grands théologiens de la chrétienté. Disciple d'Albert le grand, qui était un génie universel, Thomas devint un des grands professeurs de la Sorbonne de Paris. Il a écrit de nombreux livres, dont le plus connu est la Somme Théologique.

        En tant que dominicain, de l'Ordre des Prêcheurs né de la lutte contre les Albigeois, il fut aussi engagé dans la vie de l'Eglise et dans la piété de son temps. Cela l'a amené à composer des chants. En particulier pour la messe, qui sont devenus des classiques de la liturgie catholique romaine.

        Parmi ceux-ci, il faut citer :

   1.    Adoro te, latens Deitas            
                  Je t'adore, Déité (= nature divine) cachée
   2.    Factus cibus viatorum      
                  Devenu la nourriture des pèlerins
   3.    Lauda Sion, Redemptorem
                  Loue, Sion, le Redempteur
   4.    Pange, lingua, gloriosi corporis mysterium 
                  Chante, ô langue, le mystère du corps glorieux
   5.    Supernum Verbum prodiens a Patre
                  Verbe d'en haut venu du Père
   6.    Tantum ergo sacramentum     
                  Si grand est le sacrement
                             associé au Pange, lingua

        Sont traduits sur ce site, sous le nom suivant :

   1. Adoro te :       
                 Je te bénis, Jésus ! Ma vie est pleine     
   2. Pange, lingua     
                 Ma langue, chante Jésus-Christ  str 1-4
   6. Tantum sacramentum
                 Si grand donc est ce sacrement     str 5+6 du précédent
   5. Supernum Verbum  
                 Verbe éternel venu des cieux  ( dans ABD 539 )

         Ce dernier chant a été traduit en allemand par Rudolf Alexander Schroeder, en 1932-34, sous le nom de " Das Wort geht von dem Vater aus ", RA 291, EG 223.

 

Théologie des chants de St Thomas d'Aquin

        De ses textes se dégagent trois sources, qui s'expriment dans un mouvement dynamique et précis, formulé dans une poétique excellente. 1° la source biblique, 2° la source dogmatique, dominée par la transsubstantiation, 3° la source de la piété personnelle et du peuple de l'Eglise. Les thèmes bibliques et ceux de la piété ne posent pas problème aux protestants. Au contraire, les formulations de Thomas sont différentes des expressions habituelles des protestants, surtout français, et apportent des idées et des images nouvelles.

        En revanche, la transsubstantiation matérielle n'est pas acceptée par les Réformateurs. Luther soutient la consubstantiation, Calvin la représentation. Thomas d'Aquin va dans le sens de la présentation, c'est-à-dire que dans le pain et le vin sont présentés matériellement, physiquement et réellement le corps et le sang du Christ. Pour Luther, le corps et le sang du Christ ne prennent pas la place du pain, ils s'y associe. Pour Calvin, le corps et le sang du Christ sont présents réellement dans la Cène, spirituellement, mais pas nécessairement rattachés au pain et au vin. Ces nuances ne sont pas que subtiles. Elles sont décisives. Entre es catholiques romains et les protestants, la différence est insurmontable : pour les catholiques, pain et corps, et et sang s'identifient, pour les protestants ils restent côte à côte et différents. du

Le patrimoine du protestantisme

        Les chants de St Thomas sont donc reçus par les protestants, pour leur source biblique et leur source de piété, mais pas pour leur dogmatique quant à la transsubstantiation. C'est dans cet esprit que ces traductions sont établies. R.A. Schroeder fit de même pour sa traduction du " Verbum Supernum prodiens ". Les chants de St Thomas d'Aquin font de cette façon partie du patrimoine du protestantisme.

 

                Commentaire particulier à chaque chant de St Thomas

                                                            sur ce site 

                          Commentaire particulier au " Adoro te devote "

                                    Je te bénis, Jésus! Ma vie est pleine

Le texte

        Le texte est un cantique de St Thomas d'Aquin, " Adoro te devote, latens Deitas - Le t'adore avec foi, divinité cachée", destiné à la messe et plus particulièrement à l'adoration du Saint-Sacrement.

        Le texte latin est composé de 4 vers de, dont 2 de 12 syllabes et deux de 11 syllabes, soit selon la structure : IV 12-12, 11-11. La structure la plus proche dans les chants protestants est celle du Ps8, de Clément Marot 1542, laquelle est IV 11f-11f, 10-10. La mélodie est de Loys Bourgeois, 1542 également. Bénédict Pictet a utilisé cette structure et cette mélodie pour le Magnificat, lui donnant une connotation d'action de grâces.

        L'aspect de l'adoration du sacrement, proprement catholique romaine, disparaît dans la traduction proposée, et est remplacé par l'action de grâces. C'est pourquoi j'ai établi le rapprochement avec le Magnificat, qui est une action de grâces pour les dons de Dieu, ce qu'est aussi l'Adoro te. Le chant de Marie rappelle l'incarnation du Christ, laquelle est rappelée dans la Cène. Le climat général des deux chants a des similitudes.

La mélodie

        J'ai donc aussi choisi la mélodie de Loys Bourgeois, employée pour le Magnificat, pour exprimer la reconnaissance du croyant. Elle se développe puissamment et soutient bien ce texte solide et ample.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

919311
Aujourd'huiAujourd'hui1006
HierHier1409
Cette semaineCette semaine3750
Ce moisCe mois16271
Tous les joursTous les jours919311