« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

                         LES     « TE  DEUM »     PROTESTANTS

                     (  Yves Kéler, 67240 Bischwiller, 1.10.2003 )

 

A.       LE  « TE DEUM » :

           Le Te deum a joué un rôle important dans le culte protestant, autant en France qu'en Allemagne, et ceci chez les réformés en France et les huguenots émigrés, comme chez les luthériens allemands et français. Les formes françaises les plus anciennes sont réformées : Bénédict Pictet 1705, les formes allemandes les plus anciennes sont luthériennes : Martin Luther 1529 et Olearius 1665.

          En français, nous trouvons actuellement quatre textes :

1. « Grand Dieu, nous te louons », Bénédict Pictet, 1705, sur mélodie Ps 89 courte. Ce texte faisait partie des suppléments de cantiques figurant après les 150 psaumes dans les Psautiers français du 18e Siècle, cantiques destinés aux quatre grandes fêtes réformées : Noël, Pâques, Pentecôte, 1er dimanche de septembre et aux Saintes Cènes y afférentes. De cette série de 14 cantiques de base ( dans certains psautiers elle est étedue jusqu'à 56 chants ), tous sur des mélodies de Psaumes, ont seuls survécu » Esprit Saint, notre Créateur » et «  Grand Dieu, nous te louons », le Te Deum, tous les deux de Pictet 1705. Ce qui montre l'implantation profonde du Te Deum dans la piété réformée.

2.  « Remplis d'amour et de reconnaissance /  Tout pénétrés de ta grandeur immense » : Dit  «Te Deum de Montbéliard », venant de Cantiques Spirituels 1841, recueil lutérien, avec  mélodie de Kuhn. Le Psautier de Berlin 1762 donne la mélodie du Ps 8=Magnificat.
 
3.  « Grand Dieu, nous te bénissons »,  traduction française du recueil Empaytaz 1817,
de l'original allemand « Grosser Gott, wir loben dich » 1771, de Ignaz Franz, un prêtre  catholique silésien, sur une mélodie de Lüneburg 1668-Vienne 1776 (RA 525- EG 331)  

4.  « Béni soit le Seigneur, mon Créateur, mon Père »,   traduction du chant de Olearius « Gelobet sei der Herr » 1665, en 5 strophes, dans Cantiques Spirituels 1758, sur la mélodie « Nun danket alle Gott », de Matin Rinckart 1636, remaniée par Crüger en 1647.

        Les textes donnés actuellement par NCTC et ARC sont tous mutilés :

        Celui de Pictet ( NCTC 251=ARC 244) n'a plus que 3 strophes sur 14, celui dit « de Montbéliard » (  NCTC 264=ARC245 ) plus que 5 sur 13,  en désordre,  celui d'Olearius,   (NCTC 260=ARC 249)  plus que 3 sur 5, mal révisées, et le « Grand Dieu, nous te bénissons » (NCTC 252=ARC 243) plus que 4 sur 10. Dans cette forme, ces chants n'ont guère d'intérêt et sont devenus de plats et faibles « chants de louange ».

         Il me paraît important que ces quatre textes soient rétablis correctement, vu leur importance dans le chant de l'Eglise,

1. dans leur texte intégral, avec les corrections nécessaires pour les expressions vieillies,

2.  et qu'ils soient présentés avec indication de leurs parties et dans une forme antiphonée, se référant à l'original, parce que cette manière de chanter, prévue par les anciens déjà, est celle qui permet de rendre des textes aussi vastes assimilables et compréhensibles à l'assemblée.
          
            Les groupes de strophes donnés dans chaque partie peuvent constituer chacun un cantique entier, que l'assemblée peut chanter d'un trait. Si on veut chanter deux parties, ou le tout, éventuellement en plusieurs fois, on peut faire chanter en faisant alterner deux parties de l'assemblée, ou l'assemblée et le chœur. Cette disposition permet de laisser les textes dans leur forme intégrale, au pasteur de faire le choix qui lui paraît judicieux, de donner à la chorale une matière plus étendue si elle chante seule. Et de sortir de la dictature, qui n'a aucune justification sérieuse, qu'on ne peut chanter que quelques strophes et que de ce fait il faut raccourcir les textes, idée qui a conduit d'étape en étape à la situation de n'avoir que des restes, partiellement dénaturés, de ces chants..
 
                  Je vais présenter successivement ces quatre textes, en donnant d'abord l'original latin et la traduction allemande de Luther, qui sont les deux références de base, et en comparant les traductions ultérieures strophes par strophes.

     Le texte latin :  Te Deum Laudamus, te Deum confitemur 
                            est donné d'après LàD, Louange à Dieu,
                            livre de cantiques du Diocèse catholique d
                            e Strasbourg, 1975, N° 94, p 175. 

     Le texte allemand :  Herr Gott, dich loben wir
                            est donné d'après RA Recueil d'Alsace-
                            Lorraine  1 rot, liturgie, avec la mélodie
                            grégorienne classique.

 

B :   LES DEUX GRANDS ORIGINAUX PROTESTANTS

1.      LE TEXTE LATIN   :              Te Deum laudamus
                                                  
I         1.   Te Deum Laudamus, Te Deum confitemur
    *   Te aeternum Patrem omnis terra veneratur.

           2.   Tibi omnes angeli, tibi coeli et universae potestates,
    *   Tibi Cherubim et Seraphim incessabili voce proclamant :

           3.    Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth,
                 *   Pleni sunt coeli et terra majestatis tuae.

II         4.   Te gloriosus apostolorum chorus,
                  *   Te prophetarum laudabilis numerus,

            5.   Te martyrum candidatus laudat exercitus,
                  *   Te per orbem terrarum sancta confitetur Ecclesia

            6.   Patrem immensae majestatis,
                  *   Venerandum tuum verum, et unicum Filium,

            7a   Sanctum quoque Paraclitum Spiritum.

III        7b   *  Tu Rex gloriae, Christe,

            8.   Tu Patris es sempiternus Filius,
                  *    Tu ad liberandum suscepturus hominem,
                        non horruisti Virginis uterum.

            9.   Tu devicto mortis aculeo, aperuisti credentibus
                         regna coelorum,
                  *    Tu ad dexteram Dei sedes, in gloria Patris.

         10a    Judex crederis esse venturus.  

IV      10b   *   Te ergo quaesumus, tuis famulis subveni, 
         11.    Aeterna fac cum sanctis tuis in gloria numerari,
                  *  Salvum fac populum tuum , Domine,
                      et benedic heredati tuae.

         12.   Et rege eos, et extolle illos usque in aeternum.
                 *   Per singulos dies , benedicimus te,

          13.   Et laudamus nomen tuum in saeculum,
                      et in sacula saeculi.
                 *   Dignare , Domine, die isto sine peccato
                      nos custodire.

          14.   Miserere nostri, Domine, miserere nostri.
                  *  Fiat misericordia tua , Domine, super nos
                      quemadmodum speravimus in te.

V               In te, Domine, speravi : non confundar in aeternum.   
     
                 ( Ps 30/2 Vulg = 31/2 H )

 

2.        LE TEXTE ALLEMAND de Luther, avec la  mélodie grégorienne :              

                                        ( à compléter )

3.    Table comparative des strophes traduites par les différents traducteurs :

       allemands : Martin Luther, Olearius, Ignaz Franz
       français :    Bénédict Pictet, Empaytaz, Cantiques spirituels Strasbourg

Latin     Luther      Pictet    « Montb.»   Ign. Franz   Empayt.   Olearius  Cant Spir    
3e S      1529       1705        1841            1771     1817         1665     1758

I     Créat  1           1               1                1                  1                  1                1                1
      Anges 2           2               2                2                  2                  3                4a              4a             
      Sanct. 3           3               3                3                  3                  3                5a              5a          

II    Apô    4           4               4              ) 4               ) 4                ) 4                  4b              4b
       Mart.  5a         5a           ) 5              )                  )                   )                     5b              5b              
       Eglis  5b         5b           )                 )                  )  5               ) 5
      P+Fils 6           6             )                 ) 5               )                   )                 
      St Esp 7a         7a            ) 6              )                     6               )                     3                3                    

III  Christ 7b        7b           )                 )                  )  7               ) 6                   2                2                    
      Incarn 8          8                7                6               )                   )  
      Mort   9           9               8                7                )                   )  
      Juge   10a      10a             9                8                   8               )                      

IV  Prière 10b      10b           10               9                   9               ) 7
      Sauve  11        11             11           ) 10                10               )                
      Régis   12        12             12           )                   ) 11                 8   
      Garde 13        13           ) 13           ) 11              ) 
     Aie pit 14         14           )                  12              ) 12                 9                  
 
V  Ps 30/2 Vul   Ps 31/2 H    14             13              )              
                                                                                               10 Doxologie

                                  
4.     ORIGINE ET STRUCTURE DU TE DEUM:

          Le Te Deum est une composition en grec, attribuée à l'évêque Niketas de Remesiana, en Asie Mineure ( 366-414 ). La traduction latine, et même la composition du texte original, fut longtemps attribuée à Ambroise de Milan ( 333-397 ), ( LP 68, dans la table, dit : « Te Deum attribué à St Ambroise 334-397 »). Il semble que ce soit erroné, mais qu'Ambroise a popularisé ce chant en Occident.

          Le texte latin, devenu l'original pour les traductions ultérieures en langues occidentales, compte 14 strophes de 2 lignes alternant sur le mode psalmique, suivies d'une prière de conclusion tirée du Ps 31/2 H et citée directement de la Vulgate Ps 30/2 : « In te, Domine, speravi * Non confundar in aeternum » ( En toi, Seigneur, j'espère, * Que je ne sois pas confondu pour l'éternité ).

          La structure du chant rappelle la liturgie de la Sainte Cène, telle que nous la connaissons par le formulaire eucharistique de St Hippolyte (250), et celui de Cyrille de Jérusalem (350). On sent aussi des parentés avec le Gloria Laudamus, du 5e Siècle, et le Credo de Nicée-Constantinople (321-381), tous ces textes étant nés à la même époque et dans le même contexte.   En effet :

          Les 2 premières strophes correspondent à la préface et à la formule de transition : « les anges et les puissances célestes », qui conduit au Sanctus de la strophe 3, cité, non de la  Vulgate en Esaïe 6, mais de la liturgie. Les strophes 4 et 5 prolongent les thèmes de la préface, et s'achèvent sur une 6e strophe trinitaire, rappelant les formules du Credo de Nicée. 

          Les strophes 7 à 10a, glorifiant le Fils,  rappellent la partie mobile de la préface : « par Jésus-Christ, ton Fils, qui... ».

         Les strophes 10b à 12 rappellent la suite de la prière eucharistique, la prière d'humble accès et le Benedicamus.

 

C.   LES  QUATRE  TEXTES  FRANÇAIS

1.    GRAND DIEU, NOUS TE LOUONS

                   Bénédict Pictet 1705, mélodie du Ps 89 courte. Texte d'après un Psautier du Locle, fin 18e Siècle, identique à celui que donne «  Psaumes et cantiques », « approuvés par les pasteurs et professeurs de Genève », à Basle 1744. Pictet a traduit en 14 strophes de 4 vers, en respectant la structure latine qui a aussi 14 doubles lignes. Ses strophes, avec quelques enjambements dus aux problème de rimes et de calibrage du texte, suivent exactement le latin. Sa répartition des pauses suit la répartition des parties du latin ( voir table de la page 4 ).

         Texte original de Pictet                                              Corrections proposées par Kéler
                                                                                             ( les corrections sont soulignées )
                                                                                             ( voir texte complet en annexe 1 )
  
                                     A. Louange de Dieu, le Créateur

1. Grand Dieu, nous te louons, nous t'adorons Seigneur,   I+II Grand Dieu, ...
    Et nous voulons chanter un hymne à ton honneur.                 Et nous voulons ...
    Eternel, l'univers te craint et te révère                                    L'univers tout entier ...
    Comme son Créateur, son Monarque et son Père.                  Créateur, son Souverain, son 
                                                                                                                        /  dans les cieux,
2. Les trônes les vertus, les esprits bienheureux,                 I      Les t., les pouvoirs, les esprits                     
    Qui sont les spectateurs de tes faits merveilleux,                    Qui sont...
    Le chœur des Séraphins, des Chérubins, des anges,        II     Le chœur...
    Sans se lasser jamais, célèbrent tes louanges.                          Sans se lasser...

3. «  Saint, Saint, Saint, disent-ils, dans leurs sacrés concerts,    I+II  ... dans leur puissant c.
    Est le Dieu des armées, le Roi de l'univers.                                     Est le Dieu...
    Ta gloire et ta grandeur remplissent tout le monde,                        ... sont partout dans le m.
    Tout marque ton pouvoir, le ciel, la terre et l'onde.                       Ta splendeur brille au ciel,
                                                                                                            sur la terre et sur l'onde.
                       Pause I    :    B.  Louange de  Dieu, le Sauveur

4. Tous prêchent ta puissance et ta fidélité,                          I    Tous chantent
    Ta sagesse infinie et ta grande bonté :                                    Ta sagesse
    Tes apôtres, tes saints, tes martyrs, tes prophètes,           II    Tes apôtres,
    Tes ministres sacrés, tes divins interprètes.                            Ton peuple et ses pasteurs, 
                                                                                                     tes chantres, tes poètes.

5. L'Eglise qui combat, répandue en tous lieux,                   I     L'Eglise        
    Et celle qui déjà triomphe dans les cieux,                            Et celle      / Jésus, ton image,
    A toi, Père éternel, à ta parfaite image,                            II Vers toi, Père éternel, vers
    Ton Fils, ton bien-aimé, tous viennent rendre hommage.   D'un cœur et d'une voix
                                                                                                      font monter leur hommage.
                                                                                                    
6. Tous célèbrent ton nom, ô notre Rédempteur,         I+II  ..., Dieu, notre Rédempteur
    Tous louent ton Esprit, notre Consolateur.                       Tous glorifient l'Esprit, ...
    O Jésus, roi de gloire, unique Fils du Père,                        Et Jésus, roi de gloire, unique
    Tu t'es fait notre Epoux, notre Chef, notre Frère.            Qui devint serviteur, qui s'est              
                                                                                                          fait notre Frère.

                        Pause II     :     C.  Louange du Christ, le Rédempteur        

                                                                                                                        / du Dieu éternel,
7. Pour nous faire jouir d'un bonheur éternel,                 I   O Seigneur Jésus-Christ, Fils
    Tu n'as point refusé de prendre un corps mortel,            Tu n'as pas...
    Et tu t'es incarné pour sauver tout le monde,              II  ... pour sauver notre terre
    Dans l'humble et chaste sein d'une Vierge féconde.         ... corps d'une Vierge exem-
                                                                                                                                           plaire.

8. Tu t'es anéanti, toi, puissant Roi des rois,                        I   Tu t'es anéanti ...
    Jusqu'à souffrir la mort sur un infâme bois ;                      ... sur le bois de la croix.
    Mais brisant l'aiguillon de cette mort cruelle,                 II  Mais, brisant...
    Toi seul nous as acquis une gloire immortelle.                      Tu as acquis pour nous ...

9. Toi seul nous as ouvert le royaume des cieux,              I+II              inchangé
    Où tu règnes, Seigneur, assis dans ces hauts lieux,                                 «
    Sur un trône éclatant, à la droite du Père,                                               «
    Toujours environné des anges de lumière.                                               «

                        Pause III   :      D.  Prière au Christ, Roi et  Sauveur

10.  C'est toi qui dois un jour ressusciter nos corps,        I   C'est toi ...
       Et tu viendras juger les vivants et les morts :                 Et tu ...     / grande clémence,
       A tes chers serviteurs subviens par ta clémence ;     II   Secours tes serviteurs, dans
                                                                                                          ta grande clémence,
       Déploie en leur faveur ton bras et ta puissance.           Déploie pour nous, Seigneur, 
                                                                                                  ton bras et ta puissance.

11.  Tu les as rachetés par ton sang précieux ;            I+II    Tu nous as rachetés...                 
       De tous leurs ennemis rends-les victorieux.                   ... nos ennemis rends-nous v.
       Sauve ton peuple, ô Dieu, bénis ton héritage,                 Sauve..., ô Christ,
       Que ta gloire et ton ciel soient un jour leur partage.       Que ta ...son partage.

12.  Seigneur, par ton Esprit, conduis tes chers enfants,   I   ... conduis tous tes enfants
       Et répands sur eux tous tes bienfaits en tout temps.       Et répands sur chacun...
       Nous voulons désormais employer notre vie,            II  Nous voulons...
       A louer hautement ta grandeur infinie.                           A louer...

13.  Garde-nous de pécher contre toi, dans ce jour :         I   Garde-nous...
       Embrase tous nos cœurs du feu de ton amour ;               Embrase notre cœur du f....
       Exauce-nous, pardonne, Eternel, fais-nous grâce ;    II  Exauce-nous, ...
       Dans nos pressants besoins tourne sur nous ta face.       En réponse à nos cris, tourne
                                                                                                     vers  nous ta face

14.  Nous n'espérons, ô Dieu, qu'en ta grande bonté ;   I+II Nous n'espérons, ...
       Toi seul peux nous aider dans notre adversité,               ds nos difficultés.   
       Rendre nos jours heureux, et notre âme contente ;        De toi nous attendons secours
                                                                                                          dans la tourmente,
       Nous ne serons jamais confus dans notre attente.          Tu ne décevras pas, Seigneur,
                                                                                                          notre humble attente.

 2.      REMPLIS D'AMOUR ET DE RECONNAISSANCE
         ( Titre ancien : Tout pénétrés de ta grandeur immense )
          appelé auyssi : Te Deum de Montbéliard
          Berlin 1766, Cantiques Spirituels Strasbourg 1841

             Ce texte anonyme est signalé par LP comme ayant  paru dans « Cantiques spirituels » 1841 Strasbourg, recueil luthérien. Il est placé sur une mélodie de Kuhn. Ce texte est appelé aussi « Te Deum de Montbéliard », en tout cas dans certains livres publiés en France : il apparaît sous ce titre dans le « Recueil de Cantiques des Eglises évangéliques de France », Paris-Montbéliard-Strasbourg, 1923, qui est un recueil luthérien, au n° 2.

            Mais on le trouve déjà dans un Psautier de Berlin en 1762 :  « Les Psaumes / de David / en vers / Nouvelle édition : avec privilège / Compagnie du Consistoire /  et de l'Ecole de charité / à Berlin / MDCCLXII, imprimé chez Chrétien Maurice VOGEL ». Le texte, sans indication d'auteur, donne 15 strophes : en plus des 14 habituelles, à la 4e est intercalé le texte suivant : «  C'est le Dieu fort, aux combats il préside. / De leur succès sa volonté décide. : Rien ne résiste à son pouvoir divin, / il n'eût (sic) jamais ni limites, ni fin. ». Cette strophe est-elle prévue pour les liturgies de l'armée prussienne, dont les Français formaient le Régiment  des Gendarmes ? La mélodie est le Ps 8 ou Magnificat, dans la tradition réformée, et non celle de Kuhn, qui nous est familière. Que ce texte apparaisse ainsi à Berlin, n'exclut pas qu'il peut provenir de Montbéliard, qui était resté wurtembergeois jusqu'en 1801.
     
            Le texte suit également le latin, moins directement que Pictet, et répartit le chant  en 12 strophes, plus une treizième, qui forme une prière de bénédiction finale.

            Texte original 1841                                                    Correction proposées par Kéler
                                                                                                ( voir texte complet en annexe 2 )

                             A.  Louange de Dieu, le Créateur                       

1. Tout pénétrés de ta grandeur immense,        I   Nous rendons gloire à ta grandeur immense,
    Remplis d'amour et de reconnaissance,            Nous t'acclamons, pleins de reconnaissance,
    Nous te louons, souverain Roi des rois,       II  Nous te louons, souverain Roi des rois,
    Nous t'adorons du cœur et de la voix.              Nous t'adorons du cœur et de la voix.

2. Le monde entier, ton merveilleux ouvrage            I                    inchangé
    Le monde entier te rend un humble hommage,                                «
    La mer les cieux, sans se lasser jamais,                II                         «
    Chantent ta gloire, annoncent tes hauts faits.                                   «

                                                                                                         Inchangé, ou :
3. Les chérubins, les séraphins, les anges,         I+II  Les chérubins,...
    Font résonner leurs divines louanges,                    Font résonner...
    Et, de concert, dans leur chant solennel,                En proclamant dans leur chant solennel :
    Saint, disent-ils, Saint, Saint est l'Eternel !            « Saint, Saint, Saint le Seigneur, Dieu,                        
                                                                                                                                    l'Eternel ».
                            B.   Louange de Dieu, le Sauveur

4. Tout ce qui germe et tout ce qui respire,               I                    inchangé
    Tout est soumis aux lois de ton empire,                                           « 
    Ton nom est grand, on l'adore en tous lieux,       II                          «
    Il remplit seul et la terre et les cieux.                                                «

5. A toi grand Dieu la gloire et la puissance,    I + II  A toi grand Dieu, ...            
    L'honneur, l'empire et la magnificence ;                L'honneur, ...
    A ton cher Fils, notre doux Rédempteur,                A Jésus-Christ, notre seul Rédempteur,
    A l'Esprit saint, notre consolateur.                         A l'Esprit Saint, ...

                             C.  Louange du Christ, le Rédempteur

6. O Jésus-Christ, ô monarque adorable,                 I    O Jésus-Christ, Seigneur incomparable,
    Qui voulus bien te faire à nous semblable,               Tu as voulu nous devenir semblable :  
    Qui, dans le sein d'une Vierge porté,                 II    L'humble Marie dans son sein t'a porté,
    Pour nous sauver pris notre humanité.                      Dans son corps tu pris notre humanité.

7. Dieu, Fils de Dieu, qu'en tous lieux on révère,   I    Dieu, Fils de Dieu, que l'univers révère,
    Qui dans les cieux règnes avec ton Père,                  Qui règnes dans les cieux avec ton Père,
    Toi, grand Sauveur, qui, pour briser nos fers,    II    Toi, saint Sauveur, tu as brisé nos fers,
    Vainquis la mort, désarmas les enfers ;                     Vaincu la mort, désarmé les enfers.

 8. Environné de gloire et de lumière,                I+II    Quand tu viendras juger la terre entière,
    Quand tu viendras juger la terre entière,                  Environné de gloire et de lumière,
    Sois-nous propice alors par tes bontés,                     Accorde-nous ta grâce et ta bonté,
    A nous, Seigneur, par ton sang rachetés.                  Car en ton sang tu nous as rachetés.

                              D.  Prière au Christ, Roi et Sauveur
                                                                                                                                       / visage :
9. Tourne, grand Dieu, tourne ton doux visage,    I   Tourne, ô Jésus, vers nous ton doux  
    Sur ton cher peuple : il est ton héritage.                 Nous sommes ton peuple et ton héritage.
    Puisque ton sang a lavé ses forfaits                  II   Puisque ton sang a lavé nos péchés,      
    Avec tes saints rends-le heureux à jamais.            Avec tes saints prends-nous dans ta clarté.
 
10. Daigne toujours nous garder, nous défendre    I   Protège-nous, et garde-nous de craindre
     De tant de maux qui pourraient nous surprendre. L'ardeur du mal qui pourrait ns atteindre.
     Sois notre guide et conduis tous nos pas,         II  Sois notre guide et conduis tous nos pas,
     Et fais, Seigneur, qu'ils ne s'égarent pas.             Et fais, Seigneur, qu'ils ne s'égarent pas.

11. De nos péchés détourne ta justice ;                  I   De nos péchés détourne ta justice,    
      Pardonne-nous et vois d'un œil propice               Pardonne-nous, garde-nous d'injustice.
      Les affligés qui, dans leurs maux pressants,   II  Viens sauver l'affligé du mal pressant,
      Jettent vers toi des regards languissants.              Prends pitié de son regard suppliant.

12. C'est en toi seul, en ta seule clémence,      I+II   C'est en toi seul, en ta seule clémence,     
      Que nous fondons toute notre espérance :           Que nous plaçons toute notre espérance.
      L'homme, Seigneur, qui sur toi fondera              L'homme, Seigneur, qui sur toi fondera                          
      Tout son espoir, jamais ne périra.                        Tout son espoir, jamais ne périra.                          

                                      E.  Prière de bénédiction

13. O Roi des rois, ô majesté suprême,            I+II   O Roi des rois, ô majesté divine, 
      De qui les rois tiennent leur diadème,                 Que devant toi toute grandeur s'incline.
      Sur tes enfants veille du haut des cieux,              Sur tes enfants veille du haut des cieux,
      Bénis ton peuple et rends ses jours heureux.       Bénis ton peuple et rends ses jours       
                                                                                                                                     heureux.

                  Remarque : Ce texte peut être chanté sur deux mélodies, celle de Kuhn, qui nous est habituelle, et celle du Ps 8 = Magnificat. Cela permet de varier, soit d'un dimanche à un autre, soit à l'intérieur du même culte, si on emploie plusieurs parties du chant.

3.     GRAND  DIEU      NOUS  TE  BENISSONS

                   alld :   Ignaz Franz, 1771,  Grosser Gott, wir loben dich, en 12 strophes
                   frs:      Recueil Empaytaz 1817, auteur ?  anonyme ?  Lutteroth ?

     
            Sources : 

        «  Recueil Empaytaz », 1817 : je n'ai pas réussi à trouver le recueil Empaytaz- "Chants chrétiens », édité par Lutteroth, 1ère éd : 1834, n° 29, éd de 1864 donne 10 strophes : il manque  la traduction de 2 strophes latines sur le Christ, une avant et une après  la strophe 4 : « Tu vins, innocent Agneau ». Empaytaz a  fondu les 3  strophes sur le Christ en une seule, accentuant la tendance de Ignaz Franz qui fond en 2 strophes les 4 sur le Christ de l'original latin. ( à vérifier dans Empaytaz ).

        « Psaumes et Cantiques » 1859, Eglises Réformées, page 196, se réfère à « Chants Chrétiens » édité par Lutteroth, n° 29, mais ne donne plus que 7 strophes.

        «  Louange et Prière » reprend les 10 strophes de « Chants Chrétiens », et inverse les termes  de la 5e strophe, mettant l'Eglise triomphante  avant la combattante.

    Remarque : il faudrait supprimer la répétition des deux vers de la fin, qui alourdit cette mélodie un tantinet pompier, et qu'il faut chanter allègrement si on emploie plusieurs strophes.

                          Texte rétabli en 10 strophes, avec corrections proposées par Kéler
                                                                                 ( les corrections sont soulignées )
                                                                                 ( voir texte complet en annexe 3 )

                                                 A.  Louange de Dieu, le Créateur

 

 

Visiteurs en ligne

919315
Aujourd'huiAujourd'hui1010
HierHier1409
Cette semaineCette semaine3754
Ce moisCe mois16275
Tous les joursTous les jours919315