PIECE, PIECE, TU VOYAGES Thaler, Thaler, du musst wandern

                                                          Chant populaire  1933

                                           Mélodie : Thaler , Thaler, du musst wandern

 

 

1. Pièce, pièce, tu voyages

    D’une main jusque dans l’autre.

    C’est très bien, c’est très beau !

    Pièce ne te fais pas voir

 

2. bague, bague, bon voyage

    D’une main jusque dans l’autre.

    Que c’est bien, que c’est beau !

    Bague, ne te fais pas voir

 

 


1. Taler, Taler, du mußt wandern

Von dem einen zu dem andern

O wie schön, o wie schön,

Taler, laß dich nur nicht seh'n!

 

2. Ringlein, Ringlein, du mußt wandern,

von dem einem zu dem ander'n.

Ei wie schön, ei wie schön

ist das Ringlein anzuseh'n.

 

 

         Texte        Thaler, Thaler, du musst wandern 1933

                          Dans Johanna Preetorius:Knaurs Spielebuch,

                          Th. Knaur Verlag, München, 1953 Seite 113

                          fr. : Yves Kéler 28.11.2016 Bischwiller

 

         Mélodie    idem

                         

 

Le texte

           Ce chant d’enfant paraît assez récent, si l’on en croit l’indication de 1933 donnée dans Wikipedia. Est-il plus ancien , vu l’emploi du mot Thaler, cette monnaie n’étant plus employée à l’époque. Dans le lagage populaire il apparaissait pour désigner le Mark, plus récent. Cet emploi d’anciens noms de monnaies pour des monnaies plus récentes est attesté en alsacien, où l’on a longtemps appelé le franc « Liwer », c’està-dire livre, une monnaie de l’ancien régime royal.

             Le chant est lié à un jeu d’enfant, qui consiste en ceci : les enfants sont assis en cercle et chantent le chant ; ils se passent une monnaie ou une bague ou un anneau, sans que l’observateur, placé au centre du cercle puisse voir chez qui est la pièce. Il faut que tous les enfants fassent le geste de passer la pièce, pour que l’observateur ait du mal à suivre le parcours de la pièce.

           Une variante est qu’un enfant prenne la pièce entre ses mains fermées l’une contre l’autre et laisse tomber celle-ci dans les mains d’un enfant qui tient aussi ses mains fermée en laissant un espace pour le passage de la pièce. Si l’observateur voit la pièce, il prend la place de celui qui avait la pièce, et ce dernier devient l’observateur ou le répartiteur de la pièce.


 

 

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

374694
Aujourd'huiAujourd'hui296
HierHier688
Cette semaineCette semaine3325
Ce moisCe mois22031
Tous les joursTous les jours374694