Chant du fusil 08/15, l'EPOUSE DU SOLDAT

 

                                                B. JE VAIS VOUS CHANTER UN BEAU CHANT
                                                      Ich sing euch jetzt ein schönes Lied

                                                              Das Llied vom 08/15

                                                 Des Soldaten Braut- Lépouse du soldat

 

                                          Mélodie : Ich sing Euch jetzt ein schönes Lied

 

1. Je vais vous chanter un beau chant

    Ecoutez-moi, attentifs.

    Ensuite entonnez tous le chant,

    Aussi vous, mon lieutenant

    Le chant du zéro huit quinze (08-15)

    Très bien connu de tous,

    C’est comme vous savez

    L’épouse du soldat.

    Refrain

 

2. L’épouse du soldat,

    C’est un fusil de guerre.

    L’épouse parle fort,

    Ce qui déplaît à certains.

    Les tours qu’elle apprécie,

    Ne sont pas doux toujours,

    Et Son recul que l’on subit

    Ne l’est pas  tous les jours.

        Refrain

 

3. Pour zéro huit-quinze, l’usage est

    Qu’on le soigne très bien ;

    A quoi donc appartient

    Qu’on le démonte un brin.

    Celui qui fait cela au mieux,

    Et ça, j’en suis bien sûr,

    Est recherché, le bienheureux

    Pour soigner celle du sergent.

    Refrain

 

4. Souvent notre vaillant guerrier

    A chez lui une femme aussi,

    Avec elle il sort de temps en temps

    Selon 08/15 ainsi,

    Quand sonne à dix le couvre-feu,

    Il plaque fort, pour finir,

    Sur sa bouche rouge-feu,

    Un grand baiser d’adieu.

    Refrain

 

        Refrain

    Ho hisse ! Ça balance !

    Ho hisse, Ça fait boum !

    Ho hisse, N’hésite pas, mon gars !

    Car nous l’aimons ,même si elle râle.

   

1. Ich sing Euch jetzt ein schönes Lied,

Drum hört mir zu gespannt!
Dann singt Ihr alle kräftig mit,
Auch Sie Herr Leutnant!
Das 08 / 15 - Liedchen ist -
Euch allen wohl vertraut,

Es handelt! - wie Ihr alle wißt-
Von der Soldatenbraut!

Kehrvers


2. Ihr wißt ja, des Soldaten Braut,

Das ist sein Schießgewehr !

Und diese Braut - kracht manchmal laut,
Das stört natürlich sehr !
Die Griffe, die die Dame liebt,
Sind nicht gerade zart,
Und auch der Rückstoß den sie gibt. -

Ist manchmal bißchen hart !

Kehrvers

 

3

3. Laut 08 / 15 ist es Brauch,

Daß man sie richtig pflegt;

Dazu gehört, daß man sie auch -

Mal auseinanderlegt !
Und wer es dann am besten kann,

Das weiß ich ganz gewiß,

Das ist ein sehr gesuchter Mann,

Der putzt auch die - vom Spieß !


Kehrvers


4. Doch hat der wackre Kriegsmann,
Auch eine Braut zu Haus,

Mit der geht er so dann und wann -
Laut 08 / 15 aus !

Und schlägt um zehn die Abschiedsstund,
Dann knallt er zum Schluß,

Auf ihren kirschroten Mund -

n'en süßen Abschiedskuß !

Kehrvers

 

Refrain:

Hau ruck ! Jetzt hat's geschnackelt!

Hau ruck ! Jetzt hat's gebumst !

Hau ruck ! Nicht lang gefackelt !

Weil wir es lieben - wenn es mal rumst !

 

         Texte        Ich sing Euch jetzt ein schönes Lied

                        anonyme

                        fr. : Yves Kéler 20.12.2016,  Bischwiller 

         Mélodie    Ich sing Euch jetzt ein schönes Lied

                         

Le texte

        Le Fusil 08/15, c’est-à-dire modèle 1908 modifié en 1815, appelé aussi « 98K= 1998 Kriegswaffe- 1998 fusil de guerre », devenu emblématique du soldat allemand. Ce fusil assez court et maniable équipait l’infanterie allemande après la remilitarisation de l’Allemagne par Hitler en 1935.Il a donné son nom au roman de Hans Helmut Kirst de 1956 et au film qui en fut tiré (visible sur Internet). A voir, c’est hilarant. Le soin des armes est une règle fondamentale de chaque armée, surtout pour les armes modernes, compliquées et qui doivent bien fonctionner, d’où nettoyage et graissage fréquent. 

       L’image de l’arme épouse du soldat se trouve déjà dans le poème très connu deTheodor Körner : « Du Schwert an meiner Seite. » Toute l’Allemagne connaissait ce poème, parodié ici avec un fusil.

Dans ce texte humoristique apparaissent des détails et des mots de la vie du soldat : le Spiess est un sergent. Et si le soldat a un fusil pour épouse, chez lui il a une épouse qu’il promène avec plaisir et qu’il embrasse goulument au couvre-feu.

 Le refrain contient aussi un vocabulaire imagé, que j’ai essayé de traduire aussi exactement que possible.

Ici aussi le problème de la rime serévèle : il est impossible de rimer si on veut conserver le sens. Je me suis donc contenté de rythmer la phrase, pour obtenir un texte coulant.

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

349106
Aujourd'huiAujourd'hui250
HierHier558
Cette semaineCette semaine250
Ce moisCe mois19798
Tous les joursTous les jours349106