Récupération de chants anciens

 

LAISSEZ FLOTTER LES ENSEIGNES

Weit laßt die Fahnen wehen

 

Anonyme 1914-18

 

Mélodie : Weit laßt die Fahnen wehen

 

 

 

1. Laissez flotter les enseignes,

    Nous passons à l’attaque

    Comme les lansquenets

    Que les enfants perdus.

    A l’assaut se distinguent,

    Nous suivrons groupés.

 

2. Nous escaladons les murs,

    Nous détruisons les tours

    Et entrons dans la ville.

    Qui veut nous empêcher d’avancer,

    Contre nous se dresser,

    Qu’il soit au diable.

 

3. Dedans nous attendent,

    La ville une fois prise,

    Des pierres et de l’or.

    Ah ! la vie est joyeuse

    Dans notre camp

    Avec du vin et des jeux de dés.

 

4. Serrons les rangs bien fermes,

    En avant pour la marche.

    Tombe qui tombera,

    N’en peut-il plus de la marche,

    Qu’il reprenne son souffle

    Au jour du jugement.

 

 

1. Weit laßt die Fahnen wehen
Wir woll´n zum Sturme gehen
Frisch, frei nach Landsknechtsart
Laßt den verlor´nen Haufen
Voran zum Sturme laufen
Wir folgen dicht geschart

 

 

 

2. Die Mauern wir erklettern
Die Türme wir zerschmettern
Und in die Stadt hinein
Wer uns den Lauf will hemmen
Sich uns entgegenstemmen
Der soll des Teufels sein

 

 

 

3. Es harren unser drinnen
Wenn wir die Stadt gewinnen
Viel Gold und Edelstein
Das wird ein lustig Leben
In unserm Lager geben
Bei 
Würfelspiel und Wein

 

 

 

4. Die Reihen fest geschlossen
Und vorwärts unverdrossen
Falle, wer fallen mag
Kann er nicht mit uns laufen
So mag er sich verschnaufen
Bis an den jüngsten Tag

 

 

         Texte        Weit laßt die Fahnen wehen

                          Anonyme

                           aus einer Feldzeitung der „Westfront“ im ersten Weltkrieg (1914-1918) 

                          fr. : Yves Kéler1.1.2017,  Bischwiller

          Mélodie    Weit laßt die Fahnen wehen

                          Gustav Velten 1917

 Le texte

        Ce chant fait partie de la tradition historicisante du 19e siècle. Il remonte à la guerre de 14-18. Cette tradition était appréciée des nazis qui se sentaient dans le vent de l’histoire. Il dégage un autre trait du régime : le militarisme et le violence des moyens.

Est cité le « Verlorener Haufen – la masse perdue »  qui part à l’attaque en premier et dont peu reviendront. L’expression rappelle celle des « enfants perdus » de l’époque napoléonienne, qui formaient la 1ère ligne d’attaque et qui, encaissant toute la première mitraille, mourait et était donc perdue.

       La camaraderie des anciens lansquenets est rappelée, exaltant l’esprit de corps des unités modernes.  

Qui Suis-je?

 

Pasteur retraité de l'Eglise luthérienne de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine.

 

 

Vous souhaitez me contacter?

KELER Yves

23A Route de Hanhoffen
67240 BISCHWILLER
Tél. : 03 88 63 19 54
keler.yves@orange.fr

Visiteurs en ligne

349106
Aujourd'huiAujourd'hui250
HierHier558
Cette semaineCette semaine250
Ce moisCe mois19798
Tous les joursTous les jours349106