« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

GUERRES DE LIBERATION (1813)

       LE DIEU QUI FIT POUSSER LE FER
     ( Der Gott, der Eisen wachsen liess )

                 
            Ernst Moritz Arndt 1813

1. Le Dieu qui fit pousser le fer
    Ne voulait pas d’esclaves !
    Il fit lance, épée, sabre clair
    Pour équiper les braves,
    Et le courage d’attaquer
    Avec fougue et colère,
    Donnant l’audace d’avancer,
    Pour vaincre l’adversaire !
 
2 . Nous tiendrons ce que Dieu voulut :
     Car le tyran de haine
     Par notre main ne pourra plus
     Broyer, briser des cranes !
     Qui s’est lié au déshonneur,
     Que la mort le fracasse :
     Un Allemand qui fait horreur,
     Chez nous n’a plus sa place !

3. Sainte Allemagne, ô toi, patrie,
    Nous te serons fidèles ;
    Beau, vaste, ardent et grand pays,
    Nous jurons sous tes ailes :
    « Ennemi  - souviens-toi Varus ! -
    Que les corbeaux te mangent !
    A la bataille d’Arminius,
    Nous tirerons vengeance !

4. Que brûle ce qui doit brûler,
    En claires hautes flammes !
    La sainte guerre est déclarée :
    Ne formez plus qu’une âme !
    Levez vos mains, et jusqu’au ciel,
    Vos cœurs avec courage,
    Et lancez ce puissant appel :
    « Fini notre esclavage ! »

5. Que sonne ce qui peut sonner,
    Les tambours, les trompettes !
    Aujourd’hui, nous voulons tacher
    Nos armes, nos barrettes
    Du sombre sang de nos bourreaux,
    Vile et servile engeance !
    Jour triomphal, grandiose et beau,
    Le jour de la vengeance !

6. Que flotte ce qui peut flotter,
    Etendards et bannières !
    Tous nous voulons nous exhorter
    A mourir l’âme fière.
    Elève-toi et vole haut,
    Drapeau de la victoire :
    Si nous mourons libres héros,
    Nous entrons dans la gloire !

    
              Texte :          Der Gott, der Eisen wachsen liess
                                   Ernst Moritz Arndt 1813
                                   Gaudeamus igitur,
                                   Livre de chant des
                                   Burschenschaften allemandes, n° 14
                                   Frs: Yves Kéler, 24.12.2005

              Mélodie :

Visiteurs en ligne

119911
Aujourd'huiAujourd'hui166
HierHier393
Cette semaineCette semaine166
Ce moisCe mois892
Tous les joursTous les jours1199112
Template by JoomlaShine