« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

GUERRES DE LIBERATION (1813)

       POURRAIT UN CHANT   REDIRE LE BRUIT
       Kann denn kein Lied   Krachen mit Macht

                  Auf die Schlacht von Leipzig
                   Pour la bataille de Leipzig

                        Friedrich Rückert

1. Pourrait un chant
    Redire le bruit,
    Hurler les cris
    A Leipzig dans les champs ?

2. Trois jours, trois nuits,
    Sans un arrêt
    Qu’on se battait,
    La bataille a rugi.

3. Trois jours, trois nuits,
    Que s’est tenue à Leipzig la foire :
    La coudée de fer mesura la moire
    Et la facture fut payée son prix !

4. Trois jours, trois nuits,
    Dans cette danse funèbre
    Fauchant des cents dans les ténèbres :
    Des milliers ont péri.

5. C’est bien ainsi,
    Que ne puissent croire encor les Russes
    Qu’eux seuls auraient rempli des fosses
    Et fait couler le sang des ennemis :

6. Pas qu’en la Russie enneigée,
    Aussi à Meissen
    Et à Leipzig à la Pleisse,
    Le Français peut être terrassé.

7. La douce Pleisse de sang déborde,
    Les morts dans la plaine,
    Formant des collines,
    Des monceaux, Des grands tas en désordre.

8. Et s’ils n’atteignent pas les montagnes,
    Pourtant la gloire
    De leur victoire
    Retentit à toujours dans nos campagnes.

Texte              Kann denn kein Lied
                       Friedrich Rückert
                       fr. : Yves Kéler, 23.7.2010, Draguignan

         dans       Auswahl Deutscher Gedichte für höhere Schulen,
                       Theodor Echtermeyer, 34. Auflage 1903 (1. 1836),
                       978 Seiten, Halle, Verlag des Waisenhauses, page 322

       dans         Auswahl Deutscher Gedichte, im Anschluss
                       an die Geschichte der deutschen National Literatur, 
                       von Professor Dr. Hermann Kluge,
                      12. , verbesserte und vermehrte Auflage,
                       mit zahlreichen Porträts in Holzschnitt,
                       Altenburg, Verlag Oskar Bonde, 1908;  page 454

Le texte

Texte original

Visiteurs en ligne

119910
Aujourd'huiAujourd'hui158
HierHier393
Cette semaineCette semaine158
Ce moisCe mois884
Tous les joursTous les jours1199104
Template by JoomlaShine