« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

POEMES DES GUERRES NAPOLEONIENNES

        J’AVAIS UN BON CAMARADE
        Ich hatt’ einen Kameraden

               Ludwig Uhland 1809

 

1. J’avais un bon camarade,
    De meilleur tu ne trouves pas.
    Tambour, sonne bataille !
    Tous marchent, taille àtaille,
    Nous deux du même pas.

2. Une balle vient et vole :
    Est-ce moi ou bien est-ce toi ?
    Mais c’est lui qu’elle touche,
    Qu’à mes pieds elle couche,
    Comme un morceau de moi.

3. Il veut encor me tendre
    La main, mais je dois charger.
    « Je ne peux la prendre :
    Que la mort te soit tendre,
    Aussi l’éternité ! »
   
   
   
       Texte       Ich hatt’ einen Kameraden 1809
                       Ludwig Uhland (1787 Tübingen – 1862 idem)
                       fr. : Yves Kéler, 23.7.2010 Draguignan

       dans         Auswahl Deutscher Gedichte für höhere Schulen,
                       Theodor Echtermeyer, 34. Auflage 1903 (1. 1836),
                       978 Seiten, Halle, Verlag des Waisenhauses, page 213

       dans         Auswahl Deutscher Gedichte, im Anschluss
                       an die Geschichte der deutschen National Literatur,
 
                       von Professor Dr. Hermann Kluge,
                      12. , verbesserte und vermehrte Auflage,
                       mit zahlreichen Porträts in Holzschnitt,
                       Altenburg, Verlag Oskar Bonde, 1908;  page 640

 

Visiteurs en ligne

117817
Aujourd'huiAujourd'hui56
HierHier283
Cette semaineCette semaine1331
Ce moisCe mois1331
Tous les joursTous les jours1178177
Template by JoomlaShine