« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

POESIE NATIONALE ALLEMANDE


        AUBERGE  « BELLE TREILLE »
      Am Schank zur goldenen Traube

                 Von des Kaisers Bart
               La barbe de l’Empereur

         Emmmanuel Geibel 1815-1884

1. Auberge « Belle treille » :
    Attablés, au mois de mai,
    Sous les roses vermeilles,
    Trois compagnons bien gais.

2. Chacun est un bon bougre :
    L’un porte à droite un cor,
    Le deux à gauche une gourde
    Le trois un éperon d’or.

3. Dans de brillantes cruches,
    On leur apporte du vin.
    De joyeux discours débutent,
    On chante, on boit sans fin.

4. Or l’un parmi ces bardes,
    Le beau et vert chasseur,
    Parle de la Rousse Barbe
    Et dit de l’Empereur :

5. « Je l’ai vu à Mayence,
    Le long du quai du Rhin,
    A la messe il voulait se rendre
    Dans le Dôme palatin.

6. Ah ! quelle belle allure
    Avait là notre Empereur !
    A son cou, je vous jure,
    Une barbe brune en fleurs. »

7. L’autre, coupant sa parole,
    Dit, la plume au chapeau :
    « As-tu perdu la boule ?
    Ton conte rien ne vaut !

8. Moi, j’ai vu sa figure
    En son château du Harz,
    Et ceint de son armure :
    Son poil de barbe est noir ! »

9. De sa chaise se lève
    L’homme à l’éperon d’or,
    Et lorsque l’autre achève,
    Il dit, parlant très fort :

10. « Que le Diable vous cogne,
      Hâbleurs, escrocs, batteurs !
      Moi, je l’ai vu à Cologne :
      Sa barbe est blanche, menteurs ! »

11. Ce fut une bataille
      Si blanc, si brun ou noir !
      On sort l’épée, on taille
      Les croupes, dos et cuirs.

12. Et se répand des cruches
      Le jus au rouge teint.
      Un peu de sang s’accroche
      Et se mélange au vin.

13. Et quand les trois se quittent,
      En colère chacun s’en va,
      Chacun se détourne vite :
      Quels bons amis, n’est-ce pas ?

14. Ne dites pas, mes frères,
      « Je connais sa couleur :
      J’ai vu, tenant mon verre,
      La barbe de l’Empereur ! »
 

         Texte        Am Schank zur goldnen Traube
                          Emmanuel Geibel 1815-1884
                          Von des Kaisers Bart
           dans        Auswahl Deutscher Gedichte für höhere
                          Schulen, Theodor Echtermeyer, 34. Auflage

                          1903 (1. 1836), 978 Seiten
                          Halle, Verlag des Waisenhauses, page
                          fr. : Yves Kéler, 13.12.2010
       

    
GEIBEL Emmanuel, né le 14octobre 1815 à Lubeck, étudia (1835-1838) à Bonn et Berlin, vécut de 1838, à 1840 à Athènes et à son retour en différents lieux : Lubeck, Eschenburg, St Goar. En 1852 appelé comme professeur de littérature allemande à Munich. En 1868 il prit sa retraite, revint habiter dans sa ville paternelle, en fut nommé citoyen d’honneur, et mourut là le 6 avril 1884. (Echtenmeyer)
 

     
     
     

Visiteurs en ligne

919673
Aujourd'huiAujourd'hui5
HierHier1363
Cette semaineCette semaine4112
Ce moisCe mois16633
Tous les joursTous les jours919673