« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

POESIE NATIONALE ALLEMANDE

            DANS LA LANDE, PRES D’OTTENSEN
                    In Ottensen auf der Wiese

                    Friedrich Rückert 1788-1866

                       Die Gräber von Ottensen

1. Dans la lande, près d’Ottensen,
    Une vaste fosse se voit.
    Le lieu s’étend là, immense,
    Sous le ciel, vers les grands bois.
   
2. En silence dedans dorment
    Une grande masse de gens,
    Pères, mères, femme et homme,
    Maîtres, serviteurs, paysans.

3. Depuis leurs tombes muettes
    Leurs cris montent haut vers le ciel.
    Mais au son de la trompette,
    Ils iront au Règne éternel.

4. « Nous avons vécu au calme
    Dans notre ville de Hambourg,
    Jusqu’au jour où le grand drame
    Survint en un temps très court.
   
5. On nous chassa de la ville,
    Puis on nous laissa dans les champs,
    Gens affamés, nus, fébriles,
    Sans toit, sans un aliment.

6. Où trouver la nourriture
    Pour tous ces vingt mille habitants ?
    Beaucoup bien plus loin partirent,
    Mais nous restions là en plan.

7. Les uns chez les Britanniques,
    Et les autres chez les Danois.
    Quant à nous, dans la panique,
    Nous sommes arrivés là.

8. Aller plus loin : impossible.
    Nous étions tous trop épuisés.
    Froid, faim, misère indicible,
    Nous ont très vite emportés. »
   
9. Un fouillis indescriptible :
    C’était mille deux cents ou plus !
    Sur leur malheur indicible
    Le gazon s’est étendu.

10. Il recouvre leurs carcasses
      Leur accorde le dernier toit.
      De leur terrible détresse
      Vraiment plus rien ne se voit.
     
     
         Texte        Zu Ottensen auf der Wiese
                         Friedrich Rückert (1788-1866)
           
           dans       Auswahl Deutscher Gedichte für höhere
                          Schulen, Theodor Echtermeyer, 34. Auflage
                          1903 (1. 1836), 978 Seiten
                          Halle, Verlag des Waisenhauses, page 487
                          fr. : Yves Kéler, 26.7. 2011

           dans       Auswahl Deutscher Gedichte im Anschluss an
                          die  Geschichte der deutschen National Literatur
                          von Professor Dr. Hermann Kluge,12. ,
                          verbesserte und vermehrte Auflage
                          mit zahlreichen Porträts in Holzschnitt
                          Altenburg, Verlag Oskar Bonde, 1908, page 455
                          fr. : Yves Kéler, 26.7. 2011

  
   
RÜCKERT, Friedrich,
né le 16 mai 1788 à Schweinfurt, en 1817 et 1818 en Italie, puis à Coburg, en 1826 professeur à Erlangen, en 1841 professeur à Berlin, depuis 1849 sur son domaine, où il mourut le 30 janvier 1866.
   
   

Visiteurs en ligne

919728
Aujourd'huiAujourd'hui60
HierHier1363
Cette semaineCette semaine4167
Ce moisCe mois16688
Tous les joursTous les jours919728