« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

REPENTENCE
PSAUME

                PSAUME BABYLONIEN DE REPENTANCE

                      Bibliothèque d’Assurbanipal
                                      668-626
                       Texte suméro - babylonien

On peut prier ce psaume en alternance,
entre deux groupes A et B,
et avec l’assemblée Ass

                                        A
Vers     
                                                                                   Groupe A
1. Puisse le cœur furieux du Seigneur se calmer !            I
2. Puisse donc le Dieu que je connais,                            II
                et aussi que je ne connais pas, se calmer !
3. Puisse le cœur de mon Dieu se calmer !                      I
6. Puisse le Dieu, qui gronde au dessus de moi,              II
                se calmer !

                                                                                   Groupe B
11. Le péché que je confesse, je ne le connais pas.          I
12. La faute que je confesse, je ne la connais pas.           II
13. Que mon Dieu dise une bonne parole !                      I
15. Que le Dieu que connais dise une bonne parole !        II

                                                                                   Groupe A
17. Je n’ai pas mangé une nourriture pure.                      I
18. Je n’ai pas bu une eau pure .
19. Ce qui est en horreur à mon Dieu, je l’ai mangé.       II
20. Ce que rejette mon Dieu, je l’ai bu.

                                                                   Groupe B + Ass
21. Seigneur, mes fautes sont nombreuses, grand            I
               est mon péché.
24.Mon Dieu, que je connais, mes fautes sont        Ass
               nombreuses, grand est mon péché.
25. Mon Dieu, que je ne connais pas, ma faute                II
               est grande.
25b. Mon Dieu, que je connais, mon péché             Ass
               est grand, grand est mon péché !

                                        B

                                                                                 Groupe A
26. La faute que j’ai commise, je la connaissais pas.        I
27. Le péché que j’ai fait, je ne le connaissais pas.          II
28. L’horreur que j’ai mangée, je ne la connaissais pas.   I
29. L’interdit, où j’ai marché, je ne le connaissais pas.     II

                                                                                   Groupe B
30. Le Seigneur m’a regardé dans la fueur de son cœur,  I
31. Mon Dieu s’est avancé vers moi                               II
                 dans la colère de son cœur.
32. Mon Dieu s’est irrité contre moi
                 et m’a rendu malade.
33. Le Dieu que je connais m’a opprimé,                         I 
34. Le Dieu que je connais pas m’a fait mal.                   II

                                                                                   Groupe A
35. J’ai cherché autour de moi, mais personne                 I
                 ne me prend par la main.
36. J’ai pleuré, mais personne n’est venu à mon côté.
37. J’émets des cris de douleur,                                     II
                 mais personne ne m’entend.
38. Je suis plein de souffrances, je suis vaincu,
                je ne lève plus le regard.

                                                               Groupe B + Ass
39. Je me tourne vers mon Dieu de grâce,                        I
                avec des paroles d’imploration.
40. J’embrasse les pieds de mon Dieu                              II
                et je les touche.
41.Je parle, en le suppliant,                                     Ass
                au Dieu que je connais,    
42. Je parle, en le suppliant, au Dieu                       Ass  
                que je ne connais pas

                                        C

                                                                                   Groupe A

43. Seigneur, regarde-moi et écoute ma supplication.      I
44. Mon Dieu, regarde-moi et écoute ma supplication.     II
45. Dieu, que je connais, regarde-moi                            I
                et écoute ma supplication.
46. Dieu, que je ne connais pas, regarde-moi                 II
                et écoute ma supplication. 

                                                                                  Groupe B
47. Jusqu’à quand, mon Dieu, gronderas-tu                     I
                contre moi ?
48. Jusqu’à quand, mon Seigneur, gronderas-tu              II
                contre moi ?          
49. Jusqu’à quand, o Dieu que je connais,                       I
                ta fureur sera-t-elle contre moi ?
50. Jusqu’à quand, ô Seigneur que je ne connais pas,      II
                ton cœur sans pitié ne se calmera-t-il pas ?

                                                                                   Groupe A
51. Les hommes sont sourds, ils ne savent rien                I
52. Les hommes, quelque en soit le nom,                         
                que savent-ils ?
53. Font-ils mal ou bien, ils ne le savent pas.                   II
54. Seigneur, ne jette pas ton serviteur à terre !              

                                                                    Groupe B + Ass
55. Je suis jeté dans l’eau du marais :                            I + II
                prends-moi par la main.
56. Le péché que j’ai commis, change-le en bien.       Ass
57. Les fautes que j’ai commises,                                  I + II
                que le vent les emporte.
58. Mes nombreux crimes,                                           Ass
                enlève-les comme un vêtement.

                                       D

                                                                                   Groupe A
59. Mon Dieu, si mes péchés sont sept fois sept,              I
                absous néanmoins mes péchés.
60. Mon Seigneur, si mes péchés sont sept fois sept,       II
                absous néanmoins mes péchés.
61. Dieu, que je connais,                                               I
                si mes péchés sont sept fois sept,
                absous néanmoins mes péchés.
62. Seigneur, que je ne connais pas,                              II
                si mes péchés sont sept fois sept,
                absous néanmoins mes péchés.

                                                                Groupe B + Ass
63. Absous mes péchés, alors je te célébrerai                  I
                avec honneur.
64. Veuille ton cœur, comme le cœur de la mère              II
                qui m’a enfanté, se calmer.
64b. Veuille ton cœur, comme le cœur du père                 I
                qui m’a engendré, se calmer,
65. Comme la mère, qui m’a enfanté,                       Ass
      comme le père qui m’a engendré,
      se calmer.
                             Amen.                   Groupe A + B + Ass

 

             Texte             Buss Psalm an jeden Gott
                                   Des Psaumes de la bibliothèque
                                   d’Assurbanipal 668 -626
                                   Le texte est plus ancien :
                                   voir ci dessous « Introduction ».
                                   source : Die Religion der Babylonier und Assyrer
                                   Arthur Ungnad, Verlag Eugen Diederich
                                   Iena 1921, p 224
                                   Traduction et mise en forme :
                                   Yves Kéler, 27.1 .2009

"Introducrion à cinq chants", dont le Psaume de pénitence ci-dessus, p. 207

        « Ce chant et les suivants (* plus bas) étaient initialement adressés au Dieu Enlil de Nippur. Mais lorsque l’importance (à partir de 2000 avant J-C environ) de celui-ci recula de plus en plus au profit de Marduk, le dieu de la ville de Babylone, le poème fut retravaillé. Marduk fut à cette occasion identifié avec Enlil.

        La plus ancienne rédaction de ces textes sumériens date du troisième millénaire ; plus tard on leur donna une traduction accadienne. Les copies les plus récentes sont du 2ème Siècle. » 

        Cette prière est citée dans la biographie de Nabuchodonosor de Genevève. R.Tabouis : « Nabuchodonosor et le triomphe de Babylone », Paris, Payot 1932, page 379. Elle est placée dans la bouche du roi.

* 1. Chant de lamentation à Marduk de Babylone
2. Chant de lamentation à Marduk-Enlil à cause d’un malheur national
3. Chant de lamentation à la déesse Ischtar
4. Chant de lamentation au Dieu de la peste Nergal
5. Psaume de repentance à chaque Dieu
6. Psaume d’innocence

Le texte

Le Dieu que je connais, que je ne connais pas,
La faute que je connais, que je ne connais pas
 
        On a donné au texte le titre de « Psaume de repentace à chaque Dieu », parce qu’aucun Dieu précis n’est adoré, mais on s’adresse à «  un Dieu que je connais »,et  à «  un Dieu que je ne connais pas ». Chaque Dieu, connu ou inconnu, peut être invoqué. Cela rappelle Saint Paul à Athènes, qui rencontre un socle vide sur lequel est écrit : « A un Dieu inconnu », Actes 17/23, et qui dit : »je vais vous annocer ce Dieu ! ». Les polythéistes antiques pensaient : on ne connaît pas tous les dieux. C’est pourquoi il faut honorer aussi les non connus, car ils pourraient devenir dangereux, à cause de la faute d’un homme qui en ignore tout :  « Ma faute m’est connue, et une autre m’est inconnue, un Dieu m’est connu, un autre inconnu. »

        Mais on peut transposer cette thèse sur Iahvé, car Dieu est en même temps connu et inconnu, miséricordieux et redoutable. Personne ne peut sonder son être véritable. De même, la faute devant lui reste partiellement connue, partiellement inconnue. Voyez le texte de la pénitence chrétienne, qui dit après un catalogue de péchés : « … et d’autres péchés, que mon Dieu et Père connaît mieux que moi-même et que je ne pourrai jamais connaître suffisamment. »

La colère de Dieu et sa miséricorde

        Un des thèmes fondamentaux des religions orientales est la colère de Dieu contre l’injustice et contre l’homme injuste. Le ton est ici le même que dans l’Ancien Testament. Devant son état injuste et pécheur, l’homme est impuissant, et aucun autre homme ne peut venir à son aide. Il ne reste plus qu’à s’adresser à Dieu lui-même, qui fera miséricorde, parce qu’il n’y a pas d’autre moyen de sortir de cette impasse : « Je me tourne vers mon Dieu de grâce, avec des mots suppliants », v. 39.

 Sept fois sept
 
        Jésus aussi a employé cette image, dans Matthieu 18/22 : « Tu ne dois pas pardonner sept fois, mais soixante-dix fois sept fois ! », ce qui fait 7 x 7 X 10 = 490. C’est une forme intensive de l’image babylonienne. Le divin 7, dans 7 x 7, est multipkié par 10, le nombre de l’humain. Dans le texte assyro-babylonien, les péchés sont simplement 7 x 7. Avec le 7, comme dans la Bible, est certainement visé le divin, qui est blasphémé par mon péché. 

« Comme une mère…, comme un père… »

        La belle image de l’amour de Dieu comme celui d’un père, dans le Psaume 103 par exemple, (Ps 103/13, Mal 3/17), de même que l’amour de Dieu comme d’une mère, se trouve déjà ici, tout à fait à la fin, dans la conclusion du Psaume.

Similitude avec les Psaumes de l’Ancien Testament

        Ce texte de Psaume suméro-babylonien et assyrien a des ressemblances avec les Psaumes bibliqsues. Ici l’invocation de différents dieux, ainsi que le rituel païen, avec ses offrandes et ses actions magiques, passe à l’arrière-plan. Ici, on a un croyant et un pécheur devant son Dieu, (chez les polythéistes celui qu’il a choisi pour être son Dieu), et qui lui parle, « sans autres dieux devant ma face ». C’est pourquoi ce texte peut être employé comme un appel à Dieu, et repris par des chrétiens parlant au vrai Dieu, Iahvé, de la même manière qu’un Psaume biblique. N’oublions pas que le Psaume 104 est repris mot à mot dans certaines parties du Psaume d’Akhenaton, le pharaon monothéiste.

        Pour un emploi vivant du texte, il est conseillé de le prononcer en alternance. Mais il peut aussi être prié par une seule personne, si celle-ci sait lire de façon vivante. 

 

 

Visiteurs en ligne

115765
Aujourd'huiAujourd'hui103
HierHier415
Cette semaineCette semaine1394
Ce moisCe mois3681
Tous les joursTous les jours1157650
Template by JoomlaShine