« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

7. LETTRE C Table d’entrée par ARC en Ciel

 

 

171 à 175 Cantique de Marie

 

 

171 J’exalte Dieu et chante d’allégresse

 

 

     Reprise par Pierre Valloton du Magnificat de Bénédict Pictet, sur la même mélodie. Très bon texte

 

 

172 Mon cœur rempli des biens que Dieu m’envoie

 

 

 

Révision, pas très heureuse du texte de Bénédict Pictet. Il faut revenir au texte d’orgiine, avef quelque corrections mineures, que je donne ci-dessous

 

MON CŒUR REMPLI DES BIENS QUE DIEU M'ENVOIE to

 

                     Texte intégral de Bénédict Pictet 1705, mélodie Ps 8

                                     Révision : Yves Kéler, 1985 et 2003

 

 

 

                                   A.  Dieu est bon envers Marie

 

Versets

bibliques

 

I+II    1.  Mon cœur rempli des biens que Dieu m'adresse

(47)         Ne peut cacher sa joie, son allégresse.

                Mon âme loue et bénit le Seigneur

                Et mon esprit s'égaie en mon Sauveur.

 

I          2.  Le Dieu vivant, malgré ma petitesse, 

(48a)        Ma pauvreté, mon néant, ma faiblesse,

                A bien voulu sur moi jeter les yeux              

                Et rend mon sort à jamais glorieux.

              

II         3.  Il m'a comblée de dons faits par sa grâce,

(48b+49)   Et de merveilles que rien ne surpasse !

                Tous les humains diront mon grand bonheur

                Et béniront Dieu, mon Dieu bienfaiteur.

 

               B.   Dieu est bon envers ses fidèles    ( Pause I )

 

I+II      4.  Son nom est saint, les Séraphins, les anges

(49b)         Font retentir ses divines louanges.

                  Son nom remplit et la terre et les cieux,

                  Sa gloire éclate et  triomphe en tous lieux.

 

I            5.  Heureux celui qui le craint et l'adore, 

(50)            Qui son secours avec ardeur implore.

                  Tous ceux qui font sa sainte volonté

                  De siècle en siècle éprouvent sa bonté.

 

II           6.  Par son pouvoir tout l'univers subsiste,   

(51a)          Dieu peut tout faire, et rien ne lui résiste.             

                  Son bras puissant fait pour moi dans ce jour

                  Un grand prodige et de grâce et d'amour.

 

I+II        7. Les orgueilleux n'ont que des pensées folles,

(51b)          Que Dieu détruit d'un mot, d'une parole.         

                   Il humilie et dompte leur fierté

                   Et les punit de leur impiété.

 

                           

         C.   Dieu est bon envers les humbles de son peuple   (Pause II )

 

I+II      8.  Dieu fait tomber et frappe en sa colère  

(52)           Les grands du monde et les renverse à  terre.

                  Pour les petits il est le Protecteur, 

                  Il les élève et les comble d'honneur.

 

I           9.  Il enrichit les pauvres qui le craignent, 

(53a)         Il les entend, aussitôt qu'ils se plaignent,

                 Il les nourrit lorsqu'ils sont affamés, 

                 Il les soutient lorsqu'ils sont opprimés.

 

II            10. Il renvoie sans rien et couverts de honte

(53b)            Tous ces menteurs, ces gens qui croient qu'ils comptent,

                    Ces riches fiers qui sont sans charité,

                    Qui de leur or font leur divinité.

 

I+II         11. Mais Israël, qu'il aime avec tendresse 

(54)               Voit le Seigneur accomplir sa promesse.

                      Dieu le défend contre ses ennemis

                      Et donne enfin le Rédempteur promis.   ( Amen )

 

 

 

                                 Texte :       Bénédict Pictet, 1705

                                                  d'après un Psautier de Bâle 1744

                                                  révision et mise en forme :

                                                  Yves Kéler 1985 et 2003

 

                                  Mélodie :   Ps 8, ou Magnificat

                                                  LP 88, RAf 17 rouge, 153, 172 NCTC

                                                  RA alld 86, EG 271

 

 

 

173 Mon âme chante le Seigneur

 

     Chant placé sur la mélodie de « Erstanden ist der heilig Christ » de Cologne 1623. Composition correcte.

 

174 Magnifique est le Seigneur

 

   Dérivé du Magnificat. La Str. 1 se tient correctement. Dans la str. 2, de grosses fautes de prosodie apparaissent : l’enjambement « Reviennent au Dieu tout-puissant » : il faut respecter le « t » et chanter «  tau Dieu tout-puissant. Pour cela il faut accélérer « nent » et « au » et transformer les deux notes en noires. Il faut remplacer « à jamais » par « pour toujours », plus expressif.

 

175 Mon âme chante le Seigneur Cantique de Marie

 

    Mélodie du Magnificat de Strasbourg, mais texte incohérent : on passe du moi au nous, sans transition. Ce qui est contraire à la théologie du texte. Il s’agit du chant d’une personne, pas d’un groupe.

 

On peut corriger ainsi :

 

1. Mon âme chante le Seigneur,

Et tout mon cœur exulte ;

Ce Dieu au nom saint et puissant

Pour moi fit des merveilles.

Jamais son bras ne fait défaut,

Toujours il me protège.

Sans fin son amour se répand

Sur tous ceux qui le craignent.

 

2. Il vient abaisser les puissants

Et couronner les humbles.

Il comblera les affamés,

Otera leur misère.

Il veut donner tous ses bienfaits

Aux fils de la promesse.

Le ciel sera dans tous les cœurs, 

Illuminant la terre.

 

 

 

178 Cantique de Siméon

 

Il s’agit du texte de Conrart révisé, assez heureusement  

 

 

177 Cantique de Zacharie

 

Evision pas très heureuse du Benedictus de Pictet, amputé d’un nombre important de strophes. Je propose la révision ci-dessous :

 

BENI SOIT A JAMAIS LE GRAND DIEU D’ISRAËL

 

Benedictus – Cantique de Zacharie

Luc 1/67-79

de Bénédict Pictet

 

 

« CANTIQUE Ier,

DE ZACHARIE

POUR LE JOUR DE NOËL »

 

Sur le Chant du Ps. LXXXIX  (89), forme courte

« Je chanterai, Seigneur, sans cesse ta bonté »

 

 

 

Ce chant peut être chanté de la façon suivante :

 - A l’unisson par toute l’assemblée, comme un cantique habituel

 - En alternance entre :

                deux parties de l’assemblée  I et II

                un goupe ou un chœur  I  et l’assemblée  II

   Les strophes principales sont chantées ensemble  I+II par les   

   deux parties I et II

 

 

 

A. Dieu accomplit sa promesse

 

 

I+II  1. Béni soit à jamais le grand Dieu d’Israël,

             L’auteur de tous les biens, tout-puissant, éternel,

             Qui, touché de nos cris et de notre misère, 

             Dans notre grand malheur s’est montré notre Père.   

 

I        2. Dans sa compassion, il nous a visités,

             Par son bras invincible il nous a rachetés,

             Et malgré nos péchés, ce Dieu tendre et propice

             A fait lever sur nous son soleil de justice.

 

II       3. La maison de David, le grand roi des Hébreux,

             Va nous donner bientôt le Sauveur glorieux 

             Qui vient nous affranchir d’un mortel esclavage

             Et nous faire obtenir le céleste héritage.

 

I+II   4. Nos pères l’attendaient : Dieu leur avait promis :

              « Il vous protégera contre vos  ennemis,

              « Et  vous délivrera du joug insupportable

              «  De la loi, du péché, de la mort et du Diable. »  

 

 

B.   Abraham et la bénédiction de Dieu      (Pause I )

 

 

I+II   5. Dieu dit à Abraham, en lui faisant serment :

              « Je répandrai sur toi mes biens abondamment,

              « Je bénirai les peuples par ta descendance,

              « Et je les recevrai dans ma sainte al-li-an-ce.» 

 

I        6.  Notre Dieu qui peut tout, qui ne change jamais,

              Se souvient des serments qu’envers nous il a faits.

              Il commence aujourd’hui d’accomplir sa promesse,

              Et nous fait admirer son amour, sa tendresse.

 

II      7. Par son puissant secours nos cruels ennemis

             Seront entièrement et vaincus et soumis.

             Tous nos maux vont finir : plus de soupirs, de plaintes,        

             Nos malheurs cesseront, nos soucis et nos craintes.

 

I+II  8. Jouissant d’une belle et sainte liberté,

             Nous vivrons dans la paix et dans la sainteté,

             Et nos cœurs, pleins d’amour et de reconnaissance,  

             Célébreront l’auteur de notre délivrance !

 

 

  1. Jean-Baptiste, le Précurseur du Messie qui vient

       ( Pause II )

 

I+II  9. Et toi, Jean, mon enfant, tu es le Précurseur !

             Après toi vient le Christ, l’envoyé du Seigneur ; 

             Prépare son chemin, aplanis  creux et crêtes,

             Marche devant sa face et deviens son prophète.

 

I      10. Ta voix s’adressera aux peuples pour prêcher

             Celui qui doit un jour effacer nos péchés :

             L’attente d’Israël, notre Roi, le Messie,

             Qui vient pour nous offrir le salut et la vie.

 

II    11.  Nous le verrons enfin, ce glorieux soleil,

             Cet astre né de Dieu, dont l’éclat sans pareil

             Dissipera bientôt l’obscurité profonde

             Qui depuis si longtemps a régné sur le monde

 

I+II 12. Tous les peuples assis dans l’ombre de la mort

              Se lèveront joyeux à la voix du Dieu fort.

              Leurs yeux seront ouverts par sa vive lumière, 

              Ils connaîtront leur Dieu, leur Sauveur et leur Père.

 

I+II 13. Il conduira nos pas au chemin de la paix,

              Et ce divin Sauveur remplira nos souhaits.

              Nous l’aimerons toujours, nous lui serons fidèles,

              Et nous vivrons heureux à l’ombre de ses ailes.

 

 

               Texte :     Bénédict Pictet, 1705, d’après les Psautiers de 

                               la 2e moitié du 18e Siècle, en particulier Bâle

                               1744 et Le Locle

                                Révision : Yves Kéler, 1985 et 2003

 

               Mélodie : Ps 89 Je chanterai Seigneur, sans cesse ta

                                bonté, forme courte pour le Benedictus :

                                Béni soit à jamais le grand Dieu d’Israël

                                LP 87, RA f 16 rouge, NCTC 152, ARC 177

 

 

 

157 Car ta bonté

 

 

Verset du Ps 63/4-5 ; Peut servir d’antienne au Ps. 63. Sinon, sans intérêt.

 

 

211 Ce jour que fit le Seigneur

 

Verset du Ps 1118/25 : peut servir d’antienne chantée au Psaume 118, sinon sans intérêt 

 

 

118 Célébrons Dieu, rendez-lui grâces

 

    Révision du Psaume 118 par Chapal. La belle strophe finale de Conrart : « La voici l’heureuse journée ; » qui servait de chant de sortie à Pâques et à la Pentecôte, est perdue ;. En voici le texte , d’après LP 52=Ps.118 : 

La voici l’heureuse journée

Qui répond à notre désir.

Louons Dieu qui nous l’a donnée,

Faisons-en tout notre plaisir.

Grand Dieu, c’est à toi que je crie :

Garde-moidonc, et me soutiens ;

Grand Dieun c’est toi seul que prie :

Bénis ton peuple et le maintiens.

105 Célébrons son œuvre

 

 

 

369 C’est jour de joie

 

    Tentative assez réussie de traduire le magnifique « Der Tag so freudenreich Aller Kreature. »

 

Le texte d’origine est bien plus riche et complet. Je le donne ci-dessous :

 

CE JOUR EST JOUR DE GRANDE JOIE

             Der Tag, der ist so freudenreich

 

                           Luc 2/ 1-17

                   Nicée-Constantinople

                          Chalcédoine

 

        Mélodie : Der Tag der ist so freudenreich

 

 

 

1. Ce jour est jour de grande joie

    Pour toute créature :

    Le Fils de Dieu vient comme un Roi

    Et prend notre nature !

    Car de la Vierge il nous est né :

    Marie, tu es la bien-aimée

    Que Dieu a rendue mère.        

    Que se passa-t-il d’étonnant ?

    Venu du ciel, Christ, un enfant !

    Parmi nous devient homme.

 

2. Ce bel enfant qu’il faut louer

    Nous est venu au monde

    Par une Vierge au corps voué :

    Humilité féconde !

    Si l’Enfant n’était pas venu,

    Nous aurions tous été perdus :

    Mais le salut est nôtre !           

    Sauveur et Maître Jésus-Christ,

    Devenu homme par l’Esprit,

    Ton arrivée nous sauve !

 

3. Comme un soleil peut traverser

    De ses rayons un verre,

    Qui pourtant n’en est pas blessé,

    Ainsi Marie fut mère

    Et a conçu du Saint-Esprit,

    Puis mis au monde Jésus-Christ,

    Le Fils de Dieu le Père.          

    Dans une crèche il fut couché :

    Il souffrira pour nos péchés

    La mort sur cette terre.

 

4. Un signe étonnant s’est produit,

    Comme a dit l’Ecriture :

    L’ange de Dieu au ciel a lui,

    Aux champs, sur la pâture.

    Son éclat couvrit les bergers,

    Et l’ange se mit à parler

    D’une histoire étonnante,     

    Qu’à Bethléhem est né l’Enfant

    Qui sera le Sauveur puissant,

    Né d’une Vierge aimante.

 

5. Les bergers furent tout joyeux

    De tout ce qu’ils apprirent.

    Chacun voulait voir l’enfant-Dieu,

    Alors ils s’y rendirent.

    Dans une crèche, emmailloté,

    Ils virent l’enfant nouveau né,

    Comme l’avait dit l’ange.         

    Agenouillés, ils ont loué

    Et béni Dieu qui a donné

    Ce Sauveur dans les langes !

 

6. Venez, remerciez notre Dieu

    Pour ses dons et sa grâce,

    Car nous avons reçu des cieux

    Son Fils, qui voit sa face,

    En forme d’un petit enfant,

    Qui est pourtant un Roi puissant

    Au ciel et sur la terre.         

    Loué soit Dieu, soit Jésus-Christ,

    Et loué soit le Saint-Esprit,

    Par toute créature.  Amen * 

                                   (* sur la dernière note)    

 

 

723 C’est lui qui tient la terre

 

Pour des réunions de jeunes

 

 

 

771 C’est Noël aujourd’hui

 

    Sans intérêt

 

 

752 C’est si bon d’être ensemble

 

 

   Pour les réunions de jeunes

 

 

443 C’est toi Jésus, qu’ils ont chanté

 

   Chant des Rameaux écrit sur la mélodie de Pâques « Heut triumphierert Gottes Sohn. »

Le texte est mal composé ; Aux Rameaux, dans le temps de la Passio, on ne chante pas l’Alléluia, qui retenteti à nouveau au matin de Pâques. C’est une rimaillerie de l’éqipe c de Capieu, signée C.H.F.P ?F ce qui signifie Commission d’Hymnonlogie de la Fedération Protestante de France. Sous ce sigle a anonyme, on pouvait faire passer n’importe quoi. Ce chant n’a qu’un faible intérêt.

 

 

 

587 C’est toi Jésus, le pain rompu

 

Bon texte pour la Cène, sur la mélodie « Great shepard of your people. » de G. Kyrbie, excellent compositeur anglais.

Il faudrait corriger l’incipit et remplacer ce laid « C’est toi » par « Tu es, Seigneur, le pain rompu» ou « Seigneur, tu es le pain rompu.» De même plus bas : Tu es, Seigneur, notre unité » ou « Tu fais, Seigneur, notre unité.»

Les deux « C’est maintenant » de la strophe 4 passent, mais seraient avantageusement remplacés par : « Vent maintenant le temps de Dieu », Cela donnerait la strophe suivante :

 

1. Seigneur, tu es le pain rompu,

Livré pour notre vie.

Tu es (fais), Seigneur, notre unité,

Jésus ressuscité

 

4. Vient maintenant le temps de Dieu :

il faut nous préparer ;

Oui, maintenant le temps de Dieu :

il faut changer nos cœurs.

 

223 C’est toi, Seigneur, notre joie

 

   Rengaine catholique, sans intérêt.

 

 

 

 

208 C’est toi, Seigneur, qui nous unis

 

Ce chant réunit tous les clichés et expressions toutes faites de la théologie réformée française récente. Il est signalé comme une révision de LP 230 « Sur ton Eglise, viens, Seigneur », ce qui n’est pas du tout le cas. Seule la mélodie, d’origine allemande, est reprise  : «Die Sach ist dein, Herr Jesu Christ, die Sach an der xwir stehn. »

 

       Les clichés et thèmes à la mode: 1°l’unité, 2P chanter l’amour de Dieu, 3° Ta parole, nous rassemble. Christocentrisme : celle du Christ, le Dieu, le Père, da l’A.T. et du N.T. n’apparaît pas. A la fin, l’inévitable « parole et pain », omettant le vin du sang du Christ. ; Str 2. C’est le thème de la paix, idéalisme moderne, autour du Christ. Str. 3 Citation d’un rengaine catholique de l’époque, beaucoup chantée chez les protestants : « Les main ouvertes devant toi, Seigneur, pour t’offrir le monde. » C’est un chant d’offertoire catholique, dans laquelle le prêtre offre à Dieu ce qui lui appartient déjà, le monde, avant d’offrir le Christ, sur lequel il n’a aucun pouvoir. Ce dernier chant est à bannir des cultes protestants. Quant à celui qui nous occupe, il n’a pas grande valeur. Sa mélodie entraînante le sauve.

 

543 C’est un rempart que notre Dieu

 

    C’est le fameux chant de Luther, traduit en français par le suisse réformée du Réveil, Lutteroth. Très bonne traduction, qu’on a depuis abîmée

Ici le texte original a été respecté. Dans ALLéluia, en revanche, un réviseur du nom de Kuntzler a ravagé ce texte par des corrections révélant l’ignorance de la théologie de Luther. (Voir sous la rubrique Table d’entrée par ALLéluia.)

 

429 C’est vers toi que je me tourne

 

Chant d’acclamation de Fraysse, de bonne qualité. Une difficulté à la strphe 1 : « Mon cœur désire te chanter » ou l’écriture musicale fait élider la syllabe « re » de désire. Difficulté augmentée par le fait qu’en bon français il faut dire « désire de te chanter. » Un pis-aller est de chanter le « –re » et le « te » qui suit rapidement pour que les deux syllabes soient prononcées, 

En plaçant sur « –-si » une noire et sur « -re » et « te »  une croche.

 

 

742 C’est vrai, tel que je suis

 

    Sans intérêt

 

 

 

754 La cévenole

 

 Chant classique des rassemblements protestants français. A conserver

 

 

 

269 Chante, chante, peuple joyeux

 

Pour de réunions de jeunes. Peu d’intérêt.

 

 

705 Chante, mon cœur 

 

    Sans intérêt

 

 

96 Chantez à Dieu strophe nouvelle

 

Excellent Psaume de Bèze ; Propre de la fête du Nouvel an juif, il est devenu le Psaume de Noël, parce qu’avec le Christ naissant sur terre, Dieu vient vers son peuple et ouvre une année nouvelle.

 

 

 

801 Chantez au Seigneur un chant nouveau

 

Antienne du Psaume 9-, put servir pour une lecture antiphonée du Psaume à Noël.

 

 

 

808 Chantez le Seigneur

 

Antienne de Psaume, à employer comme telle dans une lecture antiphonée du Psaume 96 ou 98.

 

 

 

241 Chantons de joie

 

Chant composé sur la mélodie «  O Lebensbrünnlein tief und gross ».

A la strophe 2, une erreur théologique : « Son nom sur tout homme est inscrit. » Cela est faux bibliquement. Le nom du Christ est écrit sur ses seuls fidèles ; Les autres hommes ne sont encore pas dans le salut, n’étant pas baptisés. Corriger en «  Son nom sur les siens est inscrit ; »

 

 

755 Chaque jour de ma vie

 

Chant de César Malan, exprimant la confiance en Dieu. Particulièrement indiqué avec des enfants.

 

 

 

181 Cherchez d’abord

 

Très belle strophe de Karen Lafferty, américaine ayant composé ce chant en Hollande. C’est devenu une rengaine employée sans discernement par exemple après les lectures bibliques alors que sa fonction est l’adoration. A employer modérément

 

 

491 Chrétiens, chantons le Dieu vainqueur

 

Excellent cantique de Servel, auteur catholique. Le texte ne traduit pas « O filii, o filiae », hymne latine, sur la mélodie duquel on peut chanter un très bel Alléluia.

 

875 Christ, Agneau de Dieu Luther

 

Traduction de l’Agnus Dei de Luther. Très bonne traduction. Une erreur grossière : le 1er membre : « Christ, Agneau de Dieu, qui ôtes le péché du monde, oh ! prends pitié de nous » doit être redoublé ; Cette tradition de chanter l’Agnus 3 fois remonte à avant Luther, lequel n’a fait qu’ajouter un Amen qu’on ne trouve pas en latin.

 

A chanter donc 3 fois 

 

877 Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde

 

    Réduction de l’Agnus à un répons pénitentiel : sans intérêt

 

 

477 Christ est ressuscité de la mort

 

Mauvaise traduction de l’hymne dePâques « Chris ist erstanden. » Ce chant se divise en trois parties , qui se répètent mais de façon inégale. Le premier membre dit : « Christ est ressuscité, destortures qui l’ont frappé  » et non « De la mort a triomphé. » Il faut au moins rappeler cette dureté et dire « De la mort qui l’a frappé .» Il se termine par : « Christ will unser Trost sein », Christ est notre défenseur, le Trost en allemand est le champion qui se tient à côté d’un plus faible, pour prendre sa défense.

 

Le deuxième membre reprend une manière de penser germanique, qu’on trouve dans d’autres cantiques/ « S’il n’était ressuscité, nous serions tous perdus. Puisqu’il est ressuscité, nous rendons gloire au Père de Jésus-Christ », le Tout-puissant qui a permis au Fils de ressusciter.

Dans cette partie, il y a une accélération sur la glorification du Père qui a été éliminée ici.

 

Le 3e membre reprend le 1er, introduit par 3 Alléluias, et contient le thème du Consolateur. Je propose un texte conforme à l’original :  

 

 

             CHRIST EST RESSUSCITÉ

          DE LA MORT QUI L’A FRAPPÉ

                     Christ ist erstanden

 

 

                   Christ est Ressuscité

                  De la mort qui l’a frappé !

           Réjouissons-nous tous en chœur :

                Christ est notre Défenseur.

                    Kyrieleis  (Alléluia)

 

                          

                    S’il n’était ressuscité

             Nous n’aurions pas été sauvés !

                   Puisqu’il est ressuscité,

          Nous bénissons Dieu pour l’éternité.

                    Kyrieleis   (Alléluia)

 

 

              Alléluia, Alléluia, Alléluia !

           Réjouissons-nous tous en chœur :

               Christ est notre Défenseur.

                    Kyrieleis  (Alléluia)

 

 

 

 

           Texte :           Christ ist erstanden

                                 (Christus resurrexit germanice)

                                 Bavière/Autriche, 12e à 15e Siècle

                                 RA 92, EG 99

                                 fr. : Yves Kéler 1971

 

          Mélodie :        Christ ist erstanden

                                 Salzburg, Autriche 1160/1431

                                 Tegernsee, Bavière 15e  Siècle

                                 Wittenberg 1529

                                 RA 92, EG 99

                                 fr. : Christ est ressuscité

                                        (mélodie simplifiée)

                                        NCTC 207, ARC 477, ALL 34/07

 

 

 

 

 

479 Christ est ressuscité, de son tombeau

 

Sans intérêt

 

 

489 Christ est ressuscité, cet hymne de victoire

 

Excellent chant d’Edouard Monod sur une excellente mélodie de Duvernois. Manquait dans NCTC, a été supprimé par Alléluia. Ainsi cet excellent cantique disparaîtra au profit de foutaises par la grâce de commissions incultes. Voici le texte intégral :

 

 

 

                 CHRIST EST RESSUSCITE,

                CET HYMNE DE VICTOIRE

                         Révision de LP 151

 

 

1. Christ est ressuscité,

    Cet hymne de victoire

    Vers Dieu, d’un seul élan,

    Franchit l’immensité !

    Voici l’achèvement

    De l’œuvre expiatoire :

    Oui, tout est accompli,

    Christ est ressuscité !

 

2. Supporte sans frémir

    Le regard de ton Juge,

    En t’appuyant sur Christ,

    Lui qui t’a racheté.

    Entre ses bras vainqueurs

    Viens chercher un refuge ;

    Il a payé ta dette :

    Il est ressuscité !

 

3. Le sépulcre vaincu

    Proclame avec puissance :

    « Sa justice est parfaite,

    Et sa divinité ! »

    Adorons en Jésus

    Ce qu’il est par naissance :

    Il était Fils Unique,

    Il est ressuscité !

 

4. Nous briserons aussi

    Un jour la froide pierre,

    Un jour nous atteindrons

    Le seuil d éternité ;

    Et là nous recevrons,

    Dans la maison du Père,

    Un bonheur éternel :

    Christ est ressuscité !

 

5. A s’unir à sa vie,

    Le Rédempteur appelle :

    Aimants de son amour,

    Saints de sa sainteté,

    Sur cette terre entrons

    Dans une vie nouvelle,

    En attendant les cieux :

    Christ est ressuscité !

 

 

 

            Texte :       Christ est ressuscité,

                              cet hymne de victoire

                              Ed.Monod

                              Rec. Eglises Réformées 1895, n° 45

                              LP 131

                              rév. : Yves Kéler

 

             Mélodie :  Christ est ressuscité,

                              Cet hymne de victoire

                              H.L.Duvernois

                              Rec. Egl. Réformées 1895, n° 45

                              LP 131

 

 

Le texte 

 

        Le texte du chant dans le Recueil des Eglises Réformées de 1895 comprend 5 strophes. LP 131 en a enlevé une, la 3e de l’original.

 

        Il m’a paru important de la rétablir, car elle insiste sur le fait que le Christ est : 1° le « juste parfait », mort non pas pour son péché, mais en sacrifice pour les pécheurs ; 2° Fils de Dieu par « essence », selon le mot employé par Ed. Monod. Il ne peut donc pas rester mort, et doit nécessairement ressusciter. C’est pourquoi « Le sépulcre vaincu proclame sa justice, et sa divinité. » Cette strophe rare est une des perles de la théologie et de la piété du 19e Siècle français.

 

La mélodie

 

 

        Cette mélodie de Duvernois, qu’on retrouve dans LP 131, est une merveille de tension et de rigueur, en même temps que de vie. Elle met très bien ce beau texte en valeur.

 

 

 

871 Christ est venu

 

Excellent chant pour l’anamnèse dans la Cène.

 

 

 

472 Christ est vivant, il est ressuscité

 

Peut servir comme acclamation après l’évangile ou comme antienne à un Psaume de Pâques, Ps. 118 ou 116

 

 

 

 

 

485 Christ est vraiment ressuscité

 

Sur la mélodie de « Gelobt sei Gott im höchsten Thron », mais mal composé : les finales des vers 2 et 3 sont masculines et non féminines, ce qui crée une vraie difficulté pour le chant. De plus les rimes ont disparu. La difficulté de ce chant est qu’il a trois rimes masculines identiques. Cette traduction est sans grande valeur. Ci-dessous, traduction de l’original :

 

  LOUANGE AU PÈRE, EN TOUS LES LIEUX !

                 Gelobt sei Gott im höchsten Thron

 

           Mélodie : Gelobt sei Gott im höchsten Thron

                      

 

1. Louange au Père en tous les lieux !

    Grâce à Jésus, le Fils de Dieu,

    Nous est ouvert l'accès des cieux !

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

 

2. Après trois jours, au clair matin,

    Par le pouvoir de l'Esprit Saint,

    Christ rompt la pierre qui le tient.

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

 

3. Un ange dit : Ne craignez pas !

    Je sais bien qui vous cherchez là :   

    Mais Jésus est parti, déjà !

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

 

4. Il est ressuscité des morts !

    Ici était couché son corps :

    Il est sorti, vivant et fort !

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

 

5. Nous t'en prions, Seigneur Jésus,

    Puisque par toi la mort n'est plus :

    Conduis-nous tous à ton salut.

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

 

6. Libérés par toi du péché,

    Nous bénissons ta majesté,

    Te chantons pour l'éternité :

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

   

7. Gloire à Dieu dans les plus hauts cieux,

    Gloire à Jésus, le Fils de Dieu,

    Gloire à l'Esprit, Dieu en tous lieux.

    Halléluia, Halléluia, Halléluia !

  

 

             Texte:         Gelobt sei Gott im höchsten Thron

                               Michael Weisse  +1534

                               RA 98, EG 10

                               frs Yves Kéler, 11.1.2003

 

             Mélodie:      Gelobt sei Gott im höchsten Thron

                               Melchior Vulpius  1609

                               RA 98, EG 103

 

 

311 Comment te reconnaître

 

Traduction du « Wie soll ich dich empfangen » de Paul Gerhardtpar l’équipe de Capieu. Le texte est tronqué, et beaucoup de belles images de Gerhardt sont éliminées.  La traduction de Georges Pfalzgraf est meilleure :

 

 

 

                                              COMMENT, CÉLESTE MAÎTRE,

ME FAUT-IL T'ACCUEILLIR ?

Wie soll ich dich empfangen, P. 1653

 

Am ersten Sonntag des Advents – Au premier dimanche de l’Avent (E 1669)

 

Matthieu 21/5-8, Luc 1/46-55

 

Traduction de Georges Pfalzgraf

 

Mélodie : Wie soll ich dich empfangen

                                                             

                                                                             VIII  7f.6, 7f.6 / 7f.6, 7f.6

 

              A.  L’accueil du Messie

 

1. Comment, céleste Maître,      ICH-MOI

Wie soll ich dich empfangen,

    Me faut-il t'accueillir,               

Und wie begegn ich Dir,

    Toi qui partout fais naître       

O aller Welt Verlangen,

    Un vif et saint désir ?              

O Jesu, meine Zier ?

    Jésus, que dans mon âme          

O Jesu, Jesu, setze

    Se lève un jour nouveau,          

Mir selbst die Fackel bei,

    Et que mon cœur s'enflamme  

Damit, was dich ergötze

    Pour toi, comme un flambeau !

Mir kund und wissend sei!

 

2. Sion couvrit ta route   

Dein Zion streut dir Palmen

    De palmes sous tes pieds ;      

Und grüne Zweige hin,

    Mes psaumes j'y ajoute

Und ich will dir in Psalmen

    Mes chants pour t'acclamer !   

Ermuntern meinen Sinn ;

    Que tout en moi fleurisse        

Mein Herze soll dir grünen

    Sans cesse en ton honneur ;   

In stetem Lob und Preis,

    Que de mon cœur jaillissent  

Und deinem Namen dienen,

    Des chants pour toi, Seigneur ! 

So gut es kann und weiss.

 

              B.  Le Messie s’abaisse jusqu’à moi

 

3. Plongé dans les ténèbres,        DU-TU

Was hast du unterlassen

    Qu'étais-je alors sans toi         le Christ

Zu meinem Trost und Freud,

    Tu m'apportas ton aide,          

Als Leib und Seele sassen

    Tu me remplis de joie !         

In ihrem grössten Leid ?

    J'étais loin du Royaume         

Als mir das Reich genommen,

    Où resplendit ta paix :             

Da Fried und Freude lacht,

    Tu vins, Sauveur de l'Homme,

Da bist du, mein Heil, kommen

    Et m'en ouvris l'accès !           

Und hast mich froh gemacht.

 

4. J'étais lié de chaînes,               

Ich lag in Todes Banden,

    Tu viens m'en délivrer.           

Du kommst und machst mich los.

    J'allais subir ma peine,            

Ich stund in Spott und Schanden,

    Tu viens m'en libérer.             

Du kommst und machst mich gross

    Tu m'offres pour couronne    

Und hebst mich hoch zu Ehren

    Ta grâce et ton amour.           

Und schenkst mir grosses Gut,

    Ces biens que tu me donnes     

Das sich nicht lässt verzehren,

    Demeureront toujours.              

Wie irdisch Reichtum tut.

 

                       *                                                                         *

 

5. Venu d'auprès du Père,         

Nichts, nichts hat dich getrieben

    Poussé par ton amour,          

Zu mir vom Himmelszelt

    Tu marches vers tes frères,  

Als das geliebte Lieben,

    Pour leur porter secours.      

Damit du alle Welt

    Ton cœur plein de tendresse,

In ihren tausend Plagen

    Emu de compassion,            

Und grossen Jammerlast,

    Les voit dans la détresse       

Die kein Mund kann aussagen,

    Et veut leur guérison.          

So fest umfangen hast.

 

6. Peuple abattu et triste,           DU-TU

Das schreib dir in dein Herze,

    Inscris-le dans ton cœur,       le peuple

Du hochbetrübtes Heer,

    Et sache qu'il persiste           

Bei denen Gram und Schmerze

    A faire ton bonheur.             

Sich häuft je mehr und mehr.

    Il frappe à notre porte,          

Seid unverzagt, ihr habet

    Il frappe et il attend,             

Die Hilfe vor der Tür ;

    Et son amour exhorte

Der eure Herzen labet

    « Ouvrez-moi promptement ! »

Und tröstet, steht allhier.

 

              C.  Il vient !

 

7. Inutile est la peine                   ER-LUI                  

Ihr dürft euch nicht bemühen

    Qui cherche à le forcer,        

Noch sorgen Tag und Nacht,

    Car toute force est vaine       

Wie ihr ihn wollet ziehen

    Et ne peut l'attirer !              

Mit eures Armes Macht.

    Il vient par sa tendresse,     

Er kommt, er kommt mit Willen,

    Selon sa volonté

Ist voller Lieb und Lust,

    Et chasse la tristesse,           

All Angst und Not zu stillen,

    La peur et le péché

Die ihn an euch bewusst.

 

8. Si vos nombreuses fautes    

Auch dürft ihr nicht erschrecken

    Vous sont un lourd fardeau,

Vor eurer Sünden Schuld ;

    Sachez que Christ les ôte,   

Nein, Jesus will sie decken

    Qu'il est le saint Agneau :   

Mit seiner Lieb und Huld.

    Il vient pour les coupables,

Er kommt, er kommt, den Sündern

    Il vient pour les sauver       

Zu Trost und wahrem Heil,

    Et leur dresse une table       

Schafft, dass bei Gottes Kindern

    Parmi les héritiers !              

Verbleib ihr Erb und Teil.

 

                        *                                                                      *

 

9. Que peuvent la malice        

Was fragt ihr nach dem Schreien

    Et le cri des puissants ?       

Der Feind und ihrer Tück?

    Rien ! le Seigneur disperse

Der Herr wird sie zerstreuen

    Leur force en un instant !  

In einem Augenblick.

    Il vient en Roi de gloire    

Er kommt, er kommt, ein König,

    Et son bras infini               

Dem wahrlich alle Feind

    Remporte la victoire          

Auf Erden viel zu wenig

    Sur tous ses ennemis.       

Zum Widerstande seind.

 

10. Il vient juger le monde,  

Er kommt zum Weltgerichte

      Les morts et les vivants. 

Zum Fluch dem, der ihm flucht,

      Tous lui renront des comptes

Mit Gnad und süssem Lichte

      Les bons et les méchants

Dem, der ihn liebt und sucht.

      Oh ! viens, soleil céleste,

Ach komm, ach komm, o Sonne,

      Nous prendre auprès de toi, 

Und hol uns allzumal

      Et nous vivrons sans cesse  

Zum ewgen Licht und Wonne

      Dans l'éternelle joie !          

In deinem Freudensaal.

 

.

                                Texte :      Wie soll ich dich empfangen

                                                 Paul Gerhardt, 1653

                                                 Cr Si 31/1

                                                 RA 17, EKG 10, EG 11

                                                 fr. : Georges Pfalzgraf, 1979,1981

 

                                Mélodie:  Wie soll ich dich empfangen,

                                                 Johann Crüger, 1653

                                                 RA 17, EKG 10, EG 11

                                                 fr. :  sous : Saint envoyé du Père LP 98

                                                         sous : Comment te reconnaître

                                                                  NCTC 161, ARC 311

 

Texte avec mélodie : voir Tome II, N° 1

 

 

Le texte

 

            Il se développe en trois grandes parties : 1° les strophes 1 et 2 : elles parlent de l’accueil joyeux du Christ au premier de l’Avent, qui est le thème premier. Ebeling écrit en effet : « Am ersten Sonntag des Advents – Au premier dimanche de l’Avent ».  2° Les strophes 3 à 6 : à la strophe 3 apparaît la raison de la venue du Christ : « Ich lag in Todes Banden,  Du kommst und machst mich frei – J’étais lié de chaînes, tu viens m’en délivrer ». L’œuvre salvatrice du Christ est décrite dans les strophes suivantes.  3° Strophes 9 et 10 :  en fait le Christ vient pour le jugement du monde, à la fin des temps, et pour l’entrée triomphale des élus dans le Royaume.

 

            La première strophe du chant ouvre le temps de l’Avent, la dernière renvoie à la fin de l’année de l’Eglise, avec le jugement dernier à l’Avant-dernier dimanche et avec la Jérusalem céleste au Dernier dimanche de l’année de l’Eglise. Le chant s’étend donc du 1er de l’Avent au dernier de la Trinité, et reflète la conception juste de l’Avent : ouvrir à toute l’année et à toute l’œuvre du Christ, depuis son premier avènement jusqu’à son deuxième et dernier.

 

Les références bibliques principales

           

            La première référence biblique centrale est l’évangile de l’entrée de Jésus à Jérusalem, dans Matthieu 21/1-5. C’est la lecture initiale des Rameaux, dimanche de la Semaine sainte, transposée au cours du Moyen-Age au 1er de l’Avent et mise en rapport avec le Psaume 24 : « Laissez entrer le roi de gloire ». Ce récit apparaît donc deux fois dans les lectures de l’année, au premier de l’Avent, selon Matthieu 21, et aux Rameaux, selon Jean 12.

           

            La deuxième référence principale est le Magnificat, Luc 1/45-56, qu’on retrouve dans la 2ème strophe : « Mein Herze soll dir grünen  In stetem Lob und Preis – Mon cœur pour toi verdisse (allusion aux palmes de louange)  En continuels louange et honneur. »

 

            La troisième référence, à partir de la strophe 3, est le Psaume 40, qui est la complainte d’un malheureux que Dieu tire de la fosse, v. 2. Ici apparaît le thème de l’homme perdu au fond de l’obscurité du monde, obscurité dans laquelle le Christ de lumière descend pour le chercher, le faire remonter et le sauver. Ce thème, fortement développé par les gnostiques dans l’Antiquité, a été repris par les mystiques au 13e Siècle, en particulier rhénans, et a joué un rôle important dans la piété médiévale et dans le luthéranisme. Nous retrouverons souvent ce thème chez Gerhardt.   

 

La palme et le flambeau

 

            De là l’image du flambeau et de la lumière que le Christ place en ma main. La palme, que moi je tiens en main pour accueillir le Christ, devient le flambeau, que lui, le Christ, me donne, pour que je puisse sortir de ma prison obscure et le louer à la lumière. Mais dans la 2e strophe, « Palmen – les palmes » rime avec « Psalmen – les Psaumes », jeu de mots que l’allemand permet. Cette fois, la palme devient le Psaume, que le chantre offre au Christ. Vient immédiatement ensuite la citation du Magnificat : « Mein Herze soll dir grünen – que mon cœur pour toi verdisse ».

 

Il vient  

 

            Un thème récurrent traverse le chant : « Il vient », au 1er de l’Avent, en mon cœur, dans son peuple, pour le salut, pour le jugement. Ce thème imprime un mouvement au chant, qui va du début de l’histoire du salut à la fin des temps :

 

           str 3 :   tu viens, apportant la joie dans mon abandon

           str 4 :   tu viens, et m’élèves dans la gloire

           str 7 :   il vient, volontairement et de lui-même

           str 8 :   il vient, pour sauver le pécheur

           str 9 :   il vient, comme un roi invincible

           str 10 : il vient, pour juger le monde :

                       Oh ! viens, nous prendre auprès de toi 

 

            Il y a une gradation : de la joie de l’accueil du Christ, on passe à son œuvre de salut, puis au Roi invincible qu’il devient, à son jugement sur le monde et au tri entre boucs et brebis selon Matthieu 25, et enfin au salut final.

 

            Dans sa traduction, Georges Pfalzgraf a très exactement rendu ce thème. J’ai mis les occurrences de « viens-vient » en caractères gras, pour les relever, et aussi pour mettre en évidence la qualité de la traduction, qui suit méthodiquement l’original.

 

La mélodie

 

            La mélodie est de Crüger, en 1653, et remplace avantageusement « Valet will ich dir geben » et « Herzlich tut mich verlangen », que d’ailleurs Crüger et Ebeling indiquent dans la Praxis. Ces deux mélodies ont été souvent employées jusqu’au 20e Siècle. On est revenu définitivement dans EKG 1951 et RA 1952 à la splendide mélodie propre de Crüger.

 

            Celle-ci se développe en deux parties, qui sont aussi deux courbes ascendantes puis descendantes. Les quatre premières lignes forment une courbe répétée, qui reste basse, allant du mi à la note la plus élevée, le la. Les quatre suivantes forment une longue courbe, plus haute et allant en deux notes du la, sommet de la première courbe, au ré. Après cet envol puissant et rapide, la courbe descend lentement jusqu’au mi, la note du début, avec laquelle recommence la strophe suivante. Les quatre premières lignes portent un texte de caractère objectif, une annonce de l’évangile, les quatre suivantes portent un texte subjectif, la réponse du croyant. Le sommet de la deuxième courbe, qui est aussi le sommet de la mélodie, reçoit les mots-clés du chant :  str 1 : O Jesu  sus, que  ;  str 2 : Mein Herze – Mon cœur ; str 3 : Als mir das Reich – Lorsqu’à moi le royaume ;  str 4 : Und hebet mich – M’éve ;  str 5 : In ihren tausend Plagen – Dans ses multiples peines ;  str 6 : Seid unverzagt – Sans crainte, … ; str 7 et 9 : Er kommt- Il vient ;  str 10 : Ach komm, ach komm – Oh ! viens, Oh ! viens.

 

            Cette mélodie est un exemple de « solo-artige Melodie – mélodie de type solo », qui fait chanter l’assemblée ce qui a la forme d’un chant de soliste. Ces mélodies sont souvent très animées et d’une grande tessiture, et donnent au texte un habillage somptueux. Nous en rencontrerons plus d’un chez Gerhardt.

 

            Chanter énergiquement, mais pas trop vite, cette mélodie bien charpentée et personnelle, pour lui laisser le temps de s’épanouir.

 

 

 

702 Comme on est heureux ici

 

Sans intérêt

 

 

42 Comme un cerf altéré brame

 

On a conservé intelligemment la forme de Conrart pour les 4 premières strophes. Mais le Ps 43 vient polluer le chant aux strophes 5 et 6. En revanche , a été perdue la belle strophe sur le mont Hermon. Néanmoins un bon travail, qui forme un bon chant pour l’assemblée

 

 

 

 

428 Comme un enfant

 

Très bon chant de Budry. Malheureusement, on a corrigé inutilement la strphe 2, sans apporter rien de neuf. De mêm la strophe 3 a été inutilement modifiée . a la strophe 4, on a éliminé l’âme au profit de l’être, ce qui montre la faiblesse théologique de l’équipe de Capieu, qui parmi ses a prioris en a contre l’âme. La strophe 5 a été éliminée au profit d’un prêchi- prêcha sans lien avec l’original. Voici le texte classique

 

 

232 Comme un souffle fragile

 

Ce chant est né d’un contresens, car la parole de Dieu n’est pas un souffle fragile, mais une parole puissante. L’erreur provient d’une mauvaise lecture du récit d’Elie dans la caverne du Horeb dans I Rois 19 /9-18. Après le passage de Dieu et l’orage et le tremblement de terre, il y eut un murmure doux et léger. Autant il est dit que Iahvé n’est pas dans le vent violent ni dans le tremblement de terre, autant il n’est pas dit qu’il est dans le murmure. Après ces théophanies, des paroles énergiques sont prononcées : « Va, reprends ton chemin par le désert, et va oindre Hazael sur la Syrie, et Jéhu sur Israël. C’est le prémice de grandes violences : Hazael fera la guerre à Israël et Achab y mourra, et Jéhu  purifiera Israël en liquidant Jézabel et en organisant des purges meurtrières. La Parole de Dieu est ici puissante et loin du souffle fragile des auteurs qui ne lisent pas les textes de la Bible.

Ce chant est sans intérêt, sauf à être une roucoulade sentimentale pour le chrétien moderne qui a oublié la Bible depuis longtemps.

 

 

 

616 Confie à Dieu ta route

 

Excellent cantique de Charles Dombre, qui essaie de restituer en 5 strophes le » Befiehl du deine Wege « de Paul Gerhardt. Dombre n’a pas traduit le texte, il l’a transposé en une forme abrégée. Mais son travail est excellent. Malheureusement, à caudse de la pauvreté des recueils français en chants de consolation, il est devenu une rengaine à tous les enterrements que plus personne ne veut chanter. De plus, on a mutilé le chant d’une strophe, par la manie des auteurs français de toujours retrancher quelque chose, depuis des générations. Voici le texte original complet de Dombre :

 

CONFIE A DIEU TA ROUTE                                          

            (Befiehl du deine Wege )

 

                 Charles Dombre 1935

 

    Mélodie: Herzlich tut mich verlangen

                   = O Haupt voll Blut und Wunden

                   Valet will ich dir geben (Mariages)

                   Befiehl du deine Wege Gesius

 

                                              alld: Befiehl du dein Wege

 

1. Confie à Dieu ta route:          str 1: Befiehl du deine Wege

    Dieu sait ce qu'il te faut.

    Jamais le moindre doute

    Ne le prend en défaut.

    Quand à travers l'espace

    Il guide astres et vents,

    Ne crois-tu pas qu'il trace

    La route à ses enfants ?

 

2. Tout chemin qu'on t'impose   str 4: Weg hast du allewegen

    Peut devenir le sien ;

    Chaque jour il dispose

    De quelque autre moyen.

    Il vient, tout est lumière,

    Il dit, tout est bienfait !

    Nul ne met de barrière

    A ce que sa main fait.

 

3. Consens à lui remettre          str 8/ Ihn, ihn lass tun und walten 

    Le poids de ton souci.

    Il règne, il est le Maître,

    Maintenant et ici.

    Captif, pendant tes veilles,

    De vingt soins superflus,

    Bientôt tu t'émerveilles

    De voir qu'ils ne sont plus !

 

4. Mais peut-être une crainte     str 9: Er wird zwar eine Weile

    Te fait gémir encor,

    Te serre en son étreinte :

    « Néglige-t-il mon sort ! »

    Non ! garde l'espérance :

    Dieu prépare en secret

    La seule délivrance

    A quoi tu n'es pas prêt !

 

5. Bénis, ô Dieu nos routes,       str 12: Mach End, o Herr, 

    Nous les suivrons heureux,              mach Ende

    Car, toi qui nous écoutes,

    Tu les sais, tu les veux.

    Chemins riants ou sombres,

    J'y marche par la foi :

    Même au travers des ombres

    Ils conduisent à toi !

 

 

 

              Texte           Confie à Dieu ta route

                                  Charles Dombre 1935

                                  d'après « Befiehl du deine Wege »

                                  de Paul Gerhardt 1653/46

                                  Texte complet en 5 strophes,

                                  dans LP 308

                                  d'après « Befiehl du deine Wege »

                                  de Paul Gerhardt 1653/46

                                  Texte ramené à 4 strophes

                                  par suppression de le strophe 4,

                                   dans NCTC 279, ARC 616, ALL 47/04

                                  rév str 4 : Yves Kéler 3.11. 2007

 

              Mélodie       Herzlich tut mich verlangen

                                  = O Haupt voll Blut und Wunden

                                  Bartholomäus Gesius 1603

                                  RA 429, EG 361

                                  LP 308, NCTC 279, ARC 616, ALL 47/04

                                  Cette mélodie s'adapte bien aux enterrements

 

                      ou         Befiehl du deine Wege

                                   Bartholomäus Gesius 1603

                                   Arrangée par Georg Philipp Telemann 1730

                                  EG 361

                                  Cette mélodie s'adapte bien

                                             aux enterrements :

                                  elle a une tendresse, plus intime que :

                                  O Haupt voll Blut und Wunden

 

                     ou         Valet will ich dir geben

                                  Melchior Teschner 1614

                                  RA 483, EG 523

                                  LP 144 , NCTC 203, ARC 483, ALL 34/11

                                  Cette mélodie joyeuse s'adapte bien

                                              aux mariages et aux baptêmes

 

Le texte

 

        Le texte de ce chant est de Charles Dombre. Il a été composé en 1935, en prévision du Louange et Prière, dont Charles Dombre était un des collaborateurs au nom de l'Eglise Luthérienne de France.

 

        Charles Dombre n'a pas traduit tout le chant de Gerhardt. Il en a repris certaines parties, pour développer le thème de la confiance : « Confie à Dieu ta route » que Gerhardt développe en 4 strophes : « Befiehl ; Dem Herren ;  Dein ; Wege ».

 

        La 1ère strophe de Dombre traduit  la 1ère de Gerhardt.

        La 2ème        «           «        reprend la 4ème et la 5ème     

        La 3ème        «           «        traduit   la 2ème

        La 4ème        «           «        reprend la 9ème et la 10ème      

        La 5ème        «           «        reprend la 1ère et la 12ème

 

        Seules deux strophes sont réellement traduites, les autres reprennent les thèmes de Gerhardt. Néanmoins, le texte de Dombre est excellent en lui-même. Malheureusement on l'a mutilé d'une strophe, comme tant d'autres chants, dans NCTC et ses successeurs ARC et ALL. De plus, du fait de la pauvreté des livres français en cantiques d'enterrement, on en a fait une rengaine pour les cultes des funérailles, qui tend à rendre ce chant insupportable !

 

La mélodie

 

        La traduction de ce chant peut servir pour le combat spirituel, la maladie et l'épreuve, ainsi que pour l'enterrement. Quoique on en abuse actuellement, vu la pauvreté des recueils de cantiques français en chants pour l'enterrement. Pour cet usage, la mélodie d'origine, « Herzlich tut mich verlangen = Chef couvert de blessures » est bonne. De même, la mélodie de Gesius est excellente.

 

        Le chant peut aussi servir pour le mariage, ou le baptême. On peut faire un choix judicieux de strophes selon les circonstances. Pour ces actes et fêtes, on pourra employer avec bonheur « Valet will ich dir geben - Jésus sort de la tombe », qui donne un caractère joyeux au texte.

 

 

 

425 Consacre à ton service

 

Très bon chant de consécration de Théodore Monod1874. Le texte selon LP 390 est inchangé avec justesse. Ne pas chanter trop vite.

 

 

 

Visiteurs en ligne

106897
Aujourd'huiAujourd'hui233
HierHier884
Cette semaineCette semaine3117
Ce moisCe mois7396
Tous les joursTous les jours1068975
Template by JoomlaShine