« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


9e DIMANCHE APRES LA TRINITE     2009                                           1

Thème : Gérants des biens de Dieu

Matthieu 25/14-30, Parabole des talents


A.  Il n’est pas facile de partir en laissant une entreprise ou un commerce à la responsabilité d’autres gens.

1.   Je me souviens de cette histoire, de l’époque où le service militaire obligatoire existait encore :

      Un jeune homme de 24 ans, chef d’entreprise, est appelé sous les drapeaux. Il ne trouve pas de remplaçant, et son chef l’autorise à rentrer chaque soir pour régler les problèmes de l’entreprise. Depuis 8 jours, il n’est plus revenu à la caserne, car il faut qu’il reste dans son entreprise pour la gérer. Il risque la prison pour désertion, et le tribunal doit statuer prochainement. Je ne sais pas comment l’affaire fut réglée.

        Il n’est pas facile de confier son entreprise à quelqu’un et de s’en aller.

2.    Jésus nous raconte une histoire grave et sérieuse :

       Un homme très riche s’en va en voyage, et confie des sommes importantes à ses employés. Il faut savoir qu’un talent d’or est un véritable lingot et vaut environ 5000 Francs or. Ce qui donne pour un talent la valeur approximative de 25.000 Euros, ou 150. 000 F environ, ce qui est déjà une belle somme.

        Or notre patron voyageur confie au premier serviteur 10 talents, à savoir la somme de 250.000 Euros, soit 1.500.000 F, ce qui donne en centimes ou francs anciens : 150.000.000. Au 2e il confie la moitié de cette somme, soit 125.000 Euros, et au dernier un talent, ce qui fait 25.000 Euros. Au total, il remet à ses trois serviteurs la somme de 400.000 Euros, soit 2.400.000 F, ou

                                                                                                 2
encore 240.000.000 de centimes. Ce sont vraiment de très grosses sommes, surtout à l’époque. Certains disent que cela équivaut pour chacun au salaire d’une vie de travail à l’époque.

B. 1.   Dans la parabole, l’homme riche, c’est Dieu.

          Les talents que Dieu donne, ce sont des dons, des capacités de faire quelque chose. Des talents dans le sens où nous l’employons toujours. Ce sens du mot provient d’ailleurs de cette parabole de Jésus.

2.   D’où cette question à chacun : Quel talent Dieu t’a-t-il donné ?

a.      à l’un , le sens de l’équilibre : regardez certains enfants : ils ne tombent jamais. D’autres chutent fréquemment. L’équilibre est un don inné.

b.      à d’autres est donné le sens du beau : certains enfants font très naturellement de très beaux dessins, d’autres ne dépassent pas le gribouillage. Le sens du beau peut être visuel; ou auditif. Les uns sont plus sensibles à ce qui est beau aux yeux. D’’autres sont naturellement musiciens, mais ne distinguent pas beaucoup entre le laid et le beau. J’ai connu un excellent musicien, qui vivait dans un mobilier et un cadre horrible !

c.       mais chacun a un don : le maladroit peut être un très bon mathématicien, celui qui n’est pas sensible au beau peut être un bon mécanicien.  Chacun a un don, et ce don est reçu de Dieu.

        Déjà dans la Bible ces dons sont relevés. Dans Esaïe 11, le prophète indique quels dons le fils du roi, qui va naître à Jérusalem, aura : la sagesse, l’intelligence, et le conseil, c’est-à-dire la capacité de diriger. La force, le courage, la connaissance de Dieu, la crainte de l’Eternel. A ces 6 dons, St Paul ajoute

                                                                                                     3
l’amour, comme le plus grand de tous ces dons. Cette énumération nous donne les 7 dons du Sain-Esprit, dont parle déjà le vieux chant du Veni Creator, composé du temps de Charlemagne, au IXe siècle, et que Luther cite dans trois de ses chants.

C. 1.   Ce don doit être mis en valeur : c’est le sens de la parabole.


       a.  en valeur pour Dieu
       b.  en valeur pour les hommes

        Rappelez-vous le mot d’ordre de cette semaine : « De qui a beaucoup reçu, il sera beaucoup demandé » Dans tous les domaines : Ecole, métier, apprentissage de techniques, moyens financiers.

2.    Car Dieu ne peut pas faire fructifier le monde tout seul : il lui faut des collaborateurs. Voyez l’histoire du paradis : Dieu y a placé l’homme pour le cultiver et le garder, pas pour ne rien y faire.. Et c’est tout bonnement nous qu’il choisit aujourd’hui, après tant d’autres avant nous.

        Si nous ne faisons rien pour Dieu et avec Dieu, nous sommes de mauvais serviteurs, comme celui qui enterre son talent.

3.    Chacun doit mettre son talent, non seulement au service de Dieu, mais aussi à celui des autres, les frères dans la paroisse, et les non chrétiens en dehors,  les prochains, quels qu’ils soient. L’apôtre Pierre le dit expressément dans sa lettre : « Que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu. » (4/10).

4.    Car personne n’a tous les dons : nous avons besoin de ceux des autres, et les autres ont besoin de notre don. La mise au service réciproque de nos talents est donc une nécessité.

                                                                                                  4
        En effet, les uns ne savent pas cuisiner, mais d’autres font cela très bien, en sorte que nous pouvons tous manger, doués ou non en cuisine. Tout le monde ne sait pas peindre : il nous faut aussi « l’homme aux pinceaux ». Et les comptables sont les bienvenus chez les illettrés mathématiques !

        Rappelez-vous la parole du Christ : Vous avez beaucoup reçu ? Eh bien, donnez beaucoup ! Car il vous sera demandé. C’est ce qu’on attend de vous avec raison : si Dieu vous a donné tel don, les autres sont en droit d’attendre que vous leur rendiez ce service. Pas parce qu’ils seraient simplement égoïstes, mais parce que les gens sont solidaires, et que nous devons nous sentir solidaires. Dieu nous a créés ainsi, et il nous ordonne de l’être. L’apôtre Jacques dit dans sa lettre : « Si quelqu’un sait ce qu’il faut faire et ne le fait pas, celui-là commet un péché ! »

5.     Mais celui qui ne fait rien de son talent, celui-ci lui sera enlevé, et donné à un autre. Cette parole surprend. Mais : qu’est-ce que Dieu peut faire avec quelqu’un qui ne veut rien faire ? Alors que les choses doivent être faites ? Il ne lui reste plus qu’à enlever à l’incapable ce qu’il a et à la donner à un autre, afin que celui-ci en fasse quelque chose !

D.      A l’œuvre donc ! Mettons en pratique, faisons fructifier nos talents :

a.  pour Dieu
b.  pour les hommes

aussi longtemps que nous en avons le temps.        Amen

                       

                                           Yves Kéler

                                                                                               5

CHANTS ET LECTURES

                                              
ARC 152/1-4 = Ps 127 L’Eternel seul est ma lumière
Jérémie 1/4-10 ; Philippiens 3/7-11
Graduel : ARC 427/1+2 Tu me veux à ton service
Matthieu 25/14-30  Parabole des talents
ARC 425/1-4 Consacre à ton service  
Prédication
ARC 426/1-4 Qu’il fait bon à ton service
Ste Cène : ARC 587/1-3 C’est toi, Jésus, le pain rompu
                 ARC 254/3     En tonnons un saint cantique
Sortie : ARC 881 Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ

Visiteurs en ligne

112726
Aujourd'huiAujourd'hui304
HierHier1033
Cette semaineCette semaine1337
Ce moisCe mois11381
Tous les joursTous les jours1127263
Template by JoomlaShine