« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


3e Dimanche après la TRINITE

Dimanche 20 juin 2010

Le message de la réconciliation

I Timothée 1, 12-17

Remerciement à la fin de l’année scolaire


A.    L’apôtre Paul dit : « Je remercie celui qui m’a fortifié, Jésus-Christ
, notre Seigneur, qui m’a jugé fidèle et qui m’a placé dans le ministère où je suis. »
    Nous approchons de la fin de l’année scolaire et de l’année du catéchisme.  Nous pouvons remercier Dieu pour plusieurs raisons.

1.    Nous avons des écoles, et nous pouvons y aller. Nous disposons de maîtres. Et tout cela pour un prix très faible, puisque notre enseignement est gratuit et obligatoire.

    Gratuit : les maîtres et les installations sont payés, par l’Etat, la Région ou la commune. Cela représente environ 5000 Euros par élève. Si les familles devaient payer cette somme, très peu d’entre vous iraient à l’école.

    Obligatoire : Les parents sont obligés d’envoyer les enfants à l’école, c’est-à-dire qu’il est interdit de les faire travailler avant l’âge de 16 ans. Savez-vous quel est le premier sens du mot « école » ? « Temps libre », temps pendant lequel on ne travaille pas et où on a le temps d’étudier. Or dans beaucoup de pays du monde, les enfants ne vont pas à l’école, mais à l’usine ou aux champs. Nous, protestants d’Alsace-Lorraine, nous pouvons être fiers. Savez-vous où et quand, sur l’actuel territoire français, l’enseignement public gratuit et obligatoire a été créé ? À Strasbourg, ville protestante, en 1539 ! Le magistrat, c’est-à-dire le gouvernement de Strasbourg, voulait que chaque Strasbourgeois sache lire la Bible, le catéchisme et le livre de cantiques. Remercions donc pour tout cela.

2.     Nous pouvons aussi remercier pour le catéchisme et l’enseignement religieux à l’école.
Nous pouvons y aller, c’est un droit. Nous avons des locaux, mis à disposition par la commune ou par la paroisse. Nous disposons de maîtres : les pasteurs, les catéchètes de la paroisse et ceux de l’école, ou les moniteurs du club biblique. Et à l’école, au collège et au lycée, nous disposons de salles, de maîtres et des livres payés par l’État ou la commune.
   
                 Il y a des pays où il est interdit de faire du catéchisme. Il y a vingt ans, dans les pays communistes, et aujourd’hui encore en Chine, en Corée du Nord. Mais aussi dans certains pays musulmans, en Iran, au Yémen, en Arabie saoudite, dans certains pays africains. Parfois ce n’est pas interdit par la loi, mais le gouvernement fait tout pour l’empêcher. Par exemple en Turquie, le Séminaire pour la formation des prêtres orthodoxes est fermé depuis des années.
   
                 Nous pouvons donc être reconnaissants à la fois pour l’enseignement national et pour l’enseignement dans la foi par nos paroisses. Bien sûr, l’école a de grosses difficultés actuellement, et dans les paroisses, beaucoup de gens croient qu’il y a mieux à faire avec les jeunes que du catéchisme. Erreur fatale : ce qu’on n’a pas appris dans son enfance, on ne le rattrape pas plus tard, ni pour la culture générale, ni pour la foi. Paul remercie Jésus parce qu’il a pu devenir un apôtre, quelqu’un d’utile à Dieu et aux hommes. Mais lui est allé à l’école, parlait et écrivait deux langues, le grec et l’hébreu, il a été à l’école religieuse de Gamaliel, il connaissait bien la Bible. Jésus n’aurait pas pu l’employer aussi efficacement s‘il n’avait pas eu cette instruction. Remercions donc Dieu pour l’enseignement qui nous est donné et qui fait de nous des gens utiles.

B.    Écoutons à nouveau les paroles de l’apôtre Paul :
« Je remercie celui qui m’a fortifié, Jésus-Christ, notre Seigneur, qui m’a jugé fidèle et qui m’a placé dans le ministère où je suis. »

1.    Qu’est-ce que Paul a fait dans ce ministère ? Trois choses :

    il a été un apôtre, c’est-à-dire un envoyé du Christ, qui va prêcher l’évangile de Jésus. Il a voyagé en Asie Mineure, l’actuelle Turquie, et en Grèce. Il a prêché dans les synagogues, sur les marchés, dans les rues. Parfois il a été arrêté par la police, battu par les gens. Mais grâce à son travail, sont nées partout des paroisses chrétiennes dans ces pays.

    Il a été enseignant : à Corinthe, il a loué une école pendant un an, et il y a enseigné la foi, fait un véritable catéchisme.   

    Il a été un écrivain : il n’a pas écrit de livres, semble-t-il, mais des lettres. Des lettres à ses paroissiens et à ses collaborateurs, comme ici Timothée auquel il a écrit ce que nous avons lu.

    Il a donc été vraiment utile à Dieu et à Jésus. À cause de cela, il est un modèle pour nous : nous aussi devons devenir des gens utiles. Jésus a dit : « Celui qui a beaucoup reçu, on lui demandera beaucoup. » Nous avons beaucoup reçu par l’école et le catéchisme, aussi par la prédication qui est également un enseignement. Il nous est beaucoup demandé. L’apôtre Pierre dit : « Mettez au service des autres le don que vous avez reçu. »
 
2.    Le chrétien est donc aussi un serviteur de Dieu et du Christ.
Pour aider les autres et leur rendre service, il faut qu’il soit instruit, qu’il apprenne comment on rend service, qu’il ait des connaissances théoriques et pratiques. D’où la nécessité de l’école et du catéchisme et du culte.

3.   St Paul nous donne son exemple : « Par Jésus, mon Seigneur, je suis ce que je suis. » Jésus nous transforme de paresseux en gens actifs, d’égoïstes en gens généreux, de personnes méchantes en personnes bonnes. Paul témoigne de sa vie : « J’étais blasphémateur, persécuteur, violent. » En effet, Paul a d’abord combattu la foi chrétienne, il a persécuté les chrétiens, entre à Damas en Syrie, il a approuvé la lapidation d’Étienne. Pourquoi ? « J’agissais par ignorance » dit-il.

    Mais le Christ l’a changé. Comment ? En se faisant connaître par lui. Paul a dit ensuite : « Comment les gens pourraient-ils parvenir à la foi, si personne ne la leur prêche, ne la leur fasse connaître ? » Nous aussi, nous avons besoin que Dieu et Jésus nous fassent parvenir à la foi. L’école, le catéchisme et la prédication sont là pour cela.
 
C.     Cela nous ramène au début : rendons grâces, disons merci, avec St Paul.
Remercions pour nos écoles et pour l’enseignement de l’année scolaire qui s’achève. Et suivons son exemple : instruisons-nous dans les choses de Dieu, afin que nous puissions être utiles, à Dieu et à Jésus, à nous-mêmes et aux autres. Disons avec St Paul : « Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles. Amen. »


Chants :

 
Ps. 103     Bénis ton Dieu, mon âme en toutes choses
Ps. 67         Que Dieu nous bénisse et nous garde
ARC 423    Écoutez tous une bonne nouvelle
ARC 427, ALL 44/07    Tu me veux à ton service
RA 335, EG 289 :     Nun lob, mein Seel, den Herren
RA 342, EG 325 :     Sollt ich meinem Gott nicht singen ?
RA 131, EG 131:     O Heiliger Geist, o Heiliger Gott
EG 432     Gott gab uns Atem, damit wir leben
 
¼ - Service des Lecteurs – SL – 27 – 20.06.2010 – Yves KELER

Visiteurs en ligne

119007
Aujourd'huiAujourd'hui114
HierHier360
Cette semaineCette semaine1646
Ce moisCe mois3615
Tous les joursTous les jours1190071
Template by JoomlaShine